463: VIRGINIA LEITH 4nilo9wrqvtiolw4-249x300

Le parcours de la très belle Virginia Leith fut plutôt bref dans l’univers cinématographiue hollywoodien et c’est fort dommage. La belle révélait à la fois des dons certains pour l’art dramatique et plus encore pour les liaisons tapageuses en sus d’une plastique à couper le souffle aux plus blasés!

Cette divine créature vient au monde à Cleveland le 15 Octobre 1932 et elle ne sera pas suffisamment célèbre, et suffisamment longtemps pour que l’on s’intéresse à son plat préféré et à ses jeunes années!

On la retrouve donc serveuse dans un drive-in et posant à l’occasion pour des photos de mode lorsqu’elle est remarquée par un professionnel du cinéma.

Monsieur Stanley Kubrick en personne! Ne vous évanouissez pas pour autant, même si ca en jette, Stanley n’est encore qu’un caméraman anonyme au moment des faits qui nous occupent!

Et c’est ainsi qu’en 1953, la Century Fox, toujours à l’affût d’affolantes créatures dont elle ne savait que faire signa Virginia Leith pour un contrat de trois ans avec option.

Elle fut ensuite parachutée dans le premier long métrage d’un jeune réalisateur désireux de montrer ce qu’il avait dans le ventre et surtout dans la tête.

Stanley Kubrick, car c’est encore de lui qu’il s’agit avait tourné deux courts métrages dont la FOX s’était révélée satisfaite et lui avait donc consenti un micro budget pour qu’il se fasse les dents et le talent. « Fear and Desire », cinq acteurs en tout, un seul rôle féminin et aucun nom connu, mais enfin, pour Stanley et Virginia c’étaient des débuts.

Ainsi, si Virginia Leith ne doit laisser qu’un seul souvenir dans nos mémoires oublieuses ce sera pour avoir été la première actrice de Stanley Kubrick ce qui n’est quand même pas rien!

La FOX allait donc la distribuer par-ci par-là, au gré des disponibliltés et des films en cours, ce qui lui permettra de se retrouver confrontée à Ginger Rogers et Gene Tierney dans « Black Widow »

Il y eut dans la courte carrière de Virginia des films de prestige qui n’eurent aucun succès comme « L’Etreinte Fatale » avec Robert Wagner et de petites séries B sans prétention qu’elle porta au triomphe comme « Le Cerveau qui ne voulait pas Mourir ».

Elle avait un peu ébouriffé les commères locales en s’affichant avec Jeffrey Hunter, son partenaire de « A Kiss Before Dying » et « La Plume Blanche »alors même qu’il était au coeur d’un divorce pour le moins épineux. Puis elle s’en lassa pour aller voir de plus près ce que valait Marlon Brando!

5dvnfwekqtfsqkff-237x300

Notre ravissante était donc bien sur la voie du succès, lorsque subitement, la FOX lui déclara qu’elle ne confirmait pas son option, ce à quoi elle répondit: « Ca tombe on ne peut mieux car je désire me marier et j’abandonne immédiatement le cinéma! » Le futur mari se fit-il tirer l’oreille, je l’ignore, mais Virginia Leith allait encore poireauter quelques années au pied de l’autel. Années qu’elle passerait à faire de la télévision et, pourquoi pas ce fameux « Cerveau qui ne voulait pas Mourir ».

La MGM qui perdait Grace Kelly pour cause de mariage monégasque lui avait fait le coup du charme car les « Fan Magazines » l’avaient élue Virginia comme « La remplaçante idéale de Grace Kelly » mais elle fit la sourde oreille! Six mois plus tôt ils l’avaient déclarée « L’actrice la moins coopérative depuis Greta Garbo »!

trib2y109pdgy20r-243x300

Virginia épousait l’acteur Donald Harron au début des années 60 et elle en divorça au début des années 70. Elle avait été d’une discrétion de sépulcre durant toute une décennie mais eut la candeur de reparaître à Hollywood comme si elle l’avait déserté la veille!

Elle reprit donc sa carrière d’actrice là où elle l’avait laissée et redisparut à nouveau en 1983 pour cette fois n’y plus revenir. C’est que voyez-vous, la belle s’était remariée et n’aimait pas faire deux choses à la fois!

Celine Colassin

ya6grhk82o3gg6hg-243x300

QUE VOIR?

1953: Fear and Desire: Avec Frank Silvera

1954: Black Widow: Avec Gene Tierney et Ginger Rogers

1955: La Plume Blanche: Avec Debra Paget, Robert Wagner et Jeffrey Hunter

1955: Violent Saturday: Avec Victor Mature et Lee Marvin

1956: A Kiss Before Dying: Avec Robert Wagner, Jeffrey Hunter, Mary Astor et Joanne Woodward

1958: Sing, By, Sing: Avec Lili Gentle et Tommy Sands

1962: Le Cerveau qui ne Voulait pas Mourir: Avec Jason Evers

3 réponses
  1. escolierbernard1954
    4 octobre, 2014 | 22 h 48 min | #1

    Vous avez oublié Adrienne Servantie, la Mme Arpel de Mon Oncle de J. Tati !

    Répondre

    • 5 octobre, 2014 | 12 h 11 min | #2

      Je n’oublie personne cher ami, ce site est en perpétuelle évolution, le « volume 3″ a déjà été inauguré, mademoiselle Servante n’a pas encore été traitée dans ces pages ce n’est pas pour cela qu’elle est oubliée. Disons qu’elle « attend son tour » et surtout des informations intéressantes et vérifiées qui pourront faire l’objet d’un article.
      Celine

      Répondre

  2. RUTICHE
    2 mai, 2015 | 21 h 51 min | #3

    Et les inconnus ans la ville de Richard Fleischer en infirmiere torride 1

    Répondre

Laisser un commentaire

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream