laura devon

Le parcours de Laura Devon c’est un peu le palmarès des rendez-vous manqués.

Cette jeune fille naît à Chicago sous le patronyme de Mary Lou Briley. Son père est un ingénieur automobile assez réputé, ce qui permettra à la petite famille, Mary Lou ayant une sœur, Patricia, de s’installer dans la banlieue la plus cossue de Chicago.

Intelligente et studieuse, Mary Lou sera universitaire à Detroit et en sortira officiellement journaliste. La voici bientôt flanquée d’un premier mari qu’elle aurait bien volontiers rayé de sa mémoire s’il n’avait pas fait d’elle la maman d’un petit Kevin. Nous sommes en 1954, elle a 23 ans. Notre fringante journaliste n’aura jamais l’occasion de s’exercer à sa vocation. Depuis toujours elle adorait chanter et à la faveur de la fin de la seconde guerre mondiale elle était grimpée sur toutes les scènes accessibles aux amateurs dans Chicago.

Parce qu’elle est belle à tomber et qu’elle chante joliment on lui offre un rôle dans la comédie musicale « The Boy Friend ». C’est Twiggy qui lui succèdera à l’écran sans succès aucun. Forte de cette petite gloire locale, elle se produit volontiers dans son tour de chant. Et justement, un soir, Bob Goldstein de la Century Fox est dans la salle.

laura devon

Mais entre le moment où Bob la remarque et le moment où elle débarque à Hollywood, son agent qui lui trouvait des engagements de chanteuse la supplie de ne pas signer avec la Fox. La Fox qui pourtant règle tous les frais de l’expédition. C’est que voyez-vous, son agent avait contacté les autres studios pour leur annoncer le passage exceptionnel du rossignol chicagolais et Universal était très intéressé.

Mary Lou devenue Laura renonça à la Fox qui le prit très mal et signa chez Universal…Qui ne la fit jamais tourner ! Mauvaise pioche ! Toute à ses loisirs grassement payés par Universal elle rencontre un très intéressant jeune homme en la personne de Brian Kelly dont le père est l’ancien gouverneur du Michigan. Leurs épousailles sont annoncées pour la Noël 1961 mais monsieur Kelly étant fort occupé, on repoussera l’évènement de semaine en semaine jusqu’en Juin. Le 23 juin 1962 c’est donc chose faite et les bienheureux tourtereaux conjugaux s’envolent pour la traditionnelle lune de miel à Honolulu.

Le couple dont on a beaucoup parlé est engagé pour jouer ensemble au théâtre dans « Toys in the Attic ». La télévision veut signer Laura après sa participation à la série « Road 66 » mais une fois de plus son agent la persuade de tout refuser. Pour Laura il veut le cinéma ! Et il réussit en la faisant engager par Vincente Minnelli dans « Goodbye Charlie ». Une comédie écrite pour Marilyn Monroe et retaillée aux mesures de Debbie Reynolds.

laura devon

Ce film marque son entrée à la Century Fox qui peu rancunière lui propose un contrat de 7 films. D’une moue assez dubitative elle consent à en accorder…deux. Ainsi, Laura Devon va louper à deux reprises le coche avec la Century Fox. Mais avec son mari aussi, les « rendez-vous manqués » vont s’enchaîner. Ou plus exactement continuer.

Ils s’étaient connus à Detroit il était parti pour Hollywood. Elle l’a retrouvé à Hollywood…Il part pour Miami.

Alors que Laura, fine stratège refuse les offres de la télévision, Brian Kelly n’a pas les mêmes scrupules et accepte un rôle récurrent dans une série qui va connaitre un succès planétaire et entrer dans l’histoire : Flipper le Dauphin. Laura fait contre mauvaise fortune bon cœur : « Je rejoindrai Brian à Miami le plus souvent possible, ça sera chaque fois comme une nouvelle lune de miel ».

Malheureusement, une fois de plus, les choses ne se passeront pas comme Laura l’espérait. Dès la première « petite lune de miel » elle a un accident de ski nautique qui tout ridicule qu’il soit n’en est pas moins très grave. Laura souffre d’une commotion cérébrale. Hospitalisée d’urgence elle devra rester immobilisée durant de nombreuses semaines et Brian étant très occupé avec son dauphin, elle doit appeler sa mère pour veiller sur sa convalescence.

Et bien entendu, pendant ce temps, les projets se montent et les films se tournent…Sans elle.

En janvier 1966, le couple divorce. Brian ne rentre à Hollywood qu’en Octobre parce que c’est la saison des ouragans à Miami et lorsque Laura songe à un enfant, il lui offre un petit chien et repart…Vers Flipper et la miss Univers de l’année 1966. L’année suivante, c’est Laura qui passe à d’autres attractions. Elle est à Hollywood depuis trop longtemps pour que l’on s’intéresse à elle comme à une nouvelle venue. Elle n’est pas devenue une star. Si l’on parle d’elle ça ne peut-être que pour quelques dates…Et encore.

Et puis c’est la rencontre avec Maurice Jarre qui va provoquer un petit chassé-croisé sentimental comme Hollywood les aime. Maurice Jarre se sépare de l’actrice française Dany Saval, alors sous contrat américain avec Disney et elle-même très en affaire avec Ed Garner. C’est la course aux premiers qui convoleront. Dany va remporter la victoire au sprint en devenant madame Garner avec un mariage éclair à Las Vegas tandis que le futur couple Jarre cherche paisiblement la maison de ses rêves sur les hauteurs d’Hollywood pour abriter leur futur bonheur.

Le couple Jarre devient une réalité le 30 décembre 1967 et Maurice Jarre en profite pour adopter Kevin qui a maintenant 13 ans. Kevin Jarre deviendra scénariste à Hollywood. Maurice a un grand fils de 19 ans et une petite fille de deux ans, née de son union avec Dany Saval. Devenue madame Jarre, Laura Devon cesse toute activité professionnelle. Un comble pour cette chanteuse qui épousait un compositeur avec qui elle ne collaborera jamais professionnellement.

Laura Devon et Maurice Jarre divorceront en 1984.

La belle Laura s’éteindra le 19 juillet 2007 à l’âge de 76 ans fêtés moins de deux mois plus tôt.

Une insuffisance cardiaque avait raison d’elle dans sa demeure de Beverly Hills.

Celine Colassin

laura devon

QUE VOIR ?

1964 : Goodbye Charlie : Avec Debbie Reynolds et Tony Curtis

1966 : Chamber of Horrors : Avec Patrick O’Neal

1967 : Gunn : Avec Craig Stevens

1967 : A Covenant with Death : Avec Katy Jurado et George Maharis

1967 : Red Line 7000 : Avec James Caan

pas de réponses

Laisser un commentaire

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream