573: ODILE VERSOIS 00000020-9355

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aborder le destin d’Odile Versois c’est ouvrir une des pages les plus tristes du grand livre d’histoire du cinéma français.

Etiennette de Poliakoff-Baïdaroff naît le 14 Juin 1930 à Paris d’un couple de réfugiés Russes qui ont fui leur sainte mère patrie à la révolution de 1917.

Le père, Vladimir de Poliakoff est chanteur d’opéra, la mère Militzia Envald danseuse étoile.

Le coupe aura quatre filles.

Olga qui naît en 1928 et qui deviendra réalisatrice à la télévision sous le nom d’Olga Varen

Militza qui naît en 1932 et deviendra comédienne sous le pseudonyme d’Hélène Vallier

Etiennette, qui sera pour ses proches Taïna et qui deviendra notre Odile Versois

Et enfin Catherine qui voit le jour en 1938 et sera la plus célèbre des soeurs de Poliakoff sous le pseudonyme de Marina Vlady.

odile-versois-les-dernieres-vacances-197x300

C’est Odile Versois qui fera la première ses débuts au cinéma, dès 1948 et après avoir été mannequin dès 1945. Elle décroche le premier rôle dans le film de Roger Leenhardt : »Les Dernières Vacances » On n’est certes pas dans une superproduction hollywoodienne, mais enfin, le film est truffé d’excellents seconds rôles dont Pierre Dux, Renée Devillers et Berthe Bovy. Quant à la jeune vedette, sa jolie fraîcheur de brunette agrémentée d’une sérieuse personnalité fait les délices du public et la voilà devenue cette « fraîche découverte » sentant bon l’insousciance de la jeunesse, une insousciance qui manque tant à cette France qui n’a encore que les ruines de la guerre pour principal décor.

Marina Vlady et Odile Vesrois

Marina Vlady et Odile Vesrois

On manque de jeunesse dans le cinéma français depuis qu’Odette Joyeux a un peu passé l’âge des émois adolescents. Très vite le cinéma s’arrache Odile Versois et l’Italie s’en mêle! C’est elle qui a l’insigne honneur d’interpréter à l’écran Francesca de Rimini. Un personnage aussi prestigieux que Juliette ou Yseult au cœur des Italiens.

Toujours en 1949, comme elle a besoin d’une petite soeur pour son film « Orage d’Eté », elle propose la sienne et Marina Vlady débute à son tour, à 12 ans. En 1951 c’est Hélène Vallier qui viendra compléter le trio familial d’actrices.

Dès les années 50, même si Marina va détenir le titre de « grande vedette » de la famille de Poliakoff, Odile Vesrois, très respecrée de la profession va tourner plusieurs films par an, souvent en vedette, parfois avec sa soeur Marina et aussi bien en Italie qu’en France. Plus tard le cinéma américain et le cinéma allemand ne se priveront pas non plus de ses services.

in4aax3qskshsk3

Elle acquiert avec la maturité un « type » qui fut propre aux années 60. Une nouveau type de femmes, nées sans doute à part égales du cinéma, de la télévision et de la publicité. Ces femmes bien habillées avec plus de discrétion que d’ostentation, toujours coiffées quoi qu’il se passe et archétype de l’épouse parfaite et de la jeune maman idéale. Brigitte Bardot est trop sensuelle, Martine Carol trop hollywoodienne, Danielle Darrieux trop fantasque mais Micheline Presle, Danik Patisson, Dany Robin, Anne Vernon et quelques autres seront parfaites dans l’emploi. Quant à Odile Versois elle en est peut-être l’archétype blond, Françoise Prévost étant l’archétype brun. Elle est de cette génération de femmes modernes qui « savent se tenir » sans renoncer à la fantaisie à la culture ou à la sensualité.

odile versois

Chemin faisant, Odile a épousé le comédien Jacques Dacqmine qui avait particulièrement brillé dans « Macadam » au côté de le jeune Simone Signoret, mais le mariage fut relativement court. Après trois mois d’union, Odile rentrait chez maman! Daquemine dont c’était le troisième mariage promena longtemps sa désespérance dépressive hurlant à la lune son amour fou pour la belle Odile enfuie.

Divorcée, Odile allait devenir en 1953 madame la comtesse François Pozzo di Borgo et ses quatre maternités successives ralentiront bien évidemment son activité cinématographique, ce qui ne veut pas dire qu’elle perd en prestge ni même en popularité.

4586382156_6574a2ee4c_z

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les comtes Pozzo di Borgo possèdent un château familial en Corse, sur la façade duquel on peut lire: » « Jérôme Pozzo di Borgo et son fils Charles ont fait construire cet édifice avec des pierres provenant du palais des Tuileries incendié à Paris en 1871, pour conserver à la patrie corse un précieux souvenir de la patrie française : l’an de grâce 1891 ».

Odile Versois est donc une femme belle et monstrueusement gâtée par la vie. En 1960 elle est la partanaire de Jean-Paul Belondo dans « Cartouche » et les prises de vues terminées elle s’engouffre dans sa toute nouvelle Mercedes Sport, la même que Cary Grant et Sophia Loren, pour rentrer chez elle sans même le temps de quitter ses robes à paniers et sa perruque poudrée!

1947952rf4ef

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le choc en retour que le destin lui prépare va être d ‘autant plus violent.

Odile Versois est frappée par le cancer Elle va se battre en n’en fera pas secret, continuant à tourner malgré tout, refusant de baisser les bras devant l’adversité et devant les assurances qui renâclent à la couvrir sur les tournages, ce qui n’a l’air de rien mais peut tout simplement mettre une production en faillite « en cas de malheur ».

L’actrice ne reçoit pas hélas le soutien espéré de son mari qui ne supporte pas longtemps la situation et la proximité d’une épouse malade toujours entre deux chimios et deux opérations. Il l’abandonne. Noblesse d’armoiries n’est pas forcément noblesse de coeur.

Elle travaille de plus en plus pour la télévision où les tournages sont plus rapides et les projets étalés sur un moins long terme qu’au cinéma.

Mais malgré une lutte acharnée, elle est vaincue par la maladie et succombe le 23 Juin 1980. Elle s’était battue pour fêter ses 50 ans et s’éteint 9 jours plus tard.

Il fut un temps où les soeurs de Poliakoff enchantèrent le monde, enregistrant des chansons russes écrivant leurs souvenirs à huit mains ou jouant du Tchekhov.

Aujourd’hui Marina reste seule à pleurer ses soeurs.

Une hémorragie cérébrale a eu raison d’Hélène Vallier en 1988 et Olga Varen rejoint ses soeurs dans la tombe en 2009.

En 1979, le château corse des comtes Pozzo di Borgo flamba et il n’est plus que ruines dévastées aujourd’hui, les derniers pans de murs calcinés menaçant de s’ébranler sur la tête des curieux trop téméraires osant s’y aventurer. Je ne crois pas qu’Odile Versoi ait été femme à en tirer satisfaction, mais elle sut au moins, en ces derniers jours de sa vie, que le destin ne s’en prenait pas toujours aux mêmes.

Celine Colassin.

les_dernieres_vacances_1947_portrait_w858

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

QUE VOIR?

1948: Dernières Vacances: Avec Pierre Dux et Renée Devillers

1949: Orage d’Ete avec Gaby Morlay et Odette Joyeux

1949: La Sposa non può Attendere: Avec Gino Cervi et Gina Lollobrigida

1950: Les Anciens de Saint Loup: Avec François Périer, Bernard Blier et Serge Reggiani

1950: Into the Blue: Avec Michael Wilding

1950: Paolo e Francesca: Avec Armando Francioli

1951: Mademoiselle Josette, ma Femme: Avec Fernand Gravey

1953: A Day to Remember: Avec Joan Rice et Stanley Holloway

1953: Grand Gala: Avec Ludmilla Tcherina

1954: The Young Lovers: Avec David Knight

1955: To Paris with Love: Avec Alec Guiness et Elina Labourdette

1955: Les Insoumises: Avec Jany Holt et Jacques Berthier

1956: Check-Point: Avec Anthony Steel et Stanley Baker

1958: Toi…Le Venin: Avec Marina Vlady

1960: La Dragée Haute: Avec Michel Piccoli et Dany Saval

1960: Cartouche: Avec Jean-Paul Belmondo et Claudia Cardinale

1963: A Cause, à cause d’une Femme: Avec Mylène Demongeot et Jacques Charrier

1964: Le Dernier Tiercé: Avec Michel le Royer et Magali Noël

1968: Benjamin ou les Memoires d’un Puceau: Avec Michèle Morgan,Michel Piccoli et Catherine Deneuve

1972: Eglantine: Avec Valentine Tessier

1975: Stationschef Fallmerayer: Avec Wolfgang Hübsch

1977: Le Crabe Tambour: Avec Aurore Clément, Claude Rich, Francis Perrin et Jean Rochefort

3 réponses
  1. Lionel
    14 février, 2013 | 21 h 31 min | #1

    La deuxieme photo en couverture de Elle est une photo d’ Elina Labourdette

    http://hprints.com/ELLE_N_2_du_28_Novembre_1945_Elina_Labourdette_Colette-15023.html.

    Répondre

  2. Gigi
    12 août, 2017 | 16 h 48 min | #3

    Bonjour

    Je me permets plusieurs rectifications concernant le dernier paragraphe.
    Le château de la Punta sur la commune d’Alata n’est absolument pas calciné.
    L’incendie de maquis qui s’est produit le 7 août 1978 et a entraîné le décès d’un jeune pompier a détruit la toiture.
    le château a été laissé à l’abandon pendant plus d’une décennie.
    la toiture a été entièrement refaite sur une charpente métallique.
    Il est actuellement fermé et interdit d’accès, des étais sont placés sur la face d’entrée.
    La famille POZZO DI BORGO l’a vendu.
    Bien cordialement

    Répondre

Laisser un commentaire

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream