suzanne pleshette

Enfant, il était de tradition que le mercredi après-midi soit consacré au cinéma où m’emmenait ma grand’mère quelque soient les conditions climatiques et la programmation du cinéma Varia.

Ayant une vivre prédilection pour les films avec des animaux ou des pirates, Suzanne Pleshette est une des premières actrices que j’ai identifiées puisque je l’avais admirée bouche ouverte dans « Quatre Bassets et un Danois » et « Le Fantôme de Barbe Noire »

J’avais également identifié Julie Andrews qui m’avait terrifiée qui saura pourquoi dans « La Melodie du Bonheur » et Lucille Ball qui à l’inverse m’avait subjuguée pour l’éternité avec « The long, long Trailer »

Il semble donc que j’aimais aussi les films avec des caravanes!

suzanne pleshette

Suzanne Pleshette vient au monde le 31 Janvier 1937 à Brooklyn.

Sa mère, Géraldine Kaplan est une danseuse commue sous le nom de Géraldine Rivière. Son père est metteur en scène et directeur du cinéma Paramount de Brooklyn.

Ses parents l’autoriseront donc à suivre des études artistiques à condition qu’elle effectue en parallèle un cursus classique. La jeune Suanne sera donc diplômée de l’université de Syracuse avant d’être diplômée de la très sérieuse Neighborhood Playhouse.

suzanne_pleshette

Elle est une des rares comédiennes à avoir durablement impressionné ses professeurs qui voient pourtant, par la force des choses, tant d’aspirantes à la gloire passer sous leur nez.

Seules Greta Garbo et Ingrid Bergman pouvaient en dire autant. Ce qui les avait impressionnés au point de ne jamais l’oublier c’était sa voix magnifique mais surtout son sens de l’humour aussi dévastateur que cruel!

En 1957 elle est prête pour ses débuts à Broadway et fourbit ses armes de pièce en pièce.

suzanne pleshette

En 1960, la presse spécialisée s’intéresse un peu à elle mais c’est parce qu’elle suit avec assiduité des cours de Strip tease pour jouer dans « Gypsy ». Elle n’obtient pas le rôle convoité malgré tous ses efforts, l’auteur de la pièce justifiant sa décision par un « Vous auriez mieux fait d’apprendre à chanter! C’est avant tout une comédie musicale! » Plus tard, c’est Nathalie Wood qui tiendra le rôle à l’écran…Doublée pour le chant.

Elle devra attendre 1961 pour connaître son premier succès personnel à la scène, et seulement parce qu’elle succède à Anne Bancroft qui renonce à son rôle face à Patty Duke dans « The Miracle Maker »

Suzanne Pleshette

Mais à New-York, il n’y a pas que Broadway, il y a aussi les studios de télévision. Suzanne y fait de modestes débuts en 1957 dans un épisode du feuilleton bien oublié « Harbormaster » avec Barry Sullivan.

Il va alors se passer une chose étrange: Cette femme à la grande beauté sensuelle va plaire aux familles!

pleshette-suzanne

Alors que personne ne songerait à distribuer Marilyn Monroe ou Ava Gardner dans un programme télévisé pour les familles, Suzanne Pleshette va être follement sollicitée pour ce type de programmes.

C’est presque un cas unique pour une actrice d’une telle sensualité si on excepte le cas de la blonde Dorothy Provine, elle aussi logée à la même populaire et lucrative enseigne! Dorothy sera sa seule rivale de beauté à la télévision. Elle le sera dans la vie aussi lorsque Dorothy lui ravira les affections de monsieur Glenn Ford!

Suzanne Pleshette étant décrétée « beauté des familles », il était normal qu’elle soit invitée au cinéma par l’empereur absolu des films familiaux: Jerry Lewis!

pleshette

Et comme « Geisha Boy » fait un succès, ce sont les studios Disney qui s’offrent les services de la très belle!

Elle devient une des reines de la comédie familiale. Ou plutôt une des princesses car la reine absolue en est l’indétrônable miss Doris Day!

Elle sera la partenaire attitrée de Dean Jones, de James Garner, de Troy Donahue, des acteurs des familles eux aussi. Et si elle donne la réplique à Tony Curtis, c’est parce que lui aussi est un des maîtres du genre.

Pourtant, Suzanne Pleshette est une actrice de première force et elle sait faire bien d’autres choses comme le prouve si besoin était son rôle court mais intense dans « Les Oiseaux » d’Alfred Hitchcock.

pleshette

En 1964, elle partage l’affiche avec le jeune Troy Donahue, acteur qui affole les jeunes filles mais dont on jase beaucoup à propos d’une sexualité alambiquée où les femmes n’ont pas grand chose à voir et qui est le secret de polichinelle. Pourtant le couple devient un couple de »fiancés » tel que le cinéma les aime et la presse va se passionner pour tout ce qu’ils font jusqu’à leur mariage. Un mariage de huit mois!

suzanne pleshette

Un mariage si court qu’ils étaient déjà divorcés à l’heure de tourner le film que le studio avait mis en chantier pour les montrer réunis à l’écran! « Rome Adventure ».

Suzanne reprit donc sa liberté et le chemin de studios Disney mais surtout le chemin des plateaux de télévision dont elle est devenue une reine absolue, elle y aura même son propre show où elle aura le droit de faire absolument ce qu’elle veut!

Le cinéma, finalement serait resté assez anecdotique dans sa carrière si elle n’avait pas choisi avec beaucoup de discernement ses films qui ont en régle générale toujours connu le succès et ont été de qualité suffisante pour être encore appréciés des décennies plus tard.

Mais son cheval de bataille restera la télévision. Si elle quitte le grand écran en 1980 après avoir repris le rôle d’Ingrid Bergman dan son plus bel échec hollywoodien « Arc de Triomphe » d’après Erich Maria Remarque, elle tourne encore pour la télévision un quart de siècle supplémentaire!

Suzanne Pleshette

Suzanne Pleshette se remarie pour la seconde fois avec Tom Gallagher un milliardaire en pétrole texan comme il sied à une star de son envergure. Ce mariage durera 32 ans, jusqu’à ce que Tom Gallagher décède emporté par le cancer le 21 Janvier 2000. Triste cadeau pour Suzanne qui fêtait ses 63 ans dix jours plus tard.

Elle allait surprendre tout le monde en se remariant une troisième fois l’année suivante avec l’acteur Tom Poston. Il avait été un de ses premiers partenaires sur scène au temps des débuts à Broadway.

Mais Tom, cet amour de jeunesse retrouvé avait dix ans de plus que Suzanne. Le 30 Avril 2007, Suzanne est veuve pour la seconde fois.

A l’heure de cette tragédie personnelle, Suzanne a déjà déclaré publiquement être atteinte d’un cancer au poumon « Pas grand chose, à peine un grain de sable, mais on sait que c’est suffisant pour enrayer les meilleures machines! »

Derrière les airs bravaches de la star toujours sublime, on ne pouvait s’empêcher de craindre pour elle. Elle avait renoncé deux ans plus tôt à son rôle dans « Willie and Grace » et n’était plus reparue sur les plateaux.

Peu avant sa mort, elle s’était montrée en chaise roulante et avait encore plaisanté sur son état avec son style aussi sarcastique qu’inimitable. « Oui, j’ai souffert d’un cancer du poumon, mais maintenant, je n’ai plus ce cancer du poumon puisque j’ai fait enlever le poumon en question! »

Suzanne allait s’éteindre chez elle le 19 janvier 2008. 11 Jours plus tard elle aurait fêté ses 71 ans.

Celine Colassin

pleshette suzanne

QUE VOIR?

1958: The Geisha Boy: Avec Jerry Lewis et Marie Macdonald

1962: Rome Adventure: Avec Troy Donahue et Angie Dickinson

1962:40 Pounds of Trouble: Avec Tony Curtis

1963: The Birds: Avec Tippi Hedren et Rod Taylor

1963: Wall of Noise: Avec Jean Byron

1964: A Distant Trumpet: Avec Troy Donahue et Diane MacBain

1965: A Rage to Live: Avec Bradford Dillman et Ben Gazzara

1966: Mister Buddwing: Avec Jean Simmons et James Garner

1966:The Ugly Dachshund: Avec Dean Jones

1966: Nevada Smith: Avec Steve McQueen et Karl Malden

1968: Blackbeard’s Ghost: Avec Dean Jones et Peter Ustinov

1968: The Power: Avec George Hamilton

1969: If It’s Tuesday, This Must Be Belgium: Avec Ian MacShane et Mildred Natwick

1971: Support Your Local Gunfighte: Avec James Garner

1976: The Shaggy D.A: Avec Dean Jones

1979: Hot Stuff: Avec Dom de Luise

1980: Arch of Triumph: Avec Maximilian Schell et Trevor Howard

4 réponses
  1. hugongerard
    24 octobre, 2014 | 13 h 41 min | #1

    Une ressemblançe trés proche avec Liz Taylor , tu ne penses pas .

    Répondre

  2. 24 octobre, 2014 | 14 h 38 min | #2

    Heu non, j’ai toujours retrouvé qu’elle ressemblait à Jill St John!

    Répondre

  3. Pascal Paoli
    13 décembre, 2014 | 12 h 53 min | #3

    Jill St john est charmante, c’est certain mais je trouve moi aussi que Suzannne ressemble vraiment beaucoup à Elizabeth Taylor.
    Cela dit, n’importe laquelle des trois aurait suffit à faire mon bonheur.
    Je connais moins la carrière de J. St J. mais je trouve que celle de S.P. mériterait plus de considération.

    Répondre

  4. Brancaleone
    10 décembre, 2015 | 23 h 45 min | #4

    Je l’avais beaucoup appréciée dans « La guerre des cerveaux » (The Power)au côté de Guy Hamilton. Elle apportait une touche de fantaisie qui faisait beaucoup défaut à son partenaire…

    Répondre

Laisser un commentaire

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream