marthe villalonga

Vous vous en doutez probablement, si je n’ai pas « croqué » Marthe plus tôt dans ces pages, c’est que mes archives d’époque sont bien chiches en confidences à son propos et ce n’est guère mieux au fil du net. Marthe la drôlette, Etes-vous donc secrète?

Marthe Silvia Gilda Marie-Thérèse Villalonga naît en Algérie le 20 Mars 1932 dans un endroit au joli nom: Fort de l’Eau. Aujourd’hui Bordj el Kifan. Enfant, Marthe se destinait à la musique, se voulait concertiste et apprit le piano. Et puis, après le retour en France, avec son accent « pied noir » qui sent bon le soleil, Marthe Villalonga soudain change d’avis et surgit sur les petits écrans de 1963. Et très précisément dans l’ombre de Janine Vila, l’héroïne du feuilleton bien nommé  »Janique Aimée » pour qui toute la France a le béguin. Feuilleton dans lequel sévissent déjà quelques figures incontournables du spectacle Français dont Hélène Dieudonné, Alice Sapritch et Paulette Dubost!

Le ton est donné, il va le rester plus d’un demi-siècle.

marthe villalonga

En 1965 on voit Marthe pour la première fois au cinéma. Dans l’ombre cette fois d’Annie Girardot dont elle se fera une amie très chère et qu’elle retrouvera encore de nombreuses fois devant les caméras. Si le film ne fut pas un inoubliable du septième art, « Déclic et des Claques » servit au moins à la naissance de cette belle amitié. En 1970, Annie et Marthe se retrouveront sur le plateau de « Mourir d’Aimer » où l’assistante sociale que campe Marthe Villalonga fait froid dans le dos mais est d’une justesse incroyable et sans être le moins du monde surjouée. A revoir ce film aujourd’hui on ne peut s’empêcher de penser qu’en cantonnant Marthe Villalonga si longtemps dans la gaudriole franchouillarde, le cinéma français s’est probablement privé d’une actrice prodigieuse.

Marthe traverse donc les années 70 en s’affichant aux génériques de grands films dirigés par des réalisateurs qui comptent, que ce soit Jean Yanne, Bertrand Blier, Edouard Molinaro ou André Cayatte qui la vénère littéralement.

Mais c’est en 1976 que sa carrière connaît un premier point d’orgue avec le film d’Yves Robert « Un Elephant ça Trompe Enormément »  Marthe y joue la mère juive et possessive de Guy Bedos et n’est pas loin de voler le film! Chacune de ses apparitions est extraordinaire et le public en redemande encore et encore! A un point tel que désormais, on n’imaginera plus Marthe dans autre chose. Marthe Villalonga devient « LA » mère juive du cinéma français, même si, comme elle aime à le rappeler: « Je ne suis ni mère ni juive, et même si je n’ai rien ni contre les mères ni contre les juives, j’aimerais quand même jouer autre chose!« 

Dès lors, même si elle tournera beaucoup et même si elle connaîtra encore quelques grands succès personnels, elle devra attendre 1993, soit près de 15 ans pour qu’André Téchiné la sorte de son moule devenu carcan et fasse d’elle la mère de Catherine Deneuve et Daniel Auteuil dans « Ma Saison Préféré »

marthe villalonga

A 61 ans, Marthe Villalonga pouvait enfin s’offrir une robe de soir magnifique et gravir les marches de festival de Cannes entre Daniel Auteuil et Catherine Deneuve. « Ma Saison Préférée » frôla la palme d’or et Marthe sera nommée aux Césars pour le meilleur second rôle féminin mais c’est l’étourdissante Valérie Lemercier qui raflera la mise pour « Les Visiteurs »  »Ca fait un bien fou! » déclarera-elle simplement.

Marthe s’amusait volontiers des habitudes que le cinéma prenait avec elle, déclarant que l’important c’est « que ça colle », rappelant qu’elle avait joué souvent la mère de Roger Hanin pourtant plus vieux qu’elle. Mais qu’importe puisque « ca collait »!

Elle continuera ensuite sa carrière tant au cinéma qu’au théâtre ou à la télévision. Mais partout on lui repropose indéfiniment les mêmes sempiternels rôles de mère juive. Marthe s’en plaignit, mais était-ce de la faute des metteurs en scène si elle y excellait, si elle y était la meilleure? Viendront alors les séries « Maguy » , « Kaamelott » et « Docteur Sylvestre » où elle fera un sort savoureux à ses personnages en attendant de retrouver une nouvelle aubaine comme « Ma Saison Préférée »

marthe-villalonga

En 2006, on la voyait une nouvelle fois au grand écran dans « Comme t’y es Belle »…En mère juive! Elle attendra 2015 pour un nouveau rôle fort. Celui de la mère de Sandrine Bonnaire dans « La dernière leçon » où elle choisissait de mettre fin à ses jours avant que ne vienne la déchéance de la vieillesse. Marthe portait le rôle et le film, secouant le public d’une scène forte lorsque face à Sandrine Bonnaire qui essaie de la dissuader de son suicide assisté, Marthe relève sa robe et fait laquer un « C’est ça que tu veux pour ta mère? » en dévoilant sa couche.

Marthe Villalonga a toujours bon pied bon oeil, elle est largement octogénaire, dire qu’elle frôle la nonantaine serait plus juste et il n’est pas sûr qu’elle nous ait dit son dernier mot! puisqu’elle vient de déclarer « J’ai toujours joué les mères juives, maintenant je joue les vieilles mères juives, vous voyez, je progresse! »  Et de filer sur le plateau de télévision où on l’attend!

Celine Colassin

marthe villalonga

QUE VOIR?

1965: Déclic et des Claques: Avec Annie Girardot, Muriel Baptiste et Mike Marshall.

1970: Le Clair de Terre: Avec Annie Girardot, Micheline Presle et Edwige Feuillère

1971: Fantasia chez les Ploucs: Avec Mireille Darc, Jean Yanne et Lino Ventura

1971: Mourir d’Aimer: Avec Annie Girardot et Bruno Pradal

1972: La Mandarine: Avec Annie Girardot, Marie-Hélène Breillat et Madeleine Renaud

1973: Quelques Messieurs trop Tranquilles: Avec Dani et, Michel Galabru, Henri Guybert et Bruno Pradal.

1974: Verdict: Avec Sophia Loren et Jean Gabin

1974: Impossible…Pas Français: Avec France Dougnac, Pierre Tornade, Jean Lefèbvre et Pierre Mondy

1976: Calmos: Avec Brigitte Fossey, Bernard Blier et Jean-Pierre Marielle

1976: Un Elephant ça Trompe Enormément: Avec Annie Duperey, Guy Bedos et Jean Rochefort

1977: Moi, Fleur Bleue: Avec Jodie Foster, Sydne Rome et Jean Yanne

1977: Diabolo Menthe: Avec Eléonore Karlwein et Anouk Ferjac

1977: Nous Irons Tous au Paradis: Avec Guy Bedos, Jean Rochefort et Claude Brasseur

1978: Vas-y Maman: Avec Annie Girardot, Nicole Calfan et Pierre Mondy

1978: Le Dernier Amant Romantique: Avec Dayle Haddon, Gérard Ismaël et Fernando Rey

1978: Va voir Maman, Papa Travaille: Avec Marlène Jobert et Philippe Léotard

1978: Le Sucre: Avec Gérard Depardieu, Michel Piccoli et Jean Carmet

1978: L’Amour et Question: Avec Annie Girardot et Bibi Andresson

1978: Sale rêveur: Avec Jacques Dutronc

1979: Gros Câlin: Avec Jean Carmet et Francis Perrin.

1979: Le Coup de Sirocco: Avec Roger Hanin, Michel Auclair et Patrick Bruel

1980: Inspecteur La Bavure: Avec Coluche, Gérard Depardieu et Dominique Lavanant

1980: Un Amour d’Emmerdeuse: Avec Olivia Orlandi et Francis Perrrin

1981: Les Uns et les Autres: Avec Evelyne Bouix et Paul Préboist

1981: Si Ma Guule Vous Plaît: Avec Valérie Mairesse, Bernadette Laffont et Michel Galabru

1982: La Baraka: Avec Magali Renoir, Roger Hanin et Gérard Darmon

1983: Le Grand Carnaval: Avec Macha Méril, Philippe Noiret, Roger Hanin et Richard Berry

1983: Banzaï: Avec Coluche

1984: Les Voleurs de la Nuit: Avec Véronique Jeannot, Victor Lanoux Stéphane Audran et Micheline Presle

1985: Pizzaiolo et Mozarel: Avec Beth Todd et Aldo Maccione

1985: Trois Hommes et un Couffin: Avec André Dussolier et Michel Boujenah

1987: Les Innocents: Avec Sandrine Bonnaire, Jean-Claude Brialy et Simon De la Brosse

1992: Les Mamies: Avec Danielle Darrieux, Sophie Desmarets, Jackie Sardou et Odette Laure.

1993: Ma Saison Préférée: Avec Catherine Deneuve et Daniel Auteuil

1997: L’Autre Côté de la Mer: Avec Claude Brasseur et Roschdy Zem

2001: Le Lait de la Tendresse Humaine: Avec Marilyne Canto et Patrick Bruel

2003: Lovely Rita, Sainte Patronne des Cas Désespérés: Avec Julie Gayet et Christian Clavier

2004: Au Secours, J’ai 30 Ans: Avec Giovanna Mezzogiorno et Pierre Palmade

2004: Les Dalton: Avec Eric et Ramzy

2006: Comme T’y es Belle: Avec Michèle Laroque et Laure Atika

2011: Las olas: Avec Armando Aguirre

2012: Nous York: Avec Géraldine Nakache et Leïla Bekhti

2013: Turf: Avec Alain Chabat et Edouard Baer

2014: Supercondriaque: Avec Dany Boon et Kad Merad

2015: La dernière leçon: Avec Sandrine Bonnaire

2016: Ils sont partout: Avec Charlotte Gainsbourg, Robert Castel et Dany Boon

2018: Brillantissime: Avec Michèle Laroque

2018: Les Municipaux, ces héros: Avec Francis Ginibre et Eric Carrière

2019: Les municipaux – Trop c’est trop: Avec Francis Ginibre et Eric Carrière

2020: Monsieur-madame: Court métrage avec Luc Antoni

 

pas de réponses

Laisser un commentaire

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream