522: LILLI BONTEMPS lilivamp

Le souvenir un brin coquin de Lili Bontemps s’est complètement estompé.

Si elle n’était pas une actrice au sens premier du terme elle fit quand même du cinéma et le fit bien.  Elle mérite de figurer dans ces pages parce que Lilli Bontemps, toute oubliée soit-elle c’était quelqu’un! Lilli Bontemps c’est la Claudine Dupuis de la chanson!

Lili Bontemps naît Hélène Biec en 1921.

Elle deviendra une « chanteuse fantaisiste »,  et si son type de femme ne se voit plus guère aujourd’hui, son emploi soyons justes, n’existe plus!

La France des années 50, libérée de la guerre a encore connu des années de privation et lorsqu’enfin, après la paix revenue les assiettes furent à nouveau remplies, on avait assez souffert au front et on s’était assez inquiété derrière pour se prendre encore le chou en se compliquant volontairement la vie!

On aima alors beaucoup les rythmes joyeux de Ray Ventura et les paroles ensoleillées de Charles Trenet. On aimait un cinéma simple et rigolo où on retrouvait de film en film Bourvil, Fernandel et quelques autres rigolos dont Louis de Funès ou Raymond Buissières. Raymond, dit « Bubu » pour les intimes, soit des millions de spectateurs. Raymond et son épouse Annette Poivre qui symbolisait si bien la petite parisienne pas pimbêche mais jolie quand même, probablement fille d’une concierge mariée à un ouvrier de la régie Renault! Oui la France des années 50 aimait le tour de france et l’accordéon. On rêvait d’une vie simple et douce que l’on regarderait s’écouler assis sur une chaise au soleil! Ne l’avait-on pas mérité?

Au milieu de tout celà, restait plâner les souvenir des « P’tites femmes de Paris », demoiselles toujours jolies et pas bien compliquées, sachant gincher et boire du rouge et si ma foi elles tapinaient parce qu’il faut bien payer son logement, ce n’était pas très cher et fait de bon coeur. La « putain du coin », héritée du patrimoine des années 30 fait encore partie de l’imaginaire collectif, c’est encore un « personnage », un peu comme le gangster à chapeau mou, la concierge forte en gueule et la jeune première en robe d’organdi.

Claudine Dupuis va les jouer au cinéma, Lili Bontemps va les chanter!

Elle est la dernière Mistinguett, une Mistinguett sans les plumes, une Mistinguett à pas cher, une Mistinguett des Battignoles!

Lilli chante mais on l’entend moins que Dalida ou Edith Piaf car Lilli est quand même un peu une « scandaleuse ». Elle est interdite aux moins de huit ans! Sur ses photos elle affiche toujours un large sourire sous un clin d’oeil qui est une invite aux messieurs et une complicité aux dames.

s_lili_bontemps_n_c__-_r_--229x300

Sur certains journaux, un bout de sein « dépasse » Mais oui, madame! De l’érotisme, mais de l’érotisme de 14 Juillet! Lilli n’a pas de doux globes laiteux à faire fantasmer les poètes ni de longues jambes dietrichiennes gainées de soie noire, elle a des nichons et des guiboles!

Lilli c’est la survivance chantante d’Arletty et la mère de Rita Cadillac.

Mais cette France paisible va être une fois de plus occupée, une fois de trop car elle ne s’en relèvera pas. Ce seront les intellectuels existantialistes qui brûleront l’accordéon d’Yvette Horner dans les flammes de l’enfer avant que les étudiants n’y jettent leurs livres et les pavés de Paris. La « nouvelle vague » ayant scrupuleusement coulé une chape d’ennui sur le tout. On aura eu, les idoles, les yéyé, Godard et Goya c’était bien la peine d’avoir gagné la guerre!

Lilli Bontemps, joli fruit défendu si dûrement mérité passe à la trappe et retourne à sa loge, de cabaret ou de concierge, personne ne le sait, mais ce n’est certes pas un hasard si elle tourna son dernier film en 1968.

Lili s’éteint en 1979

Reposez en paix chère belle dame. Nous vous avons tant aimée car vous étiez notre dernière simplicité.

Celine Colassin

jeanpierrestora-amourmer-190x300

Lili photographiée par Guy Gilles dans le film « L’Amour à la Mer »

QUE VOIR?

1951: Le Bagnard: Avec Pierre Gay et Lucien Nat

1951: Le Chéri de sa Concierge: Avec Jean Paradès et Gabriello.

1953: Le Chevalier de la Nuit: Avec Renée Saint Cyr, Jean-Claude Pascal et Jean Servais

1954: Scènes de Ménage: Avec Solange Certain, Marie Daems, Sophie Desmarets et Louis de Funès

1954: L’Île aux Femmes Nues: Avec Félix Oudart et Jane Sourza

1964: L’Amour à la Mer: Avec Geneviève Thénier et Jean-Pierre Léaud

1968: Au Pan Coupé: Avec Macha Méril et Bernard Verley

 

3 réponses
  1. stora
    30 novembre, 2013 | 14 h 17 min | #1

    J’aimerais que vous précisiez que la photo illustrant votre article, que j’apprécie, est de Guy Gilles dans son film « L’amour à la mer ». Guy et moi avons très bien connu Lili; Nous faisions partie de ses amis. Il va longuement en être question dans un livre à paraître aux Editions Navarro « Les chasseurs d’autographes ont raison de rêver ».Merci.

    Répondre

  2. dick
    25 juin, 2014 | 17 h 55 min | #3

    Actrice qui mérite d être connue.artiste vraiment inclassable un mélange de line Renaud et de Marylin Monroe.a découvrir dans le film au diable la vertu elle joua un tout petit rôle pour un très grand numéros très érotiques et ose pour l epoque.du charme en toute simplicité…

    Répondre

Laisser un commentaire

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream