lina romay

Il existe deux Lina Romay dans l’univers du cinéma.

L’actrice un tantinet sulfureuse et compagne du réalisateur Jésus Franco et son aînée, la belle homonyme Lina Romay qui fut la première égérie de l’orchestre de Xavier Cugat au cinéma!

Cette dernière, celle qui nous occupe est née à Brooklyn le 16 Janvier 1919 dans une famille plutôt confortable puisque son père Porfirio Romay est attaché au consulat du Mexique aux Etats-Unis. Sa mère quant à elle est norvégienne.

Bientôt son père prendra ses fonctions à Los Angeles après Detroit où la petite Maria-Elena grandira.

Son incursion dans l’univers du cinéma se fera par l’entremise de Xavier Cugat.

L’homme est né à New-York où il a étudié le violon classique jusqu’à devenir virtuose. C’est à lui que Chaplin demandera d’interpréter le solo de violon de « Limelight ».

Mais il avait ensuite grandi à Cuba et s’était entiché des rythmes locaux. Là était sa voie.

Son orchestre « exotique » sera célèbre durant toutes les années 30. C’est lui qui fait découvrir ces rythmes ensoleillés dont les Américains s’entichent. Il leur fera découvrir et surtout danser la rumba, la cucaracha.

Et puis un coup de pouce inattendu va lui être donné de bien étrange façon: par le déclenchement de la seconde guerre mondiale en Europe. Les films Américains ne sont plus distribués dans l’Europe en guerre. Pour Hollywood c’est une catastrophe financière absolue.

lina romay

Les grands studios se retournent alors dans un bel ensemble vers le marché sud américain où la production hollywoodienne est adorée. On va tourner des films destinés à ce lucratif marché. On rappelle Dolorès del Rio, considérée il y a peu encore comme un poison du box office, Lupe Velez se voit offrir son propre sérial « Mexican Spitfire », on fait venir à grands frais Carmen Miranda et bien sûr on ne peut se passer de l’orchestre Xavier Cugat!

Le cinéma lui fait un pont d’or et n’émet qu’une petite objection: sa chanteuse Carmen qui test aussi son épouse est un peu vieillissante, on aimerait une créature plus affolante pour reprendre ces rythmes endiablés!

Cugat va donc auditionner des milliers de chanteuses et son choix se portera sur Lina Romay. La seule de ses chanteuses qu’il n’épousera pas!

C’est avec lui qu’elle va vivre l’essentiel de sa carrière cinématographique et il créera à son intention « La Rumba de Brooklyn »! Mais si la guerre a ouvertes en grand les portes d’Hollywood à Cugat et son orchestre, les rutilants dollars qui en découlent ne suffisent pas à étouffer son âme patriotique. Il se mettra avec tout son orchestre à la disposition de l’armée américaine et jusqu’en 1946, il tournera dans des films uniquement entre deux tournées aux armées! Il avait découvert Rita Hayworth, il avait découvert Lina Romay, la paix revenue sur terre il découvre Dean Martin et Jerry Lewis. lus tard il découvrira Abbe Lane et inventera le chachacha!

De son côté, Lina est sous contrat à la RKO avant de déménager chez MGM et se produit dans des films forcément musicaux et souvent elle-même comme une attraction plaquée sur l’intrigue! Elle est une rivale de Carmen Miranda, laquelle chante aussi avec l’orchestre Cugat, mais Lina a l’avantage de ressembler à…Linda Darnell! Elle rate peut-être sa grande chance lorsque Clark Gable qui s’apprête à tourner « Aventure » avec Greer Garson la remarque et songe à elle pour un second rôle qui reste à distribuer dans le film Et c’est le King lui-même qui fera passer son bout d’essai à Lina pour le rôle. malheureusement ce n’est pas dans ce répertoire plus « classique » que Lina était intéressante pour la MGM. Et puis, Mickey Rooney la réclamait lui aussi pour ses chers « Andy Harry »

Sa carrière au cinéma, déjà succincte ne passera guère le cap des années 50, le Rock et Elvis balayant pour un temps les rythmes de Xavier Cugat.

On la reverra parfois à la télévision jusqu’ à la fin de la décennie puis elle tiendra, en espagnol, une chronique à la radio.

Lina s’éteindra à l’âge vénérable de 91 ans à Pasadena en Californie.

Celine Colassin

lina romay

QUE VOIR? (Et qu’entendre?)

1942: You Were Never Lovelier: Avec Rita Hayworth et Fred Astaire

1943: Stage Door Canteen: Avec l’orchestre de Xavier Cugat et Tallulah Bankhead

1945: Adventure: Avec Greer Garson, Joan Blondell et Clark Gable

1946: Love Laughs at Andy Hardy: Avec Mickey Rooney et Bonita Granville

1948: Embraceable You: Avec Géraldine Brook et Dane Clark

1949: The Big Wheel: Avec Mary Hatcher et Mickey Rooney

1949: The Lady Takes a Sailor: Avec Jane Wyman, Eve Arden et Dennis Morgan

1949: Joe Palooka in the Big Fight: Avec Leon Errol

1953: The Man Behind the Gun: Avec Patrice Wymore et Randolph Scott

 

pas de réponses

Laisser un commentaire

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream