473: ESTELLA BLAIN 6041569432_676b00d584-205x300

La blonde et très belle Estella Blain est un des sombres destins qui traversent l’histoire du cinéma Français, éphémères et lumineuses phalènes vite foudroyées et vites oubliées. Estella la blonde aux yeux bleu caraïbe est une de ces beautés tragiques qui avait eu le tort de croire sans doute un peu trop fort aux mots « Je t’aime ».

La future Estella Blain naît le 30 Mars 1930 à Paris sous le patronyme de Micheline Estellat et rêvera très vite de cinéma. Non de gloire et de lauriers en diamants, mais de ces belles histoires d’amour alambiquées de sentiments exacerbés qui  font tant vibrer son coeur de jeune fille. Pour elle l’écran c’est le paradis des héros romantiques, virils et beaux qui sauvent les jeunes filles tendrement amoureuses après être sortis des draps de satin d’une quelconque vamp à la cigarette collée dans le rouge à lèvres « cerise du nord ».

Elle prendra sa vocation très au sérieux et deviendra une élève de René Simon qui fit tant pour Michèle Morgan et Martine Carol.

Lorsque l’on naît en 1930, on a vingt ans en 1950. C’est une nouvelle décennie qui commence, Gina Lollobrigida et Martine Carol explosent soudain, propulsées au sommet de la gloire en un seul film même s’il n’était pas le premier: « Fanfan la Tulipe » pour l’une et « Caroline Chérie » pour l’autre.

blain estella

Micheline rencontre alors le beau héros romantique de ses rêves, Gérard Blain de seulement six mois son cadet. Son bel amour pourrait être son exact opposé. Il a quitté l’école avant d’avoir son certificat d’école primaire, il quittera sa famille à 13 ans, fera de la résistance à peine sorti de l’enfance et grandira en rebelle et en marge de la société dont il dira « Je me sens en état de légitime défense face à elle ». C’est son physique de jeune loup sauvage qui le fera remarquer par Guillaume Radot, un metteur en scène débutant qui lui propse de faire un peu de figuration dans son film « Le Bal des Passants » en 1944. Dès lors il fera de temps en temps une figuration et mettra plus de dix ans à tenir un rôle important dans un film de prestige au cinéma, dans « Voici le Temps des Assassins » de Julien Duvivier où il est le meilleur ami de Jean Gabin restaurateur et amoureux de la rouée Danièle Delorme.

l’antithèse donc de Micheline, la sage étudiante bien proprette qui apprend consciencieusement un métier qu’il aborde en dilletante et dont il n’accepter jamais les règles, fussent-elles de Paris ou d’Hollywood!

Le couple se maria en 1953, c’étaient les vaches maigres mais Estella était heureuse, si heureuse que lorsqu’elle débutera au cinéma, dans les bras de Gérard Blain, en 1954, encore timide et fragile dans « Les Fruits Sauvages », elle se fera appeler Estella Blain, adoptant pour mener sa carrière le nom de celui qu’elle a « épousé pour la vie ». Les vedettes féminines des « Fruits Sauvages » étaient Evelyn Kerr et Nadine Basile, lauréate du prix Suzanne Bianchetti et qui pour être une vedette prometteuse n’avait aucune aptitude à jouer les « pin-up ». C’est elle qui jouera « Brioche » face à une Brigitte Bardot qui se moquera de son embonpoint dans « Le Trou Normand ».

Cannes01-296x300

C’est donc Estella, ses longs cheveux blonds flottant au vent, que la production choisira pour l’affiche du film.

Estella était belle, certes mais on lui reprocha un nez un peu trop « présent » et elle fut priée de se rendre chez le chirurgien esthétique le plus proche avec une photo de Martine Carol!

Ce ne fut pas la gloire pour autant et Estella végêta dans des films de consommation courante, fruits d’un cinéma que Gérard Blain s’était déjà mis à détester, préfigurant un courant de pensée qui allait donner naissance à la « nouvelle vague ».

En 1956 le couple divorçait, Estella restait seule avec son nouveau nez et ses mauvais films avant de rencontrer Michel Bonjean dont elle aura un petit garçon le 31 Août 1959, un petit garçon qui portera le nom de sa mère: Michel Blain Estellat.

A la fin de la décennie charnière du siècle, Estella avait été une starlette en vogue, hanté les festivals et les couvertures de magazines consacrés au cinéma. Puis Brigitte Bardot avait à son tour explosé et démodé d’un seul coup toutes les autres blondes du monde. Estella avait tourné des films souvent médiocres et s’était même exportée assez confidentiellement en Allemagne, en Italie et en Espagne. Gérard Blain s’était remarié avec Bernadette Lafont et était devenu le James Dean français.

6041022513_d5424e7096-209x300

Dans les années 60 on la verra moins encore et pour situer le peu d’intérêt de sa carrière, il suffit de savoir que son rôle le plus marquant fut celui de madame de Montespan dans « Angélique et le Roy », film entièrement dédié à la gloire et à la beauté de Michèle Mercier.

Estella fit de la télévision, du théâtre, bien entendu des films et même des disques.

Elle se consolait d’une carrière qui ne resssemblait guère à celle dont elle avait tant rêvé jadis avec l’amour passionné qu’elle avait pour son petit garçon.

Elle participera même à l’écriture d’une série télévisée à l’instar de Cecile Aubry où elle confiera le rôle principal à son petit Michel : »Michel au pays de l’Enfant Roi ». La série sera diffusée en 1972 et André Téchiné lui-même mettra la main à la mise en scène. le petit Michel prendra goût à la comédie et sera formé au cours Florent.

Noel007-300x288

Le temps passait, la gloire de Brigitte Bardot s’essouflait un peu, d’autres idoles hantaient maintenant les fantasmes du public . Elle savaient pour nom Romy Schneider et Mireille Darc, Estella toujours aussi belle restait obstinément sur les chemins de traverse de la gloire, elle ne bénéficiait même pas d’une réelle popularité qu’ont parfois des actrices de moindre prestige aux yeux des cinéastes mais chères au coeur du public comme Micheline Dax, Sophie Desmarets ou Rosy Varte.

On s’ntéressa vaguement à une liaison qu’elle eut avec un jeune acteur Turc, mais il était de plus en plus évident qu’Estella Blain faisait de moins en moins partie de l’actualité brûlante.

Peu à peu, l’actrice qui avait toujours été d’un tempérament mélancolique sombra en dépression elle ne quittait plus que très peu sa maison au bord de la mer à Port Vanvres. Michel avait grandi, il était devenu un homme, il avait sa vie, Estella se sentait épouvantablement seule, malheureuse, inutile.

les fêtes de fin d’année 1981 lui parurent encore plus insupportables que les autres années. Le 2 Janvier 1982, elle sortit de chez elle, marcha longtemps sur la plage déserte, s’assit sur le sable froid et fixa la mer. Lorsqu’elle en eut assez, elle sortit un revolver de son sac et se tira une balle dans la tête qui la tua sur le coup.

Estella mourait avant d’avoir fêté ses 52 ans et par un dernier pied de nez d’un destin cruel et facétieux, à l’heure de sa mort, la télévision diffusait une mini série qu’elle avait tournée quelques mois auparavant: « Son Meilleur Noël ».

Michel Blain Estrellat dirige aujourd’hui sa propre compagnie théâtrale en compagnie de son épouse Juliette.

« Pour d’autres informations sur Estella Blain vous pouvez aller sur le site de la Compagnie de Théâtre créée par son fils : www.compagnie-estella-blain.com »

Estella etait comme son nom : lumineuse et tellement belle ! je rêvais de lui ressembler : raté ! mais le souvenir radieu demeure. Corinne le Poulain, le 6 Mars 2012.

Celine Colassin

6070479902_8b2a2a6bfc-195x300

QUE VOIR?

1954: Les Fruits Sauvages: Avec Gérard Blain et Nadine Basile

1954: Escalier de Service: Avec Etchika Choureau

1957: Les Collégiennes: Avec Gaby Morlay, Agnès Laurent et Catherine Deneuve

1958: La Bonne Tisane: Avec Madeleine Robinson et Raymond Pellegrin

1959: Les Dragueurs: Avec Dany Robin et Jacques Charrier

1960: Colère Froide: Avec Harold Kay

1962: Tototruffa’62: Avec Toto

1965: Angélique et le Roy: Avec Michèle Mercier

1966: Miss Muerte: Avec Howard Vernon et Mabel Karr

1968: A Flea in her Ear (la puce à l’oreille): Avec Rachel Roberts, Rosemary Harry, Rex Harrisson et Louis Jourdan

1968: Vivre la Nuit Avec Catherine Jourdan et Jacques Perrin

1972: Le Franc Tireur: Avec Philippe Léotard

1974: Le Mouton Enragé: Avec Romy Schneider, Jane Birkin et Jean-Louis Trintignant

 

 

 

6 réponses
  1. Grenier Christian
    6 avril, 2012 | 17 h 54 min | #1

    Bonjour Céline

    Je me pose une question existentielle qui m’empêche de dormir …
    Estella Blain était-elle une brune qui s’est fait teindre en blond pour ressembler à Martine Carol, ou était-ce une blonde naturelle qui s’est fait teindre en brun pour satisfaire aux exigences des producteurs de son premier film, « Les fruits sauvages » ?

    Dur métier, tout de même, que le notre …

    Bises

    Répondre

    • Cat
      2 février, 2015 | 18 h 18 min | #2

      Elle était brune,vous pouvez dormir…

      Répondre

  2. JOLYJONES
    29 septembre, 2013 | 13 h 41 min | #3

    Sa ressemblance avec Bardot Brigitte l’a peut(être empêcher d’accéder au rang de vedette.
    Que ce métier est cruel une si jolie femme…
    Je crois que si j’avis été son mari je ne l’aurai jamais quitté. DE ce fait aujourd’hui elle serait vraisemblablement encore vivante et encore très jolie…

    Répondre

  3. Christian Souque
    9 avril, 2014 | 22 h 49 min | #4

    Merci pour cet article fort bien écrit sur cette belle actrice que nous n’avons pas oubliée. Je me rappelle de sa chanson « Solitude » peut-être un peu autobiographique, je ne sais. Effectivement, on retient son incarnation de la Montespan mais son talent méritait bien mieux. La preuve est que l’on se souvient d’elle dans un film à la gloire d’une autre, aussi belle et talentueuse soit-elle également. C’est bien triste cette fin. Elle aurait pu encore donner beaucoup.

    Répondre

  4. dick
    25 juin, 2014 | 18 h 13 min | #5

    Le monde du cinéma peut paraitre cruel.estella Blain fut malheuresement victime de cette nouvelle vague .seule bardot s en bien sortie .une très belle actrice malheuresement injustement oublié…. un grand merci Céline pour ce devoir de mémoire cinématographique encore bravo et merci..salut !

    Répondre

  5. laurence
    23 octobre, 2017 | 13 h 25 min | #6

    cette fin est triste !

    Répondre

Laisser un commentaire

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream