found 3 matching posts pour 'marthe keller fils'


638: ANNY DUPEREY

638: ANNY DUPEREY anny_duperey_jeune-004-300x203

Anny Duperey restera sans doute dans la mémoire collective la compagne de Bernard Giraudeau et l’heureuse prisonnière de la série « Une Famille Formidable » qui à l’heure où j’écris ces lignes a plus de vingt ans et toujours fort bon pied et très bon œil. Alors actrice de télévision, certes mais pas seulement. La carrière au cinéma d’Anny Duperey n’a pas de quoi la faire rougir et aurait même plutôt tendance à faire pâlir d’envie bien d’autres actrices!

Anny Duperey n’est pas que Catherine Beaumont! Loin s’en faut!

anny-duperey-cannes

Le 28 Juin 1947 naît Anny Ginette Lucienne Legras, fille du photographe Lucien Legras et de son épouse Ginette dans une ville de Rouen  encore dévastée par les bombardements libérateurs de 1944. la ville, pilonnée et incendiée n’a plus de centre historique. l’ancien quartier qui reliait la cathédrale aux quais de Seine est entièrement détruit, Mais la paix est revenue, c’est, souhaitons-le malgré les ruines et les morts, l’essentiel.

Anny a tout pour être une petite fille heureuse, pour elle la guerre c’est des histoires fantastiques racontées dans la famille, ca lui semble si loin, nous sommes en 1955 et elle a bien d’autres centres d’intérêts! Elle a eu huit ans et elle a même une petite sœur de quelques mois, Patricia! Mais le 6 Novembre 1955, la vie va basculer à jamais.

autographe-anny-duperey

Anny n’ a pas envie d’aller à l’école, elle traînaille dans son lit alors que ses parents l’ont déjà appelée plusieurs fois pour qu’elle les rejoignent faire sa toilette dans la salle de bains. Et puis, ils ne l’appellent plus.

Aurait-elle gagné la bataille du « je veux rester dormir »? Ce serait bien la première fois!

Ses parents ne l’appelleront plus jamais, ils sont morts asphyxiés au monoxyde de Carbonne.

La petite fille sera confiée à l’une de ses grand’mères et Patricia à l’autre. Les deux sœurs sont séparées. Pendant un temps on va se retrouver tous les week-ends, mais le temps va passer, les retrouvailles vont s’espacer et finalement, Anny va perdre sa petite sœur Patricia de vue.

anny duperey

La jeune fille grandissant, c’est le moins que l’on puisse dire, elle sera une des plus grandes comédiennes de sa génération par la taille, sentira naître en elle une vocation artistique qui la mènera sur les scènes de France et accessoirement dans la compagnie Barrault-Renaud.

Grande, brune, racée, sportive, Anny Duperey débutera au cinéma à vingt ans et très vite Godard fait appel à elle pour « Deux ou Trois Choses que je sais d’elle », ce qui ne veut pas dire qu’elle est une actrice « nouvelle vague ». Tout d’abord le mouvement est moribond, ses metteurs en scène « fer de lance » ou « Tête de gondole » se sont commercialisés et Anny tourne aussi « Jerk à Istanbul », pourquoi pas?

images-5

Si VOGUE ne déteste pas faire appel à cette longue liane brune pour orner ses pages de papier glacé, le cinéma se montre plus frileux. Anny Duperey tourne un ou deux films par an, rarement trois, le reste du temps elle est à la télévision ou au théâtre, mais rendons-lui cette justice: elle sait choisir ses films. Comme tout carrière, la carrière d’Anny Duperey compte bien un ou deux « nanars » mais elle compte surtout des titres qui ont rencontré un véritable succès public même s’ils ne sont pas devenus cultissimes. Si on ne se souvient guère aujourd’hui de « Pas Folle la Guêpe », le film avait caracolé en tête du box office français avant de faire les délices de la télévision qui n’a cessé de le rediffuser pendant au moins une décennie!

images-6

La belle Anny tournant d’ailleurs avec Jane et Peter Fonda, Claude Brasseur, Jean Richard, Jean Rochefort, Gérard Depardieu, Patrick Dewaere, Al Pacino ou Jean-Paul Belmondo. En 1977, le cinéma français l’honore d’une nomination pour son second rôle dans le mythique « Un Eléphant ça Trompe Enormément » où elle était le distant objet de tous les fantasmes de Jean Rochefort et faisait un petit clin d’œil à Marilyn Monroe soi-même. L’actrice très sportive sera une des grandes habituées du gala de l’union des artistes où elle excelle au trapèze et travaille sans filet, réalisant le danger seulement 30 ans plus tard!

anny-duperey-dans-stavinsky-240x300

Anny duperey dans Stavinsky

En reprenant sur scène un des succès de ses débuts: La Guerre de Troie n’aura pas Lieu », elle tombe follement amoureuse de son partenaire Bernard Giraudeau, son cadet de 10 jours, il est né le 18 Juin 1947.

Nous sommes en 1971, C’est une année faste pour Anny qui rencontre sur les planches le grand amour et reçoit pour sa performance dans la pièce le prix Gérard Philipe.

Duperey-Giraudeau

A l’époque Anny s’est offert un appartement à Paris, Bernard avec son premier cachet s’est acheté une maison à retaper dans la Creuse « Parce que c’est le département le moins cher » Bernard Giraudeau se passionne pour son chantier, Anny se pique de campagne et de jardinage et dans la foulée le couple fait deux enfants Gaël Giraudeau qui naît en 1982 et Sara qui voit le jour en 1985.

18890047-r_760_x-f_jpg-q_x-20070907_113447

Un elephant ca trompe enormément

A l’heure de leur rencontre, Anny Duperey est bien plus célèbre que Bernard Giraudeau, elle a commencé sa carrière six ans avant lui. Bernard Giraudeau a fait ses débuts au cinéma en jouant le fils de Jean Gabin dans « Deux Hommes dans la Ville » en 1973. Mais très vite le physique avantageux du comédien chamboule le cinéma français et il devient avec Gérard Lanvin un des grands favoris du cinéma. Avec « Billitis » et « Et la Tendresse Bordel » il devient incontournable.

anny duperey

Le couple Giraudeau Duperey va vivre une belle histoire de dix-huit ans avant de se séparer en toute amitié.

Bernard Giraudeau s’était désintéressé de sa maison de la Creuse dès qu’elle avait été terminée. C’est la créer qui l’intéressait. Terminée elle ne l’amusait plus. Alors Anny Duperey qui s’est reconstruite dans cette maison décide de la lui racheter!

anny duperey

Depuis la fin tragique de ses parents, elle avait vécu sans racines et sans attaches. La mort de ses parents, de ses grand parents puis de sa jeune sœur ont fait d’elle une apatride sentimentale, une errante de coeur. Dans cette maison elle avait aimé elle avait fait des enfants, elle avait planté des fleurs et des arbres, elle avait « reconstitué une chaîne ». Elle avait même eu le courage de regarder les photos de ses parents et le travail d’artiste de son père qu’elle va finir par publier. Etonnée elle-même de trouver une foule de photos d’elle qui lui prouveront par delà la mort à quel point ses parents l’aimaient.

989018_d-300x273

Anny Duperey enfant dans ‘objectif de son père

Avec « Un Eléphant ca Trompe Enormément », Anny Duperey a noué avec le public français une réelle et très étroite relation d’amitié qui dure toujours. Elle est aujourd’hui grand’mère et sa fille Sara Giraudeau est devenue comédienne à son tour.

En 1993 elle avait vécu un nouvel amour avec le comédien Cris Campion de 19 ans son cadet, ils s’étaient rencontrés sur un tournage où elle jouait sa grand’mère. Le couple se défera en 2004.

Anny Duperey est devenue écrivain, elle est toujours actrice, toujours populaire, elle est maman, elle est grand’mère et vit toujours dans la maison du bonheur dans la Creuse.

En 2007, le cancer emportait Bernard Giraudeau, l’amour de sa vie, le père de ses enfants. Anny vint aux funérailles, elle lui apportait un bouquet des fleurs de leur jardin.

Celine Colassin

anny-duperey-13719-220x300

QUE VOIR?

1967: Jerk à Istanbul: Avec Michel Constantin et Jean-François Poron

1967: Deux ou Trois Choses que je sais d’Elle: Avec Marina Vlady

1968: Sous le Signe de Monte-Cristo: Avec Claude Jade, Pierre Brasseur et Paul Barge

1968: Histoires Extraordinaires: Avec Jane Fonda

1969: Bye, Bye, Barbara: Avec Eva Swann, Bruno Cremer et Alexandra Stewart

1969: Un Jeune Couple: Avec Anna Gaël et Corinne le Poulain

1969: Les Femmes: Avec Maurice Ronet

1970: La Rose Ecorchée: Avec Philippe Lemaire et Elizabeth Tessier

1972: Pas Folle la Guêpe: Avec Françoise Rosay et Bruno Pradal

1972: Les Malheurs d’Alfred: Avec Pierre Richard

1973: Sans Sommation: Avec Maurice Ronet et Bruno Cremer

1973: L’Oiseau Rare: Avec Jean-Claude Brialy, Micheline Presle et Barbara.

1974: Stavisky: Avec Jean-Paul Belmondo

1975: Le Malin Plaisir: Avec Claude Jade et Jacques Weber

1975: Pas de Problème: Avec Jean Lefèbvre

1976: Umarmungen und Andere Sachen: Avec Sydne Rome et Jean-Pierre Léaud

1976: Un Eléphant ça Trompe Enormément: Avec Jean Rochefort

1977: Bobby Deerfield: Avec Marthe Keller et Al Pacino

1977: Maladie Mortelle: Avec Laurent Terzieff et  Carla Marlier

1978: Trocadéro Bleu Citron: Avec Lionel Melet et Martine Sarcey

1980: Car Napping Bestellt, geklaut, geliefert: Avec Bernd Stefan

1981: Psy: Avec Patrick Dewaere et Catherine Frot

1982: Mille Milliards de Dollars: Avec Patrick Dewaere

1982: Le Grand Pardon: Avec Clio Goldsmith, Bernard Giraudeau et Roger Hanin

1983: Le Démon dans l’Île: Avec Jean-Claude Brialy

1983: Les Compères: Avec Pierre Richard et Gérard Depardieu

1988: Gandahar: Avec Glenn Close et Pierre-Marie Escourrou

1993: Germinal: Avec Jacques Daquemine, Gérard Depardieu et Renaud

1999: Tôt ou Tard: Avec Amira Casar et Philippe Torreton

2008: De l’autre côté du Lit: Avec Sophie Marceau et Dany Boon

2009: Bambou: Avec Didier Bourdon et Anne Consigny

2011: L’Amour Dure Trois Ans: Avec Louise Bourgoing et Gaspard Proust

2012: Vous n’avez Encore Rien Vu: Avec Sabine Azéma, Mathieu Amalric et Michel Piccoli

 

620: MARTHE KELLER

620: MARTHE KELLER 02_marthe_keller-241x300

Marthe Keller est peut-être la plus étincelante des actrices de cinéma international à avoir été découverte par la télévision française, et ce, bien qu’elle soit suisse! Marthe Keller demeure encore aujourd’hui et probablement à jamais la « Demoiselle d’Avignon » au cœur des nostalgiques des « feuilletons »!  Lorsque le feuilleton en question fut diffusé pour la première fois en 1972, le cœur de la France entière battit à l’unisson pour la jolie demoiselle. Quand ses aventures prirent fin la chose eut des allures de deuil national! Le téléspectateur n’aurait plus sa Marthe hebdomadaire, qu’allait-il devenir? Nombreux sont d’ailleurs ceux qui fidèles au culte de Marthe Keller en « Demoiselle d’Avignon » ignorent quelle fut sa prestigieuse carrière après leur feuilleton adoré, nombreux étaient d’ailleurs ceux qui ignoraient que Marthe Keller œuvrait devant les caméras depuis bientôt dix ans!

marthe_keller_3-300x193

Le 28 Janvier 1945, Marthe Keller naît à Bâle, sur les rives du Rhin, non loin de ses chutes.

Comme toute suissesse qui se respecte, bien que son père soit d’origine allemande et sa maman d’origine hongroise, la jeune Marthe adorait le ski et songea même longtemps à en faire son métier. Elle hésitait entre ce sport et la danse mais sans doute trop téméraire sur ses lattes, un accident réglerait le problème et ça ne serait ni l’un ni l’autre!

Parfaitement bilingue comme l’essentiel des habitants de Bâle « La ville au coin des trois pays », c’est à la télévision allemande que Marthe Keller débute dès 1964, alignant une jolie série de feuilletons et de téléfilms sans que le cinéma ne s’intéresse à elle hormis pour une apparition des plus fugaces dans « Mes Funérailles à Berlin ». Elle est à Paris lorsqu’éclatent les évènements de Mai 1968. Bloquée dans la capitale française plus longtemps que prévu, la révolution estudiantine va révolutionner le destin de la jeune suissesse.

diable-par-la-queue-69-03-g-300x196

Le diable-par-la-queue: Yves Montand et Marthe Keller

Philippe de Broca a deux films en préparation: « Le Diable par la Queue »  avec Yves Montand et « Les Caprices de Marie » avec Philippe Noiret. Il rêvait de Catherine Deneuve mais celle-ci décline faute de temps. Après la mort brutale de sa sœur Françoise Dorléac, Catherine Deneuve s’est assommée de travail et n’a plus un week-end de libre jusqu’en…1971!

C’est une inconnue qui tiendra les deux rôles et accessoirement le cœur de Philippe de Broca: Marthe Keller .

Le couple aura un fils: Alexandre né en 1971.

Mais comme en Allemagne, c’est la télévision qui va littéralement placer Marthe Keller sur orbite! Après la série à succès « Arsène Lupin » avec Georges Descrières, c’est l’apothéose populaire avec la fameuse « Demoiselle d’Avignon » qui fait d’elle une des actrices les plus populaires de France et donc des plus demandées! En 1973 elle est la vedette de trois films et seule Catherine Deneuve tourne autant qu’elle.

Bien sûr l’Allemagne n’est pas peu fière et la rappelle, l’Italie l’invite mais bientôt c’est Hollywood qui sollicite la star suisse devenue internationale. Et depuis Sophia Loren, la mèque américaine du cinéma n’avait plus mis les petits plats dans les grands pour une actrice européenne. Qu’on en juge;

Marthe vient à Hollywood pour tourner sous la direction de John Schlesinger, John Frankenheimer, Sidney Pollack et Billy Wilder. Le tout fait d’elle la partenaire de Dustin Hoffman, Laurence Olivier, Roy Schreider, Bruce Dern, Henri Fonda, Al Pacino, Michael York, William Holden et même de Marlon Brando! Cinq ans et six films en tête d’affiche à Hollywood et un séjour couronné par une longue liaison avec Al Pacino.

A l’époque elle aime à plaisanter: Je suis née en Suisse d’un père d’origine Allemande et d’une mère d’origine hongroise, j’ai été découverte en France et me voilà consacrée vedette aux Etats-Unis! Si après ca je ne perds pas le nord!

marthe20keller2

Malheureusement pour la belle Marthe, Ni Bobby Deerfield ni Fedora ne sont les succès espérés. Marthe avait pourtant mis tous ses espoirs dans « Bobby Deerfield » et avait même perdu dix kilos pour rendre plus crédible son personnage de jeune femme leucémique.

En 1982 elle revient à l’Europe et à ses anciennes amours: la télévision.

Comme Micheline Presle avant elle, l’aventure hollywoodienne lui donne à la fois un prestige et un statut à part. Mais paradoxalement, toujours comme Micheline, elle ne retrouve plus la gloire qui était la sienne se fait rare au cinéma. Et même si elle est très présente à la télévision, elle se produit dans trois pays différents, ce qui fait que dans chaque pays on ne voit qu’un tiers de son travail.

Elle se fait donc rare partout. Même si, toujours comme Micheline elle reste populaire et se voit encore offrir de beaux grands rôles dans des films qui parfois, n’ont pas touché leur cible comme « Nuits Blanches » « K » ou « UV ». Marthe elle-même commente: « J’adore travailler mais j’adore aussi être libre, je n’aime pas me forcer à faire ce qui me déplaît et je ne pourrais pas être prisonnière d’une image, m’inquiéter pour mes robes, mes cheveux, faire des liftings…Je ne pourrais pas, j’ai toujours trop aimé ma liberté pour être une star! » D’ailleurs elle n’ a jamais été « star » que du bout des lèvres. Quelque soit son succès du moment, Marthe Keller mettra toujours un point d’honneur à conduire elle-même Alexandre à l’école, venir le rechercher et surveiller ses devoirs. le petit garçon ne verra jamais l’ombre d’une nurse à l’horizon!

Marthe Keller estimait que son petit garçon donnait un sens à sa vie, elle ne trouvait donc pas logique de le faire passer après quoi que ce soit d’autre!

Tout ceci n’empêche pas Marthe Keller, un demi siècle après ses débuts d’être toujours non seulement présente au cinéma, au théâtre et à la télévision mais aussi d’avoir diversifié ses champs d’action puisqu’elle est passée à la mise en scène, notamment avec un Don Giovanni au métropolitan opéra de New-York applaudi par un public et une critique debouts!

Finalement, Marthe Keller qui s’avoue très heureuse de son sort a bien raison de l’être. Sans jamais rien céder de sa liberté, sa jamais se soumettre à qui ou à quoi que ce soit, elle a joué partout avec et pour les plus grands.

Depuis Noiret et Montand, depuis le prestigieux épisode Hollywoodien elle reste toujours aussi belle, sans doute plus classieuse encore qu’au temps des « Caprices de Marie » et une actrice très demandée que le temps qui passe rend peu à peu mythique. Elle s’en fiche un peu. Même si au fond, bien sûr ça lui fait plaisir. Mais le passé, aussi glorieux soit-il n’est pas la préoccupation majeure de Marthe Keller qui termine un tournage hollywoodien avec Matt Damon pour revenir en France affronter Gérard Depardieu! Normal, elle est actrice!

Celine Colassin

marthe-keller-240x300

QUE VOIR?

1966: Mes Funérailles à Berlin: Avec Michael Caine et Eva Renzi

1967: Wilder Reiter Gmbh: Avec Chantal Cachin et Herbert Fux

1969: Le Diable par la Queue: Avec Yves Montand, Maria Schell et Madeleine Renaud

1970: Les Caprices de Marie: Avec Philippe Noiret et Valentina Cortèse

1972: Un Cave: Avec Claude Brasseur

1972: La Vieille Fille: Avec Annie Girardot et Philippe Noiret

1973: La Raison du plus Fou: Avec Alice Sapritch et Jean Carmet

1973: Elle court elle court la Banlieue: Avec Jacques Higelin

1973: La Chute d’un Corps: Avec Daniel Ceccaldi et Fernando Rey

1974:Die Antwort kennt nur der Wind : Avec Maurice Ronet et Raymond Pellegrin

1976: Le Guêpier: Avec Claude Brasseur

1976: Marathon Man: Avec Dustin Hoffman et Laurence Olivier

1977: Black Sunday: Avec Bruce Dern et Robert Shaw

1977: Bobby Deerfield: Avec Al Pacino et Anny Duperey

1978: Fedora: Avec William Holden et Hildegarde Kneff

1983; Der Platzanweiser: Avec Hanna Haxmann Rezzori

1984: Femmes de Personne: Avec Jean-Louis Trintignant et Caroline Cellier

1985: Rouge Baiser: Avec Charlotte Valandrey et Lambert Wilson

1987: Les Yeux Noirs: Avec Marcello Mastroianni

1989: Georg Esler Einer Aus Deutschland: Avec Klaus Maria Brandauer et Rebecca Miller

1994: Mon Amie Max: Avec Geneviève Bujold

1999: Le Derrière: Avec Valérie Lemercier et Claude Rich

2007: UV: Avec Jacques Dutronc

2008 Kortex: Avec André Dussolier

2010: Hereafter: Avec Cécile de France et Matt Damon

2012: Au Galop: Avec Louis-Do de Lencquesaing

2013: La Marque des Anges: Avec Gérard Depardieu, Joey Star et Thierry Lhermitte

461: SOPHIE DESMARETS

461: SOPHIE DESMARETS sophiedesmarets-212x300

Monsieur Bob Desmarets était une figure bien connue des parisiens. Il était le propriétaire du vélodrome d’Hiver dit familièrement le « Vel d’Hiv » qui faisait le bonheur des amateurs de sport cycliste . C’était devenu un symbole de la culture populaire et sportive comme l’étaient « Le Grand Central » pour la Boxe ou « Molitor » pour la natation. Bob était d’ailleurs une figure populaire et il tint même au cinéma son propre rôle dans «  Le roi des resquilleurs » en 1930.

sophie_desmarets-11-195x300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd’hui ces hauts lieux ont disparu (Même si Molitor a été réhabilitée après des années d’abandon et de décrépitude) et avant d’être démoli, le « Vel d’Hiv » verra le souvenir de ses champions effacé par les heures les plus noires et les plus honteuses de l’histoire de la capitale, celle de la rafle des Juifs qui seront entassés là, les 16 et 17 Juillet 1942.

12.884 personnes passeront entre les murs de ce haut lieux du plaisir et du sport avant d’être déportées vers les camps de la mort. Construit en 1909, le Veld’Hiv ne survivra pas à sa honte et sera démoli cinquante ans plus tard, en 1959. A sa place aujourd’hui, un jardin, le jardin du souvenir.

Mais le 7 Avril 1922, on ne peut guère encore imaginer que l’histoire prendra un tour aussi sombre et entraînera avec elle ce fameux « Vel d’Hiv » dans la plus horrible danse macabre qui se puisse imaginer.

Non, ce 7 Avril 1922, Bob Desmarets est un homme heureux, un heureux père, sa petite fille Jacqueline Yvonne Eva est venue au monde!

La famille Desmarets aura deux enfants, une fille et un garçon. On rêvera de faire de la fille une jeune fille bien sous tous rapports et du garçon au moins un énarque! Quelle ne sera pas la surprise de ce bon vieux Bob lorsque le gamin lui déclarera vouloir être pompier à cause des jolis uniformes et…Qu’il ne changera jamais d’avis!

30473862_p-300x300

La tête de son père mit notre jeune héroïne dans une joie telle qu’elle en riait encore 80 ans plus tard!

Elle n’aurait d’ailleurs pas dû rire aussi fort! un seul effronté suffisait dans la famille, on envoya la jeune Jacqueline parfaire son éducation et tempérer ses emportements dans un collège Suisse.

Elle avait 16 ans lorsque son destin se mit en marche mais en prenant un détour inattendu. Sans vouloir faire de comparaisons risquées, disons que l’immobilier y joua déjà un rôle. En ce bel été 1938, les Desmarets ont décidé de déménager et mettent leur maison en vente. Un acquereur se déclare potentiellement intéressé, son nom: Louis Jouvet!

sophie-desmarets-morte_reference-300x208

 

 

 

 

 

 

 

La jeune Jacqueline faillit s’évanouir huit fois! Louis Jouvet chez elle! Il allait peut-être acheter sa maison! Qui sait s’il n’installerait pas son bureau dans sa chambre de jeune fille et répèterait ses grands rôles en regardant les fleurettes du papier peint qu’elle avait elle-même choisi!

Elle changea de robe autant de fois qu’elle faillit s’évanouir et le jour venu ne se tenait plus d’émotion. Louis Jouvet visita la maison, ne fit pas de commentaires sur le papier peint, j’ignore d’ailleurs s’il finit par l’acheter ou non, mais une chose est sûre, il remarqua la jeune fille de la famille.

Avant de partir il lui prit le menton, l’examina et déclara de son ton inimitable « Cette petite, elle a une tête faite pour le théâtre! Si jamais l’envie lui prend, amenez-la moi, ca m’intéresse et on pourra peut-être faire quelque chose! »

sophie desmarets

Inutile de dire que Jouvet n’était pas encore dans son taxi que chez les Desmarets une irrésistible vocation était née dans l’âme d’une jeune fille qui virevoltait dans toutes les pièces!

Aujourd’hui les parents épouvantés auraient porté plainte! Mais à l’époque on savait accueillir le compliment sincère, surtout s’il venait du grand Louis Jouvet!

On lui « amena » donc Jacqueline qui devint son élève. Jouvet décrèta qu’elle avait une tête comique, ce qui vous refroidit quand même les illusions et qu’il lui fallait donc un prénom comique! « Tu t’appelleras Sophie! »

sophie desmarets

« Oui maître » répondit respectueusement la nouvelle baptisée sans songer un seul instant à faire autrement mais en se demandant quand même ce que ca pouvait bien avoir de drôle de s’appeler Sophie!

La guerre vint avec son fidèle régiment d’horreurs, Sophie obtint son premier prix de comédie moderne au conservatoire en 1944.

Plus tard une très grande dame de la scène, pour ne pas dire une relique antédiluvienne de la comédie française lui lança: « Vous n’avez pas honte? Avoir eu votre prix sous Pétain! » Ce à quoi la jeune Sophie lui répondit du tac au tac: « Tout le monde ne peut pas l’avoir eu sous Félix Faure! »

Sophie n’avait pas fait qu’obtenir son premier prix durant l’occupation. Elle s’était mariée avec René Froissant qui l’avait faite maman d’une petite Caroline. Elle avait également débuté au cinéma dans un film qui devint cultissime dès son premier jour d’exploitation en salles: « Premier Rendez-vous » où elle était la copine d’orphelinat de la star française numéro un : Danielle Darrieux.

Et puis surtout alors que Paris pavoise sous les fanions bleu-blanc-rouges de la libération, Sophie triomphe dans des pièces de boulevard. Elle devient déjà l’interprète fétiche d’André Roussin et elle restera une des reines du genre durant près de 40 ans.

En 1947, Sophie fait sa rentrée après sa première maternité et le tout paris s’exclame  » Sophie Desmarets, la plus sympathique, la plus délicieuse et la plus intelligente des comédiennes fait sa rentrée! »

Et quelle rentrée! Elle tourne « Rocambole » avec Pierre Brasseur et signe pour tourner la suite « La Revanche de Baccarat ». Elle enchaîne avec « Tierce à Cœur » et jour sur scène « Le Chevalier d’Aquitaine ».

« Tierce à Cœur » était à l’origine une pièce de Marc-Gilbert Sauvageon qu’il n’avait pas réussi à monter mais qui était directement passée au cinéma grâce à l’accord de Sophie!

Sophie Desmarets est devenue une véritable actrice populaire et se concentre au cinéma sur ce qui fait sa gloire à la scène. Peu soucieuse de cinéma d’auteur ou de grands rôles dramatiques où l’on meurt à la fin, elle ne rechigne pas lorsque la bourgeoise qu’elle incarne doit hurler « Georges! Si vous ouvrez cette armoire normande parce que vous pensez qu’il y a un homme dedans vous vous trompez et regardez plutôt sous le lit! »

En 1949 elle fait la connaissance du romancier marquis Jean de Baroncelli-Javon qu’elle épouse en 1950 après un rapide divorce et après avoir donné la réplique à Maurice Chevalier dans « Ma Pomme ». Sophie devenait  donc marquise de Baroncelli, dixième du nom et belle fille du cinéaste Jacques de Baroncelli qui la dirige d’ailleurs au cinéma dans « Rocambole ».

Les de Baroncelli ont depuis des siècles leur château de famille, « La Paillade » dans l’Hérault, à Celleneuve. C’est là que le jeune couple s’installe. Sophie aimant s’occuper des roses, faire de la tapisserie, plumer ses amis au poker et surveiller l’embouteillage du vin maison. Monsieur quant à lui, rédige de brillantes critiques parfois assassines des nouveaux films sortis pour « Le Monde » dont il est un des chroniqueurs.

sophie_desmarets_ma_pomme-04-300x242

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est d’ailleurs assez piquant de souligner que monsieur de Baroncelli était parfois très véhément sur des oeuvres d’Orson Welles ou Billy Wilder alors que sa chère épouse tournait une kyrielle de films qui auraient tous pu s’appeller « tralala pouêt-pouêt »!

Lorsqu’en effet les occupations théatrales ou cinématographiques de madame la marquise l’appellent à Paris, elle regagne la capitale par la route, préférant sa somptueuse décapotable américaine bleu layette au train. On s’installe alors dans un ravissant appartement près de l’Etoile, au dernier étage d’une élégante maison de maître et d’où la vue embrase le coeur de Paris.

Dès son arrivée, madame la marquise ira rendre visite à son amie Coco Chanel qui bientôt l’habillera pour toutes ses apparitions à l’écran, mais avant celà, son vison à peine jeté sur le bras d’un fauteuil Louis XV, elle appellera « La Paillerie » pour prendre des nouvelles de Catouche et Carotte, surnoms qu’elle a donnés à ses deux filles! Si monsieur ne couvre pas la biennale de Venise ou le festival de Berlin, il la rejoindra à Paris.

A l’aube des années 60 elle deviendra un des piliers de la télévison française, grande habituée des émissions populaires comme « Les Grands Enfants », certains se plaignant de son rire « suraïgu » en concurrence directe avec celui de la speakerine Denise Fabre.

Elle a également ouvert un magasin d’antiquités à Paris, passage Choiseul et lorsqu’elle emmène la pièce « Fleur de Cactus » en tournée elle déclare: « Bien sûr que je suis ravie! Je vais pouvoir chiner dans toutes les villes où on passe pour mon magasin! Finalement, c’est encore ca qui m’amuse le plus! »

A la fin des années 70 elle commet quelques chansons et les critiques désabusées après les exploits d’Annie Girardot et Marlène Jobert laissent tomber un « Bah! tant qu’elle ne s’en prend pas à la Traviata »!

La courte biographie de la délicieuse Sophie pourrait s’arrêter ici car c’est l’histoire d’une femme heureuse, et les gens heureux, c’est bien connu…N’ont pas d’histoire, ou si peu.

sophie desmarets

L’âge venant, celle qui fut l’ultime partenaire de Bourvil dans « Le Mur de l’Atlantique » se résoudra à abandonner son métier d’actrice, après avoir été la mère de Michèle Laroque dans « Fallait Pas », gênée par un problème de surdité comme son amie Marthe Mercadier.

L’An 2012 devait faire de Sophie Desmarets une aimable nonagénaire.

L’an 1998 avait fait d’elle une veuve.

Le 13 Février 2012 Sophie tirait à son tour sa révérence, deux mois avant son anniversaire.

Celine Colassin.

D15-195x300

QUE VOIR?

1940: Battement de Coeur: Avec Danielle Darrieux

1941: Premier Rendez-Vous: Avec Danielle Darrieux.

1941: Des jeunes Filles dans la Nuit: Avec Gaby Morlay, Fernand Ledoux, Elina Labourdette et Renée Faure

1942: L’Homme qui Joue avec le Feu: Avec Ginette Leclerc et George Marchal

1943: Des Jeunes Filles dans la nuit: Avec Gaby Morlay et Louise Carletti

1945: Seul dans la Nuit: Avec Bernard Blier et Jacques Pills

1946: Le Capitan: Avec Claude Génia et Pierre Renoir

1947: Tierce à Cœur: Avec Henri Guisol et Georges Grey

1948: Rocambole: Avec Pierre Brasseur

1948: La Revanche de Baccarat: Avec Pierre Brasseur

1948: Femme sans Passé: Avec Alfred Adam et François Périer

1948: Croisière pour l’inconnu: Avec Claude Dauphin, Pierre Brasseur, Henri Crémieux et Danièle Delorme

1948: Rapide de Nuit: Avec Roger Pigaut

1948: Les Souvenirs ne sont pas à Vendre: Avec Blanchette Brunoy, martine Carol et Colette Darfeuil

1949: La Veuve et l’Innocent: Avec Jean Desailly

1949: Vire-Vent: Avec Roger Pigaut

1949: Mon Ami Sainfoin: Avec Pierre Blanchar et Alfred Adam

1950: Ma Pomme: Avec Maurice Chevalier

1951: Ma Femme est Formidable: Avec Fernand Gravey et Simone Valère

1951: Demain nous divorçons: Avec Jean Desailly et Denise Grey

1951: Signori, in carrozza!: Avec Aldo Fabrizi

1952: Mon Mari est Merveilleux: Avec Fernand Gravey et Elina Labourdette

1954: Escalier de Service: Avec Danielle Darrieux et Etchika Choureau

1954: Scènes de Ménage: Avec Marie Daems, François Périer, Solange Certain, Louis de Funès et Bernard Blier

1955: Le Fils de Caroline Chérie: Avec Magali Noël, Jean-Claude Pascal et Brigitte Bardot

1955: Gli Ultimi Cinque Minuti: Avec Linda Darnell, Vittorio de Sica et Rossano Brazzi

1956: Si Paris nous était Conté: ( Elle est Rose Bertin)

1956: Miss Catastrophe: Avec Philippe Nicaud

1956: Le Secret de Sœur Angèle: Avec Raf Vallone et Mary Marquet

1957: Filous et Compagnie: Avec Marie Daems

1958: La Vie à Deux: Avec Fernandel, Danielle Darrieux et Pierre Brasseur

1959: Drôles de Phénomènes: Avec Philippe Clay

1960: Anonima Cocottes: Avec Anita Ekberg

1960: La Française et l’Amour: Avec Pierre Mondy

1963: Dragées au Poivre: Avec Guy Bedos, Sophie Daumier et Jean-Paul Belmondo

1964: La Chance et l’Amour: Avec Michel Piccoli

1965: Cent Briques et des Tuiles: Avec Jean-Claude Brialy et Marie Laforêt.

1965: La Tête du Client: Avec Jean Poiret, Michel Serrault et Caroline Cellier

1967: Toutes Folles de Lui: Avec Robert Hirsch

1970: Le Mur de l’Atlantique: Avec Bourvil

1973: La Raison du Plus Fou: Avec Alice Sapritch, Jean Carmet et Marthe Keller

1977: Le Maestro: Avec Jean Lefèbvre et Daniel Ceccaldi

1992: Lers Mamies: Avec Danielle Darrieux, Blanchette Brunoy et Jackie Sardou

1996: Fallait Pas: Avec Michèle Laroque et Gérard Jugnot

 

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream