618: JACQUELINE HUET 49f02899-223x300

Jacqueline Huet c’est un peu la Marilyn Monroe de la télévision.

La France avait encore en tête et au cœur l’image de cette femme magnifique, cette blonde aux grands yeux de jade, au sourire lumineux à la diction parfaite et à l’élégance si parisienne alors que dans la triste solitude de son appartement de la rue Boileau à Paris, elle choisissait d’en finir.

Jacqueline Huet absorbait une dose massive de barbituriques puis s’allongeait dans son bain, attendant la mort et non sans avoir laissé un message. Non un mot d’adieux ou d’explications, mais une recommandation à ceux qui la trouveraient « Ne me ranimez pas, je suis une vedette oubliée, c’est comme un canard à qui on a coupé la tête et qui court encore un peu« 

Jacqueline Germaine Huet qui ne connaîtra jamais son père naît à Paris le 20 Octobre 1929.

La jolie petite demoiselle se rêvait comédienne et c’est dans un Paris occupé qu’elle suit les cours du conservatoire dont elle sortira diplômée en 1945, année de ses débuts au théâtre.

Pour le cinéma il faudra attendre 1947 et « l’Eventail », un film de René Clément dont Dany Robin et Claude Dauphin sont les vedettes et dans lequel Jacqueline sera à peine figurante, mais qu’importe, elle a dix-huit ans et elle est jolie comme un cœur même si elle est un peu grande pour son époque: un mètre 75! Dix ans plus tard cette particularité fera les délices des couturiers parisiens! On la verra d’ailleurs défiler à l’écran dans « Mannequins de Paris » en 1956.

Mais malgré sa beauté assez spectaculaire, la carrière au cinéma de Jacqueline Huet ne prend jamais de véritable envol. Après 1958 elle sera créditée au générique de plusieurs films mais c’est parce qu’on la voit à la télévision et non parce qu’elle fait partie de l’intrigue.

ec73e143-228x300

Lorsqu’en 1958 l’ORTF lui proposa un contrat ce fut son véritable départ. Elle devint speakerine et devint très vite très populaire. Elle se froissera bien un peu parce que les autres speakerines entre elles l’appellent caca Huet en appuyant sur le T pour faire « cacahuète » phonétiquement mais ce ne sont que petites rosseries de couloirs. Jacqueline va devenir une véritable institution, l’institution « chic » du petit écran. Son régne sur le petit écran va durer jusqu’en 1975. Ce sera la période la plus heureuse de la vie de Jacqueline qui ne se contente pas de présenter les programmes mais participe à de nombreuses émissions de variétés, devenue proche au fil du temps de Charles Aznavour, Mike Brant, Thierry le Luron, elle pousse elle-même la chansonnette et c’est son jeune protégé Michel Drucker qui la reçoit en 1965 pour la première fois en qualité de chanteuse. « Le Jour et la nuit » qu’elle interprète avec une perruque bicolore connaîtra un très joli succès.

jacqueline_huet_-_1_--195x300

Mais lorsque l’ORTF choisit de se passer d’elle après dix-sept ans d’impeccables services, Jacqueline ressent un profond désarroi. Elle recevait des milliers de lettres par semaine de ses admirateurs, elle ne pouvait pas faire un pas dans la rue sans être assaillie de demandes d’autographes et soudain plus rien.

Elle reviendra pourtant, C’est elle qui présente le tour de chant de Michel Sardou en tournée, elle devient productrice mais le charme est rompu. Avec la télévision  c’est aussi au cabaret et au music hall qu’elle se produit en tant que chanteuse et avec un certain succès jusque dans les années 80. En 1981, sa collaboration avec la télévision n’est plus souhaitée. Elle aurait trop ouvertement appuyé la candidature de Valéry Giscard d’Estaing à la présidence, laquelle lui échappe. Il passe à la trappe et sa fervente admiratrice le suit. On sait à quel point les postes à la télévision sont tributaires des opinions politiques de ceux qui les occupent.

La vie sentimentale de Jacqueline n’avait guère été plus heureuse que son expérience de militante politique.

Très jeune encore, en 1950  elle a épousé le comédien Yves Vincent et l’année suivante, elle met au monde sa fille Dominique; Après son divorce elle se remarie tout aussi brièvement avec son dermatologue. Elle sera ensuite la compagne de Théo Sarapo, lui-même veuf d’Edith Piaf. Mais cette romance là aussi sera courte. Théo Sarapo se tue le 28 Aout 1970 sur la route. Jacqueline aura d’autres amours, d’autres hommes dans sa vie.

Mais les années 80 sont vraiment des années noires pour Jacqueline Huet. En 1981 elle est éradiquée de la télévision, en 1982 elle est victime d’une très violente agression, l’année suivante c’est sa maman adorée qui décède. L’actrice sombre dans la dépression et abuse des somnifères et des antidépresseurs. En 1985 elle est hospitalisée. En Septembre 1986 elle est à nouveau hospitalisée mais aucune thérapie ne peut la sortir du gouffre où elle s’enfonce. Le 8  Octobre 1986, sortie de clinique depuis seulement quelques jours elle met fin à ses jours.

Elle était attendue par son amie Evelyne Leclerc qui inaugurait son restaurant « Le Cotton Club ». Elle ne vint pas et, comme Marilyn, après avoir passé un dernier appel à un ami, elle s’enfonça dans sa nuit.

Celine Colassin

jacqueline20huet21

 

QUE VOIR?

1947: L’Eventail: Avec Dany Robin et Claude Dauphin

1948: Mademoiselle s’amuse: Avec Giselle Pascal et Ray Ventura

1948: Et Dix de Der: Avec Denise Grey, Paulette Dubost et Nicolas Amato

1950: Porte d’Orient: Avec Tilda Thamar et Nathalie Nattier

1952: Ouvert conte X: Avec Yves Vincent

1952: La Demoiselle et son Revenant: Avec Robert Dhéry et Annick Morice

1954: Si Versailles m’était Conté: Avec Claudette Colbert, Michel Auclair et Jean-Pierre Aumont

1955: Treize à Table: Avec Micheline Presle et Fernand Gravey

1956: Mannequins de Paris: Avec Madeleine Robinson

1962: La Loi des Hommes: Avec Micheline Presle; Arletty et Philippe Leroy

1964: Clémentine Chérie: Avec France Anglade

1964: Les Pieds Nickelés: Avec Jean Rochefort et Charles Denner

1964: De L’Assassinat considéré comme l’un des Beaux Arts: Avec Béatrice Altariba

1977: Bloedverwanten: Avec Sophie Deschamps, Eddie Constantine et Ralph Arliss

7 réponses
  1. Klatuu
    13 août, 2014 | 14 h 53 min | #1

    C’est LA speakerine de mon enfance! Déjà tout gosse je la trouvais belle, sensuelle et elle manque cruellement sur la télévision actuelle. Je ne me souviens pas de l’annonce de sa mort car cette année naissait mon premier fils!

    Répondre

  2. frankbertrand
    31 octobre, 2014 | 23 h 37 min | #2

    Tellement émouvant, comme toujours, Céline, ce portrait de Jacqueline Huet.tant de souvenirs de cette femme magnifiquement belle, niée, rejetée
    par le métier, comme Denise Glaser. Merci, Céline, de nous les faire revivre.
    Un grand bravo, Céline,

    Répondre

  3. Roger Chiajese
    25 août, 2015 | 19 h 54 min | #4

    « On est contents quand c’est jeudi, jeudi, jeudi;
    Jeudi c’est le jour que l’on aime…. »
    Ceux qui comme moi, au tout début de l’adolescence, au tout début des années 60 regardaient son émission , ne pouvaient qu’être émerveillés chastement par cette beauté, ce sourire, cette gentillesse…
    J’ai eu le bonheur, bien plus tard, déjà adulte, de la croiser à Nice, alors en compagnie de sa maman. Elle était magnifique, sublime, souriante…
    Et puis après ça, bien plus tard, l’annonce de son décès, dans les circonstances que l’on connaît: j’en ai été affecté et en ait voulu à ce monde impitoyable qui l’avait aussi lâchement abandonnée. C’était tellement injuste… Sa revanche: elle est toujours dans nos coeurs.

    Répondre

  4. hugo
    11 septembre, 2015 | 20 h 33 min | #5

    Très bel hommage émouvant, elle le méritait, merci pour elle, merci pour nous.

    Répondre

  5. Ledruge
    7 août, 2016 | 16 h 50 min | #6

    Ai eu l’occasion de croiser J. Huet, peu avant sa mort
    Elle cherchait un pianiste remplaçant pour assurer un récital qu’elle donnait. Je faisais des travaux chez ce pianiste. Souvenir d’une femme charmante…et très pro.

    Répondre

  6. Maryanna
    7 juin, 2017 | 22 h 46 min | #7

    Cet article est un bel hommage pour cette grande dame qui a marqué mon enfance et pas que ça, je garde un très beau souvenir, de notre rencontre à Evian les Bains, lors du Trèfle d’or, où je m’étais produit avec d’autres artistes, sans oublier la présence de ma maman qui n’est plus de ce monde mais qui l’appréciait beaucoup..Jacqueline, vous demeurerez pour toujours dans mon coeur !!

    Répondre

Répondre à frankbertrand Annuler la réponse.

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream