547: ALI MACGRAW Ali_mcgraw-682x1024

 

Ali MacGraw, c’est un peu…La première Demi Moore!

Outre une certaine similitude physique, bien qu’Ali soit nettement plus élégante que Demi, la jeune actrice connaîtra une enfance « difficile », une véritable « explosion » planétaire, un mariage ultra médiatisé avec une superstar, un « dur à cuire » de l’écran, et quelques dépendances avant une disparition complète en bonne et due forme!

Retour sur une « Love Story », celle d’Ali MacGraw et du cinéma seventies.

Ali MacGraw naît le 1 Avril 1939 dans une famille d’artistes new-yorkais. Plus tard elle aura un frère, Dick.

Les MacGraw ne sont pas pauvres. Frances et Richard MacGraw sont un peu fantasques, certes, un peu évaporés, mais ils sont malgré tout une famille avec « pignon sur rue ». D’ailleurs ils n’habitent pas New-york mais Pound Ridge, à la frontière de l’état du Connecticut. Les actrices Tallulah Bankhead, Jessica Tandy et plus tard Helen Barkin et Susan Sarandon choisissent d’ailleurs de s’y installer. Ils purent ainsi voisiner suivant les époques avec Eartha Kitt, Eli Wallach, Christopher Reeves, Tim Robbins ou Richard Gere!

ali macgraw

La maman d’Ali est styliste ce qui influencera plus tard sur sa jeune destinée, même si pour l’instant elle se rêve, comme toutes les petites filles, danseuses étoile. De jolis rêves abîmés par un père alcoolique, facilement violent et qui n’hésite pas à distribuer quelques rêclées maison, danseuse étoile ou pas!

18853_MacGraw-Ali

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La jeune Ali poursuivit d’aimables études dans les élégants collèges du Connecticut voisin et décrocha un premier job d’étudiante comme assistante photographe, grâce aux relations de maman, chez Harpeer’s Bazaar qui n’est rien de moins que le plus prestigieux magazine de mode de tous les temps!

Elle y fera la rencontre de la non moins illustre Diana Vreeland qui séduite par son style jeune fille bien dans ses fringues et dans sa peau la choisit comme assistante personnelle. Lorsque Diana quitte Harpeer’s Bazaar en 1962 pour VOGUE, elle emmène Ali.

Il convient peut-être de faire ici une courte parenthèse à propos de Diana Vreeland. Miss Vreeland fut la première chroniqueuse qui fit régner la panique dans l’univers de la mode. La louella Parson de la haute couture. D’un trait cinglant, d’une moue désabusée elle pouvait « couler » un couturier ou au contraire en faire une star. Despote éclairée à l’esprit aussi affûté que la langue, ceux qui la croisèrent se souviennent encore tétanisés des corrections qu’elle faisait d’un trait rageur rouge sur les textes qu’on lui proposait.

ali-mcgraw

Parfois à l’encre, parfois au rouge à lèvres. Cette fantasque mondaine née à Paris et apparentée aux Rothschild reste une icône pour les amateurs de mode, de glamour et de camp! Elle est devenue à son tour un personnage de théâtre dont l’excellente Claire Nadeau croque un portrait époustouflant et plus vrai que nature! En 1971, Diana Vreeland était congédiée par VOGUE pour avoir titré: « La Mode? Faites-la vous-même! »

ali201967

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Le bikini est une invention bien plus capitale que celle de la bombe atomique, par contre je ne connais rien de plus hideux que les chaussures de Joan Crawford! Cette femme s’obstine à porter des talons haut avec des lanières aux chevilles; Ce que l’on dit d’elle doit être vrai: elle est folle! » « Avoir un nez horrible pour une femme? Quelle importance si elle est mince et qu’elle a une très belle voiture«  Diana Vreeland

Diana Vreeland avait découvert Lauren Baccal et « looké » Jacqueline Kennedy. Il est sidérant qu’avec un tel parrainage, Ali ait été considérée comme une des femmes les plus mal habillées de son temps! Un comble pour une actrice dont le style est aujourd’hui une des références absolues pour les jeunes femmes des années 2010!

Mais revenons-en à la jeune Ali, assistante de Diana Vreeland chez VOGUE. Toujours fourrée dans les locaux du magazine, il était inévitable qu’elle passe devant l’objectif pour quelques « éditos » où elle fut un mannequin superbe. Chanel en tomba raide dingue et la fit venir IMMEDIATEMENT à Paris, ne pouvant plus décemment photographier un seul de ses tailleurs à boutons dorés si elle n’était pas dedans! Mais finalement elle décréta qu’elle n’aimait pas ses narines et la renvoya chez Diana Vreeland! De fil en aiguille, Ali fit quelques publicités télévisées et finit par débuter au cinéma dans « What a Lovely Way to Die » où elle affrontait Kirk Douglas et Eli Wallach, même si la vedette de la chose était la belle yougoslave Sylvia Koscina alors « testée » par Hollywood.

l-ea2do2h3afde1o-210x300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ali est encore aux tréfonds du générique, mais dès son film suivant, elle va enchanter les foules et les critiques! En 1969 elle est la vedette de « Goodbye Colombus », une comédie un rien déjantée, mi nanar mi happening romantique et psychédélique, mais enfin, c’est un nouveau genre de cinéma qui colle parfaitement avec son époque! Ali MacGraw, grande découverte 1969, année pourtant fertile en rebondissements de célébrités, reçoit le Golden Globe du « meilleur jeune espoir féminin » pour sa joyeuse prestation!

On peut évidemment s’éblouir d’une réussite aussi magnifiquement spectaculaire! Mais on oublie un peu vite qu’Ali MacGraw était devenue l’épouse de Robert Stevens, séduisant jeune homme qui était non seulement son mari mais vice-président d’un studio hollywoodien, et pas n’importe lequel! La PARAMOUNT s’il vous plaît! Un studio qui prépare un film à petit budget mais qui va bouleverser la planète: « Love Story ».

ali-300x205

 

 

 

 

 

 

 

Monsieur et madame Stevens

Robert Stevens était d’ailleurs le second monsieur MacGraw. Ali avait épousé un étudiant durant ses études mais avait passé cette erreur en pertes et profits. La postérité fit de même, le garçon reste sans nom!

Ali macGraw

Mais revenons à Love Story; Erich Segal avait écrit un scénario qu’il voulait confier au réalisateur Arthur Hiller. Mais cette histoire d’à peine quelques pages ne le convainquit que très moyennement. Il proposa à Erich Segal d’en faire plutôt un roman.

ali mac graw

Un roman qui n’était guère plus épais mais qui sortit pour la Saint Valentin et qui fit exploser les ventes! Best seller en quelques jours, l’adaptation cinématographique coulait maintenant de source.

Le film allait devenir un des plus énormes succès de tous les temps et devenir culte dès sa sortie.

SKMBT_C20310102507410

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je me souviens avoir vu ce film avec ma grand’mère adorée qui avait alors 63 ans. Elle avait tellement pleurniché en triturant son sac à main qu’elle l’avait complètement démoli. mais en sortant du cinéma VARIA elle me fit cette remarque qui hante encore mes nuits « Comme c’est triste! mais cette histoire n’aurait pas duré, cette fille n’avait pas l’air franche! Tu as vu ses genoux? »

Paradoxalement, les avis se rallièrent à celui de ma grand’mère Juliette qui était peut-être elle aussi une Diana Vreeland  sans le savoir. C’est sur Ryan O’Neal que se fondaient tous les espoirs de succès. Le jeune acteur sortait d’un triomphe télévisé, « Peyton Place » où il avait été découvert en même temps que sa jeune partenaire Mia Farrow et le studio Paramount flairait la « valeur sûre ». Personne ne se prononçait encore à propos d’Ali MacGraw.

Le soir de l’avant première, après la projection du film, toute l’équipe offrit une réception au bar « Guid » sur Sunset Boulevard.

Tout le monde se rua sur Ryan O’Neal plus embarassé qu’autre chose devant cette foule qui n’était pas loin de scander « L’Oscar! L’Oscar pour Ryan! » Jack Nicholson et Anthony Quinn, les yeux encore humides en vinrent presque aux mains pour être le premier à congratuler Ryan O’Neal, le nouveau « grand d’Hollywood ».

Ali, souriant péniblement dans un coin passe un des moments les plus pénibles de sa vie, les réactions sont mitigées à son égard  »Trop froide » trop artificielle », « trop vieille », « elle minaude ». Personne non plus ne prit garde à un jeune comédien qui débutait dans le film: Tommy Lee Jones.

La revanche viendra quelques mois plus tard! Propulsée star planétaire, Ali MacGraw est nommée aux Oscars avec Ryan. Le film rafle sept nominations et seul Francis Lai est couronné pour sa musique. John Wayne et Maggie Smith ont triomphé de Ryan et Ali.

Petite satisfaction personnelle pour Ali, Elle recevra un golden globe pour sa performance, ce qui n’est pas le cas de Ryan O’Neal et la suite de « Love Story », « Oliver’s Story », où Candice Bergen lui succède ne connut strictement aucun succès!

Le temps de mouler les empreintes de ses divines extrémités dans le ciment, Ali, proclamée superstar vole vers son tournage suivant « The Getaway » avec l’icône Steve MacQueen. Elle est flatée et elle peut! C’est MacQueen qui a EXIGE Ali pour incarner son épouse dans le film.

La belle Ali va tomber amoureuse de son partenaire, le mari baffoué va se lamenter dans les gazettes « Elle n’est rien sans moi, c’est moi qui l’ai faite! » rien n’y fit.

Steve et Ali s’aimaient, atirés vers l’autre comme deux aimants…ou par le vide. Le père d’Ali buvait et flanquait des roustes, la mère de Steve était alcoolique et a fini par le confier à dieu sait qui qui le refourgue à dieu sait qui d’autre jusqu’à ce qu’il aterrisse à l’armée! Pas bien longtemps, d’ailleurs! Même là on ne réussira pas à le discipliner! Il n’y aura eu qu’à l’actor’s studio qu’il aura accepté d’écouter ce qu’on lui disait et se plier à une vague doctrine à défaut de discipline.

Steve MacQueen avait un problème d’alcool et il faut le dire, une incapacité totale à contenir ses colères facilement violentes! Cet homme ivre et brutal ramène Ali MacGraw vers son schéma parental. Très vite elle encaisse aussi bien les coups que la la vodka. On se tabasse on se déchire, on se trompe, on revient on s’aime et on se supplie chez les MacQueen! Ali ne tourne plus pour le cinéma, sa vie est ailleurs! Dans l’amour et le tumulte.

Tout le monde l’ignore encore, mais pour Ali MacGraw, la gloire s’éteint aussi vite qu’elle n’était apparue. Mais pour MacQueen aussi, la quintessence de sa carrière sera derrière lui après leur divorce. Malgré « Papillon », malgré « La Tour Infernale », l’acteur qui mourra à cinquante ans signe avec son acte de divorce la fin de son apogée et entame son déclin accéléré encore par le cancer.

Ali MacGraw, plus solide que son personnage de « Love Story » va remonter la pente. Elle ne boit plus désormais et doit sa nouvelle vie et sa « rédemption » au YOGA dont elle deviendra une des chantres.

Elle tournera encore quelques films, des films de « durs », on n’a pas été madame MacQueen impunément et on lui flanque Kris Kristofferson comme partenaire dans un film sur les routiers! A quelques années près, on lui fourguait Stallone!

Le temps passa, de loin en loin un élan du coeur irrésistible ramenait Ali MacGraw devant les caméras et on la retrouva même dans « Dynasty ».

Mais hélas, les années 70 étaient terminées et ne revinrent jamais. Les « happy fews BCBG surgirent et tuèrent la liberté en échange d’amours de têtes couronnées, de séries Tv et d’actions en bourse!

Vivement qu’à nouveau les temps changent!

Celine Colassin.

221o4jq1ted422oe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

QUE VOIR?

1968: What a Lovely Way to Die: Avec Sylvia Koscina, Kirk Douglas et Eli Wallach

1969: Goodbye Colombus: Avec Richard Benjamin

1970: Love Story: Avec Ryan O’Neal, Ray Milland et Tommy Lee Jones

1972: The Getaway: Avec Steve MacQueen

1978: Convoy: Avec Kris Kristofferson

1979: Players: Avec Dean Paul Martin

1985: Murder Elite: Avec Billie Whitelaw

1994: Natural Causes: Avec Janis Paige

1997: Glam:Avec Natasha Grayson Wagner et Valérie Kaprisky

 

3 réponses
  1. cathy7302
    10 mars, 2014 | 21 h 45 min | #1

    Magnifique, Ali Mac Graw est tout simplement magnifique !
    j’adore cette femme, à la beauté naturelle.
    Cathy.

    Répondre

  2. GIRALDI
    21 décembre, 2014 | 18 h 45 min | #2

    Le second mari d’Ali, avait abandonné une carrière d’acteur où il n’avait pas particulièrement brillé pour celle, plus lucrative de producteur. Robert EVANS et non STEVENS, participa ainsi à la production de films à succès tels que « LE PARRAIN » de Francis Ford COPPOLA – « CHINATOWN » de Roman POLANSKI – « MARATHON MAN » de John SCHLESINGER…

    Répondre

  3. fred lens
    4 août, 2015 | 8 h 06 min | #3

    je trouve quelle avait un visage expressif a la fois triste les yeux et joyeux

    Répondre

Répondre à cathy7302 Annuler la réponse.

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream