578: JULIETTE FABER inconnusmaison01-300x224

 

 

 

 

 

 

 

 

L’actrice Juliette Faber naît le 19 mars 1919 sous le patronyme de Juliette Joséphine Madeleine Faber Sangerman, et l’originalité de l’évènement est qu’ il a lieu a Grevenmacher au grand duché de Luxembourg, région plus connue pour ses vignobles que pour avoir donné naissance à une multitude de stars du cinéma!

Pourtant, la jolie Juliette qui gardera toujours une certaine sévérité « ardennaise » de traits malgré une évidente joliesse deviendra une grande vedette du cinéma français, des planches parisiennes et enfin du petit écran.

On peut s’étonner aujourd’hui que la jeune Juliette, née dans un pays à la neutralité célèbre se retrouve à Paris au moment de l’invasion allemande. mais c’est que voyez-vous, pour les armées teutonnes, la notion de neutralité est une notion très abstraite, et le grand duché de Luxembourg vit la sienne foulée aux pieds bottés comme celle de la Belgique. Non qu’il s’agît là d’objectifs militaires mais seulement la malchance pour ces pays de se trouver « sur le chemin » de ces messieurs peu délicats.

Les Allemands envahirent Paris, le vert de gris déferla sur la capitale. Certains fuirent, d’autres restèrent, Juliette Faber était de ceux-là.

La jeune luxembourgeoise était déjà depuis belle lurette non seulementune parisienne d’adoption mais une actrice en vue puisqu’elle avait connu ses premiers succès à l’écran dès 1938 sous la houlette de Pierre Diamant Berger qui la fait débuter dans « La Vierge Folle », jeune première entre Annie Ducaux, Victor Francen, Paul Demange et Michel André.

Juliette avait impressionné public et critiques, bientôt, Claudel lui-même lui confierait la création d’une de ses pièces malgré un Paris occupé et des horaires de théâtres décalés pour cause de couvre-feu: »L’Annonce faite à Marie ».

Le cinéma français fut particulièrement prolifique en œuvres de qualité durant l’occupation et Juliette Faber afficha son nom au générique de quelques oeuvres qui devinrent bientôt des grands classiques du patrimone filmé hexagonal. L’actrice y croisant plus souvent qu’à son tour François Périer ou l’excellente Suzy Prim.

A la libération elle fut de celles que les comités d’épuration laissèrent tranquilles même si, paraît-il, « Au Bonheur des Dames » était une oeuvre « honteusement pétainiste »!

juliette-faber

Elle allait pouvoir continuer son métier d’actrice et  de comédienne en toute quiétude, toujours fidèle à ce que Truffaut considérait comme « une certaine qualité française », interprète fidèle d’André Cayate mais servant aussi Henri Decoin, Jean-Paul Lechanois ou Richard Pottier.

Mais la belle « qualité française » ne survécut pas aux années 60 et les films ou brillait maintenant Juliette Faber avaient perdu en grâce et en qualité. « Le Foire aux Femmes » ce n’est pas « Justice est faite ».

Juliette Faber se retourna alors vers la télévision avant de se retrouver dirigée par Alfred Rodes dans un film de filles perdues avec Claudine Dupuis. Elle sera relativement présente au petit écran jusqu’au milieu des années 80. Ensuite, Juliette s’effacera de la vie publique, n’apparaissant plus que pour un dernier baroud d’honneur en 1995 dans « Un Ange Passe » à la télévision et à la demande de son amie Renée Faure.

Le 13 Juillet 2008 Juliette Faber s’éteingnait à Pontoise.

Celine Colassin

juliette-faber-217x300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

QUE VOIR?

1938: La Vierge Folle: Avec Annie Ducaux et Victor Francen

1941: Les Jours Heureux: Avec François Perier et Pierre Richard Wilm

1942: Les Inconnus dans la Maison: avec Raimu et Gabrielle Fontan

1942: Mariage d’Amour: Avec François Perier et Paul Meurisse

1943: Au Bonheur des Dames: Avec Suzy Prim, Blanchette Burnoy et Michel Simon

1946: La Tentation de Barbizon: Avec Madeleine Robinson et François Périer

1949: L’Ecole Buissonnière: Avec Bernard Blier

1950: Justice est Faite: Avec Claude Nollier, Valentine Tessier et Michel Auclair

1951: Monsieur Octave: Avec Mady Berry, Paul Azaïs et Raymond Cordy

1951: Trafic sur les Dunes: Avec Pierre Louis, Edouard Delmont et Suzy Prim

1951: Le Cas du Dr Galloy: Avec Suzy Prim et Jean-Pierre Kerien

1952: La Vérité sur Bébé Donge: Avec Danielle Darrieux et Jean Gabin

1952: Nous Sommes Tous des Assassins: Avec Jacqueline Pierreux et Mouloudji

1956: La Foire aux Femmes: Avec Etchika Choureau et Jean Danet

1961: Par Dessus le Mur: Avec Silvia Monfort

1974: L’Ombre d’une Chance: Avec Marianne Eggericcks, Jean-Pierre Mocky et Jenny Arasse

1977: Un Tueur, Un Flic, Ainsi Soit-il: Avec Marika Green, Paul Frankeur et Jean Servais

1980: Le Chemin Perdu: Avec Delphine Seyrig, Magali Noël et Charles Vanel

pas de réponses

Laisser un commentaire

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream