paulette dubost

Lorsque Paulette Dubost s’éteignit le 21 Septembre 2011, la presse dans son émotion pleura la doyenne du cinéma morte à 101 ans.

L’information était erronée, Paulette, certes était bien morte, mais elle aurait eu 101 le 8 Octobre. Quant à être la doyenne du cinéma on oubliait un peu vite Yvette Lebon son aînée de trois mois et toujours fraîche comme un gardon! Mais au fond qu’importent ces détails et autres petites mises au point. le cinéma du XXème siècle voyait s’effacer d’un coup une large part de son histoire, Tout un chapitre contenant 50 ans d’un cinéma français populaire et bon enfant dont Paulette fut un pilier avant d’en être un symbole et finalement l’alerte vétérane! Et quand je dis « alerte vétérane », c’est peu dire! pour ses 100 ans, elle avait souhaité faire un tour de circuit en formule un , comme passagère, je vous rassure, et en était ressortie toute ragaillardie!

paulette dubost

 Paulette Marie Emma Deplanque naît à Paris le 8 octobre 1910 des amours passionnées entre un ingénieur de la compagnie du gaz et de Suzanne Dubost, chanteuse à l’Opera comique. Ses parents que tout aurait dû opposer à la verticale s’entendent merveilleusement semble-il à l’horizontale puisque Paulette est leur onzième enfant! Mais une telle quantité de marmaille n’ a pas détourné maman Suzanne de sa vocation, l’artiste, toujours fringante fera même un petit tour devant les caméras de cinéma en 1916, histoire de voir « l’effet que ca fait »!

paulette dubost

J’ignore comment les 10 frères et soeurs de Paulette ressentaient la carrière maternelle mais Paulette en tout cas était absolument fascinée, enchantée, émerveillée des roucoulades au piano de sa maman adorée. Bien entendu elle ne songea strictement jamais à embrasser une autre carrière que celle de sa maman! Paulette descendit de son berceau pour danser avant de marcher et à huit ans, elle était non sans fierté un petit rat de l’opéra de Paris! Elle adore danser mais si elle est fille d’artiste renommée elle est aussi la fille de « papa qui travaille au gaz »! La première fois qu’elle verra sa photo dans le journal c’est parce qu’elle aura gagné un concours de cuisiniers amateurs organisé par une marque de cuisinières à gaz! Ce n’est pas Odette Joyeux, sa copine à l’opéra qui serait allée se fourvoyer là dedans!

 En 1927 elle entre au conservatoire, en 1929 elle décrète qu’elle préfère le chant et la comédie à la danse. Son choix est probablement sincère mais aussi dicté par une contrainte: Paulette a déjà et aura toujours une petite tendance à l’embonpoint. Et un cygne voletant au bord d’un lac imaginaire, ce n’est pas rond, c’est diaphane! Un tutu sur une bille ca ne fait pas rêver, ca fait glousser. Et puis surtout, on lui propose un engagement aux Bouffes parisiens dans une opérette! « L’venture du Roi Pausole » Que peuvent les chorégraphies pour volatiles de Tchaïkovski contre un engagement aux Bouffes? Rien!

paulette dubost

Paulette Dubost débute au cinéma en 1931. Elle est déjà un peu ronde, certes mais elle est surtout parfaite dans les personnages de petites allumeuses plus dévergondées que coquines! Dans « un chien qui rapporte » elle est au service d’une Arletty vivant de ses charmes pour s’offrir ses ensembles Chanel. Dès que « madame » sort de l’appartement, Paulette  se vautre dans les coussins en montrant bien ses jarretelles et se trémousse au son du phono tout en sifflant le porto! Elle restera spécialisée longtemps dans les rôles de soubrettes et si elle ne se laisse pas trousser dans les coins noirs c’est que ces messieurs n’ont pas sauté sur l’occasion ou ne l’ont pas poussée assez fort!

paulette dubost

En 1936, son prestige est assez fort pour que la Fox s’intéresse à elle mais Paulette décline. C’est que voyez-vous, mademoiselle Dubost est amoureuse. Follement!

Le 15 Décembre 1936, Paulette Dubost épouse l’élu de son cœur à Antibes, elle devient madame André Ostertag.

Hélas, il y a un hic. Monsieur Ostertag vit et travaille au Maroc. Paulette le suit, s’éloigne du cinéma. Et il lui faut plus qu’un 35ème rôle de soubrette pour la ramener à Paris et sur les plateaux du studio de Joinville le Pont! Il n’y aura guère que Bécassine pour la sortir de l’emploi et la convaincre de délaisser un temps ses folles amours. Ce rôle de godiche en sabots lui allait comme un gant, Paulette joue les idiote de la cambrousses mieux que personne, mais hélas le film n’eut aucun succès.

fernandel et dubost-paulette

La guerre la surprend sur un film de Jean Renoir et elle la passera entre le Maroc et la France, voyageant souvent au plus total mépris du danger et en profitant pour mettre sa petite fille au monde. Christiane naît en 1942. Malheureusement, les belles amours au soleil du bled finirent par se faner. En 1950, Paulette déjà séparée est divorcée.

 paulette dubost

Elle fait partie maintenant de cette famille d’acteurs, de seconds rôles ultra populaires qui sont la signature du cinéma français des années 50! Raymond Buissières et Annette Poivre, bien sûr mais aussi Jane Marken, Robert Dalban, Louis de Funès, Pauline Carton, Jeanne Fusier Gir, Gabrielle Fontan, Pierre Mondy et tant d’autres encore.

Le public les adore et a un véritable rendez-vous avec eux de film en film. Chacun a son « emploi ». Paulette est toujours une femme des quartiers populaires. concierge, commerçante, domestique ou femme au foyer. Elle est toujours gentille, toujours en tablier et toujours un peu dépassée par les évènements. La particularité de ces fameux seconds couteaux, tous des comédiens sensationnels est qu’on les sollicite pour les films les plus nigauds comme » Taxi Roulotte et Corridas » où Paulette est la femme de Louis de Funès ou des chef d’œuvres sublimes du septième art comme « Lola Montés » de Max Ophuls où elle est la gouvernante de Martine Carol. 

paulette dubost

Son emploi est si clairement défini dans l’esprit et le cœur du public français que lorsqu’elle participe à un concours d’élégance automobile en 1950, alors que ces dames se montrent en Aston Martin ou en Ferrari, Paulette présente avec sa petite Christiane une voiture pliable, la Reyonna du plus parfait comique! En tout cas avec elle dedans!

 Au fil du temps et d’une carrière qui finit par être d’une longueur exemplaire, Paulette Dubost travaillera avec et pour les plus grands!

paulette dubost

Et pour ceux qui douteraient de son talent d’actrice, il leur suffit de voir sa performance dans « Maigret tend un Piège » où elle est une bouchère confrontée à un tueur en série. Elle supplie pour sa vie, quitte à lui faire quelques petites avances au passage et finit par tomber raide sans qu’il n’ait eu à la toucher. Sa scène vaut bien toute la carrière d’une Isabelle Adjani des grands jours mais elle n’en tirer pas vanité. Elle dira simplement « Là dedans je jouais une bouchère qui craignait pour sa viande » habile boutade que seuls ceux qui avaient vu le film pouvaient comprendre.

 Mais Paulette Dubost c’est aussi l’épouse volage de Bernard Blier dans « Hôtel du Nord », c’est l’épouse fidèle cette fois de Jean Gabin dans « L’Age Ingrat », c’est celle de Bourvil dans « Le Chemin des Ecoliers », ces films faisant d’elle la mère de Marie Dubois puis d’Alan Delon. Paulette  c’est la maman de Romy Schneider dans « Mademoiselle Ange » c’est une artiste de cirque ambulant dans Viva Maria » avec Brigitte Bardot dont elle se fera une amie pour la vie.

paulette dubost

Arletty, Darrieux, Morlay, Gabin, Bardot, Moreau, Delon, Cassel, de Funès, Schneider, Deneuve, Depardieu,  Bourvil, Fernandel, Martine Carol,  Charles Boyer, Louis Jouvet, Michel Simon, Dany Robin, Jean Marais, Yvonne Printemps, Pierre Fresnay, Annie Girardot, Philippe Noiret, Pierre Richard, Marlène Jobert. Avec quels grands de son temps n’a-elle pas travaillé? Elle a même tourné avec Buster Keaton!

 Quant à ses réalisateurs qui peut aligner dans sa filmographie Victor Tourjansky, Jean de Limur, Jean Delannoy, Marcel l’Herbier, Carne, Cayatte,  Verneuil, Joffé, Duvivier, Renoir, Lautner, Pierre Chenal, André Hunebelle, Max Ophuls, Louis Malle, Gilles Grangier, Remo Forlani , Truffaut, Mizrahi et tant d’autres dont la postérité a un peu oublié les noms.

 Car quand on tourne beaucoup, on tourne « Lola Montés » et on tourne aussi « Ploum-Ploum Tralala » , « Le Dolmen Tragique », « Ma Tante d’Honfleur, « Le Bal des Pompiers » et « Tire au Flanc »

paulette dubost

Paulette est une véritable incontournable, un pilier du cinéma avec un personnage qui ne changera plus après l’époque des petites boniches effrontées et affriolantes. Paulette aura toujours de petits métiers, souvent concierges plus souvent encore mère au foyer en tablier à fleurs. Elle est simple, gentille et naïve, prête à croire les plus invraisemblables baratins parce qu’elle a rarement voyagé plus loin que le bout se sa rue. Elle n’exerce jamais d’autorité même si elle préfère ne pas choquer les voisins. Elle fait de petites merveilles de tendresse les répliques les plus  banales du monde. C’est la reine du  » N’oublies pas ta petite laine », « Qu’est-ce que les gens vont dire? », « Passe-moi le sel au lieu de dire des bêtises! », « Calme toi mon chéri pense à ton cœur! »

 Paulette Dubost,actress.

Au Milieu des années 50, Paulette s’incruste à la télévision et découvre même le cinéma teuton, en vedette s’il vous plaît! Par contre le théâtre ne sera jamais « son truc ». « Quelle barbe de répéter la même chose tous les soirs! »

Pourtant, au milieu des années 60, Paulette Dubost, après trois collaborations avec Gabin dont deux « Maigret » se consacre de plus en plus au petit écran dont elle devient une des reines les plus populaires et se fait rare au cinéma.

 Elle ne revient que pour des « gros films » comme « Le Dernier Metro » de Truffaut ou pour faire plaisir aux copines comme Annie Girardot! Ou alors , ce qui avait fini par devenir son péché mignon parce qu’au fond c’est le genre qui lui avait le mieux réussi: La bonne grosse gaudriole sans autre ambition que de faire se taper sur les cuisses comme « Le Retour des Bidasses » ou « Augustin roi du Kung-Fu »!

 Paulette fête à la fois ses 80 ans et l’an 2000 sur le plateau d’un film belge, et pourquoi pas?

Paulette-Dubost-La-Grossesse-De-Madame-Bracht-Jean-Roger

Elle prend alors la décision de se retirer et d’écrire ses mémoires. Elle reviendra encore tourner trois fois, pour « aider des petits jeunes » puisque ses anciens copains sont mort pour la plupart hormis quelques survivants à la retraite et donne son baroud d’honneur en 1987.

Paulette vivra encore 13 ans d’une retraite très entourée d’amis et d’admirateurs qui ont souvent le quart de son âge avant de s’éteindre un mois seulement avant de souffler 101 bougies.

Celine Colassin

 paulette dubost

QUE VOIR?

1931: Le Bal: Avec Danielle Darrieux

1931: Un Chien qui rapporte: Avec Arletty

1932:À moi le jour, à toi la nuit: Avec Kate de Nagy et Fernand Gravey

1932: Vous Serez ma Femme: Avec Alice Field et Roger Tréville

1932: Un Coup de Téléphone: Avec Colette Darfeuil, Jean Veber et Jeanne Boitel

1933: L’ordonnance: Avec Marcelle Chantal et Fernandel

1933: Le Martyre de l’obèse: Avec Suzet Maïs et André Berley

1934: Le Roi des Champs-Élysées: Avec Buster Keaton

1935: Studio à Louer: Court métrage avec Marcel Charvey

1935: Le Bonheur: Avec Gaby Morlay et Charles Boyer

1935: La Caserne en Folie: Avec Colette Darfeuil et Raymond Cordy

1936: La Brigade en Jupons: Avec Raymond Cordy

1936: Le Prince des Six Jours: Avec Adrien Lamy

1938: Barnabé: Avec Fernandel et Marguerite Moreno

1938: Hôtel du Nord: Avec Arletty, Louis Jouvet, Annabella et Bernard Blier

1939: La Régle du Jeu: Avec Mila Parely, Nora Gregor et Marcel Dalio

1940: Bécassine: Avec Max Dearly

1942: Opéra-musette: Avec René Lefèvre et Saturnin Fabre

1943: Je Suis Avec Toi: Avec Yvonne Printemps et Pierre Fresnay

1943: Adrien: Avec Fernandel

1946: Roger la Honte: Avec Maria Casarès et Lucien Coëdel

1946: La Revanche de Roger la Honte: Avec Maria Casarès et Lucien Coëdel

1947: Six Heures à Perdre: Avec Denise Grey et André Luguet

1947: La Dernière Chevauchée: Avec Mireille Balin et Jacques Dumesnil

1947: Plume la Poule: Avec Geneviève Guitry

1948: Blanc Comme Neige: Avec Bourvil et Mona Goya

1949: Le Bal des Pompiers: Avec Claude Dauphin

1950: Le 84 prend des Vacances: Avec Yves Deniaud

1950: La Petite Chocolatière: Avec Giselle Pascal et Claude Dauphin

1950: Le Roi Pandore: Avec Mathilde Casadesus et Bourvil

1950: Uniformes et grandes manœuvres: Avec Ginette Baudin, Andrex et Fernandel

1951: Chéri de sa Concierge: Avec Lili Bontemps et Jean Paradès

1951: Quatre dans une Jeep: Avec Viveca Lindfors

1952: La Fête à Henriette: Avec Dany Robin et Michel Auclair

1952: Le Plaisir: Avec Madeleine Renaud

1953: Mon Frangin du Sénégal: Avec Raymond Buissières et Annette Poivre

1954:Le Mouton à Cinq Pattes: Avec Françoise Arnoul et Fernandel

1955: Les Carnets du Major Thompson: Avec Martine Carol

1955: Lola Montès: Avec Martine Carol

1956: La Joyeuse Prison: Avec Michel Simon

1957: Der 10. Mai: Avec Willy Ackermann

1958: Sans Famille: Avec Gino Cervi et Simone Renant

1958: Maigret Tend un Piège: Avec Jean Gabin et Jean Desailly

1958: Taxi, Roulotte et Corrida: Avec Louis de Funès

1958: Mädchen in Uniform: Avec Romy Schneider

1959: Ein Engel auf Erden: Avec Romy Schneider

1959: Le Bossu: Avec Bourvil et Jean Marais

1959: Le Chemin des Ecoliers: Avec Bourvil et Alain Delon

1959: Le Déjeuner sur l’Herbe: Avec Paul Meurisse

1959: Soupe au lait: Avec Geneviève Kervine et Jean Bretonnière

1960: La Man Chaude: Avec Macha Méril et Jacques Charrier

1960: La Française et l’Amour: Avec Darry Cowl et Micheline Dax

1961: Arrêtez les Tambours: Avec Bernard Blier et Lucie Saint Simon

1961: La Récréation: Avec Jean Seberg

1962: Jeanne et Jacques: Court métrage avec Serge Rousseau

1962: Les Sept Péchés Capitaux: Avec Dany Saval

1962: Les Mystères de Paris: Avec Dany Robin et Jean Marais

1962: Peau de Banane: Avec Jeanne Moreau, Alain Cuny et Jean-Paul Belmondo

1963: Germinal: Avec Jean Sorel et Claude Brasseur

1963: Maigret voit Rouge: Avec Jean Gabin et Françoise Fabian

1964: L’Âge Ingrat: Avec Marie Dubois, Jean Gabin et Fernandel

1964: L’Assassin Viendra ce Soir: Avec Renée Cosima

1964: La Chance et l’Amour: Avec Stefania Sandrelli et Dani

1965: Viva Maria: Avec Brigitte Bardot et Jeanne Moreau

1981: La Vie Continue: Avec Annie Girardot et Jean-Pierre Cassel

1974: Juliette et Juliette: Avec Annie Girardot, Marlène Jobert et Pierre Richard

1977: Tendre Poulet: Avec Annie Girardot et Philippe Noiret

1978: Vas-y maman: Avec Annie Girardot

1978: La Barricade du Point du Jour: Avec Anicée Alvina, Philippe Noiret et Jean Luc Bideau

1979: La Gueule de l’Autre: Avec Michel Serrault

1980: On a Volé la Cuisse de Jupiter: Avec Annie Girardot et Philippe Noiret

1980: Le Dernier Metro: Avec Catherine Deneuve et Gerard Depardieu

1981: La Vie Continue: Avec Annie Girardot et Jean-Pierre Cassel

1983: Le Retour des Bidasses en Folie: Avec les Charlots

1984: Charlots Connection: Avec les Charlots

1986: Cent Francs d’Amour: Avec Valerie Steffen et Richard Bohringer

1990: Milou en Mai: Avec Miou-Miou et Michel Piccoli

1992: Les Mamies: Avec Danielle Darrieux et Sophie Desmarets

1995: Le Roi de Paris: Avec Philippe Noiret

2000: Les Savates du Bon Dieu: Avec Stanislas Merhar

2005: Les Yeux Clairs: Avec Nathalie Boutefeu

 

pas de réponses

Laisser un commentaire

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream