virginia brissac

Quelle étrange carrière que celle de Virginia Brissac. Sans doute une des plus étranges carrières de toute l’histoire du film américain!

Virginia Alice Brissac naît à San José en Californie le 11 Juin 1883. Son père est un agent d’assurances et bientôt les Brissac vont quitter la Californie pour l’Illinois et s’installer à Chicago. C’est là qu’elle fournira ses armes en tant qu’actrice. Son physique délicat convient à merveille aux personnages souffreteux. Elle exploite le même « fond de commerce » que Lillian Gish. Mais Lillian vit à New-York, autant dire à Broadway et Mary Pickford va lui présenter Griffith.

Autant dire aussi que si Virginia Brissac est là bien avant Lillian et joue les vedettes à Chicago depuis 1902, Lillian Gish va la prendre de vitesse et la coiffer au poteau de la course à la gloire!

Virginia Brissac

Virginia est une vedette, mais une vedette de Chicago! Et être une vedette de Chicago c’est un peu comme être une élégante de Tourcoing!

Elle reste d’ailleurs curieuse des stars de son temps et bien qu’elle soit elle-même une célébrité, elle tient depuis l’enfance une collection d’autographes à laquelle elle tient comme à la prunelle de ses yeux.

Une anecdote à ce propos a traversé le temps et survécu au moins autant que le souvenir de Virginia elle-même. Encore petite fille elle avait fait une demande d’autographe à Rudyard Kipling. Le secrétariat de celui-ci lui avait répondu qu’elle devait fournir la preuve d’un versement de 2.50$ à un œuvre de bienfaisance de son choix pour recevoir l’autographe en question.

Elle était peut-être encore une enfant mais elle avait déjà la langue bien pendue. la réponse allait être célèbre et parvenir jusqu’à Kipling alors aux Indes. « Je ne suis qu’une petite fille avec 50 cents d’argent de poche par semaine, vous comprendrez donc que réunir la somme de 2.50 dollars m’ a pris du temps! Maintenant que c’est fait, j’attends l’autographe! »

Un autre des ces exploits personnel aurait lieu au départ des troupes pour la grande guerre. Prenant des risques inconsidérés pour photographier les navires de guerre au départ, elle tombe à la mer et ne doit sa survie qu’au courage d’un jeune engagé volontaire de 22 ans qui devint grâce à son imprudence un héros avant d’avoir quitté le pays!

Hormis ces hauts faits, Virginia continue sa carrière de vedette théâtrale. En 1905 sa gloire locale est suffisamment grande pour qu’elle emmène ses plus grands succès comme « L’Eventail de lady Windermere » en tournée, la ramenant ainsi dans sa Californie natale le temps de quelques représentations couronnées de succès. En Juillet 1906, Virginia convole avec un de ses partenaires l’acteur Eugène D. Mockbee. Mais si elle était une gloire du Chicago, il est une grande vedette de Washington et c’est là que le couple s’installe puisque Virginia a promis en se mariant fidélité et surtout obéissance. Le couple s’installe à Spokane et c’est là que Virginia devient maman le 28 Octobre 1907.

En 1912 elle divorce, et sa liberté reprise, elle part en tournée aux « Iles Hawaïennes » et devient une véritable star à…Honolulu! Partie pour quelques semaines  elle y restera deux ans et en reviendra au bras de John Griffith Wray. Futur directeur des studios MGM, Griffith Wray est alors acteur et metteur en scène et se passionne déjà pour le cinéma. Il s’essaie à la technique en filmant des courts métrages les jours de relâche, mettant Virginia en scène sur les plages d’Hawaï!

Rentrés à Chicago en Janvier 1914, ils se marieront en Californie le 29 Juin 1915 . Griffith Wray adoptera officiellement l’enfant de Virginia né de son permier mariage. Plus tard, devenu Ardel Wray, bon sang ne sachant mentir, il deviendra célèbre comme scénariste spécialisé dans le cinéma d’épouvante!

Ce second mariage se défera en 1927 et en 1929, John Griffith Wray décède à 48 ans.

Etrangement, après son divorce, Virginia Brissac renonce à sa carrière d’actrice. la cinquantaine se profile à l’horizon, elle estime le temps venu de passer à autre chose après une carrière bien remplie, ignorant alors que sa carrière va…seulement commencer!

Virginia a rencontré le jeune et très beau Russ Columbo. Avec un physique ravageur digne de Rudolph Valentino ou Ramon Navarro, ce virtuose au violon est devenu chanteur avant de devenir acteur et se faire pâmer toutes les américaines, âges et statuts sociaux confondus.

Virginia avec qui il s’entend comme larrons en foire devient sa secrétaire. Columbo est déjà très célèbre, c’est pour lui qu’on invente le terme de « crooner ». Dans la presse on ne parle que de ses flamboyantes liaisons avec Greta Garbo, Lupe Velez ou Pola Negri. Tout est faux, il est dans la vie l’amoureux transi de la jeune actrice Dorothy Dell. Mais le 8 Juin 1934, Dorothy se tue en voiture. Elle n’avait que 19 ans et Russ Columbo est dévasté. Virginia le convainc de sortir du marasme où il s’enlise et de reprendre le chemin du studio Columbia là où il est maintenant sous contrat.

C’est là qu’il va faire la rencontre de la sublime et fantasque Carole Lombard qui pour ses beaux yeux envoie George Raft soi-même sur les roses!  Ces deux-là décident de se marier après la fin du tournage du film en cours de Carole et le début du prochain tournage de Russ. Le 2 Septembre 1934, Carole Lombard est au studio et trépigne en comptant les minutes. Elle doit rejoindre Russ pour dîner et a déjà mis son cher Travis Banton, son créateur préféré sur le coup, il faut qu’elle soit sublime. Elle l’ignore encore, mais elle ne reverra jamais Russ Columbo.

Celui-ci passe la journée chez son ami le photographe Lansing Brown qui possède la plus complète collection privée d’armes à feu anciennes à Hollywood. Or, Columbo aura dans son prochain film une scène de duel. Lansing Brown lui montre pas mal de vieilles pétoires et la manière de s’en servir. Ce sera l’accident. Tenant négligemment un pistolet en main, le photographe craque une allumette pour allumer sa pipe. La flamme s’approcha trop près de l’arme le coup partit, la balle ricocha sur une table et atteignit Russ Columbo.  Elle se logea dans le cerveau après avoir traversé l’œil. Les choses allèrent si vite que Lansing Brown se demanda ce qui se passait lorsqu’il vit son ami glisser lentement de sa chaise et tomber inanimé sur le sol face contre terre.  Il avait cru que la balle s’était logée dans la table et que Columbo avait eu si peur qu’il s’était évanoui. Il riait encore lorsqu’il vit le sang couler et crut encore un instant que son ami s’était blessé en tombant.

Russ Columbo mourut à l’hôpital après six heures d’une opération désespérée. Il avait vingt six ans.

Carole Lombard fut littéralement anéantie et c’est Virginia Brissac qui dut reconnaître le corps de Russ Columbo à la morgue.

La mère de Russ Colombo qui vénérait son fils était elle-même à l’hôpital au moment du drame où elle se remettait péniblement d’une grave crise cardiaque. Il était certain que la nouvelle de la mort de son fils serait fatale à la vieille dame. Virginia Brissac se sentait tout à fait incapable de lui annoncer la nouvelle et plus encore d’avoir sa mort sur la conscience. Elle mit alors sur pieds un stratagème avec la complicité de Carole Lombard et les frères et sœurs de Russ. La vielle dame sera tenue dans l’ignorance de la mort de son fils adoré jusqu’à sa propre mort en…1944. Carole l’aura à son tour précédée dans la tombe. La vieille dame avait sur sa cheminée une photo montage du mariage de Carole avec Russ Columbo. Et si la vieille dame ne voyait forcément plus son fils, elle l’entendait à la radio et l’avait même au téléphone!

Qui s’étonnera encore après cela que Virginia Brissac ait engendré un scénariste spécialisé dans le macabre?

Restée à Hollywood dans ces circonstances dramatiques, Virginia avait forcé le respect de tous et en 1935 on lui demanda, presque comme un service, pour dépanner, de tenir un très court rôle dans « Honeymoon Limited », une série B de chez Monogram Pictures.

Personne ne pouvait imaginer alors, et certainement pas elle-même que c’était là le premier jalon d’une carrière tout simplement phénoménale qui allait durer vingt ans. Elle allait même, qui aurait cru cela, tâter de la télévision et se retrouver avec Lucille Ball en personne dans « I Love Lucy »!

Elle aurait son baroud d’honneur en étant la grand’mère de James Dean dans « Rebel Without a Cause », film qu’elle avait accepté dira-elle pour être avec James Dean à l’écran. James qui lui rappelait si furieusement Russ Columbo sur qui elle avait veillé par delà la mort. Comment pouvait-elle imaginer qu’un fois encore la mort allait faucher. Un jeune homme de 23 ans.

Toujours sensible aux climats exotiques, elle s’éteindra de sa belle mort sous le chaud soleil du Nouveau Mexique à 96 ans fêtés un mois plus tôt. C’était le 26 Juillet 1979

Celine Colassin

virginia brissac

QUE VOIR?

1913: Hawaïan Love: (court métrage) Avec James Dillon

1913: The Shark God: (court métrage)Avec James Dillon

1935: Honeymoon Limited: Avec Irène Hervey et Neil Hamilton

1935: Three Goldfathers: Avec Irène Hervey, Chester Morris et Lewis Stone

1936: The Song of a Nation (court métrage) Avec Donald Woods

1936: Murder by an Aristocrat: Avec Marguerite Churchill et Lyle Talbot

1936: Two Against the World: Avec Beverly Roberts et Humphrey Bogart

1936: Love Letters of a Star: Avec Polly Rowles et Henri Hunter

1937: Idol of the Crowds: Avec  Sheila Bromley et John Wayne

1937: Stolen Holiday: Avec Kay Francis et Claude Rains

1937: White Bondage: Avec Jean Muir et Gordon Oliver

1937: Artists & Models: Avec Ida Lupino et Jack Benny

1938: Secret of a Nurse: Avec Helen Mack et Edmund Lowe

1938: Up the River: Avec Phyllis Brooks et Tony Martin

1938: Young Dr Kildare: Avec Lew Ayres et Lionel Barrymore

1939: I Stole a Million: Avec Claire Trevor et George Raft

1939: Jesse James: Avec Nancy Kelly, Tyrone Power et Peter Fonda

1939: Stop, Look and Love: Avec Jean Rogers et William Frawley

1939: Destry Rides Again: Avec Marlène Dietrich et James Stewart

1939: Dark Victory: Avec Bette Davis, Humphrey Bogart et George Brent

1940: Little Old New-York: Avec Alice Faye et Fred McMurray

1940: Wagons Westward: Avec Anita Louise et Chester Morris

1940: The House Across the Bay: Avec Joan Bennett et George Raft

1940: All This, and Heaven Too: Avec Bette Davis et Charles Boyer

1940: Remember the Night: Avec Barbara Stanwyck et Fred McMurray

1940: The Ghost Breakers: Avec Paulette Goddard et Bob Hope

1940: Strike Up the Band: Avec Judy Garland et Mickey Rooney

1940: Alias the Deacon: Avec Peggy Moran et Bob Burns

1941: The Nurse’s Secret: Avec Lee Patrick

1941: They Died with Their Boots On: Avec Olivia de Havilland et Errol Flynn

1941: Washington Melodrama: Avec Ann Rutherford et Frank Morgan

1941: The Little Foxes: Avec Bette Davis et Teresa Wright

1941: Dressed to Kill: Avec Mary Beth Hugues et Lloyd Nolan

1941: Unfinished Business: Avec Irène Dunne et Robert Montgomery

1942: Lady Gangster: Avec Faye Emerson et Julie Bishop

1942: The Mummy’s Tomb: Avec Elyse Knox et Dick Foran

1942: Star Spangled Rhythm: Avec Betty Hutton, Bob Hope et Bing Crosby

1942: Take a Letter, Darling: Avec Rosalind Russell et Fred McMurray

1943: Shadow of a Doubt: Avec Teresa Wright et Joseph Cotten

1943: Moonlight in Vermont: Avec Gloria Jean et Ray Malone

1944: Song of the Open Road: Avec Bonita Granville, W.C. Fields et Edgar Bergen

1945: The Scarlet Clue: Avec Sidney Toler

1945: Why Girls Leave Home: Avec Lola Lane

1945: The Dolly Sisters: Avec Betty Grable et June Haver

1945: State Fair: Avec Jeanne Crain et Dana Andrews

1945: Bewitched: Avec Phyllis Thaxter et Edmund Gwenn

1945: Night Club Girl: Avec Vivian Austin

1945 :A Tree Grows in Brooklyn: Avec Dorothy McGuire et Joan Blondell

1946: Sister Kenny: Avec Rosalind Russell

1947: Capitain from Castille: Avec Jean Peters et Tyrone Power

1947: Monsieur Verdoux: Avec Charles Chaplin

1947: Pursued: Avec Teresa Wright et Robert Mitchum

1947: Secret Beyond the Door: Avec Joan Bennett et Michael Redgrave

1948: The Snake Pitt: Avec Olivia de Havilland

1948: Old Los Angeles: Avec Katherine Macleod et John Carroll

1949: The Last Bandit: Avec Lorna Gray et Bill Eliott

1950: No Man of Her Own: Avec Barbara Stanwyck et John Lund

1951:Three Guys Named Mike: Avec Jane Wyman et Van Johnson

1951: Flame of Araby: Avec Maureen O’hara et Jeff Chandler

1951: Operation Pacific: Avec Patricia Neal et John Wayne

1952 Woman of the North Country: Avec Ruth Hussey, John Agar et Rod Cameron

1952: Bugles in the Afternoon: Avec Helena Carter et Ray Milland

1953: Fair Wind to Java: Avec Vera Ralston et Fred McMurray

1953: All I Desire: Avec Barbara Stanwyck et Richard Carlson

1953: Bandits of Corsica: Avec Paula Raymond et Richard Greene

1953: Meet me at the Fair: Avec Diana Lynn et Dan Dailey

1954: About Mrs Leslie: Avec Shirley Booth et Robert Ryan

1954: Exécutive Suite: Avec Barbara Stanwyck, Shelley Winters et William Holden

1954: Phantom of the rue Morgue: Avec Patricia Medina, Karl Malden et Claude Dauphin

1954: Pa et Ma Kettle at Home: Avec Marjorie Main et Percy Kilbride

1955: Rebel Without a Cause: Avec James Dean, Natalie Wood et Sal Mineo

                       

 

 

pas de réponses

Laisser un commentaire

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream