639: ANNA GAYLOR anna_gaylor-1-small-174x300

La dernière fois que j’ai vu Anna Gaylor, c’était à Paris, à la lecture de la première pièce de Charlotte Dubreuil « Sale Temps Lola ». Elle rentrait de voyage, elle avait sa valise dans la salle. Elle était venue applaudir son amie Martine Sarcey que j’avais proposée à Charlotte pour le premier rôle de la pièce, le rôle de mamie Rose.

Nous ne savions pas alors que Martine allait nous quitter et que nous étions parmi les derniers privilégiés à la voir jouer. Souvenir d’autant plus nostalgique que Charlotte Dubreuil rentrait des funérailles d’un de ses plus grands amis, le comédien Bernard Giraudeau.

Anna Gaylor, de son vrai nom Anna Senioutovitch est née le 13 Mai 1932 à Paris.

Cette ravissante jeune fille se rêvant comédienne elle fera le conservatoire en compagnie d’autres apprentis comédiens qui feront le cinéma de demain. Ils ont pour noms Jean Rochefort, Jean-Pierre Marielle, Jean-Paul Belmondo et elle est avec Françoise Fabian la « fille de la bande ». Au début des années 50, Anna débute au cinéma après avoir fait ses preuves au théâtre et ses débuts à la télévision. En 1957 elle est de la distribution des « Collégiennes » d’André Hunnebelle où toute une kyrielle de jeunes filles ravissantes dont Catherine Deneuve en font voir de toutes les couleurs à l’excellente Gaby Morlay.

780109collegiennes15-300x199

les collegiennes

Le film fait un énorme succès en Angleterre sous le titre de Twilight Girls », Angleterre où la française à la cote depuis que l’on s’est entiché de Mylène Demongeot et de Brigitte Bardot. Anna franchira la Manche pour aller tourner quelques films en vedette au pays du « the time ».

Mais l’exil anglais ne durera pas toute la vie. Anna Gaylor rentre à Paris où l’attend l’amour de son compagnon, le jeune cinéaste Alain Jessua. Ce jeune metteure en scène, de quatre mois l’aîné de sa compagne s’apprête à réaliser son premier film « La Vie à l’Envers » où il donnera sa tendre Anna en mariage à Charles Denner sous le regard d’un jeune acteur qui piaffe aux portes de la notoriété depuis 1952 et dont personne ne veut, un certain Jean Yanne. Alain Jessua lui donne sa première chance, nous sommes en 1964. Un chance que Jean Yanne attendait depuis 12 ans.

vie-a-l-envers

La vie-a-l-envers

Mais en 1964 le cinéma français est en crise. la télévision assure son emprise sur un public qui déserte les salles, trop souvent abusé par des « œuvres » encensées par une presse dithyrambique et qui n’étaient qu’ennuyeux pensums nombrilistes. Le joli film d’Alain Jessua n’aura ni le succès ni la postérité qu’il mérite pourtant amplement. Sans doute la tête d’affiche confiée à Charles Denner estampillé « Nouvelle Vague » n’inspira-elle pas suffisamment confiance au public de l’époque, je l’ignore.

Anna va alors enchaîner les pièces de théâtre, les tournages télévisées, et bien sûrs des films, mettant un point d’honneur a toujours figurer à l’affiche de ceux de Jessua. Mais le cinéaste n’est pas un des plus prolifiques de son temps. Il a besoin d’un « Sujet » à traiter pour aborder la préparation d’un film même s’il bénéficie largement de la confiance des plus grands dont Alain Delon ou Annie Girardot. Des films jamais gratuits comme « Armagedon » ou « Traitement de Choc », des films qui jalonnent l’histoire de cinéma français d’une ponctuation de qualité.

Anna quant à elle, fidèle à sa boulimie de travail et la passion de son métier continue sur sa lancée et est devenue aujourd’hui l’une des vétéranes du cinéma français.

Celine Colassin

676160tendrepoulet31-300x179

Anna Gaylor dans « Tendre Poulet »

QUE VOIR?

1956: Mannequins de Paris: Avec Madeleine Robinson et Jacqueline Pierreux

1957: Les Collégiennes: Avec Catherine Deneuve

1958: Nor the Moon by Night: Avec Belinda Lee et Michael Craig

1960: La Chatte sort ses Griffes; Avec Françoise Arnoul

1960: Les Lionceaux: Avec Jean Deschamps et Michèle Grellier

1964: Tous les Enfants du Monde (court métrage) Avec Bernadette Lafont et Roland Demongeot

1964: La Vie à l’Envers: Avec Charles Denner

1965: La Tête du Client: Avec Sophie Desmarets, Francis Blanche, Jean Poiret et Michel Serrault

1967: Jeu de Massacre: Avec Claudine Auger et Jean-Pierre Cassel

1973: Traitement de Choc: Avec Annie Girardot et Alain Delon

1973: Les Granges Brûlées: Avec Simone Signoret, Miou-Miou et Alain Delon

1974: Juliette et Juliette: Avec Annie Girardot, Marlène Jobert et Pierre Richard

1974: La Moutarde me Monte au Nez: Avec Jane Birkin et Pierre Richard

1975: L’Incorrigible: Avec Jean-Paul Belmondo et Geneviève Bujold

1975: Cousin-Cousine: Avec Marie-Christine Barrault, Marie-France Pisier et Victor Lanoux

1977: Armagedon: Avec Jean Yanne, Alain Delon et Renato Salvatori

1977: Julie Pot de Colle: Avec Marlène Jobert, Jean-Claude Brialy et Alexandra Stewart

1978: Tendre Poulet: Avec Annie Girardot et Philippe Noiret

1979: Le cavaleur: Avec Jean Rochefort et Nicole Garcia

1979: Les Chiens: Avec Fanny Ardant, Nicole Calfan, Gérard Depardieu, Victor Lanoux

1980: On a Volé la Cuisse de Jupiter: Avec Annie Girardot, Catherine Alric et Philippe Noiret

1980: Je Vais Craquer: Avec Nathalie Baye et Christian Clavier

1982: Paradis pour Tous: Avec Fanny Cottençon et Patrick Dewaere

1982: Une Chambre en Ville: Avec Dominique Sanda, Danielle Darrieux et Richard Berry

1984: Cheech & Chong, the Corsican Brothers: Avec Cheech Marin et Tommy Chong

1984: Frankenstein 90: Avec Jean Rochefort , Fiona Gélin et Eddy Mitchell

1984: American Dreamer: Avec JoBeth Williams et Tom Conti

1985: Moi Vouloir Toi: Avec Jennifer et Gérard Lanvin

1986: La Gitane: Avec Valérie Kaprisky et Claude Brasseur

1988: En Toute Innocence: Avec Nathalie Baye et Michel Serrault

1993: Les Visiteurs: Avec Valérie Lemercier, Jean Reno et Christian Clavier

1994: Neuf Mois: Avec Philippine Leroy-Beaulieu et Catherine Jacob

1995: Les Anges Gardiens: Avec Gérard Depardieu et Christian Clavier

1997: Le Bossu: Avec Daniel Auteuil et Fabrice Luchini

2000: Meilleur Espoir Féminin: Avec Berenice Bejo, Gérard Jugnot et Sabine Haudepin

2003: Le Cœur des Hommes: Avec Bernard Campan et Gérard Darmon

2004: Vipère au Poing: Avec Catherine Frot et Jacques Villeret

2007: Le Cœur des Hommes2: Avec Bernard Campan et Gérard Darmon

2011: On ne choisit pas sa Famille: Avec Muriel Robin, Christian Clavier et Jean Reno

7 réponses
  1. Merlier georges
    1 janvier, 2014 | 15 h 31 min | #1

    Vous oubliez  » Seven Thunders « ..
    Superbe film d ‘ un intérêt historique certain sur la ville de Marseille ( les vieux quartiers du paniers détruits en 1943 .

    Superbe Anna …et des interrogations sur les lieux de tournages ..( un en particulier )
    si vous pouvez contacter l actrice cela m ‘ intéresserait Merci

    Répondre

    • 1 janvier, 2014 | 18 h 45 min | #2

      Je n’oublie rien, cher ami, mais comme il est dit en préambule à ce blog je ne mentionne que les films que j’ai vus. A de rares exceptions près, les filmographies ne sont pas exhaustives. Recopier sottement une liste quelconque n’aurait aucun d’intérêt d’autant que les erreurs ne sont pas rares sur le net. j’en prend pour exemple toutes les filmographies de la charmante Véronique Vendell la font participer au « Landru » de Claude Chabrol. Cela dit, merci encore de votre intérêt en ce premier janvier. Celine.

      Répondre

  2. Philippe B.
    3 mai, 2015 | 11 h 32 min | #3

    Les parents d’Anna Gaylor furent les collègues de travail des mes parents au sein d’une très grosse entreprise. Sans cela je n’aurai jamais entendu parler d’elle je pense. Je me souviens un peu de son père, Boris, russe blanc au très fort accent.

    Répondre

  3. matti jarvinen
    22 décembre, 2015 | 17 h 04 min | #4

    Quand vous parlez de films « qui n’étaient qu’ennuyeux pensums nombrilistes… » , je ne saisis pas de quoi vous voulez parler , pourriez-vous citer quelques titres ?

    Répondre

    • 22 décembre, 2015 | 18 h 25 min | #5

      C’est mon blog c’est donc mon opinion qui n’engage que moi et que j’assume très volontiers. D’autant plus aisément qu Truffaut en fin de vie avait une opinion identique à la mienne. Alors vous voulez des titres? des titres qui ont vidé les salles plus sûrement qu’un lâcher de boules puantes? Ou vraiment des têtes de gondoles comme « les bonnes femmes » de Chabrol où les gens ont démolis les sièges des cinémas pour en balancer les morceaux sur l’écran? Des petits bijoux comme les premiers films de Lelouch dont il a empêché la sortie (sans rembourser ses producteurs faillis) tellement il en avait honte? Donc des titres dont les principaux malfaiteurs assumaient leur devise « On fait des films pour nous pas pour le public »
      Je dirais « Les Cousins »,  » Une Fille et des Fusils », « Les Grands Moments », « Une femme est une femme », « l’eau à la bouche » et compagnie

      Répondre

  4. Brancaléone
    14 juillet, 2016 | 15 h 52 min | #6

    Curieux film que Les collégiennes (1957) puisque sa version anglaise (The Twilight Girls) fut « tripatouillée » pour y insérer quelques scènes de nudités sous la douche… A l’époque, cinéma français chez les anglo-saxons était souvent synonyme de cinéma « ollé, ollé »… Je suis par contre toujours un peu sceptique quant à la présence de Catherine Deneuve dans ce film: elle avait treize ans au moment du tournage et le rôle qu’elle aurait assumé est celui d’une pensionnaire de guère plus de huit ans (j’ai vu le film,_ennuyeux au possible au passage..)Le mystère demeure…

    Répondre

  5. 14 juillet, 2016 | 22 h 24 min | #7

    J’avoue…ne pas l’avoir vu. Par contre elle en parle dans son autobiographie, essentiellement pour dire qu’elle…n’en a gardé aucun souvenir car déjà au moment du tournage ca lui était passé au dessus de la tête!

    Répondre

Laisser un commentaire

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream