norma crane

Six films, un seul premier rôle, voilà tout le patrimoine, certes de qualité que Norma Crane laisse aux cinéphiles. Sa courte vie en est forcément la cause, mais la télévision n’y est certes pas pour rien. Norma Crane tourna tant et tant de grands rôles pour le petit écran qu’il est permis de se demander s’il lui arrivait de prendre des vacances ou même simplement un peu de repos!

Norma Anna Bella Zuckerman naît à New-York le 10 Novembre 1928 mais n’en deviendra pas new-yorkaise pour autant. Sa famille quitte très tôt la côte Est pour s’installer à El Paso au Texas. C’est là qu’elle grandit mais dès qu’elle sera diplômée du collège, elle reviendra dans sa ville natale pour les cours de l’Actor’s Studio, lequel exerce sur elle un attrait irrésistible. On croit alors qu’on y révolutionne l’art dramatique.

On n’y faisait que pinailler en cercle sur des théories fumeuses qui ne tiendront aucune promesse, mais ca, personne ne le sait encore. En attendant, Norma sera l’élève d’Elia Kazan et débutera au théâtre dans une pièce d’Arthur Miller.

A l’époque, nous sommes à l’aube des années 50, si le cinéma se fait à Hollywood, la télévision se fait encore à New-York et la petite clique de l’Actor’s Studio y a ses entrées et y aura même son programme. Des élèves de la célèbre « école » de Lee Strasberg y donnent des textes, face caméra, debout devant un rideau. C’est tout à fait passionnant! J’ignore si Norma Crane infligea ce pensum aux pauvres téléspectateurs américains, mis je sais qu’elle débuta au petit écran en 1951 dans un épisode de la série « The Clock ». L’épisode « Dream Beach » très exactement où elle donnait la réplique à Jackie Cooper.

norma crane

C’était en 1951. Aussitôt elle obtenait un autre rôle, récurrent cette fois, dans la série  » Mister Pepper », alias Wally Cox et devenait une incontournable de la télévision, alignant séries et grandes dramatiques de prestige. Elle devra attendre cinq ans pour paraître enfin au cinéma dans « Thé et Sympathie » avec la très classieuse Deborah Kerr. Elle attendra vingt ans pour obtenir un premier rôle dans un film, ce sera « Un Violon sur le Toit » en 1971 avec Topol.

Et durant ces deux décennies, Norma Crane était apparue dans tous les programmes les plus mythiques de la télévision américaine.

En 1961, elle avait trouvé le temps d’épouser le scénariste et producteur Herb Sargent qu’elle avait rencontré, il est vrai, sur un plateau de télévision. Le couple avait fini par divorcer, probablement durant une pause publicitaire d’un de leurs programmes.

Finalement, sa relation la plus longue et la plus soutenue sera peut-être son amitié avec Natalie Wood qui la vénère littéralement et l’impose dans son film « Pénélope » en 1966. Lorsque Norma sera diagnostiquée souffrant du cancer du sein, Natalie Wood en sera peut-être même encore plus ébranlée qu’elle! Elle la soutiendra jusqu’à la fin, se refusant à croire à une issue fatale pour son amie adorée. Elle prendra à sa charge les soins les plus coûteux et les plus pointus mais rien n’y fera.

La maladie gagne, le cancer emporte Norma Cane le 28 Septembre 1973. Norma était hospitalisée à Los Angeles, Natalie n’avait pas voulu la laisser seule à New-York.

Son dernier téléfilm « Double Solitaire » sera diffusé de manière posthume, Norma s’y était montrée très affaiblie et portant perruque mais elle était si jeune encore que personne n’aurait pu croire à sa fin si proche.

Celine Colassin

norma crane

QUE VOIR?

1956: The and Sympathy: Avec Deborah Kerr et John Kerr

1961: All in a Night’s Work: Avec Shirley MacLaine et Dean Martin

1966: Penelope: Avec Natalie Wood

1968: The Sweet Ride: Avec Jacqueline Bisset et Michael Sarrazin

1970: They Call Me Mr Tibbs: Avec Barbara MacNair et Sidney Poitiers

1971: Fiddler on the Roof: Avec Topol

 

1 réponse
  1. laurence
    19 novembre, 2017 | 16 h 25 min | #1

    triste fin

    Répondre

Laisser un commentaire

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream