found 3 matching posts pour 'julie newmar'


716: CAROL LYNLEY

carol-lynley

La carrière de Carol Lynley démarra sous un mauvais présage: Carolyn Lee, le nom qu’elle a choisi pour faire carrière est déjà été enregistré par une autre actrice. Elle dut en changer. La chance n’allait jamais vraiment lui sourire. Carole Ann Jones, cette ravissante blonde à la beauté particulièrement moderne, peut-être même en avance sur son temps, autre malchance, voit le jour à Manhattan le 13 Février 1942. L’Amérique va entrer en guerre, papa va partir au front, la petite fille n’aura que sa maman, serveuse, pour veiller sur ses premiers pas.

Carol Lynley

Devenue une ravissante adolescente, elle deviendra mannequin Teenage avec un certain succès et le bien nommé magasine « Teen » lui offrira sa couverture comme cadeau d’anniversaire pour fêter ses 15 ans. Lorsque l’on vit à New-York, que l’on est une ravissante adolescente au délicat visage de poupée blonde, aux yeux bleus et au sourire d’ange affichée dans tous les kiosques à journaux, la tradition veut qu’on vous propose de faire de la télévision.

American theater and film actress Carol Lynley, born Carol Ann Jones, poses for a picture in a shear metallic dress, late 1960s. (Photo by Tim Boxer/Getty Images)

C’est là que Carol Lynley débute, elle a 14 ans. Pour le cinéma il faudra attendre le bon vouloir du studio Disney toujours à l’affût pour voir Carol débuter dans « La Lumière dans la Forêt » avec Fess Parker mieux connu pour être alors David Crockett à la télévision.

Carol-Lynley

Carol devient très vite une « jeune première romantique » très sollicitée. Il ne lui manque, peut-on lire dans la presse, que sa « grande chance », le rôle qui la portera au pinacle. Et on crut d’un avis unanime la chose venue avec la suite de « Peyton Place » qu’Hollywood mettait en chantier. Une suite dont aucun membre du casting qui avait porté le film initial au triomphe n’accepta de faire partie.

lynley (3)

Diane Varsi dont le film avait fait une star énorme avait littéralement fui. Lana Turner avait décliné, John Gavin fit de même, ensuite ce fut Hope Lange qui déclara forfait talonnée de près par Terry Moore!

Carol-Lynley

Eleanor Parker remplacerait Lana Turner, Jeff Chandler remplacerait John Gavin, Tuesday Weld et Luciana Paluzzi reprendraient les rôles d’Hope Lange et Terry Moore, et enfin, Carol succèderait à Diane Varsi. L’échec du film fut inversement proportionnel à la hauteur de ses ambitions c’est à dire aux chiffres records atteints par le premier!

lynley carol

Le film sera distribué en France sous le titre « Les Lauriers sont coupés » et rarement il faut bien l’admettre, titre ne fut mieux porté. Personne ne sortit grandi de l’aventure. Carol dont on avait parlé comme de la future superstar en fut pour ses frais et ne récolta qu’une rivalité toute inventée avec Tuesday Weld!

téléchargement (1)

L’époque était d’ailleurs aux actrice jeunes, blondes, naturelles, à visage d’ange et sourire un peu triste. C’était le nouveau « nec » Ava Gardner ou Jayne Mansfield se faisaient reléguer au rayon des articles démodés au profit de Sue Lyon, Tuesday Weld, Yvette Mimieux et Carol Lynley.

carol lynley

Du coup, Otto Preminger allait l’affubler d’une perruque « aile de corbeau » incroyablement enlaidissante pour jouer la soeur de son « Cardinal » en 1963. A la fin du film, Carol joue la fille de son personnage cette fois chapeautée d’une perruque rouge toute aussi maladroite.

lynley

C’était la joyeuse époque des « Lolita », ces très jeunes filles ravissantes, avides d’être adultes et de connaître les joies interdites. Carol s’était distinguée dans l’emploi dès 1959 avec « Blue Denim » où elle était une adolescente enceinte hors mariage et après un rapport sexuel consenti!

Ann Margret, Pamela Tiffin et Carol

Ann Margret, Pamela Tiffin et Carol

Heureusement pour Carol, elle était sous contrat avec son studio et put enchaîner ave d’autres films après « Retour à Peyton Place ». Des films souvent de prestige et avec des partenaires de choix comme Kirk Douglas, Jack Lemmon ou Rock Hudson, mais rien qui lui permit vraiment de se faire cette » place au soleil d’Hollywood ». La télévision restait encore et toujours sa meilleure alliée jusqu’à ce qu’une nouvelle tourmente médiatique s’empare d’un film qui se prépare avec elle.

carol lynley (3)

En 1965, la Century Fox exhume le scénario de « Harlow », jadis prévu pour « the late Marilyn Monroe » et prépare le film en grandes pompes avec celle que le studio considère précisément comme sa nouvelle Marilyn: Miss Carrol Baby Doll Baker! Or, Carol Lynley s’apprête précisément à devenir Jean Harlow dans un biopic consacré à la star platine.

carol lynley

La presse s’empare de l’affaire et crée de toutes pièces une « Guerre des Jean Harlow » qui va littéralement monopoliser les médias! On n’avait plus vu ca depuis les Burton-Taylor à Rome sur le tournage de Cléopâtre! On inventa même une guerre des mères de Jean Harlow! Angela Lansbury serait celle de Carrol Baker et Ginger Rogers celle de Carole Lynley.

Jean Harlow by Carol Lynley

Avec Cléopâtre, la Fox avait beaucoup souffert et perdu beaucoup d’argent! Le studio n’allait pas laisser SA Jean Harlow se faire éclipser par une autre! Carrol Baker allait bénéficier d’un traitement publicitaire comme Hollywood n’en ferait bien tôt plus, laissant ses artistes de débrouiller pour se faire mousser tout seuls aux yeux du public.

Carol Lynley with Mike Selsman

Mais en attendant, Carrol Baker était partout tout le temps et se fendait de quelques coûteux caprices, histoire sans doute de « faire vrai » comme on le lui avait appris à l’actor’s studio! Carol Lynley faisait figure de copieuse un peu médiocre de Carrol Baker dans la presse, ses producteurs n’avaient pas les moyens d’une machinerie publicitaire comme celle de la Century Fox.

carol lynley

Carol offrit ses charmes à la convoitise dans « Playboy » mais c’est à peu près tout ce dont le film bénéficia en matériel publicitaire (si j’ose dire)  Mais par contre, pour le film de Carol Lynley, les producteurs avaient du matériel et des techniques de tournage nettement moins lourdes que celles de la FOX. Et ce qui était un désavantage en publicité se révéla être un avantage à ce niveau là. Commencé après le film de Carrol Baker, celui de Carol Lynley fut terminé et distribué avant.

lynley (5)

Le public intéressé vit donc d’abord le film de Carol Lynley et Ginger Rogers. Prirent-ils la peine de voir l’autre ensuite, histoire de comparer? Je n’en jurerais pas. L’éléphant accoucha d’une souris, la vie de Jean Harlow, toute pathétique qu’elle soit ne faisait pas un bon scénario et pouvait encore moins se résumer en une heure trente.

carol-lynley

 

Aucune des nouvelles Jean Harlow ne récolta le succès escompté. Carrol Baker s’exila en Italie et Carol Lynley qui avait tourné l’excellent « Bunny Lake a disparu » resta maîtresse du terrain.

Carol Lynley

Mais c’était le troisième gros échec de sa carrière. Après « Retour à Peyton Place » elle avait été du naufrage du « Cardinal » d’Otto Preminger avec Romy Schneider. Avec Harlow c’était son troisième flop. A Hollywood ce n’est pas le genre de chose qui fait plaisir. Bientôt elle aussi quitterait Hollywood pour l’Angleterre y tourner quelques effrayances pour la Hammer. Et si elle restait très célèbre c’était encore et toujours grâce à la télévision. Carol Lynley fait partie de ces actrices au statut étrange, ces actrices qui ont tourné des films idiots en leur temps mais qui sont devenus cultes à l’usage. Si aujourd’hui on revoit très volontiers « Le Blob », A l’époque, pour une actrice qui avait tenu la vedette dans de grosses productions à Hollywood, c’était il faut bien le dire plus navrant qu’intéressant. Elle aura pourtant sa revanche en ressurgissant à Hollywood dans un rôle important et dans un film qui allait à la fois marquer des générations et créer un genre: « L’Aventure du Poséidon » Carol réapparaissait, plus séduisante encore qu’auparavant dans un film où il faut bien le dire seuls les décors et les effets spéciaux étaient les vedettes. Mais quel film!

carol lynley

On fêta dignement les millions de dollars engrangés et puis ensuite le retour de la belle Carol. Laquelle allait avouer d’un air las deux choses aux journalistes: elle était doublée pour le chant dans le film et elle était la victime d’une très longue et très profonde dépression. Considérant Hollywood comme responsable de ses dérives personnelles, malgré la pluie de contrats qu’on lui proposa dans la foulée du triomphe posséidonesque. Carol préféra regagner son New-York natal et ses plateaux de télévision où à ses yeux la vie était à la fois moins cruelle et plus enrichissante. Dorénavant, le cinéma ce fut « de temps en temps »

Celine Colassin.

10902106_ori

QUE VOIR 1958: The Light in the Forest: Avec Fess Parker

1959: Holiday for Lovers: Avec Jill St John, Jane Wyman et Clifton Webb

1959: Blue Denim: Avec Brandon de Wilde

1961: The Last Sunset: Avec Dorothy Malone, Kirk Douglas et Rock Hudson

1961: Return to Peyton Place: Avec Eleanor Parker et Jeff Chandler

1963: The Stripper: Avec Joanne Woodward et Claire Trevor

1963: Under the Yum Yum Tree: Avec Jack Lemmon

1963: The Cardinal: Avec Romy Schneider, Tom Tryon et John Huston

1964: The Pleasure Seekers: Avec Ann Margret, Pamela Tiffin et Gene Tierney

1964: Shock Treatment: Avec Stuart Whitman et Lauren Bacall

1965: Bunny Lake is Missing: Avec Laurence Olivier et Keir Dullea

1965: Harlow: Avec Efrem Zimbalist Jr. et Ginger Rogers

1967: The Shuttered Room: Avec Oliver Reed et Gig Young

1967: Danger Route: Avec Richard Johnson et Barbara Bouchet

1969: The Maltese Bippy: Avec Dan Rowan et Julie Newmar

1969: Once You Kiss a Stranger… Avec Paul Burke et Martha Hyer

1972:Beware! The Blob: Avec Robert Walker jr.

1972: The Poséidon Adventure: Avec Shelley Winters, Gene Hackman et Stella Stevens

1975: The Four Deuces: Avec Jack Palance

1977: Bad Georgia Road: Avec Gary Lockwood

1978: The Cat and the Canary: Avec Honor Blackman

1979: The Shape of Things to Come: Avec Jack Palance

1983: Vigilante: Avec Robert Forster

1986: Balboa: Avec Tony Curtis

1988: Blackout: Avec Gail O’Grady

2003: A Light in the Forest: Avec Lindsay Wagner

2006: Vic (court métrage) Avec Clu Gulager et John Philip Law

509: JULIE NEWMAR

509: JULIE NEWMAR 115787853_75a8a18f0c

Si Julie Newmar n’est pas universellement connue comme la plus fabuleusement belle des « starlettes » de son époque, c’est sans doute que son physique miraculeux avait près d’un demi siècle d’avance sur son temps!

tumblr_ld6uobo0Ok1qabj53o1_500

En effet, la belle Julie tient plus du top modèle des années 90 où brillaient en couverture des pages « people » les noms de Claudia Schiffer et Linda Evangelista que des starlettes affriolantes et sexy des années 50 plafonnant à un mètre soixante, décoloration, talons aiguilles et soutien-gorge rembourré compris!

julie newmar

Ce n’est pas un hasard si la soixantaine alertement dépassée, Julie deviendra une égérie des couturiers français, Thierry Mugler en particulier vouant un culte à sa beauté altière et inaltérable!

julie-newmar-2-238x300

Oui, Julie Newmar fut la plus belle des vamps et si d’autres surclassent encore sa beauté, leurs noms aujourd’hui m’échappent!

Rendons aujourd’hui l’hommage mérité à la perfection faite femme.

julie-newmar2

Julia Charlène Newmayer naît à Los Angeles le 16 Août 1933, à trois arrêts de bus des principaux studios!

Son papa est d’ailleurs une célébrité, mais dans un tout  autre style que celui des mâles icônes de la MGM car Don Newmayer fut un champion de football américain dans les années 20 et exerce la profession de moniteur d’éducation physique à la naissance de Julia, l’ainée de ses trois enfants!

julie-newmar-262x300

Autrement dit, on ne badine pas avec la santé physique chez les Newmayer où l’on se doit de cultiver un esprit saint dans un corps saint!

Julia commencera donc très tôt l’apprentissage de la danse jusqu’à faire partie du corps de ballet de l’opera de Los Angeles.

tumblr_laytton8CN1qazanuo1_1280

Julia gagnait en technique, en grâce et en beauté, mais elle allait également gagner en taille! La superbe créature allait plafonner à un mètre 80, surplombant le record d’Ingrid Bergman que l’on considérait alors comme la girafe hollywoodienne absolue.

newmar julie

Bien entendu, il n’était plus question de faire partie d’un corps de ballet en dépassant tout le monde d’une tête! Surtout avec cette tête là!

julie newmar

Julia tenta Broadway, eut des petits rôles dans des comédies musicales où son physique et sa prestance firent plus que sensation et bien entendu, affolèrent les studios Hollywoodiens!

Julie Newmar

Mais que faire d’une danseuse gigantissime? Il était bien entendu hors de question de la distribuer face à Gene Kelly!

JULIE_NEWMAR_Sexy_HOT_Catwoman_326zb_master

On la casa donc tant bien que mal ici ou là, dans le chorus derrière Virginia Mayo et Ronald Reagan, derrière Bing Crosby et Jane Wyman ou dans un peplum avec Joan Collins où elle sera peinturlurée en doré!

Julie-Newmar-copie-1

Elle tournerait dès 1953 une jolie série de films, essentiellement musicaux, où elle ne serait pas créditée au générique, ou, à de rares exceptions près comme « Julie Newmayer »

Rien de bien palpitant jusqu’à ce qu’en 1957, Phil Silvers l’inivite dans son émission TV, le « Phil Silvers Show ».

julie-newmar-

Le petit écran allait lui donner de bien meilleurs choses à défendre que le grand, un comble pour une actrice dont on considérait la grande taille comme un handicap!

julie newmar

Le point d’orgue de sa carrière allait arriver en 1966. Il y avait déjà treize ans que Julie piaffait aux portes de la gloire. Elle n’était toujours pas célèbre. Elle était connue. Ses apparitions dans « Playboy » avaient fait plus pour sa notoriété que toutes ses apparitions filmées réunies, quelque soit la taille des écrans!

Julie Newmar

Mais en 1966, pour la première fois apparaissait dans la série « Batman » le personnage de Catwoman, Catwoman qui n’était autre que la sculpturale Julie Newmar. Ce fut plus qu’un rôle dans une série télévisée, ce fut un véritable phénomène de société, un tsunami médiatique! Et pour  illustrer l’impact de Julie Newmar en 1966, je ne résiste pas à l’anecdote suivante.

julie newmar

Lors des essais costumes, Julie n’appréciait pas le ceinturon qui selon elle lui épaisissait la taille. Mais Catwoman avait besoin d’un ceinturon. Alors Julie le desserra et le porta lâche, posé sur les hanches. Toutes les ceintures ses désserrèrent immédiatement et dès les collections suivantes la « taille basse » naissait!

Elle serait Catwoman un an, ensuite Eartha Kitt lui succèderait brièvement, mais la planète en tremble encore !Quant à Julie, on lui en parle encore tous les jours!

Julie était une star et le resterait! Une star de télévision qui ferait appel à elle dès que l’on prononcerait le mot « Science-fiction » où qu’il faudrait jeter quelqu’un par une fenêtre dans un épisode de « Colombo »!

Bien sûr Julie reviendrait au cinéma. Elle ne délaisserait pas le théâtre et y serait même Irma la Douce. Mais elle ajouta d’autres cordes à son arc. Chorégraphe chez Universal, elle ferait breveter dans les années 70 quelques sous vêtements invisibles, créant la game « Nudemar »

julie newmar

En 1977, la star surprend tout le monde en se mariant pour la première fois à l’âge de 44 ans, onze jours avant d’en avoir 45 avec l’avocat J. Holt Newmar Smith. Le couple s’installe au Texas et l’on apprend bientôt la naissance de leur petit John.

Malheureusement le petit garçon naît avec le syndrôme de Down, un type de trisomie connu également sous la dénomination trisomie 21.

Comme si la vie n’était pas encore assez cruelle , à l’âge de deux ans, le petit garçon fait une méningite et restera sourd.

Julie doit apprendre le langage des signes pour communiquer avec son fils et surtout l’apprendre au petit garçon défiscient mental. Elle refusera de placer son fils en institution, ce qui sonnera le glas de son mariage en 1984.

Julie Newmar va alors se battre comme une lionne pour son petit garçon, mettant sa carrière en veilleuse, elle n’accepte plus que des rôles courts et se recycle dans l’immobilier où elle fait un véritable triomphe. Après avoir dû gagner sa vie, elle doit gagner celle de son petit garçon qui ne sera jamais indépendant.

Alors Julie travaille, elle reste belle, fabuleuse, éblouissante, parcourt le monde, elle est au théâtre, à la télévision, au cinéma et sur les podiums des plus grands créateurs. Et bien entendu son fils est partout avec elle.

En 2008, le destin la gifflait à nouveau. Souffrant sans cesse de crampes douloureuses, elle est diagnostiquée souffrant du syndrôme Charcot-Marie-Tooth qui non seulement occasionne ces crampes atroces mais déforme peu à peu les membres du malade qui voit les nerfs de ses jambes et de ses bras s’atrophier.

GLAAD-JULIE

Le destin qui n’avait eu que bontés pour Julie Newmar, provoquant un embouteillage de bonnes fées sur son berceau ne lui épargna rien pour terminer sa vie.

Mais Julie Newmar qui n’avait pas à Hollywood réputation d’intellectuelle malgré un quotient intellectuel de 135 est par contre nantie d’un courage propre à faire nombre d’envieux.

julie newmar

Elle est toujours à plus de 80 ans aussi svelte et sublime que jadis, même si l’inévitable chirurgie hollywoodienne lui donne le sourcil haut et l’air continuellement étonné. Elle continue à honorer de sa présence toutes les manifestations qu’elle estime dignes d’intérêt et se bat toujours avec véhémence pour ses causes dont l’écologie.

Hollywood qui n’avait pas su voir en elle la fabuleuse pépite qu’elle était la respecte aujourd’hui comme la très grande dame qu’elle est.

Celine Colassin

julie-newmar-layingdown

QUE VOIR?

1953: She’s Working her Way Through Collège: Avec Virginia Mayo et Ronald Reagan

1953: Slaves of Babylon: Avec Linda Christian et Richard Conte

1953: The Farmer Takes a Wife: Avec Betty Grable et Dale Robertson

1954: Seven Brides for Seven Brothers: Avec Jane Powell et Howard Keel

1959: The Rookie: Avec Tommy Noonan

1961: The Marriage Go Round: Avec Susan Hayward et James Mason

1963: For Love or Money: Avec Mitzi Gaynor et Kirk Douglas

1969: MacKenna’s Gold: Avec Camilla Sprav, Gregory Peck, Omar Sharif et Telly Savallas

1969: The Maltese Bippy: Avec Carol Lynley, Mildred Natwick et Dan Rowan

1970: Up Your Teddy Bear: Avec Wally Cox et Victor Bruno

1983: Hysterical: Avec Cindy Pickett, Mark Hudson, Brett Hudson et Bill Hudson

1984: Love Scènes: Avec Tiffany Bolling, Britt Ekland et Michael Collins

1988: Dance Academy: Avec Laura Behr et Laura Felder Behr

1990: Nudity Required: Avec Billy Frank et Troy Donahue

1999: If…Dog…rabbit: Avec Maggie Weatherly, Matthew Modine et John Hurt

 

 

506: LESLIE PARRISH

506: LESLIE PARRISH Leslie_Parrish_20577_40-240x300

Leslie Parrish est peut-être l’une des beautés les plus facassantes des écrans hollywoodiens!

Et d’ailleurs pourquoi « peut-être »? Leslie Parrish EST l’une des beautés les plus fracassantes des écrans hollywoodiens!

Cette éblouissante merveille naît le 13 Mars 1935. Elle est alors Marjorie Hellen pour l’état civil et le restera jusqu’aux génériques de ses premiers succès à la Century Fox.

L’endroit où eut lieu cette divine naissance varie selon les sources et l’on fait naître Marjorie tantôt au Massachusett, tantôt en Pennsylvanie, et saluons à ce propos la probité de Wikipédia qui valide les deux solutions, faisant naître notre héroïne deux fois le même jour mais en des lieux différents!

La vérité historique de la chose est simple: la demoiselle naît à Melrose dans le Massachusett mais grandira en Pennsylvannie! Elle y suivra de sages études et, particulièrement douée pour le piano travaillera son toucher en vue d’une carrière de concertiste, son rêve d’enfance.

leslie parrish

Mais notre Marjorie est divinement belle avec ses cheveux d’or roux et ses yeux gris de ciel d’orage. Peu de jeunes filles aussi merveilleuses ont arpenté notre vénérable globe terrestre, alors cette éblouissante créature bénie des dieux de l’esthétisme allait-elle pianoter jusqu’à plus soif au fond de conservatoires aussi prestigieux que poussiéreux?

Certes non et le déclic fut fort simple! Quelqu’un lui dit un jour qu’avec un tel physique elle gagnerait en une journée de cover girl un mois de cachet de concertiste…Au moins!

Marjorie n’était guère vénale, mais un joli pécule rapidement gagné lui faciliterait grandement ses débuts dans la vie et elle pourrait alors parfaire son enseignement musical chez les coûteux grands maîtres!

Ainsi en fut-il donc décidé! la future Leslie Parrish gagna New-York et fut engagée immédiatement dans la première agence où elle se présenta bien qu’elle soit arrivée dans la big apple avec un emploi de serveuse garanti dans un restaurant…au cas où! Nous étions en 1953, ses vingt ans étaient  tout frais et le monde se cherchait un nouveau visage symbole de beauté universelle et sensuelle. on la voulait blonde, altière, froide et distinguée, Kim Novak et Grace Kelly bientôt trôneraient!

leslie-Parrish-for-love-or-money

Dès ses premières photos, Leslie fut « découverte », la Century Fox se rua avec un contrat  et la belle gagna Hollywood!

Avec la méticulosité propre aux musiciens de conservatoire, elle fut fort étonnée lorsque le studio lui demanda seulement de poser en bikinis et autres déshabillés et que tout le monde écarquillât les yeux lorsqu’elle demanda d’une voix candide « Qui va m’apprendre à jouer la comédie? »

Leslie_Parrish_20577_37-181x300

Comme cela ne semblait intéresser ni concerner personne, la belle prit les choses en mains et rejoignit des troupes de théâtre amateur pour s’aguerrir à son nouveau métier. Elle allait faire la connaissance de l’excellente Ruth Warrwick qui aurait donné du talent à un lampadaire rien qu’en changeant l’ampoule!

leslie parrish

Mais on le sait, la Century Fox ne s’est jamais encombrée l’esprit avec les velléités artistiques de ses actrices, leur couleur de cheveux et le rembourrage de leur soutien-gorge étaient autrement plus importants! A son grand soulagement, la Fox lui permit de gagner la prestigieuse MGM.

parrish leslie

Nous étions en 1954, la télévision régnait déjà, chamboulait la donne Hollywoodienne et l’époque étant à la fascination pour les nouvelles techniques révolutionnaires, on envisageait déjà la télévision en couleurs! Leslie Parrish fut alors prêtée au département technique d’une chaîne TV pour que l’on essaye sur elle les premiers essais couleur pour la télévision! Quel procédé rendrait justice à ce blond, à ce gris, à cette peau de pèche?

leslie parrish

Son travail au cinéma avait consisté en quelques vagues apparitions dans les ombres de Leslie Caron, Joan Collins, Sheree North ou Betty Grable, à la télévision elle s’assayait sur une chaise et attendait!

LeslieParrish007-300x207

Elle attendrait jusqu’en 1959 pour obtenir enfin des rôles digne de ce nom, rôles qui vinrent à la fois de la télévision et du cinéma! Il avait fallu pour celà que Betty Grable déclare forfait, que Marilyn développe ses névroses, que Jayne Mansfield ne tienne pas ses promesses et que Grace Kelly épouse un prince! Elle pouvait alors enfin obtenir le premier rôle féminin de Li’l Abner et devancer Julie Newmar et Stella Stevens à l’affiche!

leslie parrish

Relativement oisive en attendant cette bonne aubaine, Leslie Parrish s’était un peu distraite en épousant un certain Eric Marlow en 1955 dont elle divorcerait en 1961.

Elle était alors devenue un véritable pilier de la télévision américaine et avait même obtenu un ou deux rôles intéressants au cinéma, notament dans « The Manchurian Candidate » où elle fut à la fois sublime et excellente mais éclipsée par une Angela Lansbury en état de grâce qui donna là une de ses meilleures performances!

Leslie Parrish restera très actve à la télévision jusqu’en 1978 et fra du cinéma avec beaucoup de parcimonie, faute de temps je présume!

En 1977, elle rencontrait Richard Bach, l’auteur de « Jonathan Livingstone le goeland » sur le tournage du film éponyme, il devint son second mari et le resta jusqu’à leur divorce en 1999.

Remariée, Leslie Parrish avait renoncé à sa carrière, divorcée, elle ne revint pas se perpétrer ni jouer les revenantes sublimes et téméraires et resta éloignée des caméras, qu’elles soient en couleurs ou en 3D!

Celine Colassin

Leslieparrish

QUE VOIR?

1955: How to be Very Very Popular: Avec Betty Grable, Sheree North et Robert Cummings

1955: The Girl in the Red Velvet Swing: Avec Joan Collins, Ray Milland et Farley Granger

1957: Man on Fire: Avec Inger Stevens et Bing Crosby

1958: Missile to the Moon: Avec Cathy Downs et Richard Travis

1959: Li’l Abner: Avec Peter Palmer et Julie Newmar

1961: Portrait of a Mobster: Avec Vic Morrow

1962: The Manchurian Candidate: Avec Janet Leigh, Angela Lansbury, Laurence Harvey et Frank Sinatra

1963: For Love or Money: Avec Mitzi Gaynor et Kirk Douglas

1964: Sex and the Single Girl: Avec Natalie Wood, Lauren Bacall et Tony Curtis

1966: Three on a Couch: Avec Janet Leigh et Jerry Lewis

1967: The Money Jungle: Avec Lola Albright et John Ericson

1969: The Condy Man: Avec George Sanders

1970: Brother, Cry for Me: Avec Steve Drexel et Larry Pennell

1975: The Giant Spider Invasion: Avec Barbara Hale et Steve Brodie

1976: The Astral Factor: Avec Stephanie Powers, James Foxworth et Sue Lyon

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream