598: FANNY COTTENCON cotten1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fanny Cottençon est de ces comédiennes françaises présentes sur tous les fronts, que ce soit le théâtre le cinéma ou la télévision et de celles qui ont la grâce d’une véritable popularité au coeur d’un public fidèle mais qui n’en fait pas pour autant des stars.

Cette comédienne dont on sait au fond fort peu de choses même si tout le monde la connaît naît au Gabon d’un papa géologue et d’une maman institutrice le 11 Mai 1957.

Lorsque les Cottençon quitteront l’Afrique pour rentrer en France, ils s’installeront à Versailles.

Passionnée de théâtre et de cinéma, Fanny suit de très sérieuses études en ce sens, et fraîchement émoulue de la Rue Blanche, elle suit le parcours commun à toutes les jeunes comédiennes, sillonnant la France de festival en festival et chassant le petit rôle au bas des affiches et des génériques.

Elle débute véritablement en 1977, une première figuration à l’ombre de Michel Galabru dans « La Nuit de Saint Germain des Près », un autre à la télévision dans la série « Histoire de la grandeur et de la décadence de César Birotteau » dont Anouk Ferjac est la vedette.

Fanny Cottençon mettra cinq bonnes années pour se faire une place au soleil des sunlights du cinéma français.

Mais quelle place!

En 1982 elle enchaîne deux tournages de première importance: « Paradis pout Tous » et « L’Etoile du Nord » qui la réunit à  Philippe Noiret et Simone Signoret dont elle joue la fille. Dans « Paradis pour Tous » elle était la fille de Stéphane Audran!

L’année suivante sa prestation dans « L’Etoile du Nord » lui vaudra le césar du meilleur second rôle féminin, ce qui lui permet d’évincer la vétérane Denise Grey, la légende Danielle Darrieux et Stephane Audran nommée pour « Paradis pour Tous » où elle jouait donc sa mère!

« Paradis pour tous » qui aura des retombées plus funestes pour Fanny, car son partenaire l’acteur Patrick Dewaere se suicide alors que le film vient de sortir. La presse bien entendu l’assaille. Elle, sa dernière partenaire qui vient de mimer l’amour dans ses bras.  Questions sur ce geste qui  glaça d’effroi tout le cinéma français.  Le film prend une autre raisonnance que celle qu’aurait dû lui valoir ses qualités dans une situation moins troublée et moins morbide.

Fanny Cottençon n’est pas de celles qui blablatent à qui mieux mieux dans les gazettes même si VOGUE la photographie en Nina Ricci.

Elle a rencontré Roger Coggio, compagnon de longue date d’Elizabeth Huppert et une longue liaison commence quand une autre se termine. Ils seront partenaires dans « Les Fourberies de Scapin » que Coggio adapte pour le cinéma et le couple est solide même si Roger Coggio a 21 ans de plus que sa compagne.

Fanny Cottençon est donc sur la bonne voie, mais qu’est-ce qui freine son ascension vers le vedettariat absolu?

Sans doute parce que tout d’abord les autres comédiennes que sont Agnès Soral et Dominique Blanc jouent sur les mêmes arguments qu’elle; Sans être interchageables elles tiennent le même type emploi. Ensuite encore, pour avoir tenu de beaux rôles dramatiques, Fanny Cottençon a également servi la soupe à quelques comiques dans des comédies qui ne volaient pas bien haut au dessus de la navrance. Francis Perrin lui fera particulièrement beaucoup d’usage. En bref Fanny Cottençon joue un peu de tout un peu partout et même si elle le fait très bien, son image est quand même un peu confuse. Le beau grand rôle qui pourrait faire pour elle ce que fit « L’Eté Meurtrier » pour Isabelle Adjani ne viendra pas.

fanny-cottencon-2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite encore, elle est complètement étrangère à la notion de vedettariat et se fiche comme d’une guigne de jouer les vedettes!

Et puis la maladie va frapper Roger Coggio en 1991 et la comédienne va mettre sa carrière relativement en veilleuse jusqu’à ce que le cancer emporte Roger Coggio le 22 Octobre 2001 à l’âge de 67 ans.

Fanny va reprendre le collier et mettre les bouchées doubles Elle est de ces actrices populaires que la France aime à retrouver au coin de l’écran du dimanche soir, et tant pis si avec le temps c’est plus souvent dans un second rôle que dans un premier. Après avoir joué les « filles de », Fanny joue « Les mères de », elle enchaîne les tournages promène les « Monologues du vagin » à travers la France, et toujours belle, j’ai envie de dire « intacte », le regard pétillant, la silhouette gracieuse elle garde cette voix si particulière qui nous la rend plus attanchante encore.

Et puis qui sait, si finalement, demain, ne viendra pas le beau grand rôle qui fera de Fanny Cottençon une star.

Enfin!

Celine Colassin

2001_pascalito1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

QUE VOIR?

1977: La Nuit de Saint Germain des Près: Avec Chantal Dupuy, Michel Galabru et Mort Shuman

1981: Les Fourberies de Scapin: Avec Michel Galabru et Jean-Pierre Darras

1981: Le Roi des Cons: Avec Marie-Christine Descouard et Francis Perrin

1981: Signé Furax: Avec Maurice Risch

1982: Tête à Claques: Avec Francis Perrin

1982: L’Etoile du Nord: Avec Simone Signoret et Louis Jourdan

1982: Paradis pour Tous: Avec Patrick Dewaere et Stephane Audran

1983: Tout le Monde peut se Tromper: Avec Francis Perrin

1983: L’Ami de Vincent: Avec Françoise Fabian, Philippe Noiret et Jean Rochefort

1984: Femmes de Personne: Avec Marthe Keller et Jean-Louis Trintignant

1986: Golden Eighties: Avec Lio et Delphine Seyrig

1988: Les Saisons du Plaisir: Avec Stephane Audran et Jean-Pierre Bacri

1988: A Gauche en Sortant de l’Ascenseur: Avec Emmanuelle Béart et Pierre Richard

1989: La Folle Journée ou le Mariage de Figaro: Avec Roger Coggio, Marie Laforêt et Michel Galabru

1991: Les Clés du Paradis: Avec Gerard Jugnot

1996: Pandora: Avec Philippe Léotard et Inès de Medeiros

2001: Mortel Transfert: Avec Hélène de Fougerolles et Jean-Luc Anglade

2004: Mariage Mixte: Avec Olivia Bonamy et Gerard Darmon

2007: La Chambre des Morts: Avec Melanie Laurent et Gilles Lellouche

2011: Le Jour de la Grenouille: Avec Joséphine de Meaux et Patrick Catalifo

2013: Les Beaux Jours: Avec Fanny Ardant et Patrick Chesnais

3 réponses
  1. quimper29
    29 mai, 2015 | 23 h 59 min | #1

    Une actrice que l’on aimerai voir plus souvent sur l’écran ! les années n’ont pas de prises sur sa beauté !

    Répondre

  2. marie hélène bergeron
    7 septembre, 2016 | 21 h 28 min | #2

    Bonjour Fanny je vois que tu es au théâtre actuellement Je viendrais donc t’applaudir dans quelques jours Amicalement Marie Hélène

    Répondre

  3. Marie-Jeanne Pinot
    12 juin, 2017 | 12 h 35 min | #3

    La Marilyn Monroe française. Grace, fragilité, féminité, beauté, talent à l’égale de Brigitte Bardot. Une figure d’exception dans le paysage du cinéma qui a ignoré volontairement ou non d’exploiter toutes ses facettes. Dommage pour elle, pour nous !

    Répondre

Laisser un commentaire

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream