debra winger

Debra Winger est une de ces actrices en qui Hollywood voulut voir la relève des grandes stars d’autrefois à la fin du XXème siècle. Nombreuses furent celles qui comme elle parurent et brillèrent. Aucune hélas ne resta au sommet des affiches, disparaissant de la circulation ou se consacrant à une carrière plus confidentielle. Ce qui n’empêche évidemment pas la qualité, même si les banques estiment que leur nom ne vaut plus quelques millions de dollars!

Debra Lynn Winger est née le 16 mai 1955 dans une famille juive orthodoxe à Cleveland Heights en Ohio. Cleveland est encore la ville la plus polluée d’Amérique, la rivière qui la traverse finira par s’embraser! Le père de Debra travaille dans une boucherie industrielle et sa maman est employée de bureau. La jeune fille, sans doute comme toutes les jeunes filles du monde rêva bien un peu de cinéma mais sans plus. Et puis un jour le destin va la faire basculer dans le tragique.

Après un voyage en Israël, à peine rentrée en Ohio, elle est victime d’un grave accident de voiture. Violemment touchée à la tête, une hémorragie cérébrale la laisse avec une mobilité réduite et surtout, la prive de la vue. Le diagnostic tombe, fatal. Son état est irréversible. Debra n’y croit pas, elle s’y refuse. Elle restera dix mois aveugle et à demi paralysée, le temps de faire de ses rêves des promesses. Si elle récupère la santé, Debra se jure de réaliser les rêves de la petite fille qu’elle était: Quitter l’Ohio, aller à Hollywood et faire du cinéma. Comme on le sait, Debra Winger recouvra la santé. Elle fit sa valise et gagna la Californie de ses rêves de cinéma.

Le public entend parler de Debra Winger pour la première fois en 1976. Un petit film « teenage » comme il y en a tant depuis le début des années 60. Rien de bien éblouissant mais enfin, ce sont des débuts! Des débuts dans un vrai rôle pas dans une figuration ou à la photocopieuse! Elle est ensuite choisie pour être Druzilla dans « Wonder Woman ». Mais déjà le caractère bien trempé de celle qui n’est pas encore une star se fait jour! Avec un culot monstre, elle veut que son rôle soi réduit au maximum! Elle ne veut pas être estampillée « Druzilla » pour le reste de sa vie! Quand on connaît le sort de Lynda Carter qui reste à jamais momifiée dans le rôle de Wonder Woman on ne peut que lui donner raison. En attendant c’est la première fois que des producteurs étaient confrontés à une débutante qui voulait moins de scènes pour être moins vue!

debra_winger_remix_by_vill666_de37vyj-pre

Dans la vie, Debra avait fait la rencontre de l’acteur Andrew Rubin en 1977 mais le couple se séparait en 1980 Debra connait le long apprentissage des jeunes actrices qui piaffent dans l’attente d’un rôle enfin intéressant. C’est l’époque où on ne choisit ni les films ni les rôles mais où on espère seulement réussir le casting… A condition d’y être invitée! C’est ainsi qu’entre deux épisodes de séries Tv, elle se retrouve dans « Thank God It’s Friday » un film à la gloire du disco avec la star du genre Donna Summer!

Et puis, en 1980, tout change! Elle se retrouve dans « Urban Cow-Boy » où elle  est la partenaire de John Travolta pour qui le disco avait été plus profitable  ». C’est un succès! Le film vaudra cinq nominations a Debra dont deux aux Golden Globes! Celui de la meilleure actrice dans un second rôle et celui de la jeune actrice la plus prometteuse. Par contre elle reste superbement ignorée des Oscar et sur ses cinq diverses nominations elle restera cinq fois bredouille. Certes ce n’est pas agréable, mais au moins la voilà lancée! A l’époque, il suffit d’un rôle marquant dans un succès commercial pour qu’on vous considère comme une star et que tous les scénarii atterrissent dans votre boîte aux lettres que l’on imagine déjà en or!

En 1982, alors qu’elle est la compagne de Nick Nolte dans la vie, elle est l’amoureuse de Richard Gere, le nouveau numéro un du box office dans « An Officer and a Gentleman ». Le film est un triomphe même s’il n’est pas grandiose et c’est surtout un triomphe personnel du beau Richard que Debra déteste souverainement. Qu’importe! Cette fois les Oscar sont de la partie! Debra Winger est nommée, dans la catégorie meilleure actrice aux Oscars et aux Golden Globes.

richard gere debra winger

Sur les trois nominations que lui valent le film, elle restera une nouvelle fois entièrement bredouille! C’est Meryl Streep avec « Le Choix de Sophie » qui rafle l’oscar! Debra reste sur le carreau en compagnie de Jessica Lange, Sissy Spacek et Julie Andrews! Alors certes, l’Oscar lui échappe mais une chose est sûre: Elle joue désormais dans la cour des grands!

Dès l’année  suivante, Debra Winger remet le couvert en devenant la fille de Shirley MacLaine dans « Tendres Passions ». Le film fait un triomphe planétaire et connaîtra une suite…Sans Debra qui mourait du cancer dans le premier opus! Les Golden Globes et les Oscar remettent le couvert. Debra est à nouveau nommée, à nouveau bredouille! C’est Shirley, sa maman de cinéma qui rafle la petite hideur dorée, déclarant sans rire » Ca va faire 30 ans que je fais du cinéma alors je le prends parce que je le mérite! » La déconvenue est surtout cruelle pour Debra parce qu’elle était loin de s’entendre avec Shirley et ces deux là avaient failli s’étriper sur le tournage! Mais cette fois au moins Debra pourra se consoler en recevant « l’Oscar » de la société nationale des critiques de films »

Le tournage du film dans le Nebraska lui aura permis outre ses pugilats avec Shirley de rencontrer Bob Kerrey, le gouverneur de la région avec qui elle restera tendrement liée jusqu’en 1985.

Winger debra

L’année suivante, Debra Winger convole pour la première fois, avec l’acteur Timothy Hutton qui sera le père de son fils Noah Hutton. Le couple se séparera en 1990. Personne à sa place ne songerait à s’inquiéter  pour sa carrière et son avenir à Hollywood! Pourtant, même si Debra tourne encore et connaît quelques succès au box office (La Veuve Noire, Un Thé au Sahara) Elle n’est visiblement plus celle que l’on appelle en priorité chaque fois que l’on prépare un nouveau blockbuster!

Si en 1993 elle fait un jolie retour en récoltant 7 nominations en deux films: « Shadowlands » et « Dangerous Woman », les films ne sont pas des triomphes comparables à celui de « Urban Cow-Boy » ou « Tendres Passions » et elle ne recevra qu’un seul award sur les sept auxquels elle pouvait prétendre cette année là: Le prix d’interprétation au festival du film de Tokyo! Les Oscar où elle était nommée pour « Shadowlands  lui préfèreront Holly Hunter pour « La leçon de Piano ».

Debra Winger ne démérite en rien elle est comme toutes les autres actrices de sa génération et des suivantes, victime d’un Hollywood de plus en plus versatile qui considère dorénavant les actrices comme d’éphémères phénomènes commerciaux à exploiter au maximum jusqu’à ce qu’une autre ne s’installe sur le trône de star d’Hollywood devenu de plus en plus éjectable!

Comment expliquer autrement qu’une authentique star tourne deux succès en 1993, reçoive 7 nominations puis ne tourne plus qu’en 1995 puis en…2001?

Debra Winger continuera sa carrière auréolée d’un certain prestige d’actrice « intellectuelle » et c’est vrai qu’on ne l’a jamais vue dans « Police Academy », « American Pie » ou « Dumb and Dumber »! Se consacrant de plus en plus au cinéma d’auteur, Debra Winger tourne aussi pour la télévision, se consacre à la production en en 2012 a sauté pour la première fois le pas en se risquant au théâtre.

Depuis 1996, Debra est l’épouse d’Arliss Howard, père de son second fils Gideon Howard.

Il serait très injuste, même si Hollywood ne compte plus sur elle pour paver d’or les rues de la ville de considérer Debra Winger comme une has been! En 2008 elle avait encore connu un énorme succès personnel avec « Rachel Getting Married » film qui lui vaudra quatre nouvelles nominations diverses et…quatre déconvenues supplémentaires!

Celine Colassin

debra winger

QUE VOIR?

1976: Slumber Party ’57: Avec Janet Wood et Noëlle Worth

1978: Thank God It’s Friday: Avec Donna Summer

1979: The Warriors: Avec Michaël Beck

1979: French Postcards: Avec Marie-France Pisier, Jean Rochefort et Miles Chaplin

1980: Urban Cow-Boy: Avec John Travolta

1982: Cannery Row: Avec Nick Nolte

1982: An Officer and a Gentleman: Avec Richard Gere

1983: Terms of Endearment: Avec Shirley McLaine et Jack Nicholson

1987: Black Widow: Avec Theresa Russell, Sami Frey et Dennis Hopper

1988: Betrayed:: Avec Tom Bérenger

1990: Everybody Wins: Avec Nick Nolte

1990: The Sheltering Sky: Avec John Malkovich

1992: Leap of Faith : Avec Steve Martin et Lolita Davidovich

1993: Shadowlands : Avec Anthony Hopkins

1993: A Dangerous Woman: Avec Laurie Metcalf et Barbara Hershey

1995:Forget Paris: Avec Billy Crystal

2008: Rachel Getting Married: Avec Anne Hathaway et Rosemarie DeWitt

2012: Lola Versus: Avec Greta Gerwig

2014: Boychoir: Avec Dustin Hoffman

2020:Kajillionnaire: Avec Evan Rachel Wood

 

pas de réponses

Laisser un commentaire

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream