563: CATHERINE SPAAK cspaak

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La carrière de Catherine Spaak commence bien avant…ses débuts devant les caméras!

Cette charmante demoiselle de nationalité belge naît en France, à Boulogne Billancourt le 3 Avril 1945.  Fille du scènariste Charle Spaak et de son épouse la comédienne Claudie Perrier. Sa soeur, Agnès est née près d’un an jour pour jour avant elle:  le 29 Avril 1944. Bien que la presse la considère généralement comme la « petite soeur » de Catherine, simplement parce qu’elle a débuté après elle.

catherine spaak

La famille Spaak est une famille très connue tant en cinéma qu’en politique. Ils ont la réputation d’être des « libres penseurs » et on affirmera souvent que la belle Catherine a hérité decette liberté intellectuelle bien plus rare qu’il n’y paraît.

Le frère de Charles Spaak, l’oncle paternel des deux petites filles n’est autre que le ministre Belge Charles Henri Spaak, considéré encore aujourd’hui comme un des pères fondateurs de l’Europe bien qu’il nous ait quittés en 1972. La mère de Charles et de Paul Henri fut la première femme sénateur de Belgique!

catherine spaak

Charles Spaak ayant quant à lui signé des scénarii aussi prestigieux que « La Belle Equipe » « Le Grand Jeu », « La Kernesse Héroïque », « La Fin du Jour » et quelques autres merveilles que je passe pour en revenir au fait: Catherine Spaak.

1963_03CatherineSpaak-235x300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La famille Spaak s’est installée en Suisse où les deux filles grandissent avec tout le « confort moderne » lié à leur statut de famille bourgeoise très aisée. Elles trouveront tout à fait normal de voir les plus grands noms du cinéma transiter par le salon pour venir travailler avec papa sur leur prochain film et ne daigneront même pas lever leurs nez de leur clavier de piano si elles sont à leurs exercices pour voir de quel illustre il s’agit, fût-ce Sophia Loren, Pablo Picasso ou Jean-Paul Sartre en personne!

catherine spaak

C’est Alberto Lattuada qui le premier s’avisa de la grâce parfaite et de la beauté de la petite Spaak alors qu’elle n’avait même pas dix ans. Il avait, selon ses dires ultérieurs été complètement fasciné par la maturité adulte de la petite demoiselle au piano.

3371480894catherine-spaak-300x295

Lorsqu’il cherchera une jolie jeune fille de bonne famille pour son film « Gwendoline » en 1957 il pensera immédiatement à la petite Catherine qui n’a encore que…douze ans! Charles Spaak poussa ses hauts cris! Il était hors de question que sa fille si jeune fasse du cinéma, elle avait ses études! Elle n’était malgré ses apparences matures qu’une petite fille et certes pas la jeune fille du film!

catherine-spaak

Les 16 ans de la magnifique Jacqueline Sassard héritèrent du rôle face à Sylvia Koscina mais Lattuada n’en oubliait pas son obsession pour autant.

Deux ans plus tard, bouleversé par « Lolita » , le roman de Vladimir Nabokov, Lattuada se lance dans la production d’un film dont le scénario original s’intitule « Nymphette » et qui deviendra « I dolci inganni », pour nous francophones : « Les Adolescentes ».

Catherine-Spaak-9872-300x300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien entendu, une fois encore, Charles Spaak ne veut rien entendre! Lui vivant sa fille ne se montrera pas devant une caméra! Plutôt l’enterrer vivante dans le caveau familial!

Lattuada va alors se lancer dans un incroyable casting à la recherche de la jeune fille idéale. une beauté sage et mesurée de bonne famille, même si’il envisagea longtemps Gillian Hills avant d’hésiter entre Jeanne Valérie et Geneviève Grad. Mais aucune ne lui convient tout à fait, car aucune n’est Catherine Spaak!

Catherine+Spaak

Un soir qu’il se lamente dans les oreilles de son amie Sophia Loren, l’actrice lui répond: « Comment ça, Charles Spaak ne veut pas que sa fille fasse du cinéma? C’est une blague? je viens de la voir dans le film de Becker « Le Trou » alors si elle  a pu faire ce film là, pourquoi pas le tien? »

Sophia avait vu juste, Catherine était bien dans  « Le Trou ». Oh, pas grand’chose, à peine une figuration, un gros plan sur son beau visage dans une scène de parloir en prison, mais quand même, c’était bien elle.

Cette fugace apparition permettra à une presse people déjà excessive de déclarer quelques années plus tard: « A quatorze ans, Catherine Spaak vivait seule et gagnait déjà magnifiquement sa vie » . On ne prête qu’aux riches. Dans les gazettes comme ailleurs.

catherine spaak

Lattuada appela Charles Spaak qui lui avoua avoir « baissé les bras » devant la volonté inébranlable de sa fille. Catherine voulait faire du cinéma, rien ne pourrait l’en empêcher et que son père soit d’accord ou pas n’y changerait rien! Alors il l’avait laissée tourner pour Becker plutôt que de la voir se ruer sur le plateau de n’importe quel saute-ruisseau et culbute-canapé venu.

Catherine fit le film de Lattuada, on mentit sur son âge pour ne pas affoler la censure italienne et on ajouta une bougie à son gâteau d’anniversaire fêté sur le plateau qui lui donnait ainsi 16 ans tout frais et non 15!

Catherine Spaak

Son contrat stipulait d’ailleurs qu’elle ne se maquillerait pas en dehors du plateau, qu’elle n’irait pas à la plage, qu’elle ne porterait pas de bikinis et ne donnerait aucune interview en dehors de la présence de Lattuada! D’ailleurs sa mère la récupèrerait dès le tournage terminé pour lui faire rattrapper son retard  pris sur son temps d’études!

Ces sages précautions ne seront d’ailleurs pas d’une folle efficacité. Avide de liberté A seize ans, elle attendrait un heureux évènement et se marierait dare-dare à son petit ami de l’époque l’acteur Fabrizzio Capucci dont elle se séparerait en fêtant ses dix-huit ans. Ce mariage fit d’elle la belle sœur du couturier italien Roberto Capucci dit « Le Givenchy romain ».

catherine-spaak

La juvénile mariée n’est pas avare de déclarations bien senties du style « Etre marié ce n’est pas gage de bonheur et encore moins de moralité » ou encore: « Je me suis convertie au catholicisme au moment de mon mariage, pour moi qui vient d’une famille agnostique c’était une découverte, mais convertie ne veut pas dire convaincue« 

Maman d’une petite Sabrina, à vingt ans elle fera partie de très luxueuse liste des personnalités mondiales gagnant mieux leur vie que le président des Etats-Unis!

ek1rjzjuzloxxou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le film de Lattuada, revenons-y, ne fit pas un triomphe colossal ou tout du moins passa plus inapperçu que sa préparation et son casting de « jeune fille idéale », mais une chose était sûre! Catherine était lancée!

Elle enchaîna presque immédiatement en devenant la fille de Michèle Morgan face à Jean-Claude Brialy dans « Le Puits aux Trois Vérités ». l’acteur  à la réputation de parfait gentleman chez les actrices s’en prit plutôt vertement à Catherine et hurla sur tous les toits que « Le film était raté parce que la « jeune première » était nulle au point de tout foutre par terre mais avait été imposée à la production parce qu’elle était fille d’ambassadeur »

catherine spaak

Que Charles Spaak fut ambassadeur surprit tout le monde à commencer par lui-même et ensuite monsieur Brialy n’eut pas la délicatesse de remettre son propre égo en question en se disant que peut-être il n’était pas lui non plus très crédible en jeune homme dont la virilité étourdissante émoustille une femme comme Michèle Morgan au point qu’elle en perde son quant à soi et son sens de la famille pour ses mâles compétences!

Catherine Spaak

Il sautille dans les décors du film comme une nymphe affolée par ses hormones et si Michèle Morgan craint une chose ce n’est certes pas ses assauts de bête du sexe comme le laisse entendre le scénario mais plutôt qu’il ne lui pique ses robes Balmain pour aller faire la sotte avec ses copines à l’Alcazar! Voilà pour Brialy! Brialy est à la virilité dans ce film ce que Sim est à l’haltérophilie! Si quelqu’un flanque « Le Puit aux Trois Vérités » par terre c’est bien lui et certes pas la charmane Catherine!

Après ce faux pas dans le cinéma français, Catherine regagna sa chère Italie où on la considérait comme une véritable star avant même que ne sorte le film de Lattuada et adoptera le rythme de trois films par an durant toutes les années 60 et toujours en vedette face à des acteurs de la trempe de Vittorio Gassman,  Marcello Mastroianni, Ugo Tognazzi et autres monstres sacrés de la péninsule ou d’ailleurs comme Karl Malden, Eliott Gould ou Jean-Louis Trintignant.

catherine spaak

la belle italienne d’adoption mène également une carrière de chanteuse à succès puisqu’elle est une « idole des jeunes », vend ses 45 tours comme des petits pains. Elle est pour son public italien ce que Françoise Hardy est pour son public français, elle partage avec la chanteuse française un look, une guitare et même quelques chansons.

Evidemment, Hollywood fera appel à ses talents car, clame-on outre Atlantique: « Catherine Spaak est la seule actrice à pouvoir un jour remplacer Brigitte Bardot ». Une Bardot très étonnée que l’on songe déjà à sa succession!

catherine spaak

Elle rentrera chez elle assez désabusée « Faire du cinéma à Hollywood n’est pas drôle, c’est beaucoup trop sérieux, on a l’impression de travailler à l’usine! En Italie au moins c’est drôle! On a l’impression d’être encore des enfants et de faire l’école buissonnière! ca ne nous empêcha pas de faire des bons films, parfois même on arrive à les faire dans les délais prévus! »

Au milieu de cette folle décennie, on est très étonnés de voir Catherine toujours flanquée d’un grand sac de toile qui selon un de ses partenaires contient une demi bibliothèque. Catherine était en effet une véritable boulimique de lecture et passait allègrement d’un livre à l’autre. Sur le temps que sa coiffeuse pose ses bigoudis chauffants, elle dévorait des poèmes de Nasim Hikmet alors que trônait sur sa table de maquillage le second volume de « Capital » de Karl Marks et un recueil de poèmes de Caradelli et un ouvrage de Claudel.

spaak-catherine

« Je n’ai rien lu durant trop d’années à cause du cinéma et de mon emploi du temps chargé, aujourd’hui je suis une véritable boulimique de lecture. C’est vrai que je passe d’un livre à l’autre, mais c’est la soif de rattraper mon retard ».

On avait beaucoup ri de feue Marilyn Monroe qui s’était promenée des années durant avec le même recueil de « l’Intégrale de Proust ». On prétendit que Catherine la nymphette yéyé se comportait ainsi par publicité. la réponse fut cinglante: » Ce serait idiot de ma part! Les gens détestent ceux qui lisent plus qu’eux et comme de nos jours ils ne lisent plus du tout, me vanter de le faire ce serait vraiment la dernière chose à dire pour quelqu’un qui cherche la publicité! »

Elle n’avait d’ailleurs pas hésité à s’exprimer, parfois vertement sur les grands problèmes du temps: L’égalité des droits, des sexes, l’avortement, le racisme, le Viêt-Nam. Ses producteurs et autres agents de publicité l’avaient alors suppliée de se taire, craignant que ses opinions tranchées ne nuisent à son image. réponse de miss Spaak: « Vous voulez faire croire aux gens que j’ignore ce qui se passe sur terre? Parce que je vis sur la lune sans doute? » Puis elle ajoutait: « Aujourd’hui je sais que ce qui compte au monde ce n’est pas la dernière collection Cardin ou le dernier film de Marlon Brando! Nasim Hikmet est un intellectuel turc qui a passé 17 ans en prison pour ses idées. Ses poèmes me donnent le vertige! A côté de ça, les Rolling Stones, je m’en fiche un peu ». Puis d’une logique implacable elle concluait: « Partout dans le monde des gens risquent la prison ou la mort pour défendre leurs idées et moi je devrais me taire pour ne pas froisser quelques admirateurs? C’est une blague? »

catherine_spaak

On n’hésita pas alors à reprocher à Catherine sa conduite des années précédentes: les nuits en discothèque, les courses effrénées dans la nuit romaine avec sa petite MG rouge, sa passion pour le surf, le yéyé et les beaux garçons. Réponse de l’intéressée: « C’est vrai, j’ai aimé tout ça et j’ai été cette Catherine là, mais j’avais 17 ans, On ne les a pas toute sa vie! »

Elle terminera les années 60 aussi demandée que Claudia Cardinale ou Virna Lisi avec lesquelles d’ailleurs elle partage quelques affiches. Maintenant qu’elle a le droit de répondre aux interviews, elle fait preuve d’un certain esprit et en 1967, à un journaliste qui remarque perfidement que dans ses films on la voit plus couchée que debout elle répond: »Tout le monde sait que la position couchée est plus confortable! »

En 1971, Elle divorce officiellement de l’acteur Fabrizzio Cappuci qu’elle avait épousé en 1963.

Ce mariage avait beaucoup fait paler de lui, Catherine ne détestant pas larmoyer sur l’épaule compatissante d’un journaliste ponctuant ses reniflements éplorés de « Je ne veux plus jamais le revoir » bien sentis pendant qu’un certain Achille Santé l’attendait à la porte du studio où elle tournait « La Ronde » pour Vadim.

Divorcée en 1971, L’année suivante elle se remarie avec l’acteur italien Johnny Dorelli, rencontré sur un plateau TV en 1968 dont elle divorcera en 1979. Cette affaire de mariage avait eu sa petite heure de gloire dans la rubrique des potins mondains! Catherine avait obtenu le divorce en France à la condition de laisser la garde de sa fille à son ex mari.

catherine spaak

Mais l’Italie ne reconnut pas le divorce français puisque le divorce était tout simplement interdit en Italie! Catherine se plaignait donc très amèrement puisque le bénéfice du divorce, à savoir sa liberté lui échappait mais l’inconvénient par contre, l’abandon de la garde de sa fille restait valable aux yeux de la loi! La presse s’étonnait d’ailleurs de la volonté farouche que mettait cette actrice prétendue volage à vouloir se remarier alors que la mode était précisément à l’amour libre. Catherine s’en expliqua franchement: « Johnny et moi nous nous aimons mais surtout nous nous entendons parfaitement professionnellement comme personnellement. Nous sommes complémentaires et si je suis enfin devenue adulte c’est à lui que je le dois, il m’équilibre alors que je le reconnais, j’ai un caractère très instable! L’imbroglio se compliquait encore par le mariage de Johnny Dorelli, certes séparé mais flanqué de son fils le petit Gianluca!

Mais ce n’est pas pour ces deux mariages que la belle italienne d’adoption va voir son nom très régulièrement dans les gros titres de la presse à scandale durant toute la décennie!

Un conflit va l’opposer à son père qui va se fendre de déclarations que l’on aurait voulues plus étoffées de la part d’un scénariste prestigieux: « Ma Fille est un Monstre », « Je n’ai plus de Fille », « Je renie ma fille », j’en passe et des meilleures, quoiqu’elles soient à peu près toutes pareilles!

Agnès Spaak va entrer dans la ronde infernale et ajouter son grain de sel, en profiant d’ailleurs de la situation familiale tendue en première page pour pousser son pion  de comédienne sans impressionner grand monde et montrer ses bikins au festival de Cannes toujours sans impressionner grand monde.

La presse affolée alla même jusqu’à déterrer madame Spaak mère dans le salon de coiffure dont elle était maintenant la patronne à Paris, recyclée dans les indéfrisables après les feux de la rampe pour lui demander son avis sur sa monstresse de fille! Elle posa l’air navré mais coiffée comme Brigitte Bardot un soir de gala entre les casques et les bigoudis mais je ne me souviens sincèrement plus de sa réponse. Filles, soeurs, père et mère s’entre déchirérent et se réconcillièrent tant et plus durant des années, ce qui devint aussi ennuyeux que les amours de Sacha Distel ou un film de Jacques Rivette!

Ajoutons à cela que Michelangelo Antonioni clamait sur tout les toits son admiration sans borne pour la belle Catherine « L’actrice la plus passionnante de sa génération » ce qui avait fini par ébouriffer Monica Vitti en personne!

Catherine Spaak continuait sur sa lancée de vedette italienne, elle n’avait pas trop rechigné devant les comédies érotico-polissonnes du cinéma italien des années 70 même si son grand prestige, tout comme ceux de Claudia et Virna ne lui permettait pas de forcer la dose dans la polissonnerie, laissant celà à Agostina Belli, Edwige Fenech, Marilu Tolo avec qui elle avait débuté dans le film de Lattuada ou encore Marisa Mell, Barbara Bouchet et Olga Bisera.

Le 4 Mars 1975, Charles Spaak mourait et avec lui s’enterrait le conflit familial. Bientôt le cinéma italien allait calmer sa frénésie de cinéma érotique et tenter de trouver un nouveau souffle qu’il cherche encore en vain 40 ans plus tard. Catherine Spaak avait sagement anticipé les choses et dès 1978 était devenue une habituée de la télévision alors que durant la décennie précédente elle n’avait honoré le petit écran qu’une seule fois en 1968 en tournant avec son futur mari Johnny Dorelli  » La Vedova Allegra ».

Claudia Cardinale et Catherine

Claudia Cardinale et Catherine

En 1990 , après une nouvelle décennie très bien remplie, Catherine Spaak prend ses disances après avoir donné la réplique à Monica Vitti et Eliott Gould dans  » Scandalo Secreto ». Elle se remarie en 1991 avec Daniel Rey.

Elle passera les années 90 loin du feu des projecteurs si l’on excepte sa présence inattendue et tout à fait somptueuse dans le feuilleton français « Une Famille Formidable » qui ne la méritait pas.

Avec l’avènement des années 2000, il se passera rarement une année sans que l’on ne puisse admirer la toujours belle Catherine Spaak sur un écran, petit ou grand. Elle est d’ailleurs la mère de l’inspecteur Aurelio Zen dans la série « Zen ». Catherine a eu sa propre émission de télévison durant quinze ans!

Catherine Spaak est deux fois maman, elle a eu un enfant avec chacun de ses deux premiers maris, sa fille Debora et son fils Gabriele et les a toujours scrupuleusement tenus éloignés de son univers professionnel.

936full-catherine-spaak-267x300

QUE VOIR?

1960: Le Trou: Avec Michel Constantin et Marc Michel

1960: I dolci inganni: Avec Jean Sorel et Christian Marquant

1960:Il carro armato dell’8 settembre: Avec Dorian Gray, Yvonne Furneaux et Elsa Martinelli

1962: L’Amore Difficile: Avec Claudia Mori et Enrico Maria Salerno

1962: Il Sorpasso: Avec Jean-Louis Trintignant et Vittirio Gassman

1963: La Noia: Avec Bette Davis et Horst Bucholz;

1964: La Ronde: Avec Jane Fonda

1965: L’uomo dei cinque palloni: Avec Marcello Mastroianni et Ugo Tognazzi

1965: Oggi, domani, dopodomani: Avec Marcello Mastroianni

1965: Le Monachine: Avec Amedeo Nazzari et Sylvia Koscina

1966: Non faccio la guerra, faccio l’amore: Avec Philippe Leroy

1966: Mademoiselle de Maupin: Avec Robert Hossein

1967: Hôtel: Avec Rod Taylor et Merle Oberon

1968: La Matriarca: Avec Jean-Louis Trintignant, Gabriele Tinti et Philippe Leroy.

1969: Certo, certissimo, anzi… probabile: Avec Claudia Cardinale, John Philip Law et Nino Castelnuovo.

1970: Con Quale Amore, Con Quanto Amore: Avec Claude Rich.

1971: Il gatto a nove code: Avec Karl Malden et James Francisius.

1973: Storia di una monaca di clausura: Avec Suzy Kendall et Umberto Orsini.

1975: Take a Hard Ride: Avec Lee van Cleef et Jim Brown.

1978: Per vivere meglio, divertitevi con Noi: Avec Johnny Dorelli.

1980: Rag. Arturo De Fanti, bancario – precario: Avec Paolo Villagio.

1981: Miele di Donna (Fleur de Vice): Avec Clio Goldsmith et Fernando Rey.

1984: Claretta: Avec Claudia Cardinale et Guilano Gemma.

1990: Scandalo Segreto: Avec Monica Vitti et Eliott Gould

2005: Dalla parte giusta: Avec Myriam Catania et Luca Ward

2010: Alice: Avec Camilla Ferranti

2010: Goodbye Mr Zeus: Avec Stefania Carnevali et Sydne Rome

2011: I più grandi di tutti: Avec Claudia Pandolfi et Alessandro Roja

7 réponses
  1. Jssica
    4 octobre, 2012 | 3 h 50 min | #1

    La première photo est particulièrement belle.

    Répondre

  2. Gilliatt
    26 octobre, 2012 | 6 h 55 min | #2

    Elle a joué aussi dans Week-end à Zuydcoote, un film de Henri Verneuil (1964) adapté du roman de Robert Merle, avec Jean-Paul Belmondo, Jean-Pierre Marielle, François Périer, Pierre Mondy, Georges Géret.

    Répondre

  3. Marc Provencher
    27 décembre, 2012 | 18 h 22 min | #3

    Les films à voir pour Catherine Spaak sont d’abord et avant tout ses comédies à l’italienne: en tant que star adolescente, elle est passée à la légende par ce personnage de la jeune fille balnéaire, délurée et sexy. Ce qui nous donne en priorité: ‘Le Fanfaron’ de Dino Risi, ‘Elle est terrible’ de Luciano Salce, ‘La Fille de Parme’ d’Antonio Pietrangeli, ‘La Vie ardente’ de Florestano Vancini (son dernier film en tant qu’ado). Le « rôle de sa vie », comme on dit, se trouve dans l’un de ces quatre films.

    Les stars adolescentes sont par définition toutes des étoiles filantes…

    Répondre

  4. Cyril Cossardeaux
    7 juin, 2013 | 17 h 38 min | #4

    Je suis très surpris que personne ne cite l’aussi troublant que délicieux « Mademoiselle de Maupin », de Bolognini, où elle séduisait Robert Hossein déguisée en… soldat du début du 19ème siècle !
    Je viens par ailleurs de voir « L’Amour à cheval » (La Matriarca), très plaisante sexy comédie de Festa Campanile que je recommande particulièrement aux fans de la belle Catherine, puisqu’elle est de presque tous les plans.

    Répondre

    • 9 juin, 2013 | 10 h 52 min | #5

      Bonjour cher ami Cinéhilcatherinesque, Comme dit dans le texte d’accueil, je ne cite que les fils que j’ai vus, trop d’erreurs se baladent en effet sur le net dans les « filmographies » pseudo exhaustives qu’on y trouve, et même comme ca je commets également des erreurs

      Répondre

  5. Cyril Cossardeaux
    21 juin, 2013 | 10 h 44 min | #6

    En tout cas, votre travail est vraiment formidable et les petites omissions ici ou là ne pèsent que peu de poids par rapport à la masse d’informations que vous nous mettez à disposition sur des comédiennes à peu près ignorées et/ou oubliées des grands médias… comme du web !

    Répondre

  6. HélènedeTroie
    21 février, 2017 | 17 h 41 min | #7

    J’adore votre site et je me divertis beaucoup à la lecture des biographies de ces inoubliables étoiles filantes. Toutefois, je voudrais venir au secours de Jean-Claude Brialy, que vous malmenez un peu à propos du film « le puits aux 3 vérités ». C’est vrai, le film est un ratage complet, mais je pense que ce n’est ni la faute de Brialy, ni celle de la ravissante Catherine Spaak (je trouve que personne d’autre ne pouvait aussi bien incarner Danièle Plège). Le film est mal ficelé, c’est tout. Même Morgan n’y croit pas. Dans le très bon livre de Jean-Jacques Gauthier, Laurent Léniot n’est pas un mâle ténébreux qui tombe toutes les femmes, mais bien une petite frappe sautillante, un être plutôt veule et insaisissable, exactement le personnage que joue Brialy. Le roman est excellent, mais le film est nul, mais pas à cause des acteurs, qui font ce qu’ils peuvent.

    Répondre

Laisser un commentaire

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream