627: MARIE DUBOIS marie-dubois1-240x300 La blonde Marie Dubois fut longtemps un des soleils du cinéma au cœur des Français. Elle symbolisait la jeune française populaire sans vulgarité, jolie mais accessible, rayonnante solaire, jeune et heureuse, simplement simple. Pourtant son image restait floue. Jamais semble-il, carrière n’avait été menée avec moins de maîtrise et comme on s’y perdait un peu, Marie n’avait pas de véritable image et donc n’avait pas de véritable public même si paradoxalement tout le monde la connaissait et l’aimait.

marie dubois

Claudine Lucie Pauline Huzé voit le jour à Paris, le 12 Janvier 1937. Petite fille de français moyens sans grandes histoires à raconter,  son papa est comptable, sa maman secrétaire. Elle aura, comme toutes les petites filles de sa génération, l’enfance entachée d’occupation. Elle est presque adolescente quand la France peut se permettre d’oublier enfin les privations des années de guerre, les gravats déblayés, les morts comptés, les tickets d’alimentations périmés et les films américains enfin distribués. L’avenir est à l’optimisme et Claudine veut être comédienne. « C’est un métier de putain » S’exclame un de ses oncles à table.

marie dubois

Elle suivra les cours de la rue Blanche puis débutera au théâtre, ensuite la télévision où elle débute sous son vrai nom. Un parcours on ne peut plus classique, j’ai envie de dire traditionnel.  Il est de coutume de dire que c’est François Truffaut le premier qui l’a repérée. ne pinaillons pas même si lorsqu’il la convoque pour un bout d’essai resté célèbre.

marie dubois

Elle a déjà tourné un petit bout de rôle pour Eric Rohmer dans « Le Signe du Lion » avec la belle Michèle Girardon.  Si je qualifie les essais que fit Marie Dubois pour Truffaut de célèbres, c’est que non seulement ils sont  toujours visibles mais qu’ils nous montrent une petite parisienne ravissante, sportive mais « coiffée » qui manque de s’évanouir lorsque Truffaut lui demande de se conduire comme une chiffonnière et de l’insulter copieusement. La jeune fille en est incapable, au bout de cinq minutes, rouge comme un camion de pompiers et triturant sa pauvre blouse elle réussit à lancer le mot « con »

marie-dubois

Truffaut qui la rebaptise d’un nom « le plus simple possible », sans doute en hommage déguisé à Claudine Dupuis qu’il admire un peu honteusement en secret, l’engage quand même. Comment se passer d’une aussi adorable demoiselle. Elle tournera pour lui dans « Tirez sur le pianiste » et « Jules et Jim ». Deux courts rôles, certes, elle n’est la vedette d’aucun des deux films, quoique son rôle dans « irez sur le Pianiste » soit loin d’être négligeable. Mais ce sera suffisant pour qu’elle se retrouve estampillée « nouvelle vague ». Or, s’il est une personne qui se fiche de la nouvelle vague comme d’une guigne, c’est bien Marie Dubois! Assoiffée de vie, la comédienne se fiche de la psychologie et des états d’âme de ses metteurs en scène! Elle est la première à se précipiter dans le cinéma de Gérard Oury ou de Gilles Grangier pour donner la réplique à Bebel, Louis de Funès, Fernandel ou Bourvil! Pour Marie une seule chose compte: L’envie de faire le film! Et chemin faisant elle tournera pour une série de metteurs en scène propre à rendre n’importe quelle actrice française malade de jalousie! Elle tournera entre autres pour Truffaut, Rohmer, Resnais, Molinaro, Godard, Granier-Deferre, Grangier, Oury, Enrico, Lautner, Malle, Vadim, Sautet, Verneuil, Japrisot, Doniol-Valcroze, Chabrol, Corneau et même René Clair. Qui de sa génération peut dire mieux ou aussi bien si ce n’est Catherine Deneuve et peut-être Bernadette Lafont? D’autant que l’on peut ajouter à cette prestigieuse liste le nom de l’illustre Luchino Visconti qui la dirige dans son dernier film « L’Innocent » en 1976.

1646_010740223_jpg_0jpuu03x-300x208

Marie avec Lino Ventura dans « Les Grandes Gueules »

Comme la Garance de Marcel Carné dans « Les Enfants du Paradis », Marie Dubois aime plaire à qui lui plaît et ne sait pas dire non quand elle a envie de dire oui! » Voilà tout son plan de carrière et sa vie privée va être tout aussi simple. En 1961 elle se marie avec Serge Rousseau qui fut lui-même acteur avant d’être agent de comédiens. Le couple aura une fille, Dominique, et c’est tout ce qu’il y aura à dire sur la vie privée de Marie Dubois, une des actrices françaises les plus sollicitées durant trois décennies. Un jour elle confessera à la télévision: « Non, ma vie n’est pas simple! Quand mes valises sont bouclées pour partir en tournage, je suis submergée par le désespoir de laisser ma petite fille et mon mari! Il m’arrive de sangloter des nuits entières dans ses bras et je sais que ma petite fille pleure aussi dans sa chambre. Je suis désespérée et je suis sincère. Et en même temps, il me piaffe d’être le lendemain, de partir, de rencontrer l’équipe et de tourner, de faire mon métier! Je suis une épouse je suis une maman et je suis une actrice, il faut que je me débrouille avec ça! Heureusement que mon mari le comprend…Mieux que moi d’ailleurs! » Pourtant cette femme qui irradie de bonheur et de simplicité franche est une femme en sursis. Sur son premier tournage pour Truffaut, Marie Dubois se sent mal. Ce sont les premiers symptômes de la sclérose en plaques. D’abord anéantie par la nouvelle, la jeune femme qui n’a pas 25 ans et dont la vie commence à peine, refuse purement et simplement le diagnostic et se jette dans la vie comme si rien ne s’était passé, comme si rien n’avait été dit, diagnostiqué. La sclérose en plaques est une maladie très particulière qui peut laisser le malade qui en souffre tout à fait tranquille des années durant entre deux crises. Des crises qui frappent n’importe où n’importe comment, sans raison, sans symptômes annonciateurs et qui laissent chaque fois le malade un peu plus diminué jusqu’à la crise suivante qui viendra le lendemain, dans un an, dans dix, mais qui viendra. inéluctablement et à un rythme de plus en plus soutenu. s___cm___marie_dubois___1___1574-212x300 Marie Dubois va avoir la chance inouïe de vivre vingt magnifiques années avant que la maladie ne se rappelle à son mauvais souvenir. 20 années à vivre heureuse avec son mari, faire le métier qu’elle adore et fonder avec sa fille une relation fusionnelle. Même si elles n’aimeront rien tant, lorsque Dominique sera devenue une aussi ravissante jeune femme que sa maman de se quereller comme des chiffonnières au point d’affoler les voisins, de l’aveu même de Marie Dubois, et de se jeter ensuite éperdument dans les bras l’une de l’autre. En 1977, Marie Dubois tourne un second rôle pour Alain Corneau dans son film « La Menace » dont les vedettes sont Carole Laure et Yves Montand. Sa prestation lui vaut le César de la meilleure actrice dans un second rôle. Sa joie est immense et ce César restera toujours cher à son cœur et en bonne place sur sa cheminée car il lui vient de ses pairs. Mais entre le tournage de Corneau et la soirée des Césars, le mal est revenu frapper l’actrice. Elle va désormais vivre dans la crainte de se réveiller chaque matin diminuée par une crise. Sa bonne santé est irrévocablement condamnée, elle le sait et c’est inéluctable. Ce seront les béquilles puis la chaise roulante, le processus est implacable et surtout incurable. Elle va devoir se montrer sage, ralentir sa carrière, ne plus accepter que des rôles de quelques jours, souvent pour la télévision où les tournages sont plus rapides. Peu à peu le mal fait son œuvre mais Marie Dubois pourra encore se survivre honorablement aux yeux du public en cachant son mal à tous pour rester une actrice. En 2001 l’actrice annonce publiquement sa maladie dont les crises se sont rapprochées et s’intensifient. Dans son drame elle a la chance de ne pas avoir la vue et l’élocution qui se brouillent comme c’est souvent le cas. La vie n’en a pas fini . En 2007 son mari la laisse veuve après 46 ans de mariage. Marie quitte alors son Paris adoré et s’installe à Pau pour se rapprocher de sa fille Dominique. Clouée dans son fauteuil roulant, en sursis perpétuel, Marie Dubois reçoit les honneurs qui lui sont dus. Faite officier de la légion d’honneur en 2013, elle reste une femme active, certes plus dans le cinéma mais dans la reconnaissance de la maladie qui peu à peu la détruit. « Faire bouger les choses » c’est son truc! « J’ai fait de très gros progrès dans la vie depuis mes essais pour François Truffaut! Maintenant, le mot « con » c’est le mot le plus délicat de mon vocabulaire! » Marie Dubois Le 15 Octobre 2014, la maladie avait raison d’elle . marie s’éteignait, veillée par sa fille Dominique. Ces derniers mois son état s’était aggravé et la comédienne avait dû quitter son appartement pour une maison de retraite médicalisée Marie avait 77 ans et elle avait été faite officier de la légion d’honneur l’année précédent sa fin. marie-dubois-1-240x300 QUE VOIR? 1959: Le Signe du Lion: Avec Michèle Girardon et Jess Hahn 1960: Tirez sur le Pianiste: Avec Michèle Mercier, Nicole Berger et Charles Aznavour 1961: Une Femme est une Femme: Avec Anna Karina, Jean-Paul Belmondo et Jean-Claude Brialy 1961: Le Monocle Noir: Avec Elga Andersen et Paul Meurisse 1962: L’Anglaise: Avec Jacques Monsigny 1962: Jules et Jim: Avec Jeanne Moreau, Oskar Werner et Henri Serre 1962: La Croix des Vivants: Avec Pascale Petit, Madeleine Robinson et Giani Esposito 1964: La Ronde: Avec Jane Fonda et Jean-Claude Brialy 1964: Week-End à Zuydcoote: Avec Jean-Paul Belmondo 1964: La Chasse à l’Homme: Avec Jean-Paul Belmondo 1964: L’Âge Ingrat: Avec Jean Gabin, Fernandel et Frank Fernandel 1964: Mata Hari, Agent H21: Avec Jeanne Moreau et Jean-Louis Trintignant 1965: Les Fêtes Galantes: Avec Jean-Pierre Cassel 1965: Les Grandes Gueules: Avec Lino Ventura et Bourvil 1966: La Grande Vadrouille: Avec Bourvil et Louis de Funès 1967: Le Voleur: Avec Jean-Paul Belmondo 1968: Ce Sacré Grand-père: Avec Michel Simon, Mary Marquet et Serge Gainsbourg 1969: Monte Carlo or Bust:  Avec Mireille Darc, Susan Hampshire, Bourvil, Tony Curtis et Terry Thomas 1970: La Maison des Bories: Avec Jean-Pierre Cassel et Maurice Garrel 1971: Bof…Anatomie d’un livreur: Avec Marie-Hélène Breillat 1972: L’Œuf: Avec Guy Bedos 1973: Le Serprent: Avec Virna Lisi, Yul Brynner et Henri Fonda 1974: Antoine et Sébastien: Avec François Périer et Jacques Dutronc 1974: Vincent, François, Paul…Et les Autres: Avec Yves Montand, Michel Piccoli et Serge Reggiani 1974; L’Escapade: Avec Jean-Louis Trintignant 1976: Nuit d’Or: Avec Bernard Blier et Klaus Kinski 1976: Les Mal Partis: Avec France Dougnac 1976: L’Innocent: Avec Laura Antonelli et Jennifer O’Neil 1977: la Menace: Avec Carole Laure et Yves Montand 1980: Mon Oncle d’Amérique: Avec Nicole Garcia, Gérard Depardieu et Nelly Borgeaud 1983: L’Ami de Vincent: Avec Françoise Fabian, Philippe Noiret et Jean Rochefort 1983: Garçon: Avec Nicole Garcia et Yves Montand 1990: Un Jeu d’enfant: Avec Dominique Lavanant 1996: Les Caprices d’un Fleuve: Avec Bernard Giraudeau et Richard Bohringer 1997: Rien ne va Plus: Avec Isabelle Huppert et Michel Serrault 1999: A Vot’service: Avec Philippe Perrussel

20 réponses
  1. Monique Pavani
    16 février, 2014 | 16 h 10 min | #1

    Bonjour, J’ai l’âge de Marie, je suis née le 1er Mars 1937.Ma fille a une sclérose en plaques et vous décrivez bien cette maladie, d’autant plus que je suis bénévole de la Fondation ARSEP-recherche sur la SEP. C’est ainsi que j’ai connu Marie DUBOIS que j’aime beaucoup. Je lui avais envoyé mes condoléances lors du décès de Serge Rousseau mais n’avais plus aucune nouvelles. Je vous remercie pour cet article et si vous en avez l’occasion transmettez-lui mes amitiés les plus sincères.

    Répondre

  2. Brigitte Becker
    26 mai, 2014 | 11 h 03 min | #2

    Très bel article, MERCI de faire connaître cette Grande Dame.

    Répondre

  3. Berruer
    15 octobre, 2014 | 18 h 36 min | #4

    Au revoir Marie…

    Merci

    Répondre

  4. dubacq Grany
    15 octobre, 2014 | 19 h 11 min | #5

    Hommage à cette jolie et Grande dame .
    Reposez en paix .
    Grany

    Répondre

  5. gillisse
    15 octobre, 2014 | 19 h 21 min | #6

    Oubli de « la cité de l’indicible peur » de Moky

    Répondre

  6. HUBert
    15 octobre, 2014 | 21 h 02 min | #7

    Merci. Il faudrait ajouter un merveilleux film du même réalisateur suisse que l’Escapade, Michel Soutter, mais deux ans plus tôt : Les Arpenteurs, dans lequel elle joue le rôle principal.

    Répondre

  7. Catherine
    16 octobre, 2014 | 5 h 14 min | #8

    Une grande pensée pour cette merveilleuse actrice, ainsi que pour son livre qui m’a éclairé sur cette maladie qu’est la SEP, dont je suis moi aussi atteinte, son courage, sa façon de lutter, resteront pour moi, un espoir pour les années à venir, merci Madame…Moi aussi, j’ai aimé Paris en marchant la nuit…
    Partez en paix, je ne vous oublirais pas…..

    Toute mon affection et meilleures pensées pour ses proches..

    Répondre

  8. jean pierre
    16 octobre, 2014 | 5 h 31 min | #9

    J’ai appris son décès hier soir et j’ai eu un coup au coeur. Marie Dubois était le sosie du grand amour de ma vie: même regard, même sourire, même simplicité. Pendant des années j’ai regardé ses photos, les larmes aux yeux. Je suis à présent un vieux monsieur de bientôt 76 ans et quand ce sera mon tour, j’aurai en mémoire ce regard et ce sourire qui ont illuminé ma vie.

    Répondre

  9. Poirier
    16 octobre, 2014 | 6 h 42 min | #10

    Bonjour
    Il y a une petite coquille dans votre beau texte :  » Se (Ce) seront les béquilles puis la chaise roulante, le processus est implacable et surtout incurable. »
    Bien cordialement
    Michel

    Répondre

  10. PHILIPPE
    16 octobre, 2014 | 7 h 08 min | #11

    je suis triste de cette disparition C’était une belle et grande dame du cinéma Francais.Elle a
    fini de souffrir de cette terrible maladie. Une époque du cinema qui disparait.

    Répondre

  11. callens paul
    16 octobre, 2014 | 8 h 38 min | #12

    Actrice incomparable,envoutante d’une beauté lumineuse, mon actrice préférée..je suis né en 1933.. je me permet d’adresser a sa fille Dominique mes plus sincères condoléance.

    Répondre

  12. Michel
    16 octobre, 2014 | 10 h 57 min | #13

    Marie irradiat les films qu elle faisait Mon plus beau souvenir: les grandes gueules le charme feminin à l état pur dans un monde de brutes.
    Et en plus elle étatit très courageuse et discrète sur sa maladie.Chapeau

    Répondre

  13. KOLLYNS Berthon
    16 octobre, 2014 | 15 h 44 min | #14

    A 15 ans je suis allé au cinoche pour la première fois, et effectivement j’ai à cette époque déjà trouvé Marie très belle , très belle blonde pulpeuse. je me rappelle très bien dans la Grande Vadrouille. Sincères condoléances à la famille . KOLLYNS Berthone.

    Répondre

  14. Suzanne
    16 octobre, 2014 | 20 h 53 min | #15

    Merci pour cette très élégante et belle biographie.
    Dommage toutefois de ne pas souligner que Marie a également été une grande comédienne de théâtre, surtout au début de sa vie professionnelle.
    Et bravo à Marie pour toute sa vie et son courage aussi inusable que lumineux.

    Répondre

  15. Jandau ¨Philippe
    18 octobre, 2014 | 11 h 52 min | #16

    Votre voix douce et limpide a colorier
    le cinéma noir et blanc.
    philippe Jandau.

    Répondre

  16. Nicole
    19 octobre, 2014 | 8 h 34 min | #17

    Adieu jolie Marie et merci. Reposez en paix.

    Répondre

  17. Didelot
    21 octobre, 2014 | 10 h 57 min | #18

    Devant ma télévision, j’étais amoureux de Marie Dubois, aujourd’hui je suis triste de sa disparition. Sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

    Répondre

  18. François Loubrieu
    21 octobre, 2014 | 12 h 58 min | #19

    Comment ne pas être amoureux d’un si joli sourire. Et malgré la faiblesse du film de J. Poitreneau : le tendre regard de ce sacré grand père de Michel Simon, c’est de la pure nostalgie, une douceur infinie. François.

    Répondre

  19. Siméon
    13 juin, 2016 | 12 h 07 min | #20

    j adore cette actrice si rayonnante .
    une larme pour elle.JE ne l oublierai pas .

    Répondre

Répondre à HUBert Annuler la réponse.

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream