620: MARTHE KELLER 02_marthe_keller-241x300

Marthe Keller est peut-être la plus étincelante des actrices de cinéma international à avoir été découverte par la télévision française, et ce, bien qu’elle soit suisse! Marthe Keller demeure encore aujourd’hui et probablement à jamais la « Demoiselle d’Avignon » au cœur des nostalgiques des « feuilletons »!  Lorsque le feuilleton en question fut diffusé pour la première fois en 1972, le cœur de la France entière battit à l’unisson pour la jolie demoiselle. Quand ses aventures prirent fin la chose eut des allures de deuil national! Le téléspectateur n’aurait plus sa Marthe hebdomadaire, qu’allait-il devenir? Nombreux sont d’ailleurs ceux qui fidèles au culte de Marthe Keller en « Demoiselle d’Avignon » ignorent quelle fut sa prestigieuse carrière après leur feuilleton adoré, nombreux étaient d’ailleurs ceux qui ignoraient que Marthe Keller œuvrait devant les caméras depuis bientôt dix ans!

marthe_keller_3-300x193

Le 28 Janvier 1945, Marthe Keller naît à Bâle, sur les rives du Rhin, non loin de ses chutes.

Comme toute suissesse qui se respecte, bien que son père soit d’origine allemande et sa maman d’origine hongroise, la jeune Marthe adorait le ski et songea même longtemps à en faire son métier. Elle hésitait entre ce sport et la danse mais sans doute trop téméraire sur ses lattes, un accident réglerait le problème et ça ne serait ni l’un ni l’autre!

Parfaitement bilingue comme l’essentiel des habitants de Bâle « La ville au coin des trois pays », c’est à la télévision allemande que Marthe Keller débute dès 1964, alignant une jolie série de feuilletons et de téléfilms sans que le cinéma ne s’intéresse à elle hormis pour une apparition des plus fugaces dans « Mes Funérailles à Berlin ». Elle est à Paris lorsqu’éclatent les évènements de Mai 1968. Bloquée dans la capitale française plus longtemps que prévu, la révolution estudiantine va révolutionner le destin de la jeune suissesse.

diable-par-la-queue-69-03-g-300x196

Le diable-par-la-queue: Yves Montand et Marthe Keller

Philippe de Broca a deux films en préparation: « Le Diable par la Queue »  avec Yves Montand et « Les Caprices de Marie » avec Philippe Noiret. Il rêvait de Catherine Deneuve mais celle-ci décline faute de temps. Après la mort brutale de sa sœur Françoise Dorléac, Catherine Deneuve s’est assommée de travail et n’a plus un week-end de libre jusqu’en…1971!

C’est une inconnue qui tiendra les deux rôles et accessoirement le cœur de Philippe de Broca: Marthe Keller .

Le couple aura un fils: Alexandre né en 1971.

Mais comme en Allemagne, c’est la télévision qui va littéralement placer Marthe Keller sur orbite! Après la série à succès « Arsène Lupin » avec Georges Descrières, c’est l’apothéose populaire avec la fameuse « Demoiselle d’Avignon » qui fait d’elle une des actrices les plus populaires de France et donc des plus demandées! En 1973 elle est la vedette de trois films et seule Catherine Deneuve tourne autant qu’elle.

Bien sûr l’Allemagne n’est pas peu fière et la rappelle, l’Italie l’invite mais bientôt c’est Hollywood qui sollicite la star suisse devenue internationale. Et depuis Sophia Loren, la mèque américaine du cinéma n’avait plus mis les petits plats dans les grands pour une actrice européenne. Qu’on en juge;

Marthe vient à Hollywood pour tourner sous la direction de John Schlesinger, John Frankenheimer, Sidney Pollack et Billy Wilder. Le tout fait d’elle la partenaire de Dustin Hoffman, Laurence Olivier, Roy Schreider, Bruce Dern, Henri Fonda, Al Pacino, Michael York, William Holden et même de Marlon Brando! Cinq ans et six films en tête d’affiche à Hollywood et un séjour couronné par une longue liaison avec Al Pacino.

A l’époque elle aime à plaisanter: Je suis née en Suisse d’un père d’origine Allemande et d’une mère d’origine hongroise, j’ai été découverte en France et me voilà consacrée vedette aux Etats-Unis! Si après ca je ne perds pas le nord!

marthe20keller2

Malheureusement pour la belle Marthe, Ni Bobby Deerfield ni Fedora ne sont les succès espérés. Marthe avait pourtant mis tous ses espoirs dans « Bobby Deerfield » et avait même perdu dix kilos pour rendre plus crédible son personnage de jeune femme leucémique.

En 1982 elle revient à l’Europe et à ses anciennes amours: la télévision.

Comme Micheline Presle avant elle, l’aventure hollywoodienne lui donne à la fois un prestige et un statut à part. Mais paradoxalement, toujours comme Micheline, elle ne retrouve plus la gloire qui était la sienne se fait rare au cinéma. Et même si elle est très présente à la télévision, elle se produit dans trois pays différents, ce qui fait que dans chaque pays on ne voit qu’un tiers de son travail.

Elle se fait donc rare partout. Même si, toujours comme Micheline elle reste populaire et se voit encore offrir de beaux grands rôles dans des films qui parfois, n’ont pas touché leur cible comme « Nuits Blanches » « K » ou « UV ». Marthe elle-même commente: « J’adore travailler mais j’adore aussi être libre, je n’aime pas me forcer à faire ce qui me déplaît et je ne pourrais pas être prisonnière d’une image, m’inquiéter pour mes robes, mes cheveux, faire des liftings…Je ne pourrais pas, j’ai toujours trop aimé ma liberté pour être une star! » D’ailleurs elle n’ a jamais été « star » que du bout des lèvres. Quelque soit son succès du moment, Marthe Keller mettra toujours un point d’honneur à conduire elle-même Alexandre à l’école, venir le rechercher et surveiller ses devoirs. le petit garçon ne verra jamais l’ombre d’une nurse à l’horizon!

Marthe Keller estimait que son petit garçon donnait un sens à sa vie, elle ne trouvait donc pas logique de le faire passer après quoi que ce soit d’autre!

Tout ceci n’empêche pas Marthe Keller, un demi siècle après ses débuts d’être toujours non seulement présente au cinéma, au théâtre et à la télévision mais aussi d’avoir diversifié ses champs d’action puisqu’elle est passée à la mise en scène, notamment avec un Don Giovanni au métropolitan opéra de New-York applaudi par un public et une critique debouts!

Finalement, Marthe Keller qui s’avoue très heureuse de son sort a bien raison de l’être. Sans jamais rien céder de sa liberté, sa jamais se soumettre à qui ou à quoi que ce soit, elle a joué partout avec et pour les plus grands.

Depuis Noiret et Montand, depuis le prestigieux épisode Hollywoodien elle reste toujours aussi belle, sans doute plus classieuse encore qu’au temps des « Caprices de Marie » et une actrice très demandée que le temps qui passe rend peu à peu mythique. Elle s’en fiche un peu. Même si au fond, bien sûr ça lui fait plaisir. Mais le passé, aussi glorieux soit-il n’est pas la préoccupation majeure de Marthe Keller qui termine un tournage hollywoodien avec Matt Damon pour revenir en France affronter Gérard Depardieu! Normal, elle est actrice!

Celine Colassin

marthe-keller-240x300

QUE VOIR?

1966: Mes Funérailles à Berlin: Avec Michael Caine et Eva Renzi

1967: Wilder Reiter Gmbh: Avec Chantal Cachin et Herbert Fux

1969: Le Diable par la Queue: Avec Yves Montand, Maria Schell et Madeleine Renaud

1970: Les Caprices de Marie: Avec Philippe Noiret et Valentina Cortèse

1972: Un Cave: Avec Claude Brasseur

1972: La Vieille Fille: Avec Annie Girardot et Philippe Noiret

1973: La Raison du plus Fou: Avec Alice Sapritch et Jean Carmet

1973: Elle court elle court la Banlieue: Avec Jacques Higelin

1973: La Chute d’un Corps: Avec Daniel Ceccaldi et Fernando Rey

1974:Die Antwort kennt nur der Wind : Avec Maurice Ronet et Raymond Pellegrin

1976: Le Guêpier: Avec Claude Brasseur

1976: Marathon Man: Avec Dustin Hoffman et Laurence Olivier

1977: Black Sunday: Avec Bruce Dern et Robert Shaw

1977: Bobby Deerfield: Avec Al Pacino et Anny Duperey

1978: Fedora: Avec William Holden et Hildegarde Kneff

1983; Der Platzanweiser: Avec Hanna Haxmann Rezzori

1984: Femmes de Personne: Avec Jean-Louis Trintignant et Caroline Cellier

1985: Rouge Baiser: Avec Charlotte Valandrey et Lambert Wilson

1987: Les Yeux Noirs: Avec Marcello Mastroianni

1989: Georg Esler Einer Aus Deutschland: Avec Klaus Maria Brandauer et Rebecca Miller

1994: Mon Amie Max: Avec Geneviève Bujold

1999: Le Derrière: Avec Valérie Lemercier et Claude Rich

2007: UV: Avec Jacques Dutronc

2008 Kortex: Avec André Dussolier

2010: Hereafter: Avec Cécile de France et Matt Damon

2012: Au Galop: Avec Louis-Do de Lencquesaing

2013: La Marque des Anges: Avec Gérard Depardieu, Joey Star et Thierry Lhermitte

2 réponses
  1. francoislouis
    8 juillet, 2013 | 22 h 05 min | #1

    Comment pourrais je oublier cette fabuleuse comedienne de theatre
    Merci beaucoup pour ce passionant recit
    En esperant vous lire encore longtemps

    Répondre

  2. Stavroguine
    13 février, 2015 | 13 h 39 min | #2

    Revue dans le DVD de « Fedora » mm si en VO elle est doublée par Knef, le film est vraiment remarquable et Marthe Keller si belle ! Dans les bonus du DVD, on voit qu’elle ne vieillit pas et qu’elle a moyennement apprécié la direction d’acteur de Wilder (et s’en plaignait à…Pacino qui était venu la rejoindre sur le tournage !). Elle est toujours élégantissime (ce qui contraste avec le pauvre Mickael York ravagé par la maladie !).
    Elle m’a aussi bcp marquée dans 2 films trés différents « les caprices de Marie » drôle et belle et stt « black sunday » de Schlessinger, superbe film sur le terrorisme.

    Belle carriére que celle de Marthe Keller.

    Répondre

Répondre à Stavroguine Annuler la réponse.

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream