Ellen Corby

Le nom d’Ellen Corby ne nous évoque pas grand-chose, à nous, européens, cinéphiles ou non.

Et ce, bien Ellen Corby ait été nommée aux Oscars pour son second rôle dans « Remember Mama » en 1949. La statuette lui échappa au profit de Claire Trevor, sensationnelle il est vrai, dans  »Key Largo ».

Cette méconnaissance vient essentiellement du fait que non seulement Ellen a débuté sa carrière d’actrice bien tard, la quarantaine avait sonné, mais ses hautes heures de gloire seront télévisée.

Ellen tiendra un rôle récurrent dans la série  » La Famille des Collines » durant neuf ans. Elle sera nommée six fois aux Emmy Awards pour ce rôle et elle l’emportera trois fois!

Ellen Hansen vient au monde le 3 Juin 1911 dans sa bonne ville de Racine dans le Wisconsin. Dès le lycée elle s’était intéressée au théâtre et elle avait même laissé sa famille qui vivait maintenant à Philadelphie pour faire une saison avec une troupe de théâtre amateur qui s’était dégotté un contrat d’été à Atlantic City.

L’expérience ne lui déplut pas du tout bien qu’on ne lui ait jamais proposé quoi que ce soit d’intéressant à faire sur scène. Alors tant qu’elle y était, autant aller directement là où tout se passe! Et chacun sait que ce n’est pas à Atlantic city, c’est à Hollywood!

Sans expérience probante, sans recommandations et surtout sans l’indispensable beauté qui seule peut ouvrir les portes des studios même aux incompétentes, Ellen qui sera toujours une très avisée personne se dirige plutôt vers un emploi de script girl et se fait engager à la RKO qui la place sur le série humoristique « Our Gang » C’est ainsi qu’elle verra un jour une débutante tétanisée d’effroi à l’idée même de jouer une scène ou on ne la verrait même pas! Il lui suffisait simplement de donner des tickets de cinéma à des enfants, avec un peu de chance on verrait quand même sa main mais qu’importe, Ellen crut qu’elle allait en mourir sur place. Ce jour là elle ne se fit aucune illusion sur le potentiel d’Ava Gardner!

Ellen devenue script, un métier qui contre tout attente lui plaît puisque le travail de la script est de tout surveiller et donc de se mêler de tout va découvrir un à un tous les rouages du cinéma hollywoodien.

Elle va aussi découvrir sur le plateau de « Our Gang » son futur mari Francis Corby qui met quelques épisodes en scène. Ils se marieront en 1934, divorceront 10 ans plus tard. Ils n’auront pas d’enfant mais c’est sous son nom de femme mariée qu’Ellen sera créditée pour la première fois au générique d’un film, même si étrangement, lorsque ce bonheur lui arrive, elle est déjà divorcée depuis un an!

Bientôt elle réussira à placer ses scénarii au studio, tenant son rôle de script sur le plateau des films qu’elle a écrits et jouant elle-même des petits bouts de rôle par-ci par -là, histoire de gagner du temps! Ellen est sur place, elle connaît le personnage et l’intrigue puisque le tout est sorti de son imagination, pas la peine de faire mourir d’effroi une Ava Gardner de plus pour une ligne à dire ou une vache à traire!

Rien de bien palpitant, mais c’est son métier et elle le fait bien, elle le fera douze années avec le même enthousiasme et pour se distraire suivra des cours de théâtre après ses journées au studio.

Créditée pour la première fois en 1945 pour un rôle encore minuscule, elle est nommée aux Oscars en 1948. Pour avoir été longue à démarrer, 14 ans depuis son arrivée à Hollywood, la carrière d’Ellen n’en était que plus fulgurante!

En un tour de main, presque de passe-passe, elle se positionnait comme une incontournable dans les rôles de gentilles dames. Elle joue les voisines serviables,  les gentilles mamans avant les gentilles grand’mères et excelle encore un peu plus quand ses personnages sont un tantinet « piqués »!

Pour avoir débutés dans de sombres westerns noir et blanc de chez RKO dont la trace s’est parfois perdue, Hollywood se fait pardonner en lui offrant des rôles, souvent modestes, certes mais dans des films de prestige à la distribution solide. C’est ainsi que, toujours curieuse elle peut comparer les qualités et les défauts d’Olivia de Havilland avec sa sœur Joan Fontaine en leur donnant à chacune la réplique, mais qu’elle la donnera aussi à des stars aussi prestigieuses qu’Elizabeth Taylor, Irène Dunne, Humphrey Bogart, Glenn Ford, William Holden, Myrna Loy, Joan Crawford, Audrey Hepburn, Ginger Rogers, Rosalind Russell, Lucille Ball, Cary Grant, James Stewart,  Bette Davis, Robert Mitchum et même Jerry Lewis!

ellen corby

Et si elle n’atteint pas le prestige de Spring Byington, Beulah Bondi, Jane Darwell ou de Anne Revere, elle leur dame quand même quelques pions! Incontournable durant toute la décennie des castings de prestige même si elle n’a souvent qu’une seule scène à défendre, elle s’engouffre à la télévision dès le début des années 50 pour une carrière absolument sidérante! Elle est de toutes les émissions de tous les programmes et surtout de tous les succès! Parfois elle s’offre une petite escapade nostalgique vers Hollywood pour un film. Attirée soit par l’envie de découvrir de nouveaux partenaires avec qui elle n’a jamais travaillé comme Frank Sinatra ou Doris Day . Soit pour le plaisir de travailler à nouveau avec ses vielles copines telles Eleanor Parker, Joan Crawford, Olivia de Havilland ou Bette Davis!

Mais le cinéma ne sera plus qu’une exceptionnelle distraction pour cette créature de télévision.

Et comme je le disais au début de cet article, sa véritable gloire lui viendra d’un rôle de gentille grand’mère dans la série  » La Famille des Collines ». En 1976, alors qu’elle savoure enfin une véritable gloire qu’elle attendait depuis plus de 40 ans, elle est frappée d’un accident vasculaire cérébral qui la diminue fortement. Le tournage de sa série est en plein désarroi, il faut réécrire dare-dare les épisodes et il est hors de question de faire croire à sa mort, le public n’aurait jamais accepté une telle infamie! Tuer sa grand’mère adorée! Et puis quoi encore? Et on fit bien de ne pas l’occire purement et simplement, car Ellen récupèrera l’essentiel de ses facultés et reviendra honorer son rôle! On évitera les déplacements, on réduira son texte au minimum et finalement quelqu’un aura l’idée de génie de faire de son personnage la victime d’un accident cérébral diminuant ses facultés! Où allait-on chercher tout ca?

On ne reverra plus Helen Corby au cinéma. mais elle continuera son petit bonhomme de chemin à la télévision où elle tournera jusqu’en…1997! Certes, elle n’y tient pas des rôles d’écuyères de cirque mais elle est bel et bien là. Fragile, certes, mais parfaite et surtout tant aimée.

Elle se résous à la maison de retraite après un dernier téléfilm où elle avait comme il se doit joué les grand’mères cacochymes mais compréhensives envers la jeunesse.

Evidemment, après toute une vie passée dans les studios, la retraite ne pouvait que lui être d’un ennui abyssal. Heureusement, elle ne le subira que peu. Elle s’éteint paisiblement dans sa 87ème année le 14 Avril 1999.

Celine Colassin

Ellen Corby

QUE VOIR?

1933: Rafter Romance: Avec Ginger Rogers et Norman Foster

1933: Sons of the Desert: Avec Mae Bush, Laurel et Hardy

1946: From this Day Forward: Avec Joan Fontaine

1946: Sister Kenny: Avec Rosalind Russell

1946: The Dark Corner: Avec Lucille Ball et William Bendix

1946: Lover Come Back: Avec Lucille Ball et George Brent

1946: The Locked: Avec Laraine Day et Robert Mitchum

1946: It’s a Wonderful Life: Avec Donna Reed et James Stewart

1947: The Bachelor and the Bobby-Soxe: Avec Myrna Loy, Cary Grant et Shirley Temple

1947: Beat the Band: Avec Frances Langford

1947: Railroaded: Avec Sheila Ryan et John Ierland

1947: Born to Kill: Avec Claire Trevor et Lawrence Tierney

1947: They Won’t Believe Me: Avec Susan Hayward et Jane Greer

1947: The Long Night: Avec Barbara Bel Geddes et Henri Fonda

1947: Cry Wolf: Avec Barbara Stanwyck et Errol Flynn

1947: Forever Amber: Avec Linda Darnell et Cornel Wilde

1948: Strike It Rich: Avec Bonita Granville et Rod Cameron

1948: I Remember Mama: Avec Irène Dunne et Barbara Bel Geddes

1949: The Judge Steps Out: Avec Ann Sothern

1949: A Woman Secret’s: Avec Maureen O’hara et Gloria Grahame

1949: Little Women: Avec June Allyson, Elizabeth Taylor et Peter Lawford

1949: Mighty Joe Young: Avec Terry Moore

1949: Madame Bovary: Avec Jennifer Jones et Louis Jourdan

1950: Capitain China: Avec Gail Russell et John Payne

1950: Caged: Avec Eleanor Parker et Agnès Moorhead

1950: The Gunfighter: Avec Helen Westcott et Gregory Peck

1950: Peggy: Avec Diana Lyn et Charlotte Greenwood

1951: Angels in the Outfield: Avec Janet Leigh

1951: Goodbye My Fancy: Avec Joan Crawford et Robert Young

1951: Here Comes the Groom: Avec Jane Wyman et Bing Crosby

1951: The Sea Hornet: Avec Adèle Mara et Rod Cameron

1952: The Big Trees: Avec Patrice Wymore et Kirk Douglas

1952: Monsoon: Avec Ursula Thiess et Diana Douglas

1952: Fearless Fagan: Avec Janet Leigh et Keenan Wynn

1953: Woman They Almost Lynched: Avec Audrey Totter et Joan Leslie

1953: Shane: Avec Jean Arthur et Alan Ladd

1953:A Lion Is in the Streets: Avec Barbara Hale, James Cagney et Anne Francis

1954: Untamed Heiress: Avec Judy Canova

1954: Sabrina: Avec Audrey Hepburn, Humphrey Bogart et William Holden

1954: About Mrs Leslie: Avec Shirley Booth et Robert Ryan

1954: Susan Slept Here: Avec Debbie Reynolds, Anne Francis et Dick Powell

1955: Illegal: Avec Nina Foch, Jayne Mansfield et Edward G. Robinson

1956: Stagecoach for Fury: Avec Mari Blanchard, Forrest Tucker et Wallace Ford

1956: Slightly Scarlet: Avec Rhonda Fleming, Arlène Dahl et John Payne

1956: The Go-Getter: Avec Beverly Garland

1957: God is My Partner: Avec Marion Ross et Walter Brennan

1957: All Mine to Give: Avec Glynis Johns et Cameron Mitchell

1957: The Seventh Sin: Avec Eleanor Parker, Bill Travers et George Sanders

1958: As Youg as We Are: Avec Pippa Scott et Robert Harland

1958: Vertigo: Avec Kim Novak et James Stewart

1960: Visit to a Small Planet: Avec Jerry Lewis

1961: Pocketful of Miracles: Avec Bette Davis, Hope Lange et Glenn Ford

1963: The Caretakers: Avec Joan Crawford et Robert Stack

1963: 4 For Texas: Avec Anita Ekberg, Ursula Andress, Frank Sinatra et Dean Martin

1964: Hush…Hush, Sweet Charlotte: Avec Bette Davis, Olivia de Havilland et Joseph Cotten

1964: The Strangler: Avec Diane Sayer et Victor Buono

1966: The Ghost and Mr. Chicken: Avec Joan Stanley et Don Knotts

1966: The Glass Bottom Boat: Avec Doris Day et Rod Taylor

1967: The Gnome-Mobile: Avec Karen Dotrice et Walter Brennan

1969: Angel in my Pocket: Avec Andy Griffith

1971: Support Your Local Gunfighter: Avec Suzanne Pleshette et James Gardner

1972: Napoléon and Samantha: Avec Jodie Foster et Michael Douglas

2 réponses
  1. Natalie
    16 septembre, 2014 | 22 h 48 min | #1

    J’aime beaucoup voire énormément votre façon d’écrire .. On y sent un véritable, non seulement travail, mais de l’affection. Un amour infini de tous ces artistes ..c’est passionnant …un des plus passionnant blog que je connaisse.. L’article sur Lois maxwell, Odile Versois. Capucine Olga G.picot…superbes..Ben j’ai pas fini de vous lire . Merci..

    Répondre

  2. 17 septembre, 2014 | 8 h 40 min | #2

    Merci infiniment chère amie, je suis très touchée. Celine

    Répondre

Répondre à Natalie Annuler la réponse.

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream