476: MAUDE FEALY 4Maude-Fealy-211x300

Le cinématographe aura mis une telle lenteur à être inventé qu’il nous priva de la jouissance de l’une des plus fracassante beautés du début du siècle, et peut être bien d’ailleurs de tous les siècles, j’ai nommé la sublime Maude Fealy! Heureusement que les photographes furent plus lestes à se mettre au point!

Maude la très belle naquit le 4 Mars 1883 à Memphis dans le Tennessee, elle est alors pour l’état civil Maude Mary Hawk et sa mère est déjà une actrice très célèbre sous le patronyme de Margaret Fealy, laquelle vit au moment de ce joyeux évènement une période troublée. Elle s’est entichée d’un chef d’orchestre qu’elle va suivre au Colorado où la petite Maude grandira…Sous les feux de la rampe! Dès l’âge de trois ans, pour les besoins d’un spectacle, sa mère la traîne sur scène avec elle!

Ce fut évidemment une heureuse révélation, et les deux femmes fêteront l’avènement du XXème siècle en jouant côte à côte « Quo Vadis » sur scène.

Bientôt la gloire de la fille éclaboussera celle de la mère et elle connaîtra même la renommée européenne puisqu’elle se produira jusqu’à Londres où elle est véritablement idolâtrée! La mère de Maude, n’apprécia que peu cette gloire filiale, n’aimant pas ses faire piétiner ses glorieuses plates bandes. L’acceptation de tournées européeennes fut d’ailleurs pour Maude une occasion rêvée d’échapper à l’emprise d’une mère dominatrice et vindicative! Elle s’était mariée très jeune en secret, craignant le courroux maternel avec un critique théâtral, Hugo Sherwin Louis qui l’avait tant encensée que ca lui en avait tourné la tête!

maude-fealy

Evidemment la chose ne plut pas à la mère de Maude qui fit vivre au couple un véritable enfer jusqu’à leur divorce de 1909. Ne souhaitant à aucun prix retomber dans le giron maternel, Maude épousa presque instantanément son partenaire du jour, l’acteur resté obscur James Peter Durkin. Après leur divorce de 1917, Maude fera une ultime tentative matrimoniale avec Louis Sherwin, journaliste et critique de cinéma qu’elle fera annuler en 1923 et ne retâtera plus jamais de la vie conjugale! Monsieur Sherwin se consolera dans les bras de la très belle actrice Mary Miles Minter alors en plein scandale puisqu’elle est largement soupçonnée d’avoir assassiné le réalisateur William Desmond Taylor quelques mois plus tôt.

4538883649_b10a83eb20-195x300

Malgré le mal que je viens d’en dire, le cinéma s’intéressa malgré tout très vite à cette sublime beauté carMaude Fealy tourna dès 1911. Elle tourna, mais assez parcimonieusement il est vrai, en regard de l’intense production de ces années là où certaines stars pionnières alignaient jusqu’à 30 films par an!

Miss Fealy n’était pas exceptionnellement regardante sur les qualités dramatiques des oeuvres où elle s’exhibait, mais elle restait avant tout une créature théâtrale et s’était trouvé une nouvelle passion en tenant la plume. Il existait maintenant des pièces « avec » Maude Fealy et des pièces « de » Maude Fealy! La caméra dans tout cela ne la passionnait que fort peu, et dès 1917 elle s’en désintéressa complètement pour 14 longues années où elle ne parut plus aux écrans et où elle sillonna le monde avec ses triomphes.

Toujours très active, Maude Fealy avait signé quelques brevets d’inventeur et s’était surtout forgé une réputation de professeur d’art dramatique tellement respectée que bientôt des « écoles Maude Fealy » ouvriraient dans les plus grandes villes américaines et la prestigieuse étoile des planches irait de l’une à l’autre, au gré de ses tournées dispenser son art et son savoir à ses ouailles!

5092269350_2d0f908bea-199x300

Evidemment lorsque le cinéma se mit à parler, il était impensable qu’une école « Maude Fealy » ne s’ouvrit pas à Hollywood, histoire d’éduquer quelque peu les cordes vocales des futures perruches des écrans!

Maude n’était certes plus en 1931 la créature sublime qu’elle était à vingt ans, mais sa gloire aux yeux des pontes hollywoodiens et des acteurs les plus célèbres de l’univers était immense. Cecil B. DeMille lui-même était plus qu’un fan, il était tétanisé d’admiration devant elle. Alors, coquette, Maude Fealy accepta quelques petits rôles de dames vieillissantes dans les films majeurs où se produisaient ses élèves les plus notoires, et si elle préférait ne pas être créditée au générique, par respect pour le souvenir de sa légendaire beauté, personne n’était dupe, tout le monde la reconnaissait et sa présence dans un film lui donnait immédiatement un cachet de professionnalisme et de qualité. C’est que voyez-vous, Maude Fealy avait daigné se pencher sur l’ouvrage!

Maude Fealy s’éteignit à l’âge vénérable de 88 ans, dans ce Hollywood qu’elle avait fini par aimer et où elle repose désormais, c’était le 9 Novembre 1971

Celine Colassin.

7-Maude-Fealy-195x300

QUE VOIR?

1911: David Copperfield: Avec…David Copperfield et Flora Foster

1913: The Legend of Provence: Avec James Cruze

1914: Kathleen: The Irish Rose (court métrage): Avec David Thompson

1917: The Amercian Consul: Avec Théodore Roberts

1939: Union Pacific: Avec Barbara Stanwyck, Joel MacCrea et Anthony Quinn

1940: Emergency Squad: Avec Louise Campbell, Anthony Quinn et Wiliam Henri

1944: Gaslight: Avec Ingrid Bergman, Charles Boyer et Joseph Cotten

1947: The Unfaithful: Avec Ann Sheridan, Zachary Scott, Eve Arden et Lew Ayres

1947: A Double Life: Avec Signe Hasso, Shelley Winters et Ronald Colman

1956: Les Dix Commandements: Avec Charlton Heston, Debra Paget et Yvonne de Carlo

1958: Les Boucaniers: Avec Claire Bloom, Yul Brynner et Anthony Quinn

pas de réponses

Laisser un commentaire

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream