475: MARIANNE KOCH 4004315276_acf2399c3a-205x300

Dans ma nouvelle sous-rubrique que je pourrais intituler « Je ne sais rien mais je dirai tout », voici la belle actrice teutonne Marianne Koch, dont vous l’aurez compris je ne sais pas grand chose!

Notre demoiselle naît dans sa bonne ville de Munich le 19 Août 1931, ce qui revient à dire que sa tendre enfance et sa douce adolescence seront bientôt balottées par les plus grands bouleversements du siècle: l’avènement du troisième Reich et la guerre qui en découlera!

On pourrait rêver d’occpations plus ludiques pour une enfant et plus romanesques pour une jeune fille que de voir la démocratie s’effriter comme une vieux mur avant de s’effondrer avec le reste du monde. La paix revenue, Marianne a survécu. Elle a 15 ans à peine et l’homme a fait place nette pour construire un nouveau mur, à Berlin cette fois!

Ann-238x300

Fraulein Koch avait, comme c’est l’usage dans ces pages, une féroce vocation chevillée au corps, mais non point comme c’est également l’usage celle de l’art dramatique mais bien celle de la médecine.

Cette Allemagne qui panse ses blessures tente aussi de dissimuler sa honte derrière des images ravissantes de jeunes filles blondes en cheveux tressés et tabliers bavarois parsement de ces êtres gracieusement ruraux de sottes comédies musicales technolorisées à côté desquelles « Blanche Neige » fait figure de sérial killeuse de nains consanguins.

L’étudiante en médecine qui était d’une beauté suave et altière fut un jour « repérée » et on lui proposa de faire du cinéma comme on le proposait alors à tous les frais minois du pays vaincu!

Elle accepta, pourquoi pas? D’ailleurs tout le monde aurait accepté!

Marianne surgit donc dès 1950 sur les écrans teutons sirupant des airs de violons aux archets trempés dans le miel et le lait dans un film d’Olga Tschechowa dont elle joue la fille: « Der Mann, Der Zweimal Leben Wollte ». Le ralisateur de l’oeuvre, Vitkor Tourjansky se montra très impressionné par le talent et la beauté de sa découverte et choisit de faire d’elle son Elisa Doolitle, se prenant lui-même pour le pygmalion teuton. Marianne resta toujours fort septique sur ses compétances artistiques, mais après tout, si tout le monde était content…

En 1951, Marianne aligna quatre films, quatre succès, elle était lancée même si elle tenait plus que tout à ses études de médecine. Malheureusement, Marianne va devenir une des actrices les plus en vogue et surtout des plus prolifiques des années 50 et il fallu hélas renoncer, faute de temps à sa chère médecine. Peut-on décemment être une étudiante en blocus et donner la réplique à Curd Jurgens ou…Gregory Peck?

Avec l’avènement des années 60, l’activité de la belle actrice ne se ralentit pas, elle n’avait jusque là fait que quelques poses dans un emploi du temps très surchargé, par exemple pour se marier en 1953 avec le physicien Gerhard Freund et d’en avoir deux enfants! En 1973 le couple divorcera parce que monsieur aura trompé madame avec une ancienne miss Monde!

Au contraire même, elle va encore s’intensifier. Les hasards de la coproduction on fait d’elle l’héroïne d’un nouveau genre de films: le « Western Spaghetti » où elle donnera entière statisfaction à Sergio Léone et accessoirement la réplique à Clint Eastwood!

Evidemment la téléviosion a envahi l’Allemagne comme le reste du monde et Mariane est une de ses stars les plus sollicitées.

Mais cet éternel démon de la médecine n’a de cesse que de titiller ses regrets. En 1971, la star reprend ses études là où elle les avait laissées vingt ans plus tôt. Enfin diplômée elle sera engagée comme interne dans un hôpital munichois et ce sera la fin définitive de sa carrière si on excepte une courte apparition en 1984!

Celine Colassin

9688ydw3mjwn86yw3-193x300

QUE VOIR?

1950:Der Mann, Der Zweimal Leben Wollte (de Tourjansky): Avec Olga Tschechowa et Rudolf Foster

1953: Skandal in Mädchenpensionat: Avec Walter Giller

1953: Der Klausterjäger:Avec Erich Auer

1954: SchluB Hubertus: Avec Frederich Domin

1954: Night People: Avec Gregory Peck et Rita Gam

1955: Ludwig II: Avec Ruth Lewerik et O.W. Fischer

1955: Der Schmied von St. Bartolomae: Avec Viktor Staal

1956: Wenn Wir Alle Engel Wärren: Avec Dieter Borsche

1957: Der Stern Von Afrika: Avec Joachim Hansen

1958: Valse Royale (de Tourjansky): Avec Michael Cramer

1958: Gli Italiani Sono Matti: Avec Victor MacLaglen et Folco Lulli

1960: Die Frau Am Dunklen Fenster: Avec Robert Graf et Christiane Nielsen

1961: Pleins Feux sur l’Assassin: Avec Pascale Audret et Pierre Brasseur

1961: La Vérité d’un Mensonge: Avec Eva Bartók et Peter van Eck

1963: Der Schwarze Panther Von Radana: Avec Heinz Drache

1963: Death Drums Along the River: Avec Richard Todd

1965: A Place Called Glory: Avec Lex Barker et Pierre Brice

1967: L’Insaisissable Johnny R.: Avec Lex Barker

1969: Sandy the Seal: Avec Heinz Drache

1984: Reserl Am Hofe: Avec Katja Augustin

2 réponses
  1. Monnier
    24 avril, 2013 | 15 h 11 min | #1

    Très belle actrice, oui. Allez voir à Pour une poignée de dollars de S Leone avec Clint Eastwood!

    Répondre

  2. laurence
    19 novembre, 2017 | 16 h 21 min | #2

    bravo pour faire médicine

    Répondre

Répondre à Monnier Annuler la réponse.

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream