marguerite moreno

Marguerite Moreno fut à la fois un des plus sensationnels « monstres sacrés » de son temps et une actrice qui n’eut pas toujours droit à la reconnaissance qu’elle méritait. On alla jusqu’à dire d’elle d’un ton un peu pincé « Moreno accepte n’importe quoi, elle se fiche de la qualité de l’œuvre et de séduire un public choisi. Faire rire l’ouvrier le dimanche lui suffit! » Quand on tourne six fois pour Guitry ou que Jean Giraudoux refuse de mourir tant qu’il n’ a pas terminé « La Folle de Chaillot » qu’il écrit pour vous, fait-on vraiment n’importe quoi comme n’importe qui? Non. Quand au cinéma, quand Pagnol et Guitry écrivent pour vous, a-on le temps d’encore faire n’importe quoi avec n’importe qui? Non.

Lucie Marguerite Monceau naît à Paris le 15 Septembre 1871, fille d’un professeur de mathématiques et d’une mère au foyer d’origine espagnole et qui a déjà quatre garçons.

Nous ne sommes pas chez les rupins et les suffragettes n’existent pas encore mais presque. Pourtant, sa maman née Charlotte Moreno en a soupé de la condition d’épouse et de mère! Marguerite grandira en pension, à Paris d’abord puis en Bretagne. Plus tard, se fichant bien du mécontentement marital, Charlotte décidera d’ouvrir une agence de nourrices! Une excellente initiative pour soulager les mères et donner du travail aux filles qui ont du lait, un enfant sevré et la plupart du temps…pas de mari!

Charlotte aimerait voir sa seule fille prendre sa succession mais malheureusement pour elle, du fin fond de sa pension bretonne où elle s’ennuie comme un calvaire sous la pluie, Marguerite lit! Elle fait plus que lire , elle dévore, s’entiche des beaux textes, de poésies et pour tout dire fantasme volontiers sur les poètes et Verlaine en particulier. Digne du tempérament espagnol de sa mère, se fichant bien de ses hurlements, Marguerite décidera de suivre les cours du conservatoire d’art dramatique. Elle en sortira avec un premier prix de tragédie et un premier prix de comédie. Le conservatoire étant l’école préparatoire à la comédie française, Marguerite Moreno y entre en 1890 à seulement 18 ans, tremblante comme une feuille dans ses premières scènes, déjà sublime et admirée.

 Car Marguerite est belle. Elle est une délicate liane à la lourde chevelure sombre d’espagnole, le teint pâle dû sans doute aux embruns bretons et un visage volontaire mais dont on vante déjà l’ovale parfait.
Elle fut une très jeune reine pour « Ruy Blas » et par un étrange sortilège, elle ravira le cœur et l’esprit des plus fameux poètes et auteurs de son temps, ces poètes qu’elle aimait tant! Paul Léautaud, Catulle Mendès, Stéphane Mallarmé, Paul Valery, Blaise Cendrars, Jules Renard, Maurice Maeterlinck, Paul Morand, Colette son amie chère l’admirent, l’acclament.  Parfois ils écriront sur elle et parfois elle écrira avec eux.

Il est coutume de dire que Marguerite Moreno ne s’éternisa pas à la comédie française. C’est encore une fois assez injuste, elle mettra 13 ans à claquer la porte! Monet Sully le grand « ténor » maison refuse de lui donner la réplique car « elle fait de l’ombre à son art et ca nuit à la concentration du public » Ca le distrait semble-il du texte de monsieur!  La lourdeur administrative légendaire de la maison de Molière achevant de l’exaspérer, Marguerite quitte donc la comédie française au profit du théâtre personnel de son amie Sarah Bernhardt ravie de l’accueillir sur ses planches!

Sarah la complaisante amie qui changera de ton lorsque Marguerite fera un succès dans « La Sorcière » qui éclipsera le sien! Sarah qui avait trouvé sotte la jalousie de Monet Sully éprouve exactement la même!

 marguerite moreno

En 1895, alors qu’elle était toujours à la comédie française, Marguerite avait succombé au charme d’un jeune auteur, Marcel Schwob. Le couple convolera à Londres à l’automne 1900. Toutes les gazettes relayeront avec une admiration frisant la dévotion la grâce de la jeune mariée et Paul Morand la comparera dans une même phrase à une fée et une impératrice.

Malheureusement, le mariage sera triste et court. Non seulement Marcel Schwob n’atteindra pas la gloire des illustres admirateurs de son épouse mais sa santé décline. Après plusieurs années où Marguerite le soigna avec une abnégation et un amour qui éblouirent le tout Paris, Marcel la laisse veuve en 1905. Il n’avait que 37 ans. Marguerite en a 34.

En 1908 elle se remarie avec un jeune homme qui aura sa petite célébrité d’acteur dans les années folles, Jean Daragon. Les deux choses les plus curieuses dans ce mariage étant d’abord que les deux conjoints se ressemblent physiquement et qu’ensuite ils choisiront de s’exiler en Argentine. Marguerite enseignera plusieurs années, cinq ans, au conservatoire de Buenos Aires!

marguerite moreno

Pourtant avant leur exil volontaire, le couple Daragon semblait s’amuser follement et faisait partie du tout Paris! Marguerite était l’amie intime de la richissime Charlotte Lysés qui après avoir été la maîtresse de Guitry père épousait Guitry fils le 14 Août 1907. Marguerite était le témoin de Charlotte. Et parce que la jeune mariée avait 7 ans de plus que son sémillant époux, le mariage eut lieu chez eux, dans leur chambre, ils se mariaient au lit et en pyjama, Sacha ayant fait croire que sa vielle épouse était percluse de rhumatismes!

marguerite moreno

Lorsque Marguerite rentre en France les choses ont changé. A commencer par elle-même. Elle n’est plus la sylphide du mariage londonien à l’automne 1900. Elle a passé la quarantaine, s’est épaissie, ses traits vieillissants sont durs, presque virils, bientôt elle parlera d’elle-même comme d’un « veux gendarme »! Elle ne voit pas très bien quel pourrait être son nouvel emploi! Un nouvel emploi où tout serait à faire! C’est Colette qui insiste « soyez drôle! » Elle songe a reprendre contact avec Guitry mais la page Charlotte Lyses est tournée. Le règne d’Yvonne Printemps a suivi et cette nouvelle épouse ne veut pas entendre parler de la bonne copine de la précédente! Marguerite est persona non grata chez Guitry et devra attendre le règne de Jacqueline Delubac pour une rentrée en grâce…Momentanée!

 Marguerite retrouve le succès après guerre avec « Chéri » où elle partage l’affiche avec Colette en personne. Et puis il y a le cinéma qui s’intéresse soudain à elle. Elle y avait débuté en 1916 avec son mari Jean Daragon. Alors elle tourne, certes puisqu’on l’engage et qu’on la paye. Mais enfin, cette pantomime muette lui semble parfaitement grotesque même si elle obtient, déjà, de bons rôles!

Evidemment, quand le cinéma parlera, Marguerite aura 60 ans, mais qu’importe! Ca change tout! Si maintenant on peut dire alors on peut jouer! En 1933 elle formera avec Charles Dullin le plus épouvantablement saisissant couple de Thénardier qui se puisse rêver! On ne reverra jamais pareille crapulerie dans les rôles!

maguerite moreno 
La vétérane ne quitte pas les écrans français durant toutes les années 30; Elle est sollicitée six fois par Guitry. Endossant les personnages que Pagnol crée pour elle, elle offre au public ravi un florilège d’épouvantails et de vielles toquées en tout genre! Gitanes, exploratrice, rombières à gigolos tireuse de cartes, espagnole, américaine, tout lui va! Tout l’amuse et elle amuse avec tout! Et malgré cette boulimie de films, Marguerite ne délaisse à aucun prix ses scènes parisiennes où là aussi elle sert son ami Guitry.

La guerre revint. Marguerite que le temps rattrapait souffrait de l’âge dans sa « vielle carcasse de gendarme ». Elle songeait à la retraite d’autant plus volontiers qu’elle s’était aménagé un confortable domaine dans le Lot pour ses vieux jours. Ses vieux jours étant là depuis un bout de temps, elle ne se décidait jamais à raccrocher tout à fait. D’autant que de beaux rôles s’offraient encore à elle! Comment dire non?

Alors elle tournait et tant pis pour l’occupation. La paix retrouvée lui vaudra une nouvelle brouille avec Guitry qui lui reproche de ne pas l’avoir défendu à la libération!

En 1946 c’est la quintessence théâtrale de sa carrière avec « La Folle de Chaillot » qu’elle jouera 300 fois en 365 jours, fêtant ses 75 ans dans le rythme effréné des représentations sous un maquillage au plâtre et au goudron d’une hideur apocalyptique.

marguerite moreno la folle de chailot

En 1947, Christian Jacques fait d’elle la concierge du paradis dans « Les Jeux sont faits » avec Micheline Presle. Rôle et titre sont prémonitoires, Marguerite s’éteint dans son sommeil le 14 juillet 1948, profitant d’une nuit de liesse populaire pour partir dans la discrétion.

Celine Colassin

 marguerite moreno

QUE VOIR?

1916: Debout les Morts: Avec Jean Daragon

1923: Le Mauvais Garçon: Avec Maurice Chevalier

1923: Gonzague: Avec Maurice Chevalier et Nina Myral

1929: Le Capitaine Fracasse: Avec Pierre Blanchar et Charles Boyer

1930: Cendrillon de Paris: Avec Colette Darfeuil et Pauline Carton

1930: Chérie: Avec Mona Goya et Jacqueline Delubac

1931: Un Joli Succès: Court métrage avec Pierre Moreno et Rip

1931: Marions-Nous: Avec Alice Cocéa et Fernand Gravey

1932: Miche: Avec Suzy Vernon et Edith Mera

1932: Cognasse: Avec Thérèse Dorny et Tramel

1933: Le Chasseur de Chez Maxim’s: Avec Suzy Vernon et Tramel

1933: Le Sexe Faible: Avec Mireille Balin et Pierre Brasseur

1934: L’Aristo: Avec Josette Day

1934: La Reine de Biarritz: Avec Alice Field

1934: Casanova: Avec Jeanne Boitel et Madeleine Ozeray

1934: Les Misérables: Avec Charles Dullin et Harry Baur

1934: Primerose: Avec Madeleine Renaud et Henri Rollan

1935: Les Dieux s’amusent: Avec Jeanne Boitel et Henri Garat

1936: Jeunes Filles de Paris: Avec Mireille Balin et Michel Simon

1936: Le Roman d’un Tricheur: Avec Jacqueline Delubac et Sacha Guitry

1936: Faisons un Rêve: Avec Jacqueline Delubac, Sacha Guitry et Raimu

1936: Tout va très bien, Madame la Marquise: Avec Colette Darfeuil et Noël-Noël

1937: Le Coupable: Avec Suzet Maïs et Pierre Blanchar

1937: Le Mot de Cambronne: Avec Jacqueline Delubac, Sacha Guitry et Pauline Carton

1937: Les Perles de la Couronne: Avec Arletty, Jacqueline Delubac et Sacha Guitry

1937: Regain: Avec Fernandel et Orane Demazis

1937: La Fessée: Avec Yolande Laffon et Mireille Perrey

1937: Ces Dames aux Chapeaux Verts: Avec Micheline Cheirel et Alice Tissot

1937: Mes tantes et moi : Avec René Lefèvre et Alice Tissot

1938: Les Femmes Collantes: Avec Betty Stockfield et Josselyne Gaël

1938: La Chaleur du Sein: Avec Michel Simon et Arletty

1938: La Route Enchantée: Avec Charles Trenet

1938: J’étais une Aventurière: Avec Edwige Feuillère et Jean Murat

1938: Barnabé: Avec Fernandel

1938: L’accroche Coeur: Avec Jacqueline Delubac, Henri Garat et Jacqueline Francell

1939: Ils Etaient Neuf Célibataires: Avec Elvire Popesco et Sacha Guitry

1939: Eusèbe Député: Avec Michel Simon et Jules Berry

1939: Jeunes Filles en Détresse: Avec Marcelle Chantal et Jacqueline Delubac

1939: Derrière la Façade: Avec Gaby Morlay, Elvire Popesco, Michel Simon et Jules Berry

1939: Le Château des Quatre Obèses: Avec Sylvia Bataille et André Brulé

1939: Ma Tante Dictateur: Avec Pauline Carton

1941: La Prière aux Etoiles: Film inachevé avec Josette Day

1943: Le Camion Blanc: Avec Blanchette Brunoy

1943: Douce: Avec Odette Joyeux et Madeleine Robinson

1943: Donne-Moi tes Yeux: Avec Geneviève Guitry de Séréville et Sacha Guitry

1944: La Collection Ménard: Avec Lucien Baroux

1944: Carmen: Avec Viviane Romance et Jean Marais

1946: L’Idiot: Avec Edwige Feuillère

1946: Les Malheurs de Sophie: Avec Madeleine Rousset et Michel Auclair

1947: Les Jeux Sont Faits: Avec Micheline Presle et Marcel Pagliero

1947: Rendez-vous à Paris: Avec Annie Ducaux

1948: L’Assassin est à l’écoute: Avec Louise Carletti et Francis Blanche

 

pas de réponses

Laisser un commentaire

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream