619: YVETTE MIMIEUX telechargement-282x300

Yvette Mimieux surgit sur les écrans avec une telle fraîcheur, une telle jeunesse, une telle beauté et un tel talent qu’il est sidérant qu’elle ne soit pas devenue une des plus grandes stars du monde en quelques instants!

Yvette méritait mille fois une carrière de prestige ou au moins égales à celles de Sandra Dee ou Hayley Mills. Et malgré la battage médiatique fait autour de stars telles que Raquel Welch ou Ursula Andress, Yvette était peut-être bien la seule véritable révélation de sa génération.

yvette mimieux

Mais peut-être que le cinéma n’est pas le seul responsable du rendez-vous raté entre Yvette et la gloire.

Yvette vient au monde à Los Angeles le 8 Janvier 1942. Sa maman est française, ce qui explique son prénom, son papa est mexicain, ce qui explique son second prénom: Carmen.

La ravissante Yvette ne sera jamais suffisamment célèbre pour que les gazettes et les échotières en tout genre se penchent sur son enfance sa famille, sa vie son œuvre. Ou peut-être est-ce elle qui ne sera jamais suffisamment bavarde ou avide de confidences.

yvette-mimieux

On ne connaîtra que son étrange rancœur vis à vis d’Inger Stevens qu’elle déteste et qui le lui rend bien. Un soir où elles se croisent dans un night club hollywoodien elle se lancent des bordées d’injures qui sidérèrent toute l’assistance!

images-4

Hormis cette étrange aversion, on sait que la demoiselle à la beauté diaphane rêvait de cinéma, comme toutes les jeunes filles de Los Angeles et qu’elle avait même participé à un des innombrables concours de beauté dont la mode avait fini par faire partie des mœurs californiennes.

yvette mimieux

Yvette n’était pas de ces créatures pulpeuses dont la tendance fait rage en cette année 1957. Sa beauté fragile et son regard mélancolique auraient plutôt donné envie de la nourrir ou de l’adopter que d ‘épingler sa photo en bikini dans une caserne de pompiers. Mais enfin, le premier prix du concours c’était une apparition dans le prochain film d’Elvis Presley. Peut-on résister à pareille aubaine quand on a 15 ans en 1957?

yvette mimieux

Il semblerait que les quatre finalistes du concours soient proposées au jugement avisé d’Elvis soi-même et que le king n’ait pas retenu Yvette, elle ne sera pas figurante dans « Jailhouse Rock »

Ses débuts au cinéma prendront un détour assez inattendu. Elle qui est née à deux pas des studios débute dans « A Certain Smile » alors qu’elle était en voyage à…Paris, là où les extérieurs du film se tournent.

tumblr_lqvvby30co1qf826yo1_1280-232x300

Rentrée en Amérique, Yvette fera ses débuts à la télévision et se trouve en fort bonne place pour anticiper un nouveau phénomène de société qui « couve » en cette fin des années 60. Depuis l’avènement de Frank Sinatra, Hollywood a découvert l’intérêt financier qu’il y a à plaire aux « Teenagers ». Avec Elvis on tourne des films destinés à leur plaire, surtout aux filles, mais maintenant on mijote des films qui plairaient tout aussi bien aux garçons! Des films avec des acteurs teenagers eux aussi, avec plein de jolies filles, et de beaux garçons confrontées aux problèmes spécifiques de leur âge, à savoir la sexualité, la sexualité et la sexualité et bien entendu avec plein de chansons à la mode!

600full-yvette-mimieux-207x300

Nous sommes en 1960, Yvette a décroché un rôle de jeune fille du futur sa baladant en mini robe rose dans « La Machine à Explorer le temps » avec cet air ravissant mais désabusé « revenu de tout » qu’aime afficher sa génération. Elle est ensuite choisie pour un des principaux rôles de « Where the Boys Are ». Un film d’un nouveau genre qui va pulvériser tous les records! Le « Beach Party film ». Elle est le personnage dramatique de l’intrigue, la ravissante qui croit aux belles promesses des jolis garçons en vacances et accepte de « coucher ». Le tout pendant que Paula Prentiss se coltine un nigaud, que Connie Francis qui deviendra une star planétaire grâce au film ne trouve rien à se mettre sous le jupon et que Dolorès Hart ferre un beau milliardaire avec un yacht! On est quand même à Hollywood!

vm2-158x300

where the boys are

Toute la distribution du film va atteindre des sommets de popularité, en commençant par Connie, bien sûr mais aussi Paula Prentiss, Dolorès Hart, George Hamilton et bien entendu Yvette Mimieux qui non seulement était ravissante en diable mais avait le seul rôle valable du film!

yvette mimieux

Sacrée vedette, Yvette Mimieux voit les rôles et les contrats pleuvoir sur son crâne délicat. En 1962 Hollywood enterre Marilyn mais l’Italie se réjouit! « Enfin Yvette Mimieux est arrivée en Italie où elle est venue rejoindre Rossano Brazzi et Olivia de Havilland pour son film « Light in the Piazza« .

Film où elle aura George Hamilton pour partenaire. Film où elle est époustouflante dans un rôle disons-le tout à fait indéfendable de pin-up attardée mentale à la suite d’un coup de sabot de cheval et que sa mère Olivia de Havilland essaie de caser avec George Hamilton qui ne s’est rendu compte de rien!

vm1b-217x300

Alors pourquoi Yvette, après de tels débuts ne devint-elle pas la star numéro un du box office? Quelques mauvais films, quelques échecs, des actrices plus ambitieuses qu’elles comme Ann Margret, Jane Fonda ou Natalie Wood qui prennent beaucoup de place dans une industrie qui amorce une crise existentielle?

L’actrice estampillée vedette dans un genre de film qui se démode déjà, il n’en faudrait pas plus pour freiner une carrière hollywoodienne. Mais Yvette Mimieux ajoutera encore l’exil européen à la débâcle américaine. Au cours de l’un de ses fréquents séjours parisiens, elle rencontre le réalisateur Serge Bourguignon. Serge Bourguignon est alors osacrisé pour son film « Les Dimanches de Ville d’Avray » et Yvette restera longtemps sa compagne. En 1969, il lui offrira un rôle digne de son talent dans « The Picasso Sommer » avec Albert Finney. Le couple s’était un peu brouillé en 1966, Serge préparait « A Cœur Joie » avec Brigitte Bardot, Yvette s’était un peu consolée avec John Derek fraîchement abandonné par Ursula Andress!

yvette-2

Mais ce film résonne comme le glas de leur histoire, bientôt Yvette Mimieux deviendra la quatrième épouse du réalisateur mythique Stanley Donen. Le couple se marie en 1972, ils divorceront en 1985 mais resteront les meilleurs amis du monde. L’année suivante, Yvette se remarie avec monsieur Howard F. Ruby.

yvette mimieux

L’actrice tournera jusqu’en 1992. De moins en moins présente au cinéma, elle est très active à la télévision. mais après le tournage du téléfilm « Lady Boss » sur un scénario de Jackie Collins, elle renonce à sa carrière.

Le temps passant avait fait de la frêle jeune fille de 1962 une femme belle et distinguée, abordant les types de rôles dont se délectaient Lee Remick ou Joanne Woodward et dont la beauté restera pour nous inaltérable.

Yvette Mimieux ne fut pas la plus grande star du monde, sa carrière n’est pas la plus éblouissante de toutes même si elle n’a pas à en rougir.

yvette-roses

Elle est une actrice chère à mon cœur car à mes yeux elle symbolise avec la française Jeanne Valérie toute la fraicheur dont le cinéma est capable. Car on a beau être cinéphile invétérée, on n’a pas envie des sortilèges sophistiqués de Joan Crawford  tous les jours.

Alors « Where the Boys Are » et « Light on the Piazza » n’ont peut-être pas révolutionné la pensée universelle mais j’aime à les revoir et les revoir encore.

Aujourd’hui le cinéma est triste, misérabiliste et nombriliste, il n’ a plus ni cœur ni poésie et répète les même poncifs de trentenaires en crise jusqu’à en être redondant et ennuyeux.

Alors, chère Yvette, vous n’avez peut-être pas brillé longtemps, mais vous êtes quand même le dernier éclat du cinéma.

Celine Colassin.

yvette

QUE VOIR?

1958: A Certain Smile: Avec Christine Carère, Joan Fontaine et Rossano Brazzi

1960: Platinum High School: Avec Terry Moore et Mickey Rooney

1960: The Time Machine: Avec Rod Taylor

1960: Where the Boys Are: Avec Dolorès Hart, Paula Prentiss et Connie Francis

1962: Les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse: Avec Ingrid Thulin, Glenn Ford, Charles Boyer

1962: The Wonderful World of the Brothers Grimm: Avec Laurence Harvey et Claire Bloom

1962: Light in the Piazza: Avec George Hamilton et Olivia de Havilland

1963: Diamond Head (Le Seigneur d’Hawaï): Avec Charlton Heston et Georges Chakiris

1965: La Récompense: Avec Max von Sydow et Efrem Zimbalist

1967: Monkeys Go Home: Avec Maurice Chevalier et Dean Jones

1968: The Mercenaries (Le Dernier Train du Katanga) Avec Rod Taylor, Jim Brown et Olivier Despax

1969: The Picasso Summer: Avec Albert Finney

1972: Skyjacked: Avec Charlton Heston et James Brolin

1975: Journey Into Fear: Avec Sam Waterston et Zero Mostel

1976: Jackson Country Jail (La Prison du Viol) Avec Tommy Lee Jones

1979: The Black Hole: Avec Anthony Perkins, Maximilian Shell et Ernest Borgnine

1981: Circle of Power: Avec Christopher Allport (la dernière apparition au cinéma d’Yvette Mimieux)

 

11 réponses
  1. Denis GDL
    25 avril, 2014 | 22 h 16 min | #1

    Honte à moi, je croyais qu’Yvette Mimieux était décédée. Sur Wikipédia, il est écrit que son père est Français, et sa mère Mexicaine, se seraient-ils trompés ? Je la connais de par « La machine à remonter le temps » qui fait partie de mes films de chevet. Je l’ai vue récemment dans « Le trou noir », on l’avait affublée d’une coupe de cheveux courte et bouclée qui ne lui allait pas du tout. Honte au coiffeur qui lui a fait ça !

    Répondre

  2. 26 avril, 2014 | 8 h 24 min | #2

    ah…Wikipédia…j’ai utilisé pour cet article une interview d’Yvette de 1970, donc si wikipedia avait raison et moi tort, c’est qu’Yvette elle-même se serait trompée

    Répondre

    • Denis GDL
      26 avril, 2014 | 9 h 46 min | #3

      Je me doutais bien qu’ils s’étaient plantés mais je voulais en être sûr. En tout cas, votre fiche est beaucoup plus complète que la leur qui se résume a une filmographie. j’en ai lu quelques autres, elles sont aussi intéressantes que celle-ci, je repasserais de temps en temps vous rendre visite.

      Répondre

  3. 26 avril, 2014 | 9 h 58 min | #4

    Vous serez toujours le bienvenu cher Denis

    Répondre

  4. Klatuu
    12 août, 2014 | 12 h 53 min | #5

    Je ne connais que trois films d’Yvette Mimieux: « La machine à explorer le temps », « le trou noir » et « le monde merveilleux des frères Grimm ». Mais, comme Rod Taylor dans « la machine….. », j’aurais fait sans hésiter plus de huit mille siècles…….pour la retrouver!

    Répondre

  5. Brancaléone
    14 juillet, 2016 | 14 h 48 min | #6

    C’est avec grand plaisir que j’ai pris connaissance de votre blog très complet, visant à l’exhaustivité. J’ai toujours eu beaucoup d’admiration pour Yvette Mimieux dont la beauté diaphane et le sourire mélancolique me chavirent le cœur chaque fois que je revois la machine à remonter le temps. et je ne suis pas peu fier que ma fille elle aussi ait beaucoup d’admiration pour cette ravissante comédienne.

    Un grand bravo pour votre blog.

    Répondre

  6. 14 juillet, 2016 | 22 h 19 min | #7

    Merci de ces compliments qui me touchent infiniment.

    Répondre

    • myriam
      12 novembre, 2017 | 16 h 24 min | #8

      Je viens de découvrir ces charmantes dames du temps passé et ai lu votre article avec beaucoup d’attention: cependant j’ai bondi en lisant ceci: « Et malgré la battage médiatique fait autour de stars telles que Raquel Welch ou Ursula  » ne seerait-ce pas plutôt l’abbatage?? du verbe abattre.
      Cordialement
      myriam

      Répondre

      • 12 novembre, 2017 | 20 h 09 min | #9

        non c’est bien du battage. il ne fallait pas bondir ;-)

        Répondre

  7. bertho
    30 mars, 2017 | 20 h 53 min | #10

    Et son rôle auprès de Richard CHAMBERLAIN ? 83ANS CE 31 MARS 2017… Elle y était adorable et pro comme lui

    Répondre

  8. DAN
    15 août, 2017 | 15 h 26 min | #11

    De la pureté dans le regard, un air innocent et fragile, le symbole de la véritable femme,celle qu’un homme a le désir de protéger et d’aimer.

    Répondre

Laisser un commentaire

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream