marie helene_arnaud

La fabuleusement belle Marie-Hélène Arnaud fut elle aussi une de ces fabuleuses beautés venues tout droit des défilés de mode et des couvertures de ELLE et de VOGUE pour hanter de leur charme gracile et distingué les écrans de cinéma. Ceci en un temps où l’élégance française n’était pas encore classée au rayon des interdits au profit du rap en cagoule et des moon-boots au mois de Juillet.  En un mot comme en cent, en ces temps immémoriaux où Britney Spears, Paris Hilton et lady Gaga n’auraient pas osé se montrer sous peine de se faire embarquer pour outrage! (quelle merveilleuse époque!)-

Marie Hélène naît le 24 Septembre 1934 au pays des cerises si cher au coeur de Jean-Jacques Rousseau qui aimait tant à y flâner. A Montmorency, à seulement 13 kms des portes de Paris. Ce Paris dont elle sera bientôt une des reines de l’élégance et de la beauté.

marie helene arnaud

Que pourrait-on dire des jeunes années de la belle Marie Hélène? Rien, car elle se confia peu en un temps où les mannequins n’estimaient pas utile de rependre à travers le monde leurs conceptions politiciennes et autres causes sans lien direct avec leur apostolat de base, celui de l’élégance et de la beauté, quintessences humaines de l’univers du luxe.

Marie Hélène débuta comme « cover girl », gravit rapidement les échelons des podiums et fit un soir la conquête de mademoiselle Coco Chanel en personne qui vit en elle son idéal de femme réincarné. Chanel fit d’elle sa muse, sa gloire et son étendard, n’hésitant pas, et dieu sait que ce n’était guère dans ses habitudes, de se pendre au cou de Marie Hélène, la tête fendue d’un sourire extatique et jovial devant un parterre de journalistes ébaubis et de photographes ravis! Et pour tout dire, on jasa même un peu! La collaboration de Coco Chanel et de Marie France Arnaud mérite de rester à jamais brodées en lettres d’or dans les mémoires des amoureux de la mode.

marie helene arnaud

Marie Hélène fixa a tout jamais dans l’univers le principe même de l’allure Chanel. A elles deux elles recréèrent la parisienne chic et idéale et définirent sans doute à jamais les diktats de l’élégance citadine. Marie Hélène était sublime, elle devint glorieuse. Si Chanel la vénérait, Maie Hélène n’était pas fidèle et ne détestait pas servir les élégants intérêts de Guy Laroche, André Courrèges et surtout Jean Dessès dont elle illustra la quintessence de la maison de couture. Le pauvre maintenant habille Renée Zellweger! La gloire de l’égérie de la mode française déborda des frontières et telle une envolée de tulle point d’esprit elle franchit les océans et finit en couverture de LIFE MAGAZINE dans une jolie robe Tudor bouton d’or à pois blanc.

mariehelenearnaud

Cette éblouissante entre toutes fascina le réalisateur André Hunnebelle qui préparait un film que l’on eut cru écrit pour elle: Mannequin de Paris » Le réalisateur fut à ce point ravi de sa collaboration avec Marie-Hélène qu’il la rappela tant qu’il put et qu’elle trouvait encore le temps entre deux collections de tourner deux fois pour lui. Mais pour la gracieuse Marie Hélène, le cinéma n’était qu’une sorte de loisir, de dilettante. Si en faire l’amuse, elle ne s’imagine pas actrice.

L’élégance de son univers allait bientôt être fracassé à coups de pavés contestataires et le tailleur strict qui lui allait si bien et si cher au coeur de « mademoiselle » allait devenir aussi incongru que l’armure de Jeanne d’arc ou le menhir d’Obélix! Le Flower power était né et s’il était libre il n’était pas gracieux. Marie Hélène se retira alors dans un bruissement délicat et choisit de se reposer un peu. Elle fit bien car elle ignorait que sa vie serait courte.

marie helene arnaud

De constitution fragile, Marie Hélène Arnaud mourait de causes naturelles à seulement 52 ans fêtés 11 jours plus tôt, le 6 Octobre 1986.

Avec elle mourait sans doute a tout jamais le concept même de la « Parisienne » qui fit bien plus pour la gloire de la ville lumière que sa tour Eiffel, son Louvre et son arc de triomphe réunis (Et que Carla Bruni qui à l’air à côté d’elle d’une brouette à côté d’un cygne!)

Celine Colassin.

marie helene arnaud

QUE VOIR?

1956: Mannequin de Paris: Avec Madeleine Robinson et Ivan Desny

1957: Les Collégiennes: Avec Christine Carère, Estella Blain, Agnès Laurent, Gaby Morlay et Catherine Deneuve

1957: Ca Aussi c’est Paris (court métrage): Avec Jean Poiret et Michel Serrault

1958: Gigi: Avec Leslie Caron, Louis Jourdan et Maurice Chevalier

1964: Fantômas: Avec Mylène Demongeot, Jean Marais et Louis de Funès

 

 

 

 

 

pas de réponses

Laisser un commentaire

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream