found 6 matching posts pour 'dorian gray'


607: GIANNA MARIA CANALE

607: GIANNA MARIA CANALE 4149797622_1dc126762d

On n’a pas fini de parler du concours de « Miss Italie » 1947 et c’est fort bien ainsi.

Recalée, Silvana Mangano voit triompher Lucia Borloni, future Lucia Bose, ornée de sa première dauphine Gianna Maria Canale et de sa seconde dauphine Gina Lollobrigida.

Cinq ans plus tard, aucun producteur au monde ne sera plus assez riche pour réunir un tel casting!

Gianna Maria pose pour les photographes durant le concours de miss Italie

Gianna Maria pose pour les photographes durant le concours de miss Italie

Gianna Maria Canale, la première dauphine qui nous intéresse aujourd’hui est née en Calabre le 12 Septembre 1927. Jeune adolescente durant la guerre elle est à la fin des hostilités une très belle jeune femme avide enfin de vivre sans peur et sans honte. Elle fait partie de toute une génération assoiffée de vivre après les horreurs d’une guerre meurtrière et perdue. Sur le terreau d’une Italie en sang et en cendres Gina Lollobrigida, Sophia Loren et toutes les déesses de la décennie future se battent pour vivre après s’être battues pour simplement survivre.

Et Gianna, comme tant d’autres rêve à cette nouvelle gloire qui semble à portée de beauté, la gloire des fumetti, la gloire du cinéma.

Elle a été élue miss Calabre, c’est à ce titre qu’elle doit sa participation au concours de Miss Italie, Gianna a vingt ans. Elle a vingt ans et une beauté sidérale qui se double d’une classe innée qui vaut largement celle des icônes de VOGUE ou de Harper’s Bazaar.

Bientôt on considérera qu’elle symbolise magnifiquement la beauté romaine bien plus que la beauté italienne entachée paraît-il d’une certaine paysannerie que n’ont pas les déesses de la capitale.

Et lorsque Gianna rétorque qu’elle est calabraise on croit à une blague et on lui demande de ne pas proférer de telles sottises!

Lorsque Lucia fut couronnée miss Italie, il y eut un véritable tollé dans la salle car Gianna avait déjà des fans éblouis qui crièrent à l’outrage de concert avec ceux que Gina avait fascinés. Et parmi les défenseurs les plus acharnés de Gianna se trouvait le cinéaste Riccardo Freda.

Freda, né en 1909 en Egypte est un des faiseurs les plus actifs du cinéma populaire italien. Scénariste, acteur, réalisateur, producteur, il est respecté dans toutes ces disciplines comme un des meilleurs et ne se souciera jamais de l’avis des intellectuels de tous bords. Pour lui un film n’est réussi que si la salle est pleine! Il préfèrera toujours un péplum ou un film de vampires à un quelconque chef d’œuvre masturbatoire fût-il signé Antonioni.

canale-229x300

Fasciné par « la belle au profil de médaille », il la prend sous son aile et fait d’elle sa muse et sa compagne malgré leurs dix-huit ans de différence d’âge.

« Je défie qui que ce soit de continuer à manger lorsque Gianna Maria Canale entre dans un restaurant » ainsi s’exprimait monsieur Freda, qui comme on le voit était également un excellent agent de publicité!

Ils tourneront treize films ensemble et ces treize films font l’essentiel de la carrière de Gianna.

Attention, lorsque je dis ceci, il ne faudrait pas croire que Gianna Maria Canale ait été une actrice chichiteuse ne daignant sortir de son lit en or qu’une dizaine de fois dans toute sa vie! Elle sera une actrice très prolifique et tout aussi populaire malgré cette beauté que l’on qualifiera souvent de « glaciale » ou « hautaine ». Elle va durant toute une décennie tourner des films très importants au rythme d’un film environ tous les trois mois!

Ce que je veux dire c’est que la sublime Gianna Maria, façonnée par Freda comme une sorte d’Hedy Lamarr italienne fera pour les autres réalisateurs qui feront appel à ses services, le travail que son mentor lui a montré et appris. Elle ne s’aventurera jamais sur les pentes savonneuses du film d’auteur ou de grand génie. Elle n’est pas une actrice « d’art et d’essai » Gianna Maria paraît dans les grandes épopées bibliques ou péplumesques en technicolor, dans de tristes mélos intimistes où elle est belle est courageuse en noir et blanc et ne déteste pas s’afficher avec quelques vampires ou quelques espions. Peut-être ferons nous exception pour son rôle de bourgeoise assoiffée de mondanités au point que son mari doive vendre un œil pour couvrir ses « menus frais » dans « Il Boom ». Rôle que lui offre Vittorio de Sica.

Si on ne la retrouve pas chez Fellini ou Godard, on la retrouve dans « Madame du Barry » de Christian Jacque ou dans Napoléon de Guitry. Elle est et entend rester une actrice de prestige dans des films qui feront courir le public et ne dérogera jamais à cette règle. Qu’elle tourne pour le cinéma italien, français, allemand ou américain et dans des rôles de grandes dames ou de beautés fatales uniquement. Ce n’est certes pas un hasard si elle sera la reine des amazones…deux fois!

secret-de-la-casbah-1953-01-g-232x300

Gianna Maria Canale et George Raft en 1953

Gianna Maria Canale avait déjà tourné pour le cinéma avant le concours de « Miss Italie ». Elle apparaissait dans « L’Aigle Noir » dont les vedettes étaient Rossano Brazzi et Irasema Dilian, mais Freda préfèrera toujours clamer l’avoir découverte. Ceci explique que bon nombre de filmographies de la belle Gianna débutent avec son film suivant: » Guaramy » où Freda la dirige personnellement face à Antonio Villar et Mariella Lotti.

Après quelques films de « mise en bouche », histoire de lui apprendre son métier et ne pas afficher une réussite trop insolente, Freda fait de Gianna Maria Canale une tête d’affiche dès 1950 et elle le restera toute la décennie.

En 1954 elle est reçue par la reine d’Angleterre à l’égale de Sophia Loren, Gina Lollobrigida et Eleonora Rossi Drago!

gianna-maria-canale-and-dogs-247x300

L’actrice est installée par les bons soins de son mentor dans une des plus somptueuses villas de la Via Cassia, le Sunset Boulevard romain à deux pas de Cinecitta et elle ne la quittera qu’au début des années 60, lorsqu’ayant repris sa liberté professionnelle et sentimentale elle s’installe dans  un vaste appartement via Babuino en plein centre historique de Rome. Un cadre qui sied mieux à sa collection d’antiquités rares, son péché mignon avec les collections Dior et Chanel!

telechargement-267x300

Ainsi, lorsque Gianna Maria reçoit quelques privilégiés, elle ouvre la porte  diorisée de la tête aux pieds, elle vous fait passer devant son fauteuil Louis XIII, « un des trois qui existent encore au monde » et qui voisine avec un buffet « offert par Marie Antoinette à son ambassadeur à Rome ». On passe ensuite à la salle à manger en « Vénitien XVIIème » où pour casser la croûte vous pouvez faire face à « ses deux petits Breughel l’ancien » qu’elle adore » ou à sa collection d’assiettes du service de campagne de madame de Pompadour ».

s_aec04-208x300

En 1964, Gianna termine en grande vedette le tournage du « Pont des Soupirs » et s’enferme parmi ses antiquités rares, faisant de son appartement romain sa tour d’ivoire. Sans même se fendre d’une déclaration elle se retire définitivement de la vie publique.

Elle sera une des rares véritables retirées en pleine gloire du cinéma. Gianna Maria Canale ne fut pas de ces stars retirées des affaires qui se forgèrent une silhouette reconnaissable entre mille et hantant les rues et les aéroports 24h sur 24 se plaignant d’être repérées par des importuns.

Elle ne dérogera jamais à sa règle de l’ombre et du silence jusqu’à sa fin forcément discrète le 13 Février 2009 dans le petit village de Sutri.

Celine Colassin

images

QUE VOIR?

1946: L’Aigle Noir: Avec Rossano Brazzi et Irasema Dilian

1948 Guaramy: Avec Antonio Villar et Mariella Lotti

1948: Le Chevalier Mystérieux: Avec Maria Mercader; Yvonne Sanson et Vittorio Gassman

1949: Il bacio di una morta: Avec Virginia Belmont

1950: Le Fils de d’Artagnan: Avec Carlo Ninchi

1951: Le Passé d’une Mère: Avec Renato Baldini

1953: Le Secret de la Casbah (The Man from Cairo): Avec George Raft et Irène Papas

1953: Alerte au Sud: Avec Jean-Claude Pascal et Erich von Stroheim

1953: Spartacus: Avec Massimo Girotti et Ludmilla Tcherina

1954: Théodora, Impératrice de Byzance: Avec George Marchal et Irène Papas

1954: Madame du Barry: Avec Martine Carol et Daniel Ivernel

1955: Napoléon: de et avec Sacha Guitry, Gianna est Pauline Borghèse.

1955: La Châtelaine du Liban: Avec Jean-Claude Pascal et Jean Servais

1956: Les Vampires: Avec Carlo d’Angelo

1956: Sous le Signe de la Croix: Avec Jorge Mistral et Marisa Allasio

1958: La Révolte des Gladiateurs: Avec George Marchal et Ettore Manni

1958: Les Travaux d’Hercule: Avec Steve Reeves et Sylva Koscina

1958: L’Ennemi Silencieux: Avec Dawn Addams et Laurence Harvey

1958: The Whole Truth (Le Crime était Signé) Avec Stewart Granger et Donna Reed

1958: la Muraille de Feu: Avec Sylva Koscina et Francisco Rabal

1959: La Belle et le Corsaire: Avec Ingeborg Schöner et John Derek

1960: Le Conquérant de l’Ouest: Avec Rik Battaglia et Irène Tunc

1960: Les Nuits de Raspoutine: Avec Edmund Prudom et John Drew Barrymore

1960: La Reine des Pirates: Avec Massimo Serrato et Scilla Gabel

1960: La Reine des Amazones: Avec Rod Taylor, Dorian Gray et Daniela Rocca

1961: Maciste contre le Fantôme: Avec Leonora Ruffo, Gordon Scott et Jacques Sernas

1961: Le Secret de Monte Cristo: Avec Rory Calhoun

1961: La Bataille de Corinthe: Avec Jacques Sernas et John Drew Barrymore

1962: Le Chevalier de Pardaillan: Avec Gérard Barray

1963: Scaramouche: Avec Gérard Barray et Michèle Girardon

1963: le Lion de Saint Marc: Avec Gordon Scott

1963: Il Boom: Avec Alberto Sordi

1964: Il Treno del Sabato: Avec Claudio Gora et Georgia Moll

1964: Le Pont des Soupirs: Avec Brett Halsey et Jean Murat

 

606: DORIAN GRAY

606: DORIAN GRAY dorian-gray

Oserais-je dire que je vais faire le portrait de Dorian Gray?

J’ignore pourquoi Maria Luisa Mangini choisit un jour ce pseudonyme pour faire carrière au cinéma. Sans doute l’idée de voir ses films vieillir à sa place. Questionnée sur le sujet, la principale intéressée répondra qu’elle n’y était pour rien. Ce pseudonyme ayant été choisi par le chorégraphe de son premier film qui venait de lire le roman d’Oscar Wilde alors qu’elle se cherchait désespérément un nom de bataille. J’ignore si c’est vrai ou faux, la seule chose que nous apprenons ici avec certitude c’est que Dorian Gray débuta dans une comédie musicale!

Notre héroïne naît à Bolzano, au pied des Dolomites le 2 Février 1928. Aimant comme nombre de coquettes des écrans semer le doute sur l’année de son auguste naissance, elle en reculera régulièrement l’heure fatidique jusqu’à naître en 1936!

dorian gray

Dorian est très belle et se crée un personnage dès ses débuts. Nous sommes en 1950, elle paraît d’abord brune et aguichante, les cheveux coupés courts et les lèvres tartinées à outrance de rouge à lèvre écarlate. Elle préfigure la Gina Lollobrigida de « Trapèze ».

Ensuite, blonde, les cheveux longs et crantés à la Rita Hayworth, la démarche chaloupante et les faux-cils démesurés, elle parodie à merveille les divinités hollywoodiennes. Dotée d’un sens inné du comique, il n’est certainement pas faux de dire qu’elle ouvre en Italie la voie royale des blondes idiotes dont Marilyn Monroe sera en Amérique le plus flamboyant exemple et symbole tout à la fois!

Les meilleurs comiques italiens ne s’y trompent pas et la réclament à corps et à cri. Nino Manfredi, Walter Chiari, Alberto Sordi, Ugo Tognazzi se prosternent à ses pieds pour obtenir sa participation, puis c’est Toto, monument historique de l’humour à l’italienne qui fait d’elle sa partenaire fétiche!

Dorian Gray est une des plus grandes vedettes italiennes durant toutes les années cinquante, et même si elle ressemble de plus en plus à Jessica Rabbit ou Diana Dors, la décennie se terminera en apothéose puisque Michelangelo Antonioni et Federico Fellini font appel à ses services!

Luigi Comencini la distribue dans » Mogli Pericolose » et sa prestation dans un second rôle face à Sylvia Koscina et Rossano Brazzi lui vaudra d’être honorée du ruban d’argent. Nous sommes en 1958, Dorian Gray est au sommet, pourtant, sa carrière, déjà, touche à sa fin.

dorian-gray-et-son-ruban-dargent-300x225

Dorian Gray honorée du ruban d’argent en 1958

Elle tourne encore quelques films dignes de son talent, elle est dirigée par Dino Risi, donne la réplique à Vittorio Gassman; Marcello  Mastroianni, Michèle Morgan ou Silvana Mangano. Mais les années 60 qui s’amorcent ne sont pas les années 50 qui s’achèvent.

L’Italie où les carcans sociaux et religieux sont plus pesants qu’ailleurs met également plus de fureur à s’en débarrasser. Le pays et son cinéma lorgnent vers une libération des mœurs des corps et du langage. Sylvia Koscina, la belle Yougoslave à qui elle donna plusieurs fois la réplique est bien dans l’air du temps. Ses bikinis se réduisent à une vitesse telle qu’elle décide bientôt de s’en passer tout à fait. Dorian, empêtrée dans la traîne de son fourreau de paillettes roses est un peu décontenancée.

Elle avait pourtant joué une vamp yé-yé du meilleur effet dans « Racconti d’Estate » dont la vedette était Michèle Morgan avec qui elle tournera également deux fois.

dorian-gray-1

Elle s’égare dans quelques niaiseries qui avaient le mérite de surfer sur la vague de l’espionnite qui venait de s’emparer du cinéma en oubliant que James Bond n’est pas italien.

Sa longue liaison avec un magnat de la presse venait de faire d’elle la maman d’un petit Massimo, Dorian préféra « s’éloigner quelque peu du cinéma » selon ses dires.

En fait on ne la revit pas. Nous étions en 1967, elle venait de terminer un film idiot, mais en grande vedette, soyons justes.

Elle possédait une somptueuse villa près de Trente, elle s’y retira pour élever son fils et peu à peu l’oubli se fit sur ses films et son nom.

Le 16 Février 2011, elle refit à nouveau parler d’elle, mais de bien lugubre manière. On apprenait avec stupeur que la blonde si délicieuses des comédies des années 50 s’était suicidée dans sa belle villa d’une balle dans la tête. Elle avait fêté ses 84 ans 14 jours plus tôt et jugé que c’était suffisant.

Celine Colassin

dorian-gray2-264x300

QUE VOIR?

1951: Accidenti Alle Tasse!!: Avec Riccardo Billi

1951: Il Mago per Forza: Avec Isa Barzizza et Sophia Loren

1952: La Regina di Saba: Avec Leonora Ruffo

1955: Io Piaccio: Avec Walter Chiari, Peppino Di Filippo et Tina Pica

1956: Toto, Lascia o Raddoppia? Avec Toto, Valeria Moriconi et Rossana Schiaffino

1956: Toto, Peppino e…La Malafemmina: Avec Toto et Peppino di Filippo

1957: Le Notti di Cabiria: Avec Guilletta Massina et François Perier

1957: Il Grido (le cri) : Avec Steve Cochran et Alida Valli

1958: Mogli Pericolose: Avec Sylvia Koscina et Rossano Brazzi

1958: Racconti d’Estate: Avec Michèle Morgan, Marcello Mastroianni, Sylvia Koscina et Alberto Sordi

1959:Vacanze d’inverno: Avec Michèle Morgan, George Marchal et Vittorio de Sica

1959: Le Sorprese dell’Amore: Avec Sylva Koscina et Anna-Maria Ferrero

1960: Crimen: Avec Vittorio Gassman, Alberto Sordi, Nino Manfredi et Franca Valeri

1960: La Reine des Amazones: Avec Gianna Maria Canale et Rod Taylor

1962: Finden sie, Dab Constanze Sich Richtig Verhält: Avec Lilli Palmer et Carlos Thompson

1965: Thrilling: Avec  Walter Chiari et Nino Manfredi

1967: I criminali della metropoli: Avec Tony Kendall

572 ELEONORA ROSSI DRAGO

572 ELEONORA ROSSI DRAGO mjy93s9p5svi9ysi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si je viens de m’extasier à juste titre sur l’infernale beauté un rien hautaine de Capucine, il serait juste que je me penche maintenant sur une autre de ces créatures faites de perfection distante, j’ai nommé Eleonora Rossi Drago.

Eleonora Rossi Drago fut incontestablement la plus pure des beautés parmi les actrices de sa génération doublée d’une artiste au talent très affûté et d’un statut de très grande star en Italie. Mais par un étrange fait du hasard, sa gloire ne dépassa jamais les frontières natales de l’actrice. Elle n’atteint jamais à une renommée internationale alors que triomphaient les Pierangeli, les Loren, les Lollobrigida, les Lisi, les Cardinale et même les Podesta.

La belle Eleonora fut pourtant dirigée par les plus grands noms du cinéma italien comme Luigi Comencini, Vittorio Gassman, Francesco Rosi, Michelangelo Antonioni ou Guiseppe de Santis dont les oeuvres s’exportaient magnifiquement. Mais par cet étrange coup du sort, les films où ils dirigèrent Eleonora firent exception à la règle. Et ce, même si elle y donnait la réplique à Vittorio Gassman, Raf Vallone, Marcello Mastroianni ou Jean-Louis Trintignant . Plus encore, si parmi les grands noms qui la dirigèrent on trouve aussi John Huston, Julien Duvivier, Henri Decoin ou François Truffaut, on s’étonnera d’autant plus de cette gloire restée nationale.

La future Eleonora Rossi Drago naît le 23 Septembre 1925 au bord de la mer, à Gênes. Elle est pour l’état civil Palmina Omiccioli.

Si sa maman est une italienne pure souche, son père est Espagnol, officier de marine qui la rencontra un jour qu’il faisait escale à Gênes.

A 17 ans, la petite Palmina va donner du fil à retordre à ses parents. Elle veut se marier avec un bellâtre de passage. devenue madame Rossi, elle met au monde sa petite fille Fiorella. Epoux et père de famille, voilà deux responsabilités qui firent fuir monsieur Rossi jusqu’au fond de l’Argentine et ce d’une manière aussi instantanée que définitive!

Palmina se retrouve seule pour élever sa fille. Elle gagne Rome où elle travaillera dans un grand magasin avant d’en présenter les collections. Piquée de mode, elle se rêve styliste et espère bien faire carrière et fortune en dessinant des robes.

Et comme sa beauté lui a ouvert les portes du mannequinat, elle tente sa chance à l’élection de miss Italie 1947. La concurrence fut rude! Si Lucia Bose rafla le titre, Gina Lollobrigida, Gianna Maria Canale et Silvana Mangano avaient pourtant bataillé ferme! Palmina fut quatrième derrière Gina Lollobrigida.

Mais la belle Gênoise avait tapé dans l’oeil d’un cinéaste, et pas n’importe lequel: Luigi Comencini.

L’élégance naturelle et racée de la jeune femme va lui permettre de lui confier des rôles de prostituée qu’elle saura préserver de la vulgarité et de la médiocrité en leur conférerant une dignité qui n’aurait proablement pas été à la portée d’autres actrices.

eleonora-rossi-drago-216x300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après quelques petits rôles que l’on qualifiera de rôles d’apprentissage, en 1952, Luigi Comencini la propulse au firmament des stars avec « La Traite des Blanches » où elle éclipse Silvana Pampanini pourtant bien plus tapageuse et célèbre qu’elle. Pouvait-elle se douter alors que déjà le destin se tramait dans l’ombre? Dans l’ombre de la figuration où rôdait une certaine Sofia di Lazzarro qui n’allait plus tarder à devenir Sophia Loren!

Deux ans plus tard, en 1954, Eleonora Rossi Drago est considérée comme la « grande dame » du cinéma italien, soufflant le titre au nez pourtant spirituel de Silvana Mangano! Elle est présentée à la reine d’Angleterre à l’égale de Sophia Loren, Gina Lollobrigida et Gianna Maria Canale.

Dès 1955 sa carrière s’internationalise, elle tourne pour Duvivier et son prestige s’accroît encore puisque Luchino Visconti la dirige sur scène face à Marcello Mastroianni dans « Oncle Vania », ce qui oblige Michelangelo Antonioni à attendre son tour pour pouvoir la diriger au cinéma.

tumblr_m5q6wigu6q1rn8tf5o1_500

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eleonora Rossi Drago aborde les années 60 littéralement déifiée par le cinéma italien. Sophia Loren est en passe d’être oscarisée à Hollywood comme l’ont été Anna Magnani et Marisa Pavan. Anna Maria Pierangeli est elle aussi une star hollywoodienne de première grandeur, Gina Lollobrigida a mis le monde entier à ses genoux et le prestige de Silvana Mangano est immense. Etrangement, Eleonora qui n’est ni moins belle ni moins talentueuse reste en retrait. Elle ne devient pas une star internationale alors même que le monde entier ne jure que par les actrices italiennes!

rayh96wxe805r5ye

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La star ne semble pas s’en offusquer outre mesure, mais après les années 50, ce sont les années 60 qui vont défiler sous les mêmes auspices et aux mêmes conditions. Eleonora en plus de sa beauté exceptionnelle a une magnifique chevelure d’un châtain profond  avec des reflets naturels d’automne et aime à faire savoir qu’elle déteste les perruques. Ceci sans doute parce que certaines de ses plus illustres rivales ne sortent jamais de chez elles sans coiffer la nouvelle moumoute du jour. Mais en 1963, Eleonora qui aligne trois films a la suite se retrouve confrontée à un problème inattendu. Les tournage sont pris du retard et elle jongle littéralement entre les trois plateaux. Or si dans un film elle a sa couleur naturelle, elle est rousse dans le second et blonde dans le troisième! Elle changera de couleur de cheveux neuf fois en trois mois et son coiffeur  personnel aussi exténué qu’exaspéré refusera de venir aux premières de ses films!

Eleonora Rossi Drago a 40 ans en 1965 et si elle reste somptueuse elle n’est plus l’affolante créature de 1947. Le temps passe pour elle aussi. A force d’attendre l’heure de la renommée internationale, l’actrice se rend compte qu’elle est passée et n’a sonné que pour d’autres.

resize-220x300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et en Italie aussi, le temps a passé et son statut, insensiblement, s’est mis à chanceler. La star des premiers rôles va maintenant servir la soupe à Dominique Boschero ou Margaret Lee et c’est pour elle que c’est le dur à avaler. Supportant mal la gloire qui décline au rythme de la beauté qui s’efface, Eleonora sombre dans la dépression.

En 1970 Eleonora renonce définitivement à sa carrière. Elle vient de tourner un ultime film d’horreur de série Z ou la production l’a jetée en pâture à des psychopathes sanguinaires flanquée d’une autre dégringolade: Anna Maria Pierangeli.

Le film terminé on ne les reverra plus jamais.

Anna Maria s’éteint, Eleonora épouse un richissime homme d’affaires Sarde, Dominico la Cavera ce qui fait d’elle une baronne.

Elle se retire à Palerme dès 1970 et c’est là qu’elle s’éteint 37 ans plus tard, fauchée par une hémorragie cérébrale le 2 Décembre 2007, peu de temps après avoir fêté ses 82 ans.

Celine Colassin

19750515

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

QUE VOIR?

1951: L’Ultima Sentenza: Avec Charles Vanel, Antonella Lualdi et Jacques Sernas

1952:La tratta delle bianche: Avec Mark Lawrence , Vittorio Gassman et Silvana Pampanini

1952: La Fiammata: Avec Amedeo Nazzari

1953: L’Esclave: Avec Daniel Gélin et Barbara Laage

1954: Destinées: Avec Claudette Colbert

1954: L’Affaire Maurizius: Avec Daniel Gelin

1955: Donne Sole: Avec Ettore Mani et Gianna Maria Canale

1955: Le Amiche (Femmes entre elles): Avec Gabriele Ferzetti

1956: Kean: Avec Vittorio Gassman

1956: Meurtre à l’Italienne: Avec Claudia Cardinale et Pietro Germi

1957: Tous Peuvent me Tuer: Avec Anouk Aimée et François Perier

1958: La Tour, Prends Garde! Avec Jean Marais et Nadja Tiller

1959: Le Fric: Avec Jean-Claude Pascal, Raymond Rouleau et Roger Hanin

1959: Il prezzo della gloria: Avec Roberta Benedetti et Pierre Cressoy

1959: Estate violenta: Avec Jean-Louis Trintignant

1959: Vacanze d’inverno: Avec Michèle Morgan, George Marchal et Vittorio de Sica

1960: Sotto dieci bandiere: Avec Mylène Demongeot et Van Heflin

1960: La Garçonnière (Flagrant Délit): Avec Raf Vallone

1961: Caccia all’uomo: Avec Yvonne Furneaux et Umberto Orsini

1961: Tiro al piccione: Avec Jacques Charrier

1962: Âme Noire: Avec Nadja Tiller, Annette Stroyberg et Vittorio Gassman

1962: Tiro al piccione: Avec Franco Balducci et Jacques Charrier

1962: L’Amour à Vingt Ans: Avec Marie-France Pisier et Jean-Pierre Léaud

1962: Les Don Juans de la Côte d’Azur: Avec Annette Stroyberg Vadim, Coccinelle et Martine Carol

1964: Amore Facile: Avec Vittorio Caprioli et Philippe Leroy

1964:Il treno del sabato: Avec Claudio Gora

1966: Mano di velluto: Avec Dominique Boschero et Paolo Ferrari

1966: The Bible: In the Begining: Avec Gabriele Ferzetti

1969: Gli angeli del 2000: Avec Petra Angeli

1969: Camille 2000: Avec Danièle Gaubert et Nino Castelnuovo

1970: Dorian Gray: Avec Helmut Berger, Margaret Lee et Isa Miranda

1970: Nelle pieghe della carne: Avec AnnaMaria Pierangeki et Fernando Sancho

570: ELSA MARTINELLI

570: ELSA MARTINELLI 4060419824_252bb4c575

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai un peu de mal à faire d’Elsa Martinelli une de mes « Etoiles Filantes » car j’ai une affection sans bornes pour cette actrice que j’ai longtemps considérée comme la perfection physique absolue, peut-être parce qu’elle était mon antithèse complète.

elsa martinelli

Je dois pourtant m’y résoudre. Sa carrière n’est en rien comparable à celle d’une Michèle Morgan, d’une Sophia Loren ou d’une Danielle Darrieux et son souvenir majestueux qui s’estompe déjà n’est pas celui d’une Marilyn, d’une Ava, d’une Rita ni même d’une Jayne.

elsa martinelli and cat

Elle a pourtant une particularité extrêmement rare chez les actrices: Elsa Martinelli est luxueuse.

elsa martinelli

Le 13 Janvier 1935, Elsa Tia voit le jour en Toscane, dans la petite ville  cernée de ramparts médiévaux de Grosseto.

elsa martinelli

La famille est aussi pauvre que nombreuse et à la fin de la guerre Elsa aura l’air d’un petit chat de gouttière efflanqué qui ferait plus pitié qu’autre chose. Les privations des jeunes années auront le même effet sur sa constitution que sur celle d’Audrey Hepburn, elles resteront filiformes à jamais.

La légende d’Elsa Martinelli, car légende il y a, voudrait que la belle enfant soit devenue un célèbre mannequin et que l’acteur Kirk Douglas ayant vu sa photo en première page de LIVE magazine soit tombé sous le charme et l’ait invitée à Hollywood.

elsa martinelli

Il est plus conforme à la réalité de dire que cette demoiselle, devenue jolie, rêvait certes de gloire et si elle avait fait quelques photos, LIVE magazine ce ne serait pas pour tout de suite. Elle avait plutôt fait de très modestes débuts au cinéma où on l’avait retrouvée perdue dans le casting du film de Claude Autan Lara « Le Rouge et le Noir ».

brushingelsamartinelli-201x300

Kirk Douglas, habitué des studios italiens où il s’attaquait alors au personnage d’Ulysse y avait croisé la jeune Brigitte Bardot alors dans sa période de « films italiens tous très cons mais où j’étais bien filmée, c’est déjà ça » et avait jeté son dévolu sur elle, souhaitant la ramener à Hollywood pour y tourner à ses côtés « La Rivière de nos Amours ». Hollywood ayant toujours fait l’effet d’un repoussoir à Brigitte Bardot, la jeune madame Vadim dédaigna l’offre même si Ulysse la pourchassa jusque sur les plages du festival de Cannes.

3286387361_621cc1233a_m

 

 

 

 

 

 

 

S’étant piqué de faire une découverte et Brigitte ayant elle-même déjà été découverte par Vadim, il jettera son dévolu sur Elsa Martinelli Marlon Brando jetait bien le sien sur une certaine Ursula Andress!

« L’affaire Kirk Douglas » sera racontée par Elsa elle-même. « J’avais fait pas mal de photos de mode et j’étais invitée par une agence New-Yorkaise à venir travailler en Amérique. Je suis arrivée à New-York avec dix dollars en poche. Le taxi jusqu’à l’hôtel qu’on m’avait recommandé m’en coûta six et la chambre pour la nuit, huit! J’étais en déficit immédiat! Je n’étais riche que de mon contrat avec l’agence mais si je n’avais pas donné satisfaction, dieu sait ce qu’il me serait arrivé car un contrat peut être rompu du jour au lendemain. Heureusement tout se passa bien et le lendemain j’étais riche de 300$ ce qui représentait 15 jours de travail pour une secrétaire New-Yorkaise! C’est alors que Kirk Douglas m’a appelée à mon hôtel après avoir vu ma photo en couverture de « LIFE ». Il m’a appelée et je ne l’ai pas cru, je croyais à une blague de Mario, un ami italien! Je lui ai posé des questions sur « 20.000 lieues sous les mers » que j’avais vu à Rome avant de partir pour les USA. Je lui ai même fait chanter la chanson du film! Quand j’ai été sûre que c’était bien Kirk Douglas, je lui ai dit « Bon, d’accord je serai à Hollywood demain! »

Elsa peaufina son anglais, aborda le style « westernien »  pour y devenir une  indienne et fut sensationnelle!

Kirk Douglas avait visé juste et avait bel et bien déniché un oiseau rare!

elsamartinelliaq8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle allait devenir une vedette confirmée à Hollywood et après ce bon vieux Kirk, elle donnerait la réplique à quelques mâles pointures tels John Wayne, Charlton Heston, Orson Welles, Robert Mitchum, Dustin Hoffman ou Richard Burton!

La jeune Elsa avait la tête bien faite et bien pleine, elle ne s’enivra pas de bourbon au volant de sa Cadillac rose, ne tomba pas amoureuse de James Dean ou de son psy et mena rondement ses affaires. Très vite elle rentrait en Italie, histoire d’asseoir sa popularité. Elle signa un contrat pour ses films européens avec Carlo Ponti qui lui fit tourner « La fille de la Rizière » et « Donatella » Sa prestation dans « Donatella » lui vaudra l’ours d’argent au festival du film de Berlin.

elsa martinelli

Le physique de la jeune actrice starifiée au milieu des années 50 préfigurait ce que serait l’idéal féminin des décennies futures et flanquait quand même un solide coup de vieux aux poupées rebondies telles Marilyn Monroe, Jayne Mansfield ou Jane Russell qui sentirent leur trône d’idéal féminin devenir plutôt glissant sous leurs confortables fesses.

Elsa s’était d’ailleurs fendue d’une charge à boulets rouges sur cette mode des poitrines opulents au printemps 1962: « J’ai réussi au cinéma sans posséder une poitrine invraisemblable mais aujourd’hui, surtout en Italie, il semble qu’il soit impossible d’être une actrice sans être d’abord une exposition ambulante de charmes pectoraux! Je croyais naïvement que les gens qui allaient voir des films s’intéressaient à l’histoire qu’on leur racontait! Si j’avais su qu’il suffisait d’un soutien-gorge rembourré pour les épater, je ne me serais pas donné tout ce mal pour jouer la comédie! »

frontoni-elsa-martinelli

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’Italie n’était pas peu fière de la réussite hollywoodienne de sa belle enfant, réussite d’autant plus inattendue qu’Elsa était complètement inconnue au pays à l’heure de son départ pour l’Amérique.

Elsa au rallye de Rome

Elsa au rallye de Rome

Elle devint une véritable star internationale, sa partageant entre deux continents. La mode des coproductions internationales lui ouvrit les portes du cinéma français où après avoir été la partenaire de Jean Marais elle serait dirigée par Roger Vadim.

elsa martinelli

Sa photogénie et son élégance racée lui ouvrirent toutes grandes les portes de l’univers de la mode et Elsa devint une habituée des pages VOGUE ou HARPER’S BAZAAR. Elle allait faire pour le compte de Chanel la couverture de LIVE magazine  ce qui dut faire plaisir à Kirk Douglas qui avait anticipé l’évènement de neuf ans!

Durant toutes les années 60 et 70, Elsa Martinelli fut terriblement présente, folle de mode, jet setteuse infatiguable sa vie semblait faite de tournages de prestiges, vols longs couriers, réceptions mondaines, défilés haute couture où on la croisait tant sur les podiums qu’au premier rang des richissimes acheteuses.

Elsa devint comtesse en 1957 en épousant Franco Mancinelli Scotti di San Vito, père de sa fille Christiana qui vient au monde en 1958.

Le comte est très beau et n’a rien à envier aux jeunes premiers en vogue. la presse est folle de ce couple jeune beau riche et heureux. leur voyage de noces à Port Ercole en Toscane fait chavirer les cœurs et au mois de Juillet suivant ils y retourneront et le public  en sera tout aussi ravi. n ce régale en ce bel été de leur photos d’amoureux se promenant main dans la main dans le petit port ou jouant comme tous les amoureux du monde dans la Méditerranée plus bleue que d’habitude pour fêter ce bel amour.

elsa martinelli

Plus tard, Elsa deviendra l’épouse du photographe Willy Rizzo avec qui elle créera son entreprise de design mobilier. Entreprise qui fut considérée comme un caprice et qui finit par compter plus de 150 ouvriers. Il faut ici rendre à Cesar ce qui est à lui, Willy Rizzo s’était attanqué au design dès le milieu des années 60 et c’est Elsa qui vint le rejoindre pour lancer l’entreprise dont la production fit les délices de Brigitte Bardot mais aussi de Salvador Dali ce qui me semble gage de qualité comme de prestige lorsqu’un artiste de la trempe de Salvador Dali craque sur votre travail de designer et casse sa tirelire pour s’offir quelques pièces! C’est un peu comme si Picasso vous achetait un tableau!

Elsa-Martinelli

Elsa avait mis plusieurs années avant d’épouse Willy Rizzo, non que l’envie lui en manquât, mais elle attendait comme Sophia Loren et Vittorio de Sica le bon vouloir du tribunal ecclésiastique seul habilité à dénouer ce qui avait été noué devant dieu! Un jour qu’une journaliste lui demandait pourquoi elle n’était pas mariée avec Rizzo elle répondit: » C’est à l’Italie qu’il faut demander ça, pas à moi! »

elsa martinelli

Le couple Rizzo qui avait convolé en 1970 finit par divorcer et Elsa continua sa prestigieuse carrière d’actrcie et de mondaine internationale. Elle avait pourtant déclaré: « Tous les couples mariés doivent affronter un monstre sans pitié: l’habitude. Willy et moi avons nos chambres et nos salles de bains séparées. Lorsque nous avons envie de nous aimer ou simplement de nous voir, nous nous donnons rendez-vous chez nous, c’est tout à fait merveilleux et si tout le monde faisait comme nous, il y aurait bien moins de divorces! »

elsa martinelli

Dès la fin des années 70 elle délaissa sa carrière d’actrice même si on la verra encore à la télévision jusqu’au milieu des années 90. Et j’insiste sur le fait que c’est bien Elsa qui délaissa le cinéma et non l’inverse. Sous prétexte de libération sexuelle, la pornographie finissait pas envahir tous les écrans dans une sorte d’escalade à la nudité et aux pratiques sexuelles en gros plan.

elsa martinelli

Elsa qui avait été une femme libre avant la lettre, n’avait jamais eu que faire d’un soutien gorge et avait beaucoup posé pour l’objectif de charme de son ami Angelo Frontoni avait l’image d’une star très libérée.

elsa martinelli

Les propositions qui lui étaient faites étaient bien plus que scabreuses et l’actrice les goûtait fort peu. « Je n’ai rien à faire dans ce cinéma vulgaire et cru fait par des gens laids qui s’affichent nus au nez des gens avec beaucoup de complaisance. Si ce cinéma -là doit exister il est urgent de créer un circuit parallèle qui regroupera les amateurs du genre et permettra aux familles d’encore fréquenter les salles obscures sans rougir de honte »

elsa martinelli

Restée très belle on la revoyait à la cérémonie des Oscars en 2008 dans une robe fourreau rouge drapant sa gracieuse silhouette et perchée sur des talons aiguilles gigantissimes. Elsa Martinelli était belle, elle était discrète mais pas retraitée.

elsa martinelli

Sans doute posait-elle parfois un regard satisfait sur l’Ours d’or de la meilleure actrice que lui décerna le prestigieux festival de Berlin en 1956 qui doit trôner sur une création Willy Rizzo quelque part dans sa villa.

Elsa paie son tribut aux années 70!

Elsa paie son tribut aux années 70!

Peut-être passait-elle en coup de vent, sanglée dans le dernier trench Dior, masquée derrière ses lunettes noires revoir quelques autres pièces Willy Rizzo exposées au musée d’art moderne de New-York.

elsa martinelli

Je l’ignore. Mais quoi que fasse Elsa Martinelli, je sais qu’il était bien ainsi. La mort la surprendra dans sa 82ème année le 8 Juillet 2017.

C’était un samedi, un sombre samedi où le monde perdait un peu de son élégance et de sa lumière.

Celine Colassin

4120879309_bf5ab549cd

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

QUE VOIR?

1954: Le Rouge et le Noir: Avec Danielle Darrieux, Gérard Philippe et Antonella Lualdi

1955: The Indian Fighter: Avec Kirk Douglas

1956: La risaia: Avec Michel Auclair et Folco Lulli

1956: Donatella: Avec Walter Chiari

1957: Manuela: Avec Trevor Howard et Donald Pleasance

1958: La Mina: Avec Antonio Cifariello

1959: Ciao, ciao bambina! Avec Antonio Cifariello et Lorella de Luca

1959: I battellieri del Volga Avec John Derek et Dawn Addams

1959: Tunisi Top Secret: Avec Raf Mattioli et Georgia Moll

1959: Costa Azzurra: Avec Rita Gam, Alberto Sordi et Georgia Moll

1959: La Notte Brava (Les garçons) Avec Laurent Terzieff, Jean-Claude Brialy et Franco Interlenghi.

1960: Il carro armato dell’8 settembre: Avec Dorian Gray, Yvonne Furneaux et Marisa Merlini

1960: I piaceri del sabato notte: Avec Jeanne Valérie et Maria Perschy

1960: Et Mourir de Plaisr: Avec Annette Stroyberg et Mel Ferrer

1960: Le Capitan: Avec Jean Marais et Bourvil

1960: Un amore a Roma: Avec Mylène Demongeot et Peter Baldwin

1961: La Menace: Avec Marie-José Nat et Robert Hossein

1962: Hatari: Avec John Wayne

1962: Le Proces: Avec Jeanne Moreau et Anthony Perkins

1962: The Pigeon That Took Rome: Avec Charlton Heston

1963: the V.L.P’s: Avec Orson Welles, Elizabeth Taylor, Richard Burton et Louis Jourdan

1964: De l’Amour: Avec Anna Karina et Michel Piccoli

1965: La decima Vittima: vec Ursula Andress et Mrcello Mastroianni

1965: Je vous Salue Mafia: Avec Eddie Constantine, Micheline Presle et Michel Lonsdale

1965: La Fabuleuse Aventure de Marco Polo: Avec Horst Bucholz et Orson Welles

1965: Un Milliard dans un Billiard: Avec Jean Seberg et Claude Rich

1965: L’Or du Duc: Avec Claude Rich et Pierre Brasseur

1966: Come imparai ad amare le donne: Avec Michèle Mercier et Nadia Gray

1967: Le Plus Vieux Métier du Monde: Avec Gastone Moschin

1967: Sept Fois Femme: Avec Shirley MacLaine et Lex Barker

1967: Maroc 7: Avec Cyd Charisse et Gene Barry

1967: Le Plus Vieux Métier du Monde: Avec Gastone Moschin

1968: Un dollaro per 7 vigliacchi: Avec Dustin Hoffman et Cesar Romero

1968: Manon 70: Avec Catherine Deneuve et Jean-Claude Brialy

1968: Candy: Avec Ewa Aulin, Richard Burton et Ringo Star

1969: Les Chemins de Katmandou: Avec Jane Birkin et Renaud Verley

1970: OSS 117 prend des Vacances: Avec Luc Meranda et Edwige Feuillère

1971: La Aracuana: Avec Victor Alcazar et Antonio Alfonso

1976: Garofano Rosso: Avec Marina Berti et Isa Barzizza

1990: Arriverderci Roma (Court Metrage) Avec Valentina Forte et Gordon Thomson

1993: Anni 90 Parte II: Avec Carol Alt et Christian de Sica

ELSA MARTINELLI dans VOGUE

mx-2600n_20110718_141323_0161sans-titre

569 ANNA MARIA FERRERO

569 ANNA MARIA FERRERO 12506526_ori

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le destin d’Anna Maria Ferrero qui a tout d’un scénario pour un prestigieux film de Douglas Sirk commence curieusement dans la rue.

Dans une rue où s’arrête à la hauteur d’une jeune fille de 15 ans, la voiture d’un suppposé dragueur qui lui pose la question fatale entre toutes « Mademoiselle voulez-vous faire du cinéma? »

Nous sommes en Italie, en 1949, l’élection de Miss Rome deux ans plus tôt a propulsé dans la notoriété  des demoiselles d’arrière boutique, boulangères ou mannequins à la pige qui ont pour nom Lucia Bose, Gina Lollobirigida, Gianna Maria Canale et surtout Silvana Mangano qui vient de prendre le plus flamboyant des départs avec « Riz Amer ».

« Le bout d’essai » est devenu l’arme des dragueurs impénitents puisque le cinéma est le rêve fatal pour toute jeune alouette italienne.

xb-104691-214x300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pourtant Anna Maria n’a pas les courbes tapageuses d’une Gina Lollobrigida ou d’une Silvana Pampanini, elle a cet autre genre de beauté dont raffole le mâle italien: celui de la douce biche traquée aux grands yeux apeurés, type dont une autre Anna Maria, Pierangeli, sera l’archétype le plus célèbre.

Dans la voiture ce n’est pas un dragueur, c’est Claudio Gora, jeune réalisateur, époux de la fantastiquement belle Marina Berti et qui a enfin obtenu les budgets pour son permier film « Le Ciel est Rouge ». Il cherche son personnage, et le découvre réincarné en cette jeune étudiante qui rentre sagement chez elle après les cours. Lorsque je dis  » son personnage » je devrais dire « Un de ses personnages ». Il s’agit de distribuer un second rôle dans l’ombre de la belle Marina  pour qui ce mari acteur est devenu metteur en scène pour magnifier encore sa belle épouse avec sa caméra

anna maria ferrero

Anna Maria veut courir le risque, sa famille accepte, à quinze ans elle débute au cinéma.

La jeune découverte est née à Rome le 18 Février 1934, précédent de quelques mois dans ce monde Sophia Loren et Brigitte Bardot. Et si sa famille ne fit pas trop de difficultés pour qu’elle passe son bout d’essai, c’est qu’on avait déjà un artiste célèbre dans la famille, le compositeur chef d’orchestre Willy Ferrero, né à Portland en 1906, devenu célèbre à trois ans, tel un prodige digne de Mozart soi-même et qui s’éteindra à Rome en 1954.

showimg2-217x300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Willy Ferrero l’illustre oncle prodige

Anna-Maria va adopter le patronyme de cet oncle célèbre en Italie et qui a tutoyé un pape ou deux. Ce sera suffisant pour que l’on sache qu’elle n’est pas une starlette à culbuter sur un divan pour obtenir une figuration dans une publicité de pâtée pour chiens.

Tout le monde se déclara ravi des jolis débuts de la demoiselle à l’écran. Le film connut un aimable succès, Gora la rapellerait encore et déjà on parlait de « découverte ».

ferrero

Mais Anna Maria n’était pas de ces sottes alouettes déjà citées croyant qu’une chance passagère est obligatoirement une promesse de destin abouti. Nièce de musicien, elle sait à quel point le travail est indispensable pour mener une carrière à bien. D’ailleurs le prestigieux oncle prodige n’avait pas tenu toutes les promesses que son jeune talent avait laissées espérer et s’il resta célèbre sa musique ne fut jamais une mécanique céleste propre à titiller les oreilles des anges.

tumblr_m7iqgfj88h1qiflw2o1_1280

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Anna-Maria allat donc travailler d’arrache pied et dans la foulée se piquer de théâtre et de Shakespeare. Dès que le cinéma italien avait récupéré noblesse, prestige et finances grâce aux génies d’après guerre qui firent naître le néo realisme. On tourna à la pelle de grands drames sentimentaux tarabiscotés plus dignes de romans photos noir et blanc que de pellicule couleur et d’alertes comédies où il n’y avait pas grand chose à sauver. Ce cinéma-là, pour être le cinéma de son temps n’était pas le cinéma qu’Anna-Maria aimait.

Anna Maria tournait donc, et même beaucoup, mais ne semble pas avoir été de celles qui bataillent pour obtenir de grands rôles.

Elle connaîtra en 1952 une déconvenue française puisqu’elle devait tourner « Le Dortoir des Grandes » avec Jean Marais et enchaîner avec « Le Blé en Herbe » avec Edwige Feuillère. Elle ne tournera ni l’un ni l’autre, remplacée par Françoise Arnoul d’abord et la délicate Nicole Berger ensuite.

C’est sur les planches et dans l’oeuvre de Shakespeare qu’elle s’épanouissait, c’est donc là qu’elle rencontra l’amour sous les trais de l’acteur italien le plus prestigieux du moment: le fantasque Vittorio Gassman alors fraîchement divorcé de la tempêtueuse star hollywoodienne Shelley Winters.

Vittorio ne sera jamais un ange fidèle et si une réelle communion de coeur et d’esprit règne entre ces deux-là, Anna-Maria n’épousera pas Vittorio Gassman et ne lui donnera pas d’enfants; ils sont partenaires dans la vie, sur scène et à l’écran ils ne le seront pas à l’église!

vespa-anna-maria-ferrero

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette situation est d’ailleurs assez farouche dans le contexte de son époque! Sophia Loren et Monica Vitti vont bientôt se lamenter de ne pouvoir épouser l’homme marié qu’elles aiment, respectivement Carlo Ponti et Michelangelo Antonioni. Dans le même temps Gina Lollobrigida se désespèrera de ne pas pouvoir divorcer  de Milko Skofic! On cancane beaucoup sur les mariages des Mastroianni, des Fellini des de Sica et nombre de stars sont aspirées par les affres que provoque l’interdiction du divorce en Italie dont Belinda Lee, Dawn Addams et coensoeurs.

Dans toute cette tourmente administrative, sentimentale et médiatique, ces deux là qui sont libres de se marier et ne le font pas ont de quoi faire figure d’exception!

annamariaferrero

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vittorio Gassman et Anna-Maria Ferrero

Le temps passant, Vittorio Bassman et Anna-Maria Ferrero feront figure de « couple de cinéma » et pour tute illégitime qu’elle soit, leur longue liaison fait les délices d’un public qui aime les applaudir en scène et à l’écran.

Puis ce sera le règne d’Annette Stroyberg et de Juliette Mayniel dans la vie de Vittorio Gassman; Anna-Maria tombe sous le charme du très beau Jean Sorel en qui elle reconnaît enfin le grand amour de sa vie.

L’acteur français qui a vu toutes les portes s’ouvrir devant son physique parfait n’a pas démérité et est devenu un comédien respecté aussi demandé en France qu’en Italie, il sera bientôt le mari de Catherine Deneuve dans « Belle de Jour ».

anna maria ferrero

Dès le tournage de « L’Or de Rome » terminé, le couple convole. Anna Maria devient pour l’état civil madame Jean de Combaud de Roquebrune car Jean Sorel est d’ascendace noble et serait relié en droit eligne aux capétiens. Le couple s’offira d’ailleurs un château à restaurer à 80 kms de Paris où il sont un appartement ainsi qu’une villa proche de Rome.

Jean Sorel semblait bien trop beau pour être l’homme d’une seule femme et Anna-Maria n’avait pas le fantastique prestige d’une Silvana Mangano ou d’une Sophia Loren. On ne crut pas en leur histoire.

Et lorsqu’Anna Maria annonca qu’elle arrêtait immédiatement sa carrière pour n’être plus que l’épouse de Jean Sorel, on la crut encore moins! Voilà plus d’un demi siècle que ces deux là ont fait démentir les pronostics les plus sceptiques.

Nés la même année, Jean Sorel et Anna Maria Ferrero ont fête leurs 78 ans respectifs en 2012.

Le 21 mai 2018, Anna-Maria s’éteignait en toute discrétion à Paris.

Celine Colassin.

frontoni-anna-maria-ferrero

QUE VOIR?

1950: Il Cielo è rosso: Avec Marina Berti et Jacques Sernas

1951:Il Cristo proibito: Avec Raf Vallone, Alain Cuny et Elena Varsi

1952: Ragazze da Marito: Avec Titiana di Philippo Peppino di Philippo, Edouardo di Philippo

1952: Le due verità: Avec Michel Auclair, Michel Simon et valentine Tessier

1953:Viva la Rivista! Avec Walter Chiari et Rossana Podesta

1953: Capitan Fantasma: Avec Anna-Maria Sandri, Frank Latimore et Maxwell Reed

1953: Fanciulle di Lusso: Avec Marina Vlady, Rossana Podesta et Jacques Sernas

1953: Febbre di Vivere: Avec Marina Berti, Marcello Mastroianni et Massimo Serato

1953: Giuseppe Verdi: Avec Pierre Cressoy

1953: Siamo tutti Inquilini: Avec Aldo Fabrizi

1953: Villa Borghèse: Avec Vittorio de Sica

1954:Una parigina a Roma: Avec Barbara Laage et Alberto Sordi

1954: Guai ai Vinti: Avec Pierre Cressoy et Léa Padovani

1955: La Rivale: Avec Gérad Landry et Maria Mauban

1956: War and Peace: Avec Audrey Hepburn, Anita Ekberg, Vittorio Gassman Henri Fonda et Mel Ferrer

1956: Kean: Avec Eleonora Rossi Drago et Vittorio Gassman

1957: Los Amantes del Desierto: Avec Carmen Sevilla et Ricardo Montalban

1957: Suprema Confessione: Avec Massimo Serato et Sonja Ziemann

1959: La Notte Brava (Les garçons) Avec Laurent Terzieff, Jean-Claude Brialy, Franco Interlenghi, Elsa Martinelli et Antonella Lualdi

1959: Le Sorprese dell’Amore: Avec Sylvia Koscina et Walter Chiari

1960: L’Impiegato: Avec Eleonora Rossi Drago et Nino Manfredi

1960: Il Mattatore: Avec Vittorio Gassman et Dorian Gray

1960: Les Dauphins: Avec Claudia Cardinale, Betsy Blair et Gérard Blain

1961: L’Oro di Roma: Avec Paola Borboni, Gérard Blain et Jean Sorel

1961: Un giorno da Leoni: Avec Carla Gravina, Renato Salvatori et Thomas Milan

563: CATHERINE SPAAK

563: CATHERINE SPAAK cspaak

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La carrière de Catherine Spaak commence bien avant…ses débuts devant les caméras!

Cette charmante demoiselle de nationalité belge naît en France, à Boulogne Billancourt le 3 Avril 1945.  Fille du scènariste Charle Spaak et de son épouse la comédienne Claudie Perrier. Sa soeur, Agnès est née près d’un an jour pour jour avant elle:  le 29 Avril 1944. Bien que la presse la considère généralement comme la « petite soeur » de Catherine, simplement parce qu’elle a débuté après elle.

catherine spaak

La famille Spaak est une famille très connue tant en cinéma qu’en politique. Ils ont la réputation d’être des « libres penseurs » et on affirmera souvent que la belle Catherine a hérité decette liberté intellectuelle bien plus rare qu’il n’y paraît.

Le frère de Charles Spaak, l’oncle paternel des deux petites filles n’est autre que le ministre Belge Charles Henri Spaak, considéré encore aujourd’hui comme un des pères fondateurs de l’Europe bien qu’il nous ait quittés en 1972. La mère de Charles et de Paul Henri fut la première femme sénateur de Belgique!

catherine spaak

Charles Spaak ayant quant à lui signé des scénarii aussi prestigieux que « La Belle Equipe » « Le Grand Jeu », « La Kernesse Héroïque », « La Fin du Jour » et quelques autres merveilles que je passe pour en revenir au fait: Catherine Spaak.

1963_03CatherineSpaak-235x300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La famille Spaak s’est installée en Suisse où les deux filles grandissent avec tout le « confort moderne » lié à leur statut de famille bourgeoise très aisée. Elles trouveront tout à fait normal de voir les plus grands noms du cinéma transiter par le salon pour venir travailler avec papa sur leur prochain film et ne daigneront même pas lever leurs nez de leur clavier de piano si elles sont à leurs exercices pour voir de quel illustre il s’agit, fût-ce Sophia Loren, Pablo Picasso ou Jean-Paul Sartre en personne!

catherine spaak

C’est Alberto Lattuada qui le premier s’avisa de la grâce parfaite et de la beauté de la petite Spaak alors qu’elle n’avait même pas dix ans. Il avait, selon ses dires ultérieurs été complètement fasciné par la maturité adulte de la petite demoiselle au piano.

3371480894catherine-spaak-300x295

Lorsqu’il cherchera une jolie jeune fille de bonne famille pour son film « Gwendoline » en 1957 il pensera immédiatement à la petite Catherine qui n’a encore que…douze ans! Charles Spaak poussa ses hauts cris! Il était hors de question que sa fille si jeune fasse du cinéma, elle avait ses études! Elle n’était malgré ses apparences matures qu’une petite fille et certes pas la jeune fille du film!

catherine-spaak

Les 16 ans de la magnifique Jacqueline Sassard héritèrent du rôle face à Sylvia Koscina mais Lattuada n’en oubliait pas son obsession pour autant.

Deux ans plus tard, bouleversé par « Lolita » , le roman de Vladimir Nabokov, Lattuada se lance dans la production d’un film dont le scénario original s’intitule « Nymphette » et qui deviendra « I dolci inganni », pour nous francophones : « Les Adolescentes ».

Catherine-Spaak-9872-300x300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien entendu, une fois encore, Charles Spaak ne veut rien entendre! Lui vivant sa fille ne se montrera pas devant une caméra! Plutôt l’enterrer vivante dans le caveau familial!

Lattuada va alors se lancer dans un incroyable casting à la recherche de la jeune fille idéale. une beauté sage et mesurée de bonne famille, même si’il envisagea longtemps Gillian Hills avant d’hésiter entre Jeanne Valérie et Geneviève Grad. Mais aucune ne lui convient tout à fait, car aucune n’est Catherine Spaak!

Catherine+Spaak

Un soir qu’il se lamente dans les oreilles de son amie Sophia Loren, l’actrice lui répond: « Comment ça, Charles Spaak ne veut pas que sa fille fasse du cinéma? C’est une blague? je viens de la voir dans le film de Becker « Le Trou » alors si elle  a pu faire ce film là, pourquoi pas le tien? »

Sophia avait vu juste, Catherine était bien dans  « Le Trou ». Oh, pas grand’chose, à peine une figuration, un gros plan sur son beau visage dans une scène de parloir en prison, mais quand même, c’était bien elle.

Cette fugace apparition permettra à une presse people déjà excessive de déclarer quelques années plus tard: « A quatorze ans, Catherine Spaak vivait seule et gagnait déjà magnifiquement sa vie » . On ne prête qu’aux riches. Dans les gazettes comme ailleurs.

catherine spaak

Lattuada appela Charles Spaak qui lui avoua avoir « baissé les bras » devant la volonté inébranlable de sa fille. Catherine voulait faire du cinéma, rien ne pourrait l’en empêcher et que son père soit d’accord ou pas n’y changerait rien! Alors il l’avait laissée tourner pour Becker plutôt que de la voir se ruer sur le plateau de n’importe quel saute-ruisseau et culbute-canapé venu.

Catherine fit le film de Lattuada, on mentit sur son âge pour ne pas affoler la censure italienne et on ajouta une bougie à son gâteau d’anniversaire fêté sur le plateau qui lui donnait ainsi 16 ans tout frais et non 15!

Catherine Spaak

Son contrat stipulait d’ailleurs qu’elle ne se maquillerait pas en dehors du plateau, qu’elle n’irait pas à la plage, qu’elle ne porterait pas de bikinis et ne donnerait aucune interview en dehors de la présence de Lattuada! D’ailleurs sa mère la récupèrerait dès le tournage terminé pour lui faire rattrapper son retard  pris sur son temps d’études!

Ces sages précautions ne seront d’ailleurs pas d’une folle efficacité. Avide de liberté A seize ans, elle attendrait un heureux évènement et se marierait dare-dare à son petit ami de l’époque l’acteur Fabrizzio Capucci dont elle se séparerait en fêtant ses dix-huit ans. Ce mariage fit d’elle la belle sœur du couturier italien Roberto Capucci dit « Le Givenchy romain ».

catherine-spaak

La juvénile mariée n’est pas avare de déclarations bien senties du style « Etre marié ce n’est pas gage de bonheur et encore moins de moralité » ou encore: « Je me suis convertie au catholicisme au moment de mon mariage, pour moi qui vient d’une famille agnostique c’était une découverte, mais convertie ne veut pas dire convaincue »

Maman d’une petite Sabrina, à vingt ans elle fera partie de très luxueuse liste des personnalités mondiales gagnant mieux leur vie que le président des Etats-Unis!

ek1rjzjuzloxxou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le film de Lattuada, revenons-y, ne fit pas un triomphe colossal ou tout du moins passa plus inapperçu que sa préparation et son casting de « jeune fille idéale », mais une chose était sûre! Catherine était lancée!

Elle enchaîna presque immédiatement en devenant la fille de Michèle Morgan face à Jean-Claude Brialy dans « Le Puits aux Trois Vérités ». l’acteur  à la réputation de parfait gentleman chez les actrices s’en prit plutôt vertement à Catherine et hurla sur tous les toits que « Le film était raté parce que la « jeune première » était nulle au point de tout foutre par terre mais avait été imposée à la production parce qu’elle était fille d’ambassadeur »

catherine spaak

Que Charles Spaak fut ambassadeur surprit tout le monde à commencer par lui-même et ensuite monsieur Brialy n’eut pas la délicatesse de remettre son propre égo en question en se disant que peut-être il n’était pas lui non plus très crédible en jeune homme dont la virilité étourdissante émoustille une femme comme Michèle Morgan au point qu’elle en perde son quant à soi et son sens de la famille pour ses mâles compétences!

Catherine Spaak

Il sautille dans les décors du film comme une nymphe affolée par ses hormones et si Michèle Morgan craint une chose ce n’est certes pas ses assauts de bête du sexe comme le laisse entendre le scénario mais plutôt qu’il ne lui pique ses robes Balmain pour aller faire la sotte avec ses copines à l’Alcazar! Voilà pour Brialy! Brialy est à la virilité dans ce film ce que Sim est à l’haltérophilie! Si quelqu’un flanque « Le Puit aux Trois Vérités » par terre c’est bien lui et certes pas la charmane Catherine!

Après ce faux pas dans le cinéma français, Catherine regagna sa chère Italie où on la considérait comme une véritable star avant même que ne sorte le film de Lattuada et adoptera le rythme de trois films par an durant toutes les années 60 et toujours en vedette face à des acteurs de la trempe de Vittorio Gassman,  Marcello Mastroianni, Ugo Tognazzi et autres monstres sacrés de la péninsule ou d’ailleurs comme Karl Malden, Eliott Gould ou Jean-Louis Trintignant.

catherine spaak

la belle italienne d’adoption mène également une carrière de chanteuse à succès puisqu’elle est une « idole des jeunes », vend ses 45 tours comme des petits pains. Elle est pour son public italien ce que Françoise Hardy est pour son public français, elle partage avec la chanteuse française un look, une guitare et même quelques chansons.

Evidemment, Hollywood fera appel à ses talents car, clame-on outre Atlantique: « Catherine Spaak est la seule actrice à pouvoir un jour remplacer Brigitte Bardot ». Une Bardot très étonnée que l’on songe déjà à sa succession!

catherine spaak

Elle rentrera chez elle assez désabusée « Faire du cinéma à Hollywood n’est pas drôle, c’est beaucoup trop sérieux, on a l’impression de travailler à l’usine! En Italie au moins c’est drôle! On a l’impression d’être encore des enfants et de faire l’école buissonnière! ca ne nous empêcha pas de faire des bons films, parfois même on arrive à les faire dans les délais prévus! »

Au milieu de cette folle décennie, on est très étonnés de voir Catherine toujours flanquée d’un grand sac de toile qui selon un de ses partenaires contient une demi bibliothèque. Catherine était en effet une véritable boulimique de lecture et passait allègrement d’un livre à l’autre. Sur le temps que sa coiffeuse pose ses bigoudis chauffants, elle dévorait des poèmes de Nasim Hikmet alors que trônait sur sa table de maquillage le second volume de « Capital » de Karl Marks et un recueil de poèmes de Caradelli et un ouvrage de Claudel.

spaak-catherine

« Je n’ai rien lu durant trop d’années à cause du cinéma et de mon emploi du temps chargé, aujourd’hui je suis une véritable boulimique de lecture. C’est vrai que je passe d’un livre à l’autre, mais c’est la soif de rattraper mon retard ».

On avait beaucoup ri de feue Marilyn Monroe qui s’était promenée des années durant avec le même recueil de « l’Intégrale de Proust ». On prétendit que Catherine la nymphette yéyé se comportait ainsi par publicité. la réponse fut cinglante: » Ce serait idiot de ma part! Les gens détestent ceux qui lisent plus qu’eux et comme de nos jours ils ne lisent plus du tout, me vanter de le faire ce serait vraiment la dernière chose à dire pour quelqu’un qui cherche la publicité! »

Elle n’avait d’ailleurs pas hésité à s’exprimer, parfois vertement sur les grands problèmes du temps: L’égalité des droits, des sexes, l’avortement, le racisme, le Viêt-Nam. Ses producteurs et autres agents de publicité l’avaient alors suppliée de se taire, craignant que ses opinions tranchées ne nuisent à son image. réponse de miss Spaak: « Vous voulez faire croire aux gens que j’ignore ce qui se passe sur terre? Parce que je vis sur la lune sans doute? » Puis elle ajoutait: « Aujourd’hui je sais que ce qui compte au monde ce n’est pas la dernière collection Cardin ou le dernier film de Marlon Brando! Nasim Hikmet est un intellectuel turc qui a passé 17 ans en prison pour ses idées. Ses poèmes me donnent le vertige! A côté de ça, les Rolling Stones, je m’en fiche un peu ». Puis d’une logique implacable elle concluait: « Partout dans le monde des gens risquent la prison ou la mort pour défendre leurs idées et moi je devrais me taire pour ne pas froisser quelques admirateurs? C’est une blague? »

catherine_spaak

On n’hésita pas alors à reprocher à Catherine sa conduite des années précédentes: les nuits en discothèque, les courses effrénées dans la nuit romaine avec sa petite MG rouge, sa passion pour le surf, le yéyé et les beaux garçons. Réponse de l’intéressée: « C’est vrai, j’ai aimé tout ça et j’ai été cette Catherine là, mais j’avais 17 ans, On ne les a pas toute sa vie! »

Elle terminera les années 60 aussi demandée que Claudia Cardinale ou Virna Lisi avec lesquelles d’ailleurs elle partage quelques affiches. Maintenant qu’elle a le droit de répondre aux interviews, elle fait preuve d’un certain esprit et en 1967, à un journaliste qui remarque perfidement que dans ses films on la voit plus couchée que debout elle répond: »Tout le monde sait que la position couchée est plus confortable! »

En 1971, Elle divorce officiellement de l’acteur Fabrizzio Cappuci qu’elle avait épousé en 1963.

Ce mariage avait beaucoup fait paler de lui, Catherine ne détestant pas larmoyer sur l’épaule compatissante d’un journaliste ponctuant ses reniflements éplorés de « Je ne veux plus jamais le revoir » bien sentis pendant qu’un certain Achille Santé l’attendait à la porte du studio où elle tournait « La Ronde » pour Vadim.

Divorcée en 1971, L’année suivante elle se remarie avec l’acteur italien Johnny Dorelli, rencontré sur un plateau TV en 1968 dont elle divorcera en 1979. Cette affaire de mariage avait eu sa petite heure de gloire dans la rubrique des potins mondains! Catherine avait obtenu le divorce en France à la condition de laisser la garde de sa fille à son ex mari.

catherine spaak

Mais l’Italie ne reconnut pas le divorce français puisque le divorce était tout simplement interdit en Italie! Catherine se plaignait donc très amèrement puisque le bénéfice du divorce, à savoir sa liberté lui échappait mais l’inconvénient par contre, l’abandon de la garde de sa fille restait valable aux yeux de la loi! La presse s’étonnait d’ailleurs de la volonté farouche que mettait cette actrice prétendue volage à vouloir se remarier alors que la mode était précisément à l’amour libre. Catherine s’en expliqua franchement: « Johnny et moi nous nous aimons mais surtout nous nous entendons parfaitement professionnellement comme personnellement. Nous sommes complémentaires et si je suis enfin devenue adulte c’est à lui que je le dois, il m’équilibre alors que je le reconnais, j’ai un caractère très instable! L’imbroglio se compliquait encore par le mariage de Johnny Dorelli, certes séparé mais flanqué de son fils le petit Gianluca!

Mais ce n’est pas pour ces deux mariages que la belle italienne d’adoption va voir son nom très régulièrement dans les gros titres de la presse à scandale durant toute la décennie!

Un conflit va l’opposer à son père qui va se fendre de déclarations que l’on aurait voulues plus étoffées de la part d’un scénariste prestigieux: « Ma Fille est un Monstre », « Je n’ai plus de Fille », « Je renie ma fille », j’en passe et des meilleures, quoiqu’elles soient à peu près toutes pareilles!

Agnès Spaak va entrer dans la ronde infernale et ajouter son grain de sel, en profiant d’ailleurs de la situation familiale tendue en première page pour pousser son pion  de comédienne sans impressionner grand monde et montrer ses bikins au festival de Cannes toujours sans impressionner grand monde.

La presse affolée alla même jusqu’à déterrer madame Spaak mère dans le salon de coiffure dont elle était maintenant la patronne à Paris, recyclée dans les indéfrisables après les feux de la rampe pour lui demander son avis sur sa monstresse de fille! Elle posa l’air navré mais coiffée comme Brigitte Bardot un soir de gala entre les casques et les bigoudis mais je ne me souviens sincèrement plus de sa réponse. Filles, soeurs, père et mère s’entre déchirérent et se réconcillièrent tant et plus durant des années, ce qui devint aussi ennuyeux que les amours de Sacha Distel ou un film de Jacques Rivette!

Ajoutons à cela que Michelangelo Antonioni clamait sur tout les toits son admiration sans borne pour la belle Catherine « L’actrice la plus passionnante de sa génération » ce qui avait fini par ébouriffer Monica Vitti en personne!

Catherine Spaak continuait sur sa lancée de vedette italienne, elle n’avait pas trop rechigné devant les comédies érotico-polissonnes du cinéma italien des années 70 même si son grand prestige, tout comme ceux de Claudia et Virna ne lui permettait pas de forcer la dose dans la polissonnerie, laissant celà à Agostina Belli, Edwige Fenech, Marilu Tolo avec qui elle avait débuté dans le film de Lattuada ou encore Marisa Mell, Barbara Bouchet et Olga Bisera.

Le 4 Mars 1975, Charles Spaak mourait et avec lui s’enterrait le conflit familial. Bientôt le cinéma italien allait calmer sa frénésie de cinéma érotique et tenter de trouver un nouveau souffle qu’il cherche encore en vain 40 ans plus tard. Catherine Spaak avait sagement anticipé les choses et dès 1978 était devenue une habituée de la télévision alors que durant la décennie précédente elle n’avait honoré le petit écran qu’une seule fois en 1968 en tournant avec son futur mari Johnny Dorelli  » La Vedova Allegra ».

Claudia Cardinale et Catherine

Claudia Cardinale et Catherine

En 1990 , après une nouvelle décennie très bien remplie, Catherine Spaak prend ses disances après avoir donné la réplique à Monica Vitti et Eliott Gould dans  » Scandalo Secreto ». Elle se remarie en 1991 avec Daniel Rey.

Elle passera les années 90 loin du feu des projecteurs si l’on excepte sa présence inattendue et tout à fait somptueuse dans le feuilleton français « Une Famille Formidable » qui ne la méritait pas.

Avec l’avènement des années 2000, il se passera rarement une année sans que l’on ne puisse admirer la toujours belle Catherine Spaak sur un écran, petit ou grand. Elle est d’ailleurs la mère de l’inspecteur Aurelio Zen dans la série « Zen ». Catherine a eu sa propre émission de télévison durant quinze ans!

Catherine Spaak est deux fois maman, elle a eu un enfant avec chacun de ses deux premiers maris, sa fille Debora et son fils Gabriele et les a toujours scrupuleusement tenus éloignés de son univers professionnel.

936full-catherine-spaak-267x300

QUE VOIR?

1960: Le Trou: Avec Michel Constantin et Marc Michel

1960: I dolci inganni: Avec Jean Sorel et Christian Marquant

1960:Il carro armato dell’8 settembre: Avec Dorian Gray, Yvonne Furneaux et Elsa Martinelli

1962: L’Amore Difficile: Avec Claudia Mori et Enrico Maria Salerno

1962: Il Sorpasso: Avec Jean-Louis Trintignant et Vittirio Gassman

1963: La Noia: Avec Bette Davis et Horst Bucholz;

1964: La Ronde: Avec Jane Fonda

1965: L’uomo dei cinque palloni: Avec Marcello Mastroianni et Ugo Tognazzi

1965: Oggi, domani, dopodomani: Avec Marcello Mastroianni

1965: Le Monachine: Avec Amedeo Nazzari et Sylvia Koscina

1966: Non faccio la guerra, faccio l’amore: Avec Philippe Leroy

1966: Mademoiselle de Maupin: Avec Robert Hossein

1967: Hôtel: Avec Rod Taylor et Merle Oberon

1968: La Matriarca: Avec Jean-Louis Trintignant, Gabriele Tinti et Philippe Leroy.

1969: Certo, certissimo, anzi… probabile: Avec Claudia Cardinale, John Philip Law et Nino Castelnuovo.

1970: Con Quale Amore, Con Quanto Amore: Avec Claude Rich.

1971: Il gatto a nove code: Avec Karl Malden et James Francisius.

1973: Storia di una monaca di clausura: Avec Suzy Kendall et Umberto Orsini.

1975: Take a Hard Ride: Avec Lee van Cleef et Jim Brown.

1978: Per vivere meglio, divertitevi con Noi: Avec Johnny Dorelli.

1980: Rag. Arturo De Fanti, bancario – precario: Avec Paolo Villagio.

1981: Miele di Donna (Fleur de Vice): Avec Clio Goldsmith et Fernando Rey.

1984: Claretta: Avec Claudia Cardinale et Guilano Gemma.

1990: Scandalo Segreto: Avec Monica Vitti et Eliott Gould

2005: Dalla parte giusta: Avec Myriam Catania et Luca Ward

2010: Alice: Avec Camilla Ferranti

2010: Goodbye Mr Zeus: Avec Stefania Carnevali et Sydne Rome

2011: I più grandi di tutti: Avec Claudia Pandolfi et Alessandro Roja

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream