512: MAYO METHOT Mayo-Methot1

Mayo Methot naît à Portland en Oregon le 3 Mars 1904 de parents déjà hauts en couleurs!

Son père Jack est un capitaine au long cours qui a beaucoup navigué en mer de Chine pour laquelle il a une véritable passion, passion qu’il transmettra à sa fille passionnée de mer elle aussi.

Quant à sa mère Evelyn, elle est une femme célèbre en Oregon, journaliste à la plume acerbe très suivie, elle aime porter la culote lorsque monsieur navigue et aime clamer haut et fort ce qu’elle pense, tant pis pour ceux que celà effarouche!

La petite fille, étrangement prénommée en hommage au comté de Mayo en Irlande est fascinée par l’autosuffisance de sa mère qu’elle considère comme un idéeal féminin sur terre. D’autant que l’énergique maman ne fit aucun obstacle lorsque l’on proposa d’engager la petite fille de cinq ans pour jouer un petit rôle dans une pièce! Les femmes devaient être indépendantes, le plus tôt était le mieux! Un nouveau siècle avait commencé, il ne fallait pas rester à la traîne. D’ailleurs la grand’mère paternelle de la petite Mayo n’était-elle pas Minnie Mathot? La célèbre cantatrice qui s’était produite au Metropolitan Opera?

La petite Mayo joua, on l’applaudit, elle adora celà, ne voulut plus descendre de scène et la mère ravie vit là une vocation à ne pas contrarier. D’ailleurs contrarier les enfants était très démodé!

6s1i0jtb55ta1s0t

La petite fille joua donc dès son plus jeune âge et devint une véritable enfant star en Oregon! L’enfant devint une jolie adolescente pas plus haute que trois pommes mais forte en gueule et non dénué d’abattage ni de talent. Agée de huit ans, Mayo et sa maman étaient choisies pour représenter l’Oregon lors d’une manifestation à la maison blanche où elles furent reçues avec les honneurs! La petite fille dans sa chambre d’hôtel reçut les reporters et déclara, alanguie dans les coussins: « Le président Taft est vraiment très chou! Il a voulu m’impressionner en me montrant tous les portraits des présidents, qui l’ont précédé mais ca n’a pas marché, je descend moi-même du président Taylor. New-York est très intéressante, mais on y manque d’air, vivement que je rentre à Portland! »

Elle a joué avec beaucoup de succès à Portland jusqu’en 1922, date à laquelle sa mère obtient pour elle une audition pour un rôle de prestige à Broadway et l’opportunité d’un rôle dans un film de Lionel Barrymore, « Unseeing Eyes ».

Rôle au théâtre que Mayo obtient et qu’elle porte au triomphe. Elle devient en un soir une des nouvelles coqueluches de Broadway, et lorsque le public l’aura entendue chanter, ce sera du délire et elle sera pour toute une décennie un véritable grand nom du théâtre américain et aura même le toupet, entre une pièce d’Eugène O’Neil et une pièce de Bernard Shaw de se produire sur un texte d’Eugène Ionesco!

Quant au film avec Barrymore aujourd’hui perdu sans laisser de traces il n’eut pour utilité que la rencontre de Mayo avec son premier mari, le caméraman du film Jack Lamond. Ce mariage sera dissous en 1927.

A la fin de cette décade de succès, le cinéma s’était mis, contre toute attente à parler! Les studios envoyèrent des « scouts » écumer le ban et l’arrière ban de Broadway et à Hollywood on écumait les critiques du « Variety » avec fébrilité. Or, dans le « Variety », on parlait beaucoup de la « Nouvelle Lillian Gish qui chantait du Cole Porter avec une voix si douce » Un comble pour cette actrice qui aura plutôt l’aplomb d’une Tallulah Bankhead mâtinée de Bette Davis!

La nouvelle Lillian Gish venait de faire triompher un nouveau personnage dans une nouvelle pièce et la MGM se rua sur les droits pour porter la pièce à l’écran et donner le rôle à…Joan Crawford.

Mayo n’en avait cure. Elle était déjà dans un autre spectacle où elle donnait la réplique à un certain Humphrey Bogart avec qui elle avait déjà joué en 1923 et 1925. Un Bogart qui lui plaisait beaucoup. De noble ascendance anglaise, son père était un physiscien très en vue à New-York, ce qui changeait de ces acteurs poussés sur les scènes par la misère du Bronks. Quant à Bogart, lorsqu’il sut que le père de Mayo était navigateur et qu’elle-même était férue des choses de la mer, elle lui plut aussi beaucoup! Ajoutons que les mères de ces deux là étaient toutes les deux des femmes actives et indépendantes, s’asseyant sur les conventions comme sur un vieux tabouret, on aura vu qu’ils avaient plus d’un point en commun.

Ils en avaient un autre encore. En ce début des années 30, le monde a été ébranlé par une crise financière sans précédente et des millions d’Américains ont été jetés sur les routes qui toutes mènent au secours populaire, à la soupe de charité et aux camps de réfugiés. Broadway brille toujours de mille feux mais l’argent se fait aussi rare là que partout ailleurs. La tourmente a emporté l’illustre Ziegfeld, c’est tout dire!

Pour les acteurs, quelques soient les triomphes que l’on vient de connaître, lorsque la pièce s’arrête, on n’est plus jamais sûrs d’en trouver une autre. Les places sont chères, la concurrence rude et impitoyable. L’alcool pourtant interdit offre un salutaire refuge à ceux comme Humphrey et Mayo qui sont trop effrayés pour poser un oeil détaché et un rien sarcastique sur leur existance qui passe sans arrêt du triomphe à l’abandon. Dans la vie de Bogart, Mayo succède à Louise Brooks dans le rôle de copine de cuite! Plus tard il déclarera « Ce que j’ai aimé chez Mayo c’était ses jolies petites joues d’écureuil et sa détermination à ne jamais me laisser boire seul! »

C’est dans ces conditions difficiles que Mayo accepte de tourner un court métrage à New-York pour le compte de la jeune Warner. Il s’agit de voir ce que donne à l’image un acteur sur lequel le studio a une option, un certain Spencer Tracy dont ce sera la première apparition filmée.

Mayo Methot choisit de faire le grand saut et part pour Hollywood en 1930, la Warner a un contrat pour elle…Et pour Bogart. Mayo arrive en Californie sous ses voiles de deuil, son père le capitaine Jack Methot est décédé le 20 Décembre 1929 et ce deuil l’a littéralement fracassée.

Dès son arrivée, Mayo comme il se doit écume les bars et fait la connaissance de Percy Morgan jr, propriétaire du restaurant très courru Cock’n Bull. Il devient son deuxième et très éphémère mari.

Mayo Methot débute sa véritable carrière d’actrice dans l’ombre du couple que forme à l’écran Chester Morris et la tragique Thelma Todd dans « Corsair ». Nous sommes en 1931 et Mayo tire magnifiquement son épingle du jeu, faisant mouche dans un court rôle où elle captive le public bien plus sûrement que le couple vedette. Elle est une comédienne de caractère et d’expérience sachant s’imposer d’une réplique ou d’une attitude comme sauront le faire plus tard Eve Arden ou Agnès Moorhead. Son succès personnel est largement suffisant pour lui valoir un grand premier rôle face à Adolphe Menjou dans son film suivant: » Night Club Lady », film qui connaîtra un remake bien moins puissant avec Hedy Lamarr dans le rôle.

mayomethot5

Malheureusement pour l’actrice, alors même qu’elle fait un triomphe unanime dans le film, on n’est pas sans remarquer son visage assez bouffi qui lui donne un air bien plus vieux que son âge. En ces temps où l’alcool est invention du diable et où Hollywood cherche à s’acheter une bonne conduite en aiguisant les ciseaux de la censure jusqu’à en faire des couperets, le tout passe mal. Et puis après tout, va-on faire des efforts pour lancer une actrice de 36 ans?

Verdict de la Columbia qui produisait le film: « Cette naine est impossible à photographier! »

C’est la Warner qui va racheter son contrat, après tout le studio ne s’atèle que peu à la déification de ses vedettes féminines, et comme on y tourne des films de gangsters à la pelle, on a toujours besoin de filles déchues, de taxi girls sur le retour ou de tenancières de maisons louches!  Mayo se comportant dans la vie comme une tenancière de saloon, ca tombait bien!

Et puis il y avait les recommandations d’Humphrey Bogart et de Lionel Barrymore qui avait gardé un souvenir ébloui de Mayo et l’exigea dans son film suivant où elle aurait un petit rôle derrière Bebe Daniels, mais où elle serait dirigée par William Wyler.

Wyler qui se souviendra: « C’était un bon film et peut-être le meilleur rôle de Barrymore, et puis c’était touchant de voir ces deux-là tenter de rester sobres durant les prises de vues!« 

Sous contrat chez Warner, Mayo peine à trouver des rôles, restant parfois un an sans tourner avant de se retrouver dans une niaiserie complète. De film en film son talent s’affirme et son physique se dégrade. Sa voix en particulier s’altère et elle qui gazouillait comme un rossignol s’exprime maintenant avec la grâce d’un forage de puit de pétrole!

Elle croise peu Bogart au studio, il est alors confiné à jouer les méchants dans des films de Bette Davis (La Mauvaise Soeur, La Forêt Pétrifiée) et lui aussi, comme Bette a maille à partir avec le studio où on lui refuse les rôles qu’il convoite parce qu’il a…les lèvres trop épaisses ce qui fait mauvais genre! »

fr1dluuz1apulduf

Mayo va pourtant rejoindre Humphrey Bogart et Bette Davis sur le plateau de « Femme Marquée » et lorsque Bogart et Methot se retrouveront leurs retrouvailles seront explosives! Ces deux-là, naufragès de la vie et amis depuis plus de dix ans se lancent dans la passion amoureuse de la dernière chance.

Ils se lancent dans cette passion toride en 1936 et convolent deux années plus tard, le 20 Aout 1938 histoire de légaliser ce que tout le monde sait déjà. Mais ils ont déjà trouvé leurs marques dans la démesure et la réception qui suit le mariage tourne au match de catch entre les époux qui passeront leur nuit de noce dans des hôtels différents, oubliant dans la foulée leurs invités médusés restés…au domicile du couple!

Humphrey_Bogart_with_Mayo_Methot

Leurs bagarres d’anthologie firent l’histoire. On n’est pas prêt d’oublier que Mayo tenta de poignarder Humphrey Bogart et lui taillada l’épaule au couteau de cuisine ou qu’elle sortit au beau milieu d’un dîner un pistolet de sa minaudière et le mit en joue le plus naturellement du monde! La tradition du couple veut que lorsque les bouteilles sont vides ou les cendriers pleins on se les lance à la tête

Mais malgré ses débordements, le couple s’aimait et s’appuyait l’un sur l’autre. Mayo était clairement la plus forte des deux, elle soutenait Bogey dans ses crises de doutes et d’abattement comme lors du décès de sa soeur Catherine à 35 ans. Mayo aimait sa maison, leurs quatre chiens et leur bateau sur lequel ils s’évadaient dès qu’ils pouvaient. Certes on cassait beaucoup de vaisselle et une taxe sur les décibels les aurait ruinés, mais c’est comme cela qu’on s’aimait.

b153naxsoscnbn5o

Le contrat de Mayo chez Warner expira, personne ne songea à lui en offrir un autre. Mayo déclara: « Voilà! Je suis une actrice à la retraite devenue femme au foyer. C’est parfait pour moi! » Plus tard elle dira: « Je suis la créature la plus invisible du monde: la femme d’une star de cinéma! »

Et en effet, cela aurait pu être parfait si Mayo n’avait pas développé une jalousie obsessionnelle à l’encontre des partenaires de son mari.

En 1939, ils sillonnent les USA en train avec un groupe d’acteurs de la Warner pour promouvoir le dernier film d’Errol Flynn et Ann Sheridan. Mayo estimant que Bogey était trop poli pour être honnête avec les soeurs Lane dans le compartiment voisin, elle le poursuivit dans les couloirs avec un tesson de bouteille puis finit par lui exploser le crâne avec son talon haut! Le service publicité du studio expliqua le bandage en argumentant que Bogart s’était cogné la tête lorsque le train avait freiné si brutalement que tous les acteurs s’étaient cassé la figure. La compagnie ferroviaire porta plainte pour diffamation!

Bientôt ils seraient interdits de bars, de boîtes de nuit et de restaurants de la côte Est  à la côte Ouest!

mayomethot6

Les années Warner, Mayo et Bette Davis

Lorsque la guerre éclata, le couple partit en tournée pour distraire les troupes, de l’Europe à l’Afrique du Nord. On ne sut jamais comment ils se procuraient tant d’alcool et leurs bagarres personnelles furent un très intéressant dérivatif aux atrocités du front.

L’anecdote est célèbre: Un soir en Italie, en présence de John Huston, Mayo, plus avinée que jamais veut à tout prix chanter pour les troupes. Bogart ne réussit pas à l’en empêcher et elle se lance dans une romance de Cole Porter avec la voix d’Edward G. Robinson et plus attentive à tenir debout qu’à chanter juste. Huston en sera vivement impressionné et l’anecdote intègrera le scénario de « Key Largo » en 1948.

mayomethotnazispypic

A leur retour en Amérique, faute de staff masculin, le studio va donner enfin de grands rôles à Bogart qui va devenir l’icône que l’on sait.

Mais si l’étoile de l’acteur brille maintenant haut et clair, celle de son épouse s’éteint et sombre de plus en plus. Bientôt Bogart se met en quête de médecins et de traitements, non pour soigner Mayo mais pour simplement lui tenir la tête hors de l’eau. Encore un peu.

Le verdict tombe. Avant que Mayo Methot ne redécouvre l’existance de l’eau minérale, il faudra s’atteler à soigner son délabrement mental.

mayomethot11

Mais un an plus tard, le glas va sonner pour le couple. Bogart va faire la rencontre de Lauren Bacall, sa partenaire en date et il ne résistera pas aux avances de la fabuleuse créature de 19 ans.

Contre toute attente, Mayo ne résista pas et rentra chez sa mère en Oregon non sans avoir quand même copieusement insulté Lauren: « Espèce de pauvre gourde, sale petite garce, c’est toi qui va laver ses chaussettes peut-être? »

Lauren encore timide ne se défendra qu’à postériori lorsqu’on lui parlera de l’alcoolisme de Bogart «  Mon mari n’est pas alcoolique, il boit trop ce n’est pas pareil, mais il a bien dû apprendre à boire, sa précédente épouse était saoule 24heures sur 24

Deux semaines après son divorce, Bogart épousait Baccal.

Le 9 Juin 1951, le corps sans vie de Mayo Methot est retrouvé après plusieurs jours dans  une chambre de motel en Oregon. Elle a succombé à ses abus et à une chirurgie récente censée la soulager d’un cancer. Au moment du drame Bogart et Bacall sont en Afrique sur le tournage d’African Queen ».

Mayo Methot n’avait que 47 ans.

Chaque semaine, une douzaine de roses anonymes étaient posées sur la tombe de Mayo Methot en Oregon.

En 1957 c’est Humphrey Bogart qui décédait à son tour.

Une semaine plus tard, les roses cessèrent.

« Elle brûlait la chandelle par les deux bouts mais comme ça n’était pas assez rapide, elle a attaqué le milieu » Humphrey Bogart

« Les gens n’ont rien compris à la passion qui unissait Bogart et Mayo Methot. Elle a fait exploser le couvercle de plomb qui pesait sur ses inhibitions et c’est elle qui a fait de lui l’homme qu’il est et à qui l’acteur doit tout« . Louis Brooks

« J’aime que ma femme soit jalouse, moi aussi je le suis, et c’est indispensable pour la réussite d’un couple que l’épouse sache maîtriser l’art de la querelle » Humphrey Bogart

Celine Colassin.

soeub1wi1aqjbuws

QUE VOIR?

1930: Taxi Talks: Avec Katharine Alexander et Spencer Stracy

1931: Corsair: Avec Thelma Todd et Chester Morris

1932: Vanity Street: Avec Helen Chandler et Charles Bickford

1932: The Night Club Lady: Avec Adolphe Menjou

1932: Virtue: Avec Carole Lombard et Pat O’brien.

1933: The Mind Reader: Avec Constance Cummings et Warren Williams

Lilly Turner: Avec Ruth Chatterton et George Brent

1934: Slide Streets: Avec Anne Dvorak, Aline Macahon et Paul Kelly

1935: The Case of the Curious Bride: Avec Margaret Lindsay et Warren Williams

1937: Marked Woman: Avec Bette DAvis et Humphrey Bogart

1938: The Sisters: Avec Bette Davis, Errol Flynn et Anita Louise

1940: Brother Rat and a Baby: Avec Priscilla Lane, Jane Wyman et Wayne Morris (Le dernier film de Mayo Methot)

 

 

 

 

pas de réponses

Laisser un commentaire

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream