found 11 matching posts pour 'nadja tiller'


674: MARIA SCHNEIDER

maria-schneider

Si quelqu’un devait illustrer le fait que derrière le miroir aux alouettes et l’apparence d’esprit de famille que donne le cinéma existe un monde qui est loin d’être pavé d’or et semé de roses baccara longues tiges, c’est bien l’infortunée Maria Schneider.

Dès que la jeune demoiselle fut suffisamment connue pour obtenir une première interview, le monde sembla se liguer contre elle et la pauvre en fut pour ses frais.

Elle avait déclaré, ce qui était la stricte vérité qu’elle était la fille naturelle de l’acteur infiniment respecté et populaire qu’était encore Daniel Gélin au début des années 70.

maria schneider

Tout le monde avait alors crié à l’imposture voire à la diffamation!

Et le premier à faire hurler les loups fut Daniel Gélin en personne qui vert de rage répondit aux journalistes qui lui parlaient de « l’affaire Maria Schneider » : »Elle commence à m’énerver cette petite peste! Je n’ai qu’une seule fille et c’est Fiona née en 1962, tout le reste n’est qu’invention de cette fille qui grâce à ses mensonges réussit à faire parler d’elle et a même obtenu des petits rôles au cinéma! » Une autre gazette titrera « La fausse fille de Daniel Gélin se déclare très fière du père qu’elle s’est attribué mais n’a pas poussé l’affront jusqu’à se faire appeler Maria Gélin! »

Maria Gélin est pourtant la fille de Daniel Gélin, née le 27 Mars 1952 de des amours illégitimes de l’acteur avec Marie-Christine Schneider très beau mannequin d’origine roumaine qui enchante alors les défilés haute couture.

Maria Schneider

Daniel Gélin ne reconnaîtra jamais Maria Schneider. L’acteur est alors marié à l’actrice Danièle Delorme avec qui il forme un couple phare pour toute une génération dans le cinéma français. Les Gélin ont un fils, Xavier, né le 21 Juin 1946. Après son divorce en 1955 il aura encore deux autres enfants: Manuel et Fiona.

Daniel Gélin, grand séducteur des années 50 ne s’est pas caché de ses aventures avec Martine Carol ou Ursula Andress mais les années 70 venues, il joue maintenant les honnêtes bourgeois, à la ville comme à l’écran, cultivant ses fleurs, aimant les poètes. La soudaine apparition de Maria Schneider fait quand même un peu tache sur l’image d’Epinal qu’offre alors Daniel Gélin.

maria schneider

La jeune fille vit à Paris, dans la même ville que ce père célèbre qu’elle a fini par idéaliser. Lorsqu’adolescente elle entre en conflit avec sa mère elle ne cherche pas à se réfugier chez son père mais essaie de se débrouiller toute seule. Elle vit comme des milliers de jeunes filles d’alors de petits boulots. Elle a quinze ans, c’est la bohème, elle va poser pour la mode « teenager », illustrer des menus de restaurants, faire de la figuration pour le cinéma.

Tout pour conserver sa liberté et ne pas rentrer chez maman. C’est que voyez-vous, la jeune Maria s’est rendue compte qu’elle préférait les demoiselles aux garçons et ça n’a pas plu.

Le destin de Maria Schneider va prendre alors une direction tout à fait inattendue et d’une manière plus inattendue encore. Sur le tournage du film « Les Femmes » de Jean Aurel où elle est figurante, la plus grande star de l’époque, Brigitte Bardot, repère cette jeune fille qui a l’air complètement perdue et déjà abîmée par la vie.

mariascheider

Emue, touchée, Bardot réaliste très vite que cette jeune fille est en pleine dérive. Et puis elle connaît bien Daniel Gélin, il a été un de ses premiers partenaires et se vante même de « l’avoir faite débuter » ce qui a bien dû surprendre Bourvil, partenaire de Brigitte dans son premier film. Ce que raconte Maria, elle le croit et ça ne l’étonne même pas.

Elle fait de Maria son amie, le tournage terminé, elle la garde avec elle, la prend sous son aile, l’emmène à la Madrague où Maria a désormais sa chambre. Elle contacte son plus fidèle ami, Alain Delon et lui demande d’aider Maria à son tour. Alain Delon est alors le compagnon de Mireille Darc et celle-ci  peaufine le scénario de « Madly » qu’elle écrit pour Alain, elle se dépêche d’y ajouter un petit quelque chose, un petit rôle pour Maria.

Brigitte Bardot est littéralement sous le charme de Maria Schneider et le couple Delon-Darc est à son tour séduit. Si Maria Schneider est en conflit avec sa mère et reniée par son père, elle s’est créé une nouvelle famille, une famille de cinéma et non des moindres ! Bardot, Darc, Delon!

Maria Schneider tourne « Madly » en 1970. C’est une nouvelle décennie et dans le cinéma, certains changements s’amorcent. On n’est plus à la recherche d’actrices aux physiques époustouflants qui ont fait se pâmer les générations précédentes. On cherche des physiques plus « vrais ». La voir royale s’ouvre pour des actrices comme Isabelle Huppert, Miou-Miou ou Marlène Jobert qui n’ont rien à voir, reconnaissons-le avec Gina Lollobrigida! La simplicité et la dégaine à la va comme je te pousse de Maria Schneider tombe au bon moment. Tous les espoirs lui sont permis, on oublie même cette histoire de Daniel Gélin, après tout, on s’en fout!

Il finira d’ailleurs par admettre Maria dans son cercle de famille sans jamais toutefois la reconnaître officiellement mais par contre, elle vivra une relation très fusionnelle avec ses demi frères et sa demi sœur Fiona.

Mais en 1972, ce que Maria croit être sa grande chance de cinéma va virer au cauchemar et être pour elle la clé des enfers.

Bernardo Bertolucci se prépare à tourner à Paris « Le Dernier Tango à Paris ».

Ses acteurs: Jane Fonda et Jean-Louis Trintignant.

Bertolucci est alors un des cinéastes européens les plus prestigieux, on ne refuse pas un rôle dans un film de Bertolucci! Sauf Jean-Louis Trintignant! Il refuse le rôle, poliment mais fermement, argumentant qu’il n’est pas à l’aise avec la nudité. Bertolucci ignore encore que Jane Fonda à son tour va littéralement lui faire bouffer son scénario! En fait, personne ne veut faire son film! Delon décline, Belmondo lui rit au nez, Deneuve s’épouvante, Natalie Wood ne lui répond même pas!

C’est finalement un des producteurs qui à deux doigts d’abandonner le film songe à Marlon Brando. Pourquoi Brando? Comment? Mystère.

L’acteur mythique des années 50 est alors au fond du trou. Plus personne n’en veut à Hollywood, même pour beurrer les sandwiches. On parie sur son reste de réputation aux yeux des européens. On lui propose le rôle, il accepte.

Très vite Brando débarque à Paris, les chose s’accélèrent et Bertolucci n’a toujours pas son actrice, ce sera Maria Schneider, 19 ans, libre de suite.

maria schneider

Elle accepte, elle est flattée. Brando-Bertolucci, je l’ai dit, ca ne se refuse pas. Mais très vite l’expérience vire au cauchemar. Le tournage échappe à tout le monde et à Bertolucci en particulier. Brando se mêle de tout, du script, de la mise en scène. Maria comme elle le dira plus tard est complètement perdue au milieu de ce qui est devenu un tumulte baroque.

Le film sort et fait un scandale colossal. On retient surtout une scène de relation sexuelle brutale et non consentie où Brando utilise une plaquette de beurre pour faciliter une petite séance de sodomie. Maria clamera toujours ne pas avoir été avertie de ce qui allait se tourner, Bertolucci finira par confirmer ses dires…40 ans plus tard.

Evidemment on ne parle que du film et surtout de Maria Schneider et de son beurre .

l’actrice est humiliée, mortifiée, ne résiste ni au tapage ni au scandale. On lui propose une foule de rôles tous dans la même veine, elle les refuse. Jusqu’à la fin de sa vie, elle ne pourra plus s ‘asseoir dans un restaurant sans qu’un serveur rigolard vienne poser près d’elle un peu de beurre avec un regard salace et complice.

La jeune actrice fuit, elle s’exile. l’Allemagne, l’Italie, l’Amérique. partout le scandale la poursuit. Maria Schneider c’est la salope du cinéma. Brando est unanimement fêté pour le film. Son blason est redoré pour des années, Maria Schneider est pointée du doigt. A bout de nerfs et de force, l’actrice se réfugie dans l’alcool. Très vite c’est la spirale des drogues dures. Le public qui la confond définitivement avec son personnage trouve ca normal, comme une suite logique, inévitable, programmée.

Elle tourne, pourtant. Elle est même la partenaire de Jack Nicholson dans « Profession Reporter ».
Mais lorsque la France la retrouve dans un second rôle, une rôle de prostituée dans « La Dérobade », on est tout étonnés dans la presse de la voir en bonne santé et pour tout dire encore de ce monde. le film vaut un César à Miou-Miou, on demande à Maria si le beurre c’est vraiment efficace et si elle le préfère sans sel.

L’actrice ne s’en sortira jamais. Même ceux qui n’ont pas vu le film et ils sont nombreux, connaissent très bien cette histoire de beurre!

Le temps a beau passer, Maria Schneider  a beau tourner de beaux rôles dans de bons films, rien n’y fait.

Elle est en 1981 la vedette d’un film franco-yougoslave »Sezona mira u Parizu »     , un film très engagé qui reçoit le grand prix du cinéma au festival du film de Moscou et cerise pour le moins inattendue, Daniel Gélin prend part au film flanqué de sa vielle copine Pascale Petit. Le nom du père étant à l’affiche bien en dessus de celui de la fille. Un petit moment de satisfaction dans une vie en plein tumulte.

Même si elle réussit à vaincre ses démons, faire la paix avec sa famille et trouver un équilibre avec sa compagne dans sa vie sentimentale, elle reste l’actrice du « Dernier Tango à Paris », l’actrice à la plaquette de beurre. Le grand prix du film à Moscou, à Paris tout le monde s’en fout!

Elle fuira pour le reste de sa vie les journalistes et les interviews avec obstination, puisque de toute façon on ne lui parle que d’une seule chose, d’une seule scène dans un seul film. Alors à quoi bon?

Après « Cliente » de Josiane Balasko qu’elle tourne en 2008, Maria Schneider rendra publique sa lutte contre le cancer. les journalistes , peu impressionnés lui répondre « Oui, c’est très bien, mais alors, ce beurre? Ca vous a excitée? »

Maria Schneider s’éteint le 3 Février 2011 des suites de sa maladie. Elle avait 58 ans. Sa fin fit les gros titres « L’Actrice du Dernier Tango à Paris est morte » ou « Maria Schneider entrée dans l’histoire du cinéma avec Marlon Brando et une plaquette de beurre s’est éteinte ».

Brigitte Bardot et Alain Delon assisteront le cœur déchiré à ses obsèques ainsi que Fiona et Manuel Gélin.

Daniel Gélin s’était éteint en 2002 sans donner son nom à Maria et son fils Xavier l’avait précédé dans la mort en 1999 fauché lui aussi par le cancer à 53 ans.

maria-schneider

QUE VOIR?

1969: L’Arbre de Noël: Avec Virna Lisi, William Holden et Bourvil

1969: Les Femmes: Avec Brigitte Bardot et Maurice Ronet

1970: Madly: Avec Mireille Darc et Alain Delon

1971: Les Jambes en l’Air: Avec Sylva Koscina et Georges Gérert

1972: La Vieille Fille: Avec Annie Girardot et Philippe Noiret

1972: Hellé: Avec Maria Mauban,  Didier Haudepin, Bruno Pradal et Robert Hossein.

1972: What a Flash! Avec Kavi Alexander

1972: Le Dernier Tango à Paris: Avec Marlon Brando

1973: Reigen: Avec Sydne Rome, Helmut Berger et Senta Berger

1975: Profession Reporter: Avec Jack Nicholson

1975: La Baby Sitter: Avec Vic Morrow, Sydne Rome et Nadja Tiller

1978: Io Sona Mia: Avec Stefania Sandrelli

1979: La Dérobade: Avec Miou-Miou

1979: Merry Go Round: Avec Joe Dallesandro

1980: Haine: Avec Klaus Kinski

1980: Mama Dracula: Avec Louise Fletcher

1981: Sezona mira u Parizu: Avec Alain Noury, Alida Valli, Daniel Gélin et Pascale Petit

1987: Résidence Surveillée: Avec Jacques Bonnaffé

1992: Au Pays des Juliets: Avec Laure Duthilleul et Claire Nebout

1992: Les Nuits Fauves: Avec Romane Bohringer et Cyril Collard

1996: Jane Eyre: Avec Charlotte Gainsbourg et William Hurt

2002: La Repentie: Avec Isabelle Adjani et Sami Frey

2006: Quale Amore: Avec Vanessa Incontrada

2007: La Clef: Avec Vanessa Paradis, Marie Gillain et Guillaume Canet

2007: La Vie d’Artiste: Avec Sandrine Kimberlain et Emile Dequenne

2008: Cliente: Avec Nathalie Baye et Josiane Balasko

672: NADJA TILLER

Nadja Tiller

Il y a longtemps, pourquoi ne pas vous l’avouer que je songe à croquer le portrait de Nadja Tiller dans ces pages.

Elle est à mes yeux une des plus belles femmes qui hantèrent jamais les écrans et peut-être bien le monde.

Et ce qui n’enlève rien à cette qualité première est un talent sans cesse en évolution qui fit d’une starlette un peu replète malgré sont titre de miss un actrice époustouflante au fil des ans.

nadja_tiller

Il suffit pour s’en convaincre de revoir les deux films qu’elle tourna avec Jean Gabin.

Dans le premier, « Le Désordre et la Nuit » tourné en 1958, elle ne se tire que très difficilement du rôle assez tordu il est vrai d’une riche héritière toxicomane et probablement lesbienne que l’on prend pour une prostituée et qui rêve d’être une très improbable chanteuse noire et accessoirement amoureuse d’un policier sur le retour.

tiller nadja

Lorsqu’elle retrouve Gabin dans un film assez médiocre lui aussi, « Du Rififi à Paname », nous sommes en 1966. Il n’y a que huit ans qui ont passé, mais pour Nadja Tiller ils ont tout changé. Plus belle encore qu’en 1958 elle a acquis à la fois une beauté plus racée mais une grâce, une élégance et une distinction proprement sidérantes.

Son rôle n’est que très secondaire mais elle fait de chaque réplique un éblouissement. C’est ce que l’on appelle chez les acteurs « une autorité ».

nadja tiller

Nadja Tiller naît à Vienne le 16 Mars 1929 sous le patronyme complet de Maria Nadja Tiller.

Mais malheureusement pour nous cinéphiles, et pour moi en particulier, Nadja Tiller sera toujours d’une discrétion de bon aloi sur sa vie privée. On la retrouve donc à 20 ans, sans autres informations sur son enfance et son adolescence, couronnée miss Autriche en 1949.

Ce qui est plus paradoxal, c’est que l’on retrouve son nom également sous la couronne de miss Autriche 1951. Un mystère de plus à porter au crédit de la belle Nadja.

nadja tiller

Dès sa couronne de miss posée sur la jolie tête de Nadja, celle de 1949,  le cinéma autrichien fera appel à sa nouvelle reine de beauté! C’est alors la vogue incroyable des comédies musicales romanesques et froufroutantes dont le public teuton raffole comme d’un désinfectant parfumé au lilas pour effacer l’ignominie des années précédentes.

nadja_tiller

Les films tournés dans un technicolor de pâtisserie sont pleins de princes, de chansons, de violons et de crinolines. Nadja quant à elle débute dans une fanfaronnade musicale qui s’est échappée du bal de Cendrillon pour s’encanailler du côté des mille et une nuits dans « Märchen vom Glück » dont la vedette est Maria Holst.

nadja_tiller

Mais si Nadja est d’emblée très remarquée, elle n’en devient pas pour autant une « grande vedette » du jour au lendemain. Privilégiant le théâtre au cinéma, elle est également très prise par ses obligations de miss puisque, rappelons-le, elle est couronnée en 1949 et 1951.

nadja tiller

En 1953, sur le tournage de « Hit Parade » (Schlagerparade) dont la vedette est cette fois Germaine Damar , Nadja rencontre le beau Walter Giller, lequel tombe instantanément amoureux fou de sa belle partenaire et lui propose le mariage à la fin du tournage.

Bien que Nadja soit loin d’être restée insensible au jeune Apollon du cinéma allemand, elle renâcle et déclare même à sa mère: « Il me plaît beaucoup et je le trouve très intéressant mais tout d’abord je n’ai pas envie de me marier et je vois bien que si je dis oui, je n’arriverai plus jamais à me débarrasser de lui et me dépêtrer de ce mariage« .

Elle ne croyait pas si bien dire! Le « Oui » fatidique prononcé, ils allaient rester mariés 58 ans!

nadja tiller

Le couple aura deux enfants: Une fille Natasha et un fils Jan.

Le jeune couple s’installera en Suisse, à Lugano, ignorant encore qu’un film va venir bouleverser leur vie qu’ils s’apprêtaient à vivre de manière bien rangé. Ils s’imaginaient comme un couple de comédiens  suffisamment connu pour vivre confortablement sans être victimes de la gloire et choisir avec soin leurs rôles, toujours soudés, toujours unis dans une vie de famille réussie. Tels étaient à la fois leur rêve et leurs ambitions.

le couple Gillier en 1961

le couple Gillier en 1961

Mais le film qui change tout, c’est  » Rosemarie » ( Das Mädchen Rosemarie). Nadja, devenue blonde pour l’occasion, incarne une prostituée de haut vol, sorte de Mata Hari de Francfort ayant réellement existé et dont le meurtre en Octobre 1957 ne sera jamais élucidé.

Nadja Tiller en Rosemarie Nitribitt

Nadja Tiller en Rosemarie Nitribitt

A l’heure de la sortie du film, le scandale comme le mystère passionnent encore l’Allemagne entière. La vraie Rosemarie est morte depuis moins d’un an et l’Allemagne tente d’interdire le film qui risque de troubler les esprits dans une enquête encore en cours.

nadja_tiller_by_klimbims-d7eenjx

En vain. Le film sera follement acclamé à la Mostra de Venise avant d’être nommé aux Golden Globes. Et bien entendu, le monde entier se pâme sur cette nouvelle star allemande d’une beauté sidérale, d’une classe folle et d’un talent très affirmé. Forcément voilà près de dix ans qu’elle travaille sans relâche pour le théâtre et le cinéma.

nadja tiller

« L’affaire » Rosemarie est tellement d’actualité qu’un second film est mis en chantier sur le sujet dès l’année suivante avec cette fois Belinda Lee dans le rôle de Rosemarie. Une troisième version de l’affaire sera portée à l’écran en 2009. Il faut dire que ce fait divers avait tout pour plaire: Meurtre non élucidé, prostitutions, voitures de luxe et les frères Sachs von Opel étroitement mêlés à la sordide intrigue puisque leurs noms figuraient en bonne place dans l’agenda de la défunte.

Dans la foulée de ce succès planétaire, Gilles Grangier fait modifier le scénario de son prochain film « Le Désordre et la Nuit » pour pouvoir faire de la nouvelle diva du cinéma la partenaire de Jean Gabin et la faire devancer Danielle Darrieux à l’affiche.

Il ne sera dorénavant plus un seul grand couturier qui ne se trainer au pied de Nadja Tiller pour avoir l’insigne honneur de l’habiller à l’écran ou à la ville.

nadja tiller

Nadja va devenir une grande vedette des coproductions entre la France et l’Allemagne mais résistera aux appels pourtant pressants des sirènes hollywoodiennes.

C’est que voyez-vous, la gloire internationale n’est pas venue troubler les rêves de la nouvelle icône du cinéma. Pour elle le destin et la vraie carrière restent à Lugano avec son mari et leurs deux enfants. Le reste, aussi prestigieux soit-il, c’est malgré tout « le reste ». Elle cédera par contre aux sirènes italiennes vers le milieu des années 60, après tout, Cinecitta, c’est tout près de Lugano!

Comment j'ai appris à aimer les femmes 1966

Comment j’ai appris à aimer les femmes 1966

Elle va devenir au fil du temps, l’une des plus prestigieuses et des plus populaires vedettes d’Allemagne. tournant pour la télévision, restant fidèle à son cher théâtre, quitte à remplacer du jour au lendemain Anouk Aimée soudain défaillante sur le tournage de » Das Große Liebesspiel ». Version allemande 1963 de « La Ronde » où elle partage l’affiche avec Hildegarde Kneff, Daliah Lavi, Alexandra Stewart et Lilli Palmer!

Après avoir été une vedette allemande durant toutes les années 50, elle sera une vedette européenne durant toutes les années 60. Puis, durant toutes les années 70 elle se consacre de plus en plus à la télévision et peu à peu se réserve des seconds rôles de choix au cinéma. Après avoir tourné pour René Clément en 1975 dans « La Baby Sitter » elle refusera les propositions étrangères, sans doute pour rester plus proche des siens et il faut le dire, plus proche d’un public qui l’a littéralement déifiée.

Car les Allemands adorent Nadja Tiller et ils adorent le couple solide qu’elle forme avec son bel acteur de mari. Un reportage où ils invitent les caméras dans leur intimité de Lugano pulvérise l’audimat national quant à leurs disques ils atteignent eux aussi des des records.

Car Nadja est appréciée également comme chanteuse et il arrive que la télévision mette les petits plats en or dans les grands en platine pour des « shows » de variétés dont elle est la vedette.

Le temps va faire d’elle une fierté nationale et elle est une des rares actrices à pouvoir tout se permettre, même d’incarner une Joan Crawford vieillissante pour la télévision dans « Une Nuit avec Joan »

Nadja Tiller en Joan Crawford

Elle a vu ses enfants grandir et partir. Son fils s’installer en Angleterre et sa fille en Grèce. Le temps a fait d’elle la grand’mère de quatre filles.

Et puis, peu à peu, le temps, toujours lui, va gagner quelques manches sans gagner la partie. le couple vieillissant choisit de quitter sa chère demeure de tous les bonheurs à Lugano pour s’installer dans une maison de retraite à Hambourg. Ce qui n’empêche pas Nadja de rester l’élégante actrice de toujours et de tourner jusqu’en 2008 pour la télévision et même pour le cinéma avec lequel elle renouera de temps en temps. D’ailleurs, maison de retraite ou pas, la star a toujours un agent et étudie soigneusement toutes les propositions qu’on lui fait! En 2008 ,n’avait-elle pas que 79 ans? presque une gamine encore!

Malheureusement, le 15 Décembre 2011, Walter Giller s’éteint à 84 ans, laissant Nadja seule après 58 ans de mariage.

L’homme qui aimait tant les bateaux avait choisi la maison de retraite de Hambourg parce que les fenêtres de leur appartement donneraient sur l’Elbe et qu’il les verrait passer. Il avait demandé en guise de dernière volonté que chaque année ses petites filles se réunissent et emmènent leur star de grand mère pour une croisière sur les mers.

Ainsi est fait.

Celine Colassin

nadja tiller

QUE VOIR?

1949: Märchen vom Glück: Avec Maria Holst et O.W. Fischer.

1953: Ein Tolles Früchtchen: Avec Lotte Lang et Billy Buhlan

1953: Schlagerparade: Avec Germaine Damar et Walter Giller

1955: Wie Werde ich Filmstar?: Avec Mona Baptiste et Billy Buhlan

1957: Banktresor 713: Avec Hardy Krüger

1958: Das Mädchen Rosemarie: Avec Peter Van Eyck et Gert Fröbe

1958: Le Désordre et la Nuit: Avec Jean Gabin

1958: La Tour, Prends Garde! Avec Eleonora Rossi Drago et Jean Marais

1959: Du Rififi chez les Femmes: Avec Robert Hossein, Silvia Monfort et Roger Hanin

1959: Buddenbrook : Avec Liselotte Pulver et Lil Dagover

1959: Labyrinth: Avec Peter van Eyck.

1961: Vendredi 13 heures: Avec Rod Steiger et Peter van Eyck

1962: Lulu: Avec O.E. Hasse et Hildegarde Kneff

1962: La Chambre Ardente: Avec Jean-Claude Brialy et Claude Rich

1963: Das Große Liebesspiel: Avec Lilli Palmer, Hildegarde Kneff et Daliah Lavi

1964:Tonio Kröger: Avec Jean-Claude Brialy et Walter Giller

1965: Pleins Feux sur Stanislas: Avec Jean Maris et André Luguet

1965:Das Liebeskarussell: Avec Curd Jürgens et Ivan Desny

1966: Du Rififi à Paname: Avec Jean Gabin et Gert Fröbes

1966: Poppies Are Also Flowers: Avec Senta Berger, Omar Sharif et Yul Brynner

1966: Tendre Voyou: Avec Jean-Paul Belmondo et Jean-Pierre Marielle

1966: Come Imparai ad Amare le Donne: Avec Michèle Mercier, Elsa Martinelli et Anita Ekberg

1968: L’Estate: Avec Enrico Maria Salerno

1968: Le Calde Notti di Lady Hamilton: Avec Michèle Mercier et Richard Johnson

1969:Blonde Köder für den Mörder: Avec Fabio Testi

1970: Ohrfeigen: Avec Alexandra Stewart et Curd Jürgens

1970: O Happy Day: Avec Anne-Marie Kuster

1970: Engel, die ihre Flügel Verbrennen: Avec Susanne Uhlen et Jan Koester

1970: Die Feuerzangenbowle: Avec Walter Giller et Uschi Glas

1972: Le Moine: Avec Nathalie Delon et Franco Nero

1974: Il Baco da Seta: Avec George Hilton et Vivi Gioi

1975: La Baby Sitter: Avec Sydne Rome et Maria Schneider

1986: Der Sommer des Samurai: Avec Cornelia Froboess

2005: Barfuss: Avec Hans Peter Habst

2009: Dinosaurier: Avec Eva-Maria Hagen

 

 

 

 

 

 

 

 

609: YVONNE SANSON

609: YVONNE SANSON 7186482512_1e56d8d472_z-1-213x300

J’ai toujours considéré Yvonne Sanson comme la Maria Felix du cinéma italien, et quand on sait la passion que j’éprouve pour l’art consommé de la belle Mexicaine, je crois que tout est dit.

Actrice à la beauté charnelle fabuleuse, Yvonne Sanson sera l’héroïne d’une kyrielle de drames sentimentaux pleins de passion, de fureur et de larmes qui passionnèrent les foules malgré leurs invraisemblances et la finesse de leurs ficelles à la délicatesse de câbles d’amarrages et toutefois bien usées.

Les intellectuels affichaient une moue de dégoût. Les critiques en avalaient leurs copies de dépit. Le public s’en fichait bien, il se régalait et faisait des propriétaires de cinémas des gens riches! Yvonne Sanson faisait recette! Avec une telle beauté et un tel talent, c’était bien la moindre des choses!

En 1952, Yvonne, vedette de « Fils de Personne », un mélodrame invraisemblable pulvérise les recettes et envoie loin derrière elle « La Strada » et « L’Or de Naples » sortis en même temps!

Fille de concierge cardiaque bientôt orpheline,  dans « Fils de Personne »,Yvonne est amoureuse du comte Nazzari, propriétaire de marbreries de Carrare. Enceinte et se croyant abandonnée, Yvonne échappe aux basses manœuvres de la comtesse douairière Françoise Rosay et à la tentative de viol d’un salaud. La croyant morte, Nazzari se marie. Mais le vil suborneur  resté impuni retrouve Yvonne, kidnappe son fils et incendie la modeste chaumière où elle a trouvé refuge. Yvonne renonce alors à se suicider, croyant son enfant carbonisé et choisit d’entrer au couvent. Elle en ressortira pour voir son fils qu’elle croyait mort mourir vraiment sous ses yeux en la prenant pour un ange blanc! Le film se termine sur Yvonne bonne soeur derrière les grilles de son couvent jetant par la fenêtre des fleurs sur le cercueil de son petit garçon que l’on porte en terre!

Pour avoir été l’archétype de la beauté italienne de son époque, Yvonne Sanson n’en est pas moins Grecque!

Elle naît à Salonique le 1 Janvier 1926. Son père, officier dans l’armée Grecque est d’origine franco-russe, sa mère turco-polonnaise! Rien n’est donc moins italien que la belle Yvonne!

La jeune demoiselle grandira au gré des affectations paternelles, mais c’est seulement après la guerre que la famille Sanson se réfugie à Rome pour fuir la guerre civile qui ravage la Grèce et joue les prolongations du grand conflit mondial.

Yvonne va avoir vingt ans et pour elle l’exil italien prend des allures d’aubaine! Depuis sa plus tendre enfance elle rêve de faire du cinéma. Or, depuis la fin de la guerre et malgré la défaite italienne, à Rome, on ne parle plus que de ça! Et maintenant, pour un peu elle pourrait se rendre à pieds à Cinecitta!

s131-225x300

Ses parents, parfaitement conscients du physique incandescent de leur fille ont bien tenté de la fourguer dans une institution religieuse, mais la belle n’a qu’une seule idée en tête, qu’une seule occupation: faire des photos, les envoyer partout, écrire, tirer les sonnettes, courir les auditions même pour une figuration minable peu importe. Yvonne Sanson veut faire du cinéma et elle en fera!

Elle en fit. Oh, pas grand chose, des petits rôles frôlant la figuration, mais suffisants pour taper dans l’œil de celui qui n’est encore que scénariste: Federico Fellini qui la présente à Alberto Lattuada, son maître des débuts.

Yvonne convainc Lattuada, elle sera la belle aventurière dans « Le Crime de Giovanni Episcopo ».

Nous sommes en 1947, c’est son premier « vrai » rôle, consciente de jouer sa chance, Yvonne peaufine son rôle et l’interprète au rasoir. Le public est sidéré de la performance comme de la beauté fracassante de cette nouvelle apparition divine sur les écrans! Les mots « Perfection », « Révélation », « Miracle » fusent de toutes parts!

L’Italie qui avait bien besoin de se distraire un peu car elle connaissait une crise économique épouvantable après une guerre de longue durée déroula les rutilants tapis dorés de la popularité sous les pieds de la belle Yvonne! La même année, on le sait; Lucia Bose, Gianna Maria Canale, Gina Lollobrigida et Silvana Mangano bataillent ferme pour le titre de « Miss Italie » mais elles ne sont encore que des débutantes, Yvonne a déjà un pied dans la gloire et pour tout dire une coudée d’avance!

L’Italie a reconnu en elle tout un symbole, le public l’a adoptée, les cinéastes ont suivi. Yvonne Sanson est une star la première nouvelle star de l’après guerre en Italie. Est-ce un hasard si les cinéastes de son temps lui confient le soin d’incarner Catherine de Russie, Milady de Winter, de madame de Montespan, et Messaline ou mettent en chantier un remake de « La Femme aux deux Visages », persuadés qu’elle fera bien mieux que Garbo soi-même! Les films feront des triomphes!

yvonne_sanson

J’ignore qui aura l’idée de lui donner Amedeo Nazzari comme partenaire mais ce coup de génie provoquera un raz de marée dans les salles qui projettent leurs films. Ils en tourneront une dizaine ensemble, tous des triomphes! Et la belle Yvonne, sacrée vedette populaire, mène sa carrière de manière bien subtile qu’il n’y paraît.

Elle ne rechigne pas à quitter le haut de l’affiche pour honorer de sa présence quelques chef d’œuvre de grand maître. En 1952, pour Alberto Lattuada a qui elle doit beaucoup elle tourne « Le manteau », pépite inestimable du néo réalisme où elle n’a qu’une scène. Pour Mario Camerini, elle joue l’épouse délaissée de Vittorio de Sica dans « Par Dessus les Moulins ». Elle laisse le premier rôle à Sophia Loren même si elle tire magnifiquement son épingle du jeu. Et pour le même Vittorio, elle ne fait qu’apparaître dans « Pain, Amour et Jalousie ». Elle est la nouvelle sage femme du village qui remplace Marisa Merlini. Vittorio ouvre la porte de l’appartement, il surprend Yvonne, croyant trouver Marisa. Il bredouille une vague excuse tout en louchant sur ses courbes et referme la porte. L’actrice n’est pas créditée au générique. A l’époque, lorsque le public la découvre par surprise, c’est du délire dans les salles! On crie on hurle, on lance son chapeau, le film de Vittorio de Sica termine en apothéose!

En 1957 dans « Barrage contre le Pacifique » elle passe après Jo van Fleet, Silvana Mangano et Alida Valli. Mais qu’importe si c’est pour être dirigée par René Clément!

Yvonne Sanson est bel et bien une star. Elle le restera durant toutes les années cinquante. Au début des années soixante, sa carrière se ralentit. Le genre de films où elle avait tant brillé se démode et ses jeunes rivales, sous l’impulsion de producteurs férus de superproductions internationales ont vu leur renommée exploser au delà des frontières. Jusqu’à devenir de grandes vedettes hollywoodiennes et même glaner des Oscars!

Paradoxalement, Yvonne Sanson, l’italienne qui n’en était pas une, fait trop italienne pour l’exportation et la star elle-même semble réfractaire à l’idée de s’en aller tourner sous d’autres cieux! Si Raquel Welch veut lui donner la réplique, il faudra qu’elle vienne le faire en Italie!

En 1963 elle disparaît des écrans après avoir été l’ultime interprète de Roberto Rossellini et ne reviendra qu’en 1967. Elle ne trouvera hélas plus de films aussi porteurs que ceux des années cinquante. Sa carrière a vingt ans, l’actrice erre bien un peu dans quelques productions indignes de son prestige puis raccroche définitivement sa gloire au magasin des accessoires démodés au début des années 70.

Discrète sur sa vie privée, on sait qu’Yvonne est la maman d’une petite Giulia et c’est à peu près tout jusqu’à ce que le fisc italien, un des plus véhéments qui soient la traque sans merci et finisse par la laisser exsangue et presque démunie. Elle quittera alors Rome pour Bologne où s’était installée sa fille et entrera dans une retraite totale.

C’est là qu’elle s’éteint, le 23 Juillet 2003, elle avait 76 ans.

Celine Colassin

yvonne-sanson-211x300

QUE VOIR?

1946: L’Aigle Noir: Avec Irasema Dilian et Rossano Brazzi

1947: La Grande Aurore: Avec Renée Faure et Rossano Brazzi

1947: Le Crime de Giovanni Episcopo: Avec Aldo Fabrizi

1948: Le Chevalier Mystérieux: Avec Maria Mercader, Vittorio Gassman et Gianna Maria Canale

1949: Catene (Le Mensonge d’une Mère): Avec Amedeo Nazzari

1950: Tormento: Avec Amedeo Nazzari

1951: I Figli di Nessuno: Avec Amedeo Nazzari et Françoise Rosay

1952: Nous Sommes tous des Assassins: Avec Raymond Pellegrin et Marcel Mouloudji

1952: Le Manteau: Avec Renato Rascel

1952: Wanda la Pécheresse: Avec Frank Villard, Guiletta Massina et Françoise Rosay

1953: Nous…Les Coupables: Avec Steve Barclay et Tamara Less

1953: Nerone e Messalina: Avec Gino Cervi , Paola Barbara et Silvana Jachino

1953: Les Trois Mousquetaires: Avec George Marchal et Bourvil

1953: Quand tu liras cette Lettre: Avec Juliette Greco et Philippe Lemaire

1954: Pain, Amour et Jalousie: Avec Vittorio de Sica

1954: Torna! Avec Amedeo Nazzari

1955: Il Campanile d’Oro: Avec Roberto Risso

1955: L’Angelo Bianco: Avec Amedeo Nazzari

1955: Par Dessus les Moulins: Avec Vittorio de Sica, Sophia Loren et Marcello Mastroianni

1957: L’Ultime Violence: Avec Dario Michaelis

1958: Barrage contre le Pacifique: Avec Silvana Mangano et Anthony Perkins

1959: Il Mondo Dei Miracoli: Avec Virna Lisi, Jacques Sernas et Marisa Merlini

1961: I Masniaderi: Avec Daniela Rocca

1962: Âme Noire: Avec Nadja Tiller et Vittorio Gassman

1963: Le Jour le Plus Court: Avec Annie Girardot, Ugo Tognazzi, Toto et Gino Cervi

1966: Django: Avec Franco Nero (Yvonne apparaît dans la scène du saloon)

1967: Le Dernier Jour de la Colère: Avec Lee van Cleef et Guillano Gemma

1968: La Bande à César: Avec Raquel Welch, Robert Wagner et Vittorio de Sica

1969: L’Année de la Contestation: Avec Edwige Fenech et Franco Franchi

1970: Le Conformiste: Avec Stefania Sandrelli et Jean-Louis Trintignant

1971: Un Apprezzato Professionista di Sicuro Avvenire: Avec Femi Benussi

1972: Caresses à Domicile: Avec Simonetta Vitelli et Jerry Colman

605: SONJA ZIEMANN

605: SONJA ZIEMANN 200

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sonja Alice Selma Ziemann naît à Berlin le 8 Février 1926. Sonja vient donc au monde dans une démocratie pleine d’espoirs et qui a toutes les raisons de se réjouir ou tout du moins d’espérer. La grande guerre est finie, on croit que c’était la der des der, en Allemagne comme ailleurs. Bientôt le chancelier Adolph Hitler prendra le pouvoir et le monde, à nouveau, va basculer.

7098174449_6b7bf77c05_z-169x300

En attendant, la paix régne. En 1936 Sonja a dix ans. Berlin s’apprête à recevoir les jeux olympiques et la petite fille entre à l’école de Tatjana Gsovsky pour y apprendre la danse classique. Le monde s’embrase. Sonja continue à perfectionner ses pointes, que peut-elle faire d’autre! Dans la foulée (si j’ose dire) elle se retrouve a montrer son art avec toutes les élèves de son école sur les plateaux de cinéma, car l’Allemagne a beau faire la guerre, le « cinématographe » est un outil de propagande très prisé par Goebbels et on tourne des films à la  pelle comme si la préoccupation majeure de l’Allemagne était de valser dans les alpages en attendant la cueillette du lilas!

6952104198_8d54f7c5de_z-192x300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est ainsi que la petite Sonja verra « en vrai » la diva des écrans Elsa Wagner et en restera vivement impressionnée. Nous sommes en 1942, l’apocalypse guette, mais en attendant Sonja a seize ans, elle est ravissante et on lui propose quelques rôles de jeune première , un répertoire de filles gracieuses, timides, patriotiques et en bonne santé.

Etrangement, l’industrie du film dans l’Allemagne dévastée et réduite en champ de ruines après sa défaite sera une des premières à renaître de ses cendres et inonder le monde de comédies gentillettes et virevoltantes afin de montrer au monde une image plus romantique et positive du peuple Allemand qui au fond serait peut-être bien étranger à toute cette sordide affaire de guerre mondiale!

600full-sonja-ziemann

L’attitude ne manque pas de cran ni surtout de toupet, et il faut pour orner ces guimauves filmées un véritable bataillon de ravissantes jolies jeunes filles innocentes pour émouvoir les cœurs! C’est que voyez-vous on tourne « Lilas Blancs « ou « Sissi Impératrice », pas Buchenwald mon Amour »! Sonja devinent donc avec Romy Schneider une des jeunes actrices les plus demandées, cinq films en vedette dès 1950 dans une Allemagne où l’on vit encore sur les décombres des villes!

6932857132_a32fa0b1b0_o-210x300

Lorsqu’elle aura une liaison avec un de ses partenaires, nettement plus âgé qu’elle, l’acteur Rudolph Prack de 21 ans son aîné, et accessoirement marié à l’actrice Marie Heinisch, l’Allemagne applaudira le couple illégitime des deux mains et se ruera dans les cinémas pour voir leurs films. Un peu comme si Sonja symbolisait cette nouvelle génération qui pardonne à ses aînés la honte dont ils l’ont couverte.

Il est vrai que Rudolph Prack « L’homme le plus embrassé du cinéma allemand » n’est pas Allemand, c’est un acteur Viennois et donc, quelque part, lui aussi est une « victime » de régime nazi, citoyen de pays annexé. Et que l’envahisseur ait été applaudi des deux mains en 1938 n’est pas appelé à la cause, c’est si loin tout ça!

Le contrat du don juan quinquagénaire stipulait que la différence d’âge entre lui et ses conquêtes à l’écran ne devait jamais être le sujet du film ni même évoquée. Sa gloire dans les années cinquante équivaut à celle que sera bientôt celle de Curd Jürgens qui lui succèdera dans l’emploi de bel homme distingué aux tempes grises et sensible au fruit vert.

Pourtant, en 1953, Sonja convole avec un autre homme, lasse sans doute des promesses de divorce de son partenaire fétiche. Elle épouse un fabriquant de bonneterie en gros basé à Wiesbaden. Elle divorcera en 1956 après la naissance de leur fils.

Sonja Ziemann est à l’heure de son divorce une vedette ultra populaire en Allemagne. Actrice très complète puisqu’elle chante et danse magnifiquement en plus d’être très belle, sa carrière va encore prendre une dimension supplémentaire avec l’avènement des grosses coproductions internationales.

Sonja tournera alors pour le cinéma français, américain et Italien! Elle est avec Curd Jürgens et Lilli Palmer une des vedettes allemandes les plus demandées à l’étranger. Elle s’est également remariée en 1961, après trois ans d’une douce relation avec l’écrivain polonais Marek Hlasko. Il est son cadet de neuf ans mais surtout il n’a pas vécu la même guerre qu’elle.

Le beau Marek ne faisait pas des pointes pour le cinéma allemand pendant que le monde s’embrasait. Son père est mort en 1939 et il a passé la guerre dans Varsovie la martyre. Mais alors que le couple séjourne à Paris, probablement en 1958, avant leur mariage, pendant que Sonja tourne « Tabarin » avec Annie Cordy et Michel Piccoli, le gouvernement polonais fait savoir à l’écrivain que sa pensée ne correspond pas à celle du régime et l’artiste se retrouve interdit de séjour et accessoirement privé de sa famille et de ses biens. L’écrivain polonais va vivre une vie d’exilé apatride. Reçu en grandes pompes en Allemagne, il vivra également à Paris, à Wiesbaden, à New-York , à Hollywood où il est très proche de Roman Polanski et même en Israël.

sonjaziemannpostcard-202x300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est d’ailleurs en Israël qu’il aura une relation sentimentale assez suivie avec une très jeune fille. Relation qui fit capoter le mariage avec Sonja. Le couple divorce en 1969, et en Juin de la même année, Marek Hlasko est retrouvé sans vie à Wiesbaden, emporté par une surdose médicamenteuse sans que l’on ne puisse jamais savoir avec certitude s’il s’agissait là d’un suicide ou d’un accident, ni si le récent divorce y était pour quelque chose.

Sonja Ziemann se remariera encore, une troisième et ultime fois, avec Charles Régnier, qui malgré ce pseudonyme à la bonne franquette est bel et bien un acteur et réalisateur allemand né sous le patronyme de Karl Friedrich Anton Hermann. Il laissera Sonja veuve en 2001.

Pour sa part, la grande vedette allemande des coproductions internationales des années 60 aura su se débarrasser de son image de jeune première romanesque pour obtenir des rôles d’envergure avant de jouir telle une Lilli Palmer, une Hildegarde Kneff ou une Nadja Tiller du statut très envié de grande dame du cinéma allemand.

En 1969 elle faisait ses adieux au grand écran. Son ami Curd Jürgens l’avait invitée en 1963 à la télévision où il avait son propre programme et c’était une gageure car Sonja avait toujours refusé les offres du petit écran.

Pourtant, si elle ne paraît plus au cinéma dès 1969, elle tournera encore pour la télévision près de trente ans durant avec beaucoup de régularité puisqu’on la verra jusqu’en 1997 honorer la plupart des programmes télévisés allemands.

Puis la grande dame prit une retraite discrète dans sa chère Bavière.

 

12983387_ori

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

QUE VOIR?

1942: Ein Windstob: Avec Elsa Wagner et Magrit Debar

1943: Die Jungfern vom Bischofsberg: Avec Lina Carstens

1946: Sag’ die Wahrheit: Avec Mady Rahl et Gustav Fröhlish

1947: Herzkönig: Avec Lisa Lesco et Hans Nielsen

1949:Nächte am Nil: Avec Wolfgang Lukschy

1950: Ein Nacht Im Separee: Avec Kurt Seifert et Olga Tschechowa

1950: Maharadscha Wider Willen: Avec Olga Tschechowa et Kurt Seifert

1951: Die Frauen des Herrn S. Avec: Paul Hörbiger

1952: Made in Heaven: Avec Petula Clark et David Tomlison

1953: Christina: Avec Barbara Rütting et Lutz Moik

1954: Le Tzarevitch: Avec Luis Mariano

1955: Ich war ein Häßliches Mädchen: Avec Karlheinz Böhm et Dieter Borsche

1955: Mädchen ohne Grenzen: Avec Ivan Desny

1957: Suprema Confessione: Avec Anna-Maria Ferrero et Massimo Serato

1958: Tabarin: Avec Annie Cordy, Sylvia Lopez et Michel Piccoli

1958: Sérénade au Texas: Avec Germaine Damar, Luis Mariano et Bourvil

1959: Liebe auf Krummen Beinen: Avec Walter Giller

1961: A Matter of Who: Avec Terry Thomas

1962: Axel Munthe – Der Arzt von San Michele: Avec Rossana Schiaffino et O.W. Fischer

1962: Journey into Nowhere: Avec Tony Wright

1962:Der Traum von lieschen Müller : Avec Martin Held et Helmut Griem

1964: Frühstück mit Dem Tod: Avec Wolfgang Preiss

1965: Halløj i himmelsengen: Avec Marie Versini et Thomas Fritsch

1969: The Bridge at Remagen: Avec George Segal, Ben Gazzara et Robert Vaughn

1969: De Sade: Avec Senta Berger et Lilli Palmer

600: ALEXANDRA STEWART

600: ALEXANDRA STEWART 7ywusj8d0g6euwje

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alexandra Stewart est un des rares mystères vivants du cinéma.

Née à Montréal au Québec le 10 Juin 1939, elle débarque à Paris pour y étudier les beaux-arts.

Un an plus tôt, une certaine Jane Fonda a fait exactement la même chose. Mais si Jane préféra les bistrots enfumés du Boul’mich aux inconfortables bancs de l’université jusqu’à se faire rapatrier manu militari par papa Henri, Alexandra se plaît en France.

Cette très jolie demoiselle fera comme de bien entendu les « petits boulots » ouverts aux jeunes en ce milieu des années cinquante. Elle sera, comment aurait-il pu en être autrement avec une telle beauté mannequin et figurante au cinéma.

k0osafleelsbbse-254x300

Dès 1956 elle croise Dany Carrel et Nicole Courcel sur le plateau de « Club de Femmes », deux des plus grandes vedettes de l’époque.

Mais si la mode s’entiche d’Alexandra jusqu’à lui ouvrir les pages de papier glacé du très prestigieux VOGUE, le cinéma des années 50 n’est pas encore prêt pour ce genre de physique racé et sportif. Alexandra la figurante croise Jeanne Moreau et Gérard Philipe sur le plateau des « Liaisons dangereuses » de Vadim et préfigure les canons de beauté de la décennie suivante. Bientôt le public boudera les rondeurs platinées hollywoodiennes à la sauce Lana Turner, Marilyn Monroe, Jayne Mansfield et bien sûr Marilyn Monroe pour les belles aux cheveux fous que seront Ursula Andress, Jacqueline Bisset, Raquel Welch et bien sûr Brigitte Bardot.

alexandra1

Alexandra Stewart est tout à fait dans le nouvel air du temps: Poitrine plus menue, beauté plus sportive et plus chic. La féminité exacerbée par une chevelure de sirène disciplinée. Elle est dans la lignée parfaite d’une Françoise Fabian, d’une Françoise Dorléac, d’une Catherine Deneuve, d’une Candice Bergen, d’une Jacqueline Bisset qui sera d’ailleurs sa principale concurrente.

Mais malgré ces incontestables atouts, Alexandra Stewart ne chamboule pas le monde du cinéma avec autant d’efficacité que le monde de la mode où elle est une petite égérie.

Apparue très furtivement il est vrai sur les écrans en 1956, elle devra attendre 1960 et  la nouvelle vague pour enfin être considérée comme une actrice en France même si Otto Preminger à déjà fait appel à ses services pour « Exodus ». Un film où de son propre aveu  « Je me demandais ce que je fichais là, ce que l’on attendait de moi et ce qu’il fallait que je fasse! »

skmbt_c20310090210003alexandra-stewart

Alexandra Stewart dans VOGUE @ youthquakers

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La belle Alexandra va alors mettre les bouchées doubles et…Brouiller les pistes! Actrice estampillée « nouvelle vague » en France, elle est parfois sollicitée pour une grosse machinerie hollywoodienne ou par des réalisateurs italiens et elle est une véritable icône du cinéma…Allemand! Et pour encore compliquer le tout, telle une Brigitte Bardot elle refuse ou accepte des propositions sur un coup de tête ou l’envie du moment. C’est ainsi qu’entre autres, elle refuse tout net d’être Lara dans « Le Docteur Jivago » . Décision qui fera la gloire de Julie Christie!

En 1964 elle tourne « Mickey One » à Hollywood avec Warren Beatty et Arthur Miller la contacte pour lui proposer « The Marketplace », le scénario qu’il a tiré d’une de ses pièces et qu’il destinait à Marilyn. Le rôle d’une simple bourgeoise se faufilant hors de chez elle aux aurores pour vendre ses charmes aux maraîchers avant de rentrer préparer le petit déjeuner. Le film ne se fera pas mais il est intéressant de savoir qu’Arthur Miller voyait en Alexandra Stewart celle qui pouvait succéder à feue son ex épouse à Hollywood!

Picasso voyait lui aussi en Alexandra une beauté sensationnelle du temps. Au cours d’un déjeuner il avait fait son portrait sur la nappe en papier du restaurant. Alexandra emporte le chef d’œuvre dans la poche de son Jean’s, l’oublie et passe le tout à la machine!

En 1966, elle est choisie par José Giovanni pour sa première réalisation au cinéma. Il fait d’elle la vedette de « La Loi du Survivant » avec Michel Constantin d’après son roman « Les Aventuriers ». Giovanni éprouvant des difficultés à résumer son roman en un scénario, il en tire finalement deux et confie la réalisation du second à Robert Enrico qui en fera… »Les Aventuriers » avec Delon et Ventura!

En outre, si la belle se voit maintenant offrir de beaux grands rôles, elle n’hésite pas à apparaître furtivement dans des films qui l’intéressent pour des réalisateurs qu’elle aime. Ainsi lorsqu’elle accepte un très court rôle d’institutrice dans « La Mariée était en Noir » de François Truffaut, trois scènes dont une « raccord », elle a déjà tenu le premier rôle féminin dans une superproduction hollywoodienne, ce fameux  »Mickey One » sous la direction d’Arthur Penn!

Alexandra Stewart sera sollicitée par six générations de metteurs en scène parmi les plus prestigieux de leurs époques respectives comme François Truffaut bien entendu mais aussi Edouard Molinaro, Arthur Penn, Philippe de Broca, Otto Preminger, Francis Girod, José Giovanni, Claude Chabrol, Pierre Kast, François Ozon,  Roger Vadim, Claude Lelouch, Ralph Habib, François Leterrier ou Jacques Doniol Valcroze. Et le tout sans jamais se faire coller une étiquette quelconque si ce n’est celle de sa grande beauté.

imagesca0ud7y6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dès les années 60 elle sera très sollicitée par la télévision où on lui offre de grands rôles de prestige puis finira par se laisser tenter par le théâtre.

Alexandra Stewart pourrait être cette actrice qui ne cesse de travailler et qu’on ne voit jamais car elle n’a aucune « habitude ». les amateurs de nouvelles vague ne l’auront vue que quatre ou cinq fois mais il en va de même pour les fans de cinéma américain, de cinéma français commercial et même de téléspectateurs!

00662-300x244

Elle n’est pas non plus de celles qui hantent les émissions télévisées, brouillant les pistes de sa vie privée comme elle de sa carrière. Que l’on sache qu’elle a eu un enfant, sa fille Justine, hors mariage avec Louis Malle qui la dirige dans « Le Feu Follet » en 1963 est le summum de l’indiscrétion.

Il y aura bientôt soixante ans qu’Alexandra Stewart est apparue pour la première fois sur les écrans et on ne sait toujours rien d’elle. Et pourtant, toujours aussi belle, elle est toujours présente sur tous les fronts! Parfois elle s’épouvante un peu du nombre de grands rôles qu’elle a laissé filé, sans plus très bien savoir pourquoi au juste.

Chapeau bas, belle dame du Canada!

alexandra-stewart-04-218x300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

QUE VOIR?

1956: Club de Femmes: Avec Nicole Courcel et Dany Carrel

1959: Les Motards: Avec Roger Pierre et Jean-Marc Thibaut

1959: Les Liaisons Dangereuses: Avec Jeanne Moreau et Gérard Philipe

1960: Exodus: Avec Eva Marie Saint et Paul Newman

1960: Tarzan the Magnificent: Avec Gordon Scott, Betta Saint John et Jock Mahoney

1960: L’Eau à la Bouche: Avec Bernadette Lafont et Françoise Brion

1961: Les Mauvais Coups: Avec Simone Signoret

1961: La Mort de Belle: Avec Monique Melinand et Jean Desailly

1962: Climats: Avec Marina Vlady, Emmanuelle Riva et Jean-Pierre Marielle

1963: Le Feu Follet: Avec Yvonne Clech, Jeanne Moreau et Maurice Ronet

1963: Merci Naterica! Avec Peter Vaneck et Clara O’Dovar

1963: Die endlose Nacht: Avec Louise Martini et Karin Hübner

1963: Das Große Liebesspiel: Avec Lilli Palmer, Hildegarde Kneff, Danièle Gaubert et Nadia Gray

1963: Dragées au Poivre: Avec Guy Bedos et Jean-Paul Belmondo

1964: …E la Donna Creo l’Uomo: Avec Gino Cervi et Thomas Fritsch

1965: Mickey One: Avec Warren Beatty et Franchot Tone

1966: La Loi du Survivant: Avec Michel Constantin

1967: Maroc 7: Avec Elsa Martinelli, Cyd Charisse et Gene Barry

1968: Only When I Larf: Avec Richard Attenborough et David Hemmings

1968: l’Ecume des Jours: Avec Marie-France Pisier et Jacques Perrin

1968: La Mariée était en Noir: Avec Jeanne Moreau (elles n’ont aucune scène en commun)

1969: Bye, Bye, Barbara: Avec Eva Swann, Bruno Cremer et Anny Duperey

1970: Ohrfeigen: Avec Curd Jürgens et Nadja Tiller

1970: Ils: Avec Michel Duchaussoy et Charles Vanel

1971: Valparaiso, Valparaiso: Avec Bernadette Lafont et Alain Cuny

1971: Où est passé Tom? Avec Rufus et Jean Gaven

1971: Zeppelin: Avec Elke Sommer et Michael York

1972: L’Homme qui revient de Loin: Avec Louis Velle

1973: La Nuit Américaine: Avec Jean-Pierre Léaud

1973: Because of the Cats: Avec Bryan Marshall et Sylvia Kristel

1974: The Heatwave Lasted Four Days: Avec Joan Blackman

1974: The Marseille Contract: Avec Michael Caine, Catherine Rouvel, Anthony Quinn et James Mason

1975: Black Moon: Avec Cathryn Harrison et Joe Dallesandro

1977: Julie pot de Colle: Avec Marlène Jobert

1977: Good bye Emmanuelle: Avec Sylvia Kristel et Jean-Pierre Bouvier

1978: la Petite Fille en Velours Bleu: Avec Claudia Cardinale et Michel Piccoli

1981: Les Uns et les Autres: Avec Géraldine Chaplin et James Caan

1981: Madame Claude 2: Avec Dirke Altevogt

1981: Chanel Solitaire: Avec Marie-France Pisier et Timothy Dalton

1982: La Guerilléra: Avec Agostina Belli et Jean-Pierre Cassel

1982: Le Choc: Avec Catherine Deneuve et Alain Delon

1984: Le Bon Plaisir: Avec Catherine Deneuve et Michel Serrault

1984: le Sang des Autres: Avec Jodie Foster

1986: Peau d’Ange: Avec Robin Renucci

1990: Monsieur: Avec Dominic Gould et Eva Ionesco

1996: Seven Servants: Avec Anthony Quinn et David Warner

2000: Sous le Sable: Avec Charlotte Rampling

2003: Rien, Voilà l’Ordre! Avec Amira Casar et Laurent Terzieff

2005: Mon Petit Doigt m’a dit: Avec Catherine Frot et André Dussolier

2009: Bazar: Avec Lou Doillon et Bernadette Lafont

2009: A deux c’est plus facile: Avec Michel Galabru

2010: Ma Compagne de Nuit: Avec Emmanuelle Beart

2011: La Cara Oculta: Avec Martina Garcia

2013: Merry Christmas: Avec Anthony Langdon

 

589: ROMINA POWER

589: ROMINA POWER 6993255762_7aa4d28cfe_z-199x300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Romina Power était déjà monstrueusement célèbre avant sa naissance. Pensez donc, Tyrone Power le séducteur Century Fox numero un allait être papa. Son épouse la sublime Linda Christan qui l’avait arraché à Lana Turner allait lui donner un bébé, faire de lui un papa! Comme le temps passe!

Le beau Tyrone aux yeux de braise, digne descendant d’une prestigieuse lignée d’acteurs shakesperariens était devenu, dès le milieu des années 30 et en seulement quelques films le principal rival de Robert Taylor soi-même. IL avait cumulé les conquêtes dont Loretta Young, Annabella sa première épouse, Janet Gaynor, Judy Garland ou encore Sonja Henie la patineuse  »petite fée de la glace » championne olympique de la discipline.

En instance de divorce avec Annabella , Tyrone Power vivait une liason passionnée avec Lana Turner et le mariage ne faisait de doute pour personne, et surtout pas pour Lana, tant il était évident que ces deux-là étaient faits l’un pour l’autre même si, il se murmurait, d’ailleurs assez fort, que le beau Tyrone ne détestait pas non plus les charmes virils de certains messieurs.

Tyrone était parti pour un tour du monde en avion pendant que Lana, restée à Hollywood fignolait la liste des invités et ses plans de table. On imagine sa tête lorsqu’elle apprit par la gazette matinale qu’en ce 27 Janvier 1949 « son » Tyrone s’était marié avec une starlette mexicaine rigoureusement inconnue nommée Linda Christian! Il s’était marié le 27, son divorce avait été officialisé le 26!

biography_linda_wedding2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aussitôt Linda Christian devint la curiosité numéro un d’Hollywood et on dut bien admettre que sa beauté fracassante faisait passer la star Lana Turner pour une concierge endimanchée. En outre la nouvelle madame Power parle sept langues et…tourne pour le cinéma hollywoodien depuis 1944.

Linda Christian ne fut pas reçue à Hollywood comme le serait plus tard Grace Kelly sur son rocher monégasque. On n’y aime pas trop ces arrivées fulgurantes de nouvelles starlettes flanquées au bras d’un illustre mari de la corporation. Ava Gardner qui avait eu l’outrecuidance de devenir madame Mickey Rooney alors qu’elle était aussi inconnue que scandaleusement belle avait été considérée comme une sorte de domestique qui aurait quitté l’office pour épouser le fils de la maison. Et cette Linda Christian était peut-être plus belle encore qu’Ava, mais elle était mexicaine! Hollywood qui n’aimait rien tant que de se gausser des déconvenues sentimentales de Lana prit cette fois son parti et lorsque Tyrone tomba dans les rêts de l’iceberg brûlant à savoir la nouvelle importation suédoise, miss Anita Ekberg, on dansa la farandole, on alluma des feux de joie! la mexicaine avait eu ce qu’elle méritait! La Mexicaine étai trompe par la suédoise, l’honneur de l’américaine était vengé!

Mais l’iceberg ne fit pas long feu contre le sublime volcan et Linda Christian resta madame Power, menant grand train, conduisant ses querelles de ménage avec autant de panache que ses dépenses chez Harry Winston!

Le 2 Octobre 1951, Linda fait donc de Tyrone Power le papa comblé de la petite Romina. Le 13 Septembre 1953, ce sera le tour de la petite Taryn de venir compléter la famille.

imagescas25w67

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais entre les deux naissances, la relation entre les époux s’est déteriorée. Linda, ses filles sous le bras quitte Hollywood et regagne Rome la ville qu’elle adorait et où elle avait d’ailleurs rencontré Tyrone.

Les petites filles ne verront plus que très peu leur papa après le fracassant divorce de leurs parents. Le 15 Novembre 1958, Tyrone Power meurt sur le tournage de « Salomon et la Reine de Saba » emporté par un infarctus foudroyant. sa nouvelle compagne allait mettre leur fils au monde trois mois après ses funérailles.

En Italie, Linda Christian mena son habituel tapage et devint une des grandes égéries de la Dolce Vita des années 60, une des reines de la via Venetto, traînant dans son sillage une armada de princes consors énamourés, finissant par épouser très momentanément le plus assidu d’entre eux, l’acteur Edmund Prudom.

Mais ce n’est pas pour ses frasques, ses diamants et ses fourrures que Linda Christian va faire jaser plus que de raison dans les chaumières. C’est pour sa relation très particulière avec sa fille Romina.

Dans la foulée du scandale  »Lolita », le coeur des années 60 avait battu au rythme des nymphettes, ces adolescentes effrontées, toujours blondes et destinées à chambouler tous les démons de midi, préfèrant les voitures de sport au collège, semant l’effroi dans les populations bien pensantes et accessoirement chez papa maman.

romina power

Dans la déferlante de la libération sexuelle et de l’émancipation des femmes, Linda affiche ouvertement sa relation mère-fille comme une relation de copines-complices libres et très adultes. Elle distribue avec un sourire ébloui les photos de starlette de sa fille, ravissante brune à la longue crinière lui balayant les reins. Elle a quinze ans lorsqu’elle débute au cinéma et sa mère verra d’un très bon oeil les scènes qu’elle tourne entièrement nue et qui scandalisent la planète entière… A l’exception de maman.

Romina présente également à sa mère et à la presse ses « fiancés », chanteurs chevelus cherchant leur voie entre les Beatles et Dylan. Ces dames échangeant leurs avis respectifs sur les hommes de leur vie et leur sexualité s’il faut en croire la presse complètement éberluée de l’époque.

On accusera plus souvent qu’à son tour Linda Christian de « vendre » sa fille aux cinéastes afin d’assurer à la fois sa relève et ses revenus et les plus violents détracteurs de Linda parleront de « prostitution » d’autant plus odieuse qu’elle était orchestrée par la mère de l’actrice.

romina power

Nous étions en 1965, la jeunesse secouait la poussière de plusieurs siècles de soumission aux carcans bourgeois. On voulait vivre, on voulait aimer, on voulait être libre. Linda offrit tout celà à ses filles, tout ce qu’elle n’avait pas eu. Romina ferait ce qu’elle voulait, tout simplement. Et tant pis pour les bonnets de nuit que cela choque!

En 1970, en en avait pourtant déjà vu d’autres, mais on pouvait toujours lire dans la presse « Qu’une fille de 14 ans se montre nue à l’écran  , ce n’est déjà pas très courant même à notre époque d’émancipation, mais que ce soit avec le consentement pour ne pas dire avec les conseils voire les encouragements de maman, c’est quand même surprenant! » et d’ajouter « A dix-veufs ans elle a déjà une maturité que beaucoup de filles n’atteindront même jamais! »

Il faut dire que Romina elle-même avait alimenté la polémique à son sujet en déclarant « Si mon père Tyrone Power revenait, je crois qu’il ne serait pas content de la manière dont je mène ma vie et ma carrière, lui qui détestait choquer »

Le cinéma, bien sûr lui ouvrait les bras et tendait ses contrats. Elle était ravissante, très libérée et universellement célèbre depuis sa naissance. Mais la vraie passion de Romina c’était la musique.

On l’avait croisée dans l’ombre de Danielle Darrieux dans « 24 heures de la vie d’une Femme » où pour une fois c’est Danielle qui tombait la chemise pendant que Romina restait couverte jusqu’au menton mais pour « Justine ou les Infortunes de la Vertu » le scandale sera bien plus important que les recettes du film. La presse trouvera le moyen de s’offusquer: »Toute la publicité du film est concentrée sur la nudité intérale de sa vedette qui n’a pas quinze ans« ! Evidemment, « publicité « voulait dire « intérêt » quant à la « vedette », elle n’ a en effet pas quinze ans, elle en a dix-huit!

romina power

Elle en a dix-hui et elle trouvé le grand amour de sa vie, au grand dam pour ne pas dire l’effroi de Linda Christian!

Linda voulait pour sa fille un beau Roméo digne de sa beauté, de ses origines et de tous ses talents. Elle ne comprenait pas qu’elle se soit entichée de ce chanteur Italien plus petit que sa fille, plus vieux, et qu’elle trouvait non seulement épouvantablement laid mais sans aucune éducation. Albano Carissi a été baptisé Albano par son père en souvenir de ses combats en Albanie durant la seconde guerre mondiale. Il n’a ni classe ni beauté ni charme ni argent mais Romina ne veut rien entendre.

rominapower14-300x288

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Linda, d’une sidérante verdeur assiste à leur mariage, réfugiée déjà dans des espoirs de divorce rapide.

Romina disait « oui » à Albano alors qu’elle avait dit « non » au prince Stanislas Klossowski de Rola, fils du peintre Balthus, après trois ans de romance. Il fut le fiancé de Romina entre ses 15 et ses 18 ans et on ne les voyait jamais sans maman Linda qui chaperonnait ces amours.

Et Romina d’ajouter à la veille de son mariage: « Je déteste tout ce que j’ai fait au cinéma jusqu’ici sauf mes deux derniers films parce que je les ai faits avec Al Bano, avant c’est maman qui signait mes contrats, maintenant ce sera lui! » puis se tournant vers sa mère liquéfiée elle lui lança: « Je m’en fiche que tu n’aimes pas Albano, il plairait à papa! »

Le couple restera marié 29 ans. Unis le 26 Juillet 1970, ils divorceront en 1999.

Ensemble ils connaîtront un succès foudroyant en Italie, ils chantent en duo, Romina porte des robes de princesse qui feront rêver plusieurs générations de petites filles, Ils participent à tous les grands concours nationaux et internationaux comme San Remo ou l’eurovision de la Chanson. Albano gagnera même un procès pour plagiat contre…Michael Jackson!

Ils sont littéralement déifiés en Italie, un émission de télévision sans eux n’est jamais vraiment réussie et le groupe ABBA ne réussira jamais à surclasser les ventes de Romina Power et Albano en Italie, ce sont des stars ultra populaires et le public national fait un triomphe à chaque film que tourne Romina, Albano étant devenu son partenaire attitré.

Ils auront le temps d’avoir quantre enfants: Ylenia Maria née en 1970, Yan Marco né en 1973, Cristel Chiara née en 1985 et Romina Iolanda née en 1987.

Malheureusement, en 1994, leur fille aînée Ylenia est portée disparue en Louisiane. Romina s’épuisera à la rechercher en vain. Si Albano accepte de faire le deuil de sa fille, Romina ne renonce pas et vit d’espoir, cette situation aura raison de leur couple qui va alors vivre un triste « crépuscule des dieux » après 30 ans d’une carrière superbe portée par la fidélité sans bornes de leur public.

Ylenia était connue du public puisqu’elle présentait « La Roue de la Fortune » à la télévision italienne mais suivait en parallèle de très sérieuses études de lettres. Comme son frère, la jeune femme est passionnée de voyage et caresse depuis longtemps l’idée de parcourir le monde en solitaire avec seulement un sac à dos et son journal de bord.

Elle voyage ainsi depuis plusieurs mois et le 26 Décembre 1993 elle quitte le Belize en bus pour gagner la Louisiane. Son frère Yan lui aussi en voyage devait la rejoindre au Belize pour passer Noël avec elle. Mais retardé il n’est arrivé que le 27 Decembre. On sait que la jeune femme s’est installée dans un hôtel du quartier français de New-Orleans et fréquente un musicien des rues afro-américain Alexander Masekela de 20 ans son aîné. Ylenia portée disparue, Alexander Masekela sera arrêté le 31 janvier mais sera relâché car rien ne peut le relier concrètement à la disparition de la jeune présentatrice.

Un vigile, le gardine de l’aquarium, déclarera avoir vu une jeune femme correspondant au signalement de la disparue sauter dans le fleuve Mississipi mais le corps, probablement entraîné vers le large n’a jamais été retrouvé et rien ne permet d’affirmer qu’il s’agit bien de la fille de Romina Power et Albano.

Albano entreprend alors une carrière solo, part en tournée, le public ne suivra pas.

Après son divorce il se remariera en 2001 avec une présentatrice de télévision plus célèbre pour son exhibitionnisme forcené que pour sa finesse d’esprit: Lorendana Lecciso avec qui il a deux autres enfants

Albano fait partie de ces personnalités qui se sont engouffrées dans les émissions de télé réalité qui déferlent en Italie comme ailleurs. Il participe à l’équivalent italien d’un Koh lanta pour célébrités lorsque Lorendana le plaque en direct dans son émission, répendant son linge sale sur les écrans des télespectateurs médusés.

Romina qui était de son côté membre du jury de « Danse avec les Stars » est sidérée elle aussi mais ne fera pas de commentaires, sa mère Linda Christian ne lui a pas appris que cinq langues, elle lui a aussi appris à se tenir comme une lady!

Depuis la disparition de sa fille, Romina Power n’ a plus le coeur à pousser la chansonnette. Elle peint, elle écrit, elle  passe à la mise en scène en 2006 avec « Upaya ». Mais pour l’Italie elle sera toujours et à jamais l’interprète de « Felicita ».

Elle choisit alors de quitter l’Italie où elle est une des principales cibles de la presse à scandale  pour les Etats-Unis où elle n’est « que » la fille de Tyrone Power et s’installe en Arizona.

romina-power-2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Linda Christian qui avait pris la même décision vit depuis plusieurs années aux USA lorsqu’elle est diagnostiquée souffrant d’un cancer du colon. Romina s’installe alors chez sa mère à Palm Springs et l’accompagne dans son agonie.

Linda Christian meurt emportée par sa maladie le 22 Juillet 2011, elle avait 87 ans.

Romina Power est restée en Amérique ou elle vit et travaille, toujours très belle la soixantaine venue, elle affiche une beauté solaire héritée de ses parents, bon sang ne saurait mentir, elle a sacrifié (un peu) de sa longue chevelure, elle a l’air d’une femme de 40 ans et n’a pas perdu l’espoir de retrouver sa fille ou tout du moins de connaître enfin la vérité.

PS

Trois autres jeunes filles disparaissent en quelques mois d’intervalle. Après Ylenia en Louisianne c’est au tour de Jayme Engstorm dont la beauté blonde est très similaire à celle de Ylenia qui disparaît en Floride le 20 Février. C’est ensuite  Jeanie Lofton qui disparaît  au Texas le 2 Avril,  Marciella Cortez disparaît en Californie le 20 Juillet . Quatre jeunes filles sensiblement du même âge et de même type disparaissent en quelques mois dans le sud des Etats-Unis. Aucune n’a été retrouvée. A ma connaissance la police n’a pas relié ces disparitions entre elles.

Le vigile, Anthony Cordova qui a vu la jeune fille sauter dans le Mississipi déclare qu’elle aurait dit « Je vais dans l’eau parce que c’est à l’eau que j’appartiens ». Mais pourquoi Ylenia se serait-elle exprimée en anglais avant de se donner la mort puisque ce n’était pas sa langue maternelle et qu’elle ne comptait être comprise de personne? Se peut-il aussi que la jeune femme ait crié sa phrase ultime comme pour se donner en spectacle avant d’accomplir son geste ou le vigile était-il assez près pour entendre un murmure? Questionné sur le sujet, il déclare que la jeune femme est venue lui demander de partir d’où il était, ce qu’il aurait accepté de faire et qu’il l’aurait alors entendue murmurer ces mots. Etrange conception du métier de vigile si une jeune femme demande au bord ‘un fleuve de détourner le regard car elle « va à l’eau à qui elle appartient » est-ce bien le moment d’une pause clope?

1096968_ylenia-300x187

 

 

 

 

 

 

Comme toute personne disparue en Amérique, Ylenia a un « numero de dossier » au FBI. Ce numéro n’est effacé que lorsque la personne est retrouvée, soit morte, soit vivante mais désireuse de rester « disparue » l’enquête alors s’arrête mais la famille comme le veut la loi n’est pas prévenue si la personne ne le souhaite pas. Ylenia n’a plus de numero de personne disparue au FBI.

Je comprends Romina Power qui refuse de faire le deuil de sa fille alors que tant de questions sont sans réponses.

Celine Colassin

romina_power_01_01-300x297

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

QUE VOIR?

1966: Come imparai ad amare le donne: Avec Michèle Mercier, Nadja Tiller et Anita Ekberg

1967: Assicurasi Vergine: Avec Leopoldo Trieste et Daniela Rocca

1968: L’Oro dl Mondo: Avec Albano et Linda Christian

1968: Vingt Quatre heures de la vie d’une Femme: Avec Danielle Darrieux

1969: Justine de Sade: Avec Klaus Kinski, Sylvia Koscina et mercedes MacCambridge

1969: Pensando a te: Avec Albano

1970: Angeli senza paradiso: Avec Albano et Agostina Belli

1970: Mezzanotte d’amore: Avec Albano et Dolores Palumbo

1983: Champagne in paradisio: Avec Albano

572 ELEONORA ROSSI DRAGO

572 ELEONORA ROSSI DRAGO mjy93s9p5svi9ysi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si je viens de m’extasier à juste titre sur l’infernale beauté un rien hautaine de Capucine, il serait juste que je me penche maintenant sur une autre de ces créatures faites de perfection distante, j’ai nommé Eleonora Rossi Drago.

Eleonora Rossi Drago fut incontestablement la plus pure des beautés parmi les actrices de sa génération doublée d’une artiste au talent très affûté et d’un statut de très grande star en Italie. Mais par un étrange fait du hasard, sa gloire ne dépassa jamais les frontières natales de l’actrice. Elle n’atteint jamais à une renommée internationale alors que triomphaient les Pierangeli, les Loren, les Lollobrigida, les Lisi, les Cardinale et même les Podesta.

La belle Eleonora fut pourtant dirigée par les plus grands noms du cinéma italien comme Luigi Comencini, Vittorio Gassman, Francesco Rosi, Michelangelo Antonioni ou Guiseppe de Santis dont les oeuvres s’exportaient magnifiquement. Mais par cet étrange coup du sort, les films où ils dirigèrent Eleonora firent exception à la règle. Et ce, même si elle y donnait la réplique à Vittorio Gassman, Raf Vallone, Marcello Mastroianni ou Jean-Louis Trintignant . Plus encore, si parmi les grands noms qui la dirigèrent on trouve aussi John Huston, Julien Duvivier, Henri Decoin ou François Truffaut, on s’étonnera d’autant plus de cette gloire restée nationale.

La future Eleonora Rossi Drago naît le 23 Septembre 1925 au bord de la mer, à Gênes. Elle est pour l’état civil Palmina Omiccioli.

Si sa maman est une italienne pure souche, son père est Espagnol, officier de marine qui la rencontra un jour qu’il faisait escale à Gênes.

A 17 ans, la petite Palmina va donner du fil à retordre à ses parents. Elle veut se marier avec un bellâtre de passage. devenue madame Rossi, elle met au monde sa petite fille Fiorella. Epoux et père de famille, voilà deux responsabilités qui firent fuir monsieur Rossi jusqu’au fond de l’Argentine et ce d’une manière aussi instantanée que définitive!

Palmina se retrouve seule pour élever sa fille. Elle gagne Rome où elle travaillera dans un grand magasin avant d’en présenter les collections. Piquée de mode, elle se rêve styliste et espère bien faire carrière et fortune en dessinant des robes.

Et comme sa beauté lui a ouvert les portes du mannequinat, elle tente sa chance à l’élection de miss Italie 1947. La concurrence fut rude! Si Lucia Bose rafla le titre, Gina Lollobrigida, Gianna Maria Canale et Silvana Mangano avaient pourtant bataillé ferme! Palmina fut quatrième derrière Gina Lollobrigida.

Mais la belle Gênoise avait tapé dans l’oeil d’un cinéaste, et pas n’importe lequel: Luigi Comencini.

L’élégance naturelle et racée de la jeune femme va lui permettre de lui confier des rôles de prostituée qu’elle saura préserver de la vulgarité et de la médiocrité en leur conférerant une dignité qui n’aurait proablement pas été à la portée d’autres actrices.

eleonora-rossi-drago-216x300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après quelques petits rôles que l’on qualifiera de rôles d’apprentissage, en 1952, Luigi Comencini la propulse au firmament des stars avec « La Traite des Blanches » où elle éclipse Silvana Pampanini pourtant bien plus tapageuse et célèbre qu’elle. Pouvait-elle se douter alors que déjà le destin se tramait dans l’ombre? Dans l’ombre de la figuration où rôdait une certaine Sofia di Lazzarro qui n’allait plus tarder à devenir Sophia Loren!

Deux ans plus tard, en 1954, Eleonora Rossi Drago est considérée comme la « grande dame » du cinéma italien, soufflant le titre au nez pourtant spirituel de Silvana Mangano! Elle est présentée à la reine d’Angleterre à l’égale de Sophia Loren, Gina Lollobrigida et Gianna Maria Canale.

Dès 1955 sa carrière s’internationalise, elle tourne pour Duvivier et son prestige s’accroît encore puisque Luchino Visconti la dirige sur scène face à Marcello Mastroianni dans « Oncle Vania », ce qui oblige Michelangelo Antonioni à attendre son tour pour pouvoir la diriger au cinéma.

tumblr_m5q6wigu6q1rn8tf5o1_500

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eleonora Rossi Drago aborde les années 60 littéralement déifiée par le cinéma italien. Sophia Loren est en passe d’être oscarisée à Hollywood comme l’ont été Anna Magnani et Marisa Pavan. Anna Maria Pierangeli est elle aussi une star hollywoodienne de première grandeur, Gina Lollobrigida a mis le monde entier à ses genoux et le prestige de Silvana Mangano est immense. Etrangement, Eleonora qui n’est ni moins belle ni moins talentueuse reste en retrait. Elle ne devient pas une star internationale alors même que le monde entier ne jure que par les actrices italiennes!

rayh96wxe805r5ye

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La star ne semble pas s’en offusquer outre mesure, mais après les années 50, ce sont les années 60 qui vont défiler sous les mêmes auspices et aux mêmes conditions. Eleonora en plus de sa beauté exceptionnelle a une magnifique chevelure d’un châtain profond  avec des reflets naturels d’automne et aime à faire savoir qu’elle déteste les perruques. Ceci sans doute parce que certaines de ses plus illustres rivales ne sortent jamais de chez elles sans coiffer la nouvelle moumoute du jour. Mais en 1963, Eleonora qui aligne trois films a la suite se retrouve confrontée à un problème inattendu. Les tournage sont pris du retard et elle jongle littéralement entre les trois plateaux. Or si dans un film elle a sa couleur naturelle, elle est rousse dans le second et blonde dans le troisième! Elle changera de couleur de cheveux neuf fois en trois mois et son coiffeur  personnel aussi exténué qu’exaspéré refusera de venir aux premières de ses films!

Eleonora Rossi Drago a 40 ans en 1965 et si elle reste somptueuse elle n’est plus l’affolante créature de 1947. Le temps passe pour elle aussi. A force d’attendre l’heure de la renommée internationale, l’actrice se rend compte qu’elle est passée et n’a sonné que pour d’autres.

resize-220x300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et en Italie aussi, le temps a passé et son statut, insensiblement, s’est mis à chanceler. La star des premiers rôles va maintenant servir la soupe à Dominique Boschero ou Margaret Lee et c’est pour elle que c’est le dur à avaler. Supportant mal la gloire qui décline au rythme de la beauté qui s’efface, Eleonora sombre dans la dépression.

En 1970 Eleonora renonce définitivement à sa carrière. Elle vient de tourner un ultime film d’horreur de série Z ou la production l’a jetée en pâture à des psychopathes sanguinaires flanquée d’une autre dégringolade: Anna Maria Pierangeli.

Le film terminé on ne les reverra plus jamais.

Anna Maria s’éteint, Eleonora épouse un richissime homme d’affaires Sarde, Dominico la Cavera ce qui fait d’elle une baronne.

Elle se retire à Palerme dès 1970 et c’est là qu’elle s’éteint 37 ans plus tard, fauchée par une hémorragie cérébrale le 2 Décembre 2007, peu de temps après avoir fêté ses 82 ans.

Celine Colassin

19750515

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

QUE VOIR?

1951: L’Ultima Sentenza: Avec Charles Vanel, Antonella Lualdi et Jacques Sernas

1952:La tratta delle bianche: Avec Mark Lawrence , Vittorio Gassman et Silvana Pampanini

1952: La Fiammata: Avec Amedeo Nazzari

1953: L’Esclave: Avec Daniel Gélin et Barbara Laage

1954: Destinées: Avec Claudette Colbert

1954: L’Affaire Maurizius: Avec Daniel Gelin

1955: Donne Sole: Avec Ettore Mani et Gianna Maria Canale

1955: Le Amiche (Femmes entre elles): Avec Gabriele Ferzetti

1956: Kean: Avec Vittorio Gassman

1956: Meurtre à l’Italienne: Avec Claudia Cardinale et Pietro Germi

1957: Tous Peuvent me Tuer: Avec Anouk Aimée et François Perier

1958: La Tour, Prends Garde! Avec Jean Marais et Nadja Tiller

1959: Le Fric: Avec Jean-Claude Pascal, Raymond Rouleau et Roger Hanin

1959: Il prezzo della gloria: Avec Roberta Benedetti et Pierre Cressoy

1959: Estate violenta: Avec Jean-Louis Trintignant

1959: Vacanze d’inverno: Avec Michèle Morgan, George Marchal et Vittorio de Sica

1960: Sotto dieci bandiere: Avec Mylène Demongeot et Van Heflin

1960: La Garçonnière (Flagrant Délit): Avec Raf Vallone

1961: Caccia all’uomo: Avec Yvonne Furneaux et Umberto Orsini

1961: Tiro al piccione: Avec Jacques Charrier

1962: Âme Noire: Avec Nadja Tiller, Annette Stroyberg et Vittorio Gassman

1962: Tiro al piccione: Avec Franco Balducci et Jacques Charrier

1962: L’Amour à Vingt Ans: Avec Marie-France Pisier et Jean-Pierre Léaud

1962: Les Don Juans de la Côte d’Azur: Avec Annette Stroyberg Vadim, Coccinelle et Martine Carol

1964: Amore Facile: Avec Vittorio Caprioli et Philippe Leroy

1964:Il treno del sabato: Avec Claudio Gora

1966: Mano di velluto: Avec Dominique Boschero et Paolo Ferrari

1966: The Bible: In the Begining: Avec Gabriele Ferzetti

1969: Gli angeli del 2000: Avec Petra Angeli

1969: Camille 2000: Avec Danièle Gaubert et Nino Castelnuovo

1970: Dorian Gray: Avec Helmut Berger, Margaret Lee et Isa Miranda

1970: Nelle pieghe della carne: Avec AnnaMaria Pierangeki et Fernando Sancho

553: ANNETTE STROYBERG VADIM

553: ANNETTE STROYBERG VADIM bt2svof17nw81fns

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La très belle Annette Stroyberg Vadim restera sans doute dans les mémoires pour ses chassés-croisés amoureux Tropéziens et ses liaisons avec les hommes les plus beaux, les plus riches et les plus célèbres de son temps. Ou pour s’être laissée modeler par Vadim éternellement à la recherche de son idéal féminin à mettre dans ses films que pour son talent de comédienne.

Il est vrai que sa filmographie est plutôt réduite et que la presse à cancans des années 60 a noirci plusieurs milliers de tonnes de papier à son sujet! Il est vrai aussi qu’elle connut son heure médiatique dans la mouvance Brigitte Bardot-Roger Vadim!

3090831835_1_11_aknuzlu6-236x300

Cette charmante danoise naît le 7 Décembre 1936 sur l’ île de Fionie, la deuxième île du Danemark par sa superficie. Le lieu est enchanteur et idéal pour une enfance heureuse! Elle est pour ainsi dire faite de châteaux, de parcs et de jardins, et Hans Christian Andersen n’y est-il pas né?

Mais la véritable histoire d’Annette Suzanne Stroyberg commence bien loin de son île et…sans elle.

resizecaxgxf3d-237x300

Une jeune et jolie starlette, Brigitte Bardot, est mariée à un jeune cinéaste, Roger Vadim. Le couple a eu énormément de difficultés à faire naître leur film « Et Dieu Créa la Femme » où Vadim met en scène sous le soleil de Saint Tropez sa jeune épouse dans un rôle aussi époustouflant que scandaleux. Celui d’une jeune fille libre aux longs cheveux lâchés, aimant l’amour et les hommes sans souci du scandale, des conventions bourgeoises, ni même de l’argent.

annette stroyberg

Le film sortit dans une vague indifférence en France mais provoqua une véritable révolution en Amérique! Le pape voua Brigitte aux flammes de l’enfer, le phénomène B.B, bientôt mit le monde à feu et à sang!

annette stroyberg vadim

Mais à Saint Tropez les joies du triomphe étaient plus austères. Lassée des années de vaches maîgres, Brigitte quittait Vadim, il l’avait jetée dans les bras de Jean-Louis Trintignant pour le film, elle y était restée pour de bon. On se quittait bons amis mais on se quittait quand même!

annette-stroyberg-221x300

En Décembre 1957, le couple Vadim est officiellement divorcé, Jean Louis Trintignant a été appelé sous les drapeaux, Brigitte est passée à d’autres distractions et Vadim a besoin d’une nouvelle créature de chair et de sang à modeler suivant son éternelle obsession.

Il va un temps jeter son dévolu sur la très jeune Gillian Hill, affolé sans doute par sa longue chevelure blonde qui lui balaie le bas des reins, et aussitôt la presse hurle à la nouvelle Brigitte Bardot. Une maladie récurrente qui va tenailler les gazettes une bonne vingtaine d’années! Chaque fois qu’une blonde mettra le nez devant une caméra elle sera la « nouvelle BB », Surtout si Vadim a mis la mainà la pâte (Si j’ose m’exprimer ainsi!) On retrouvera sous le titre de « La nouvelle BB » des minois aussi inattendus que celui de…Raquel Welch ou Sophie Daumier!

965082EYE_GA_02328613

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais pendant que Gillian Hill fait des moues en posant pour les photographes, Vadim, tout à la préparation de son nouveau film « Les Liaisons Dangereuses » cherche ses interprètes. Gérard Philipe sera Valmont, Jeanne Moreau sera Juliette de Merteuil, la douce Jeanne Valérie succède dans le rôle de Cécile de Volanges à Gillian Hill jugée subitement  »insuffisante ».  Laquelle disparaît donc, reléguée dans une courte scène sur un téléférique avant de s’en aller chanter des compositions du jeune Serge Gainsbourg!

vadim annette

Quant à la belle et pure mademoiselle de Tourvel, Vadim a trouvé son interprète idéale: Annette, alors l’image des bières Tuborg dans son Danemark natal. C’est du moins ce que l’on confiera à la presse encore moralement chatouilleuse de l’époque.

AnnetteVadim-240x300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En réalité Annette est arrivée en France en 1956. Elle rencontre Vadim après Christian Marquant et avoir fait, comme Brigitte, les beaux jours du magazine « ELLE ». Vadim est toujours à l’époque marié à Brigitte avec laquelle il prépare « Les Bijoutiers du Clair de Lune ».

oz18mg7b2r8rgmbz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Annette est peut-être plus belle encore que Brigitte car sa beauté est plus académique. Et si Vadim avait dû « fabriquer » selon ses vues sa permière épouse terriblement bourgeoise dans l’âme, et forcer sa nature profonde pour arriver à ses fins, Annette est tout simplement la créature qu’il rêvait de façonner. Déjà toute prête, fignolée à son intention par quelque fée miraculeuse!

Il tombe instantanément amoureux de la jolie Danoise de 21 ans et elle le lui rend bien. Evidemment, il l’accomode à la sauce Vadim, ce qui deviendra une habitude avant d’être un tic. Annette Stroyberg qui devient madame Vadim le 17 Juin 1958 et devient aussi madame de Tourvel coiffée comme Brigitte Bardot, le chignon en choucroute, l’oeil de biche et la mour boudeuse!

annette stroyberg vadim

Hélas pour Annette, non seulement le film pourtant magnifique ne fait pas le triomphe escompté mais on ne voit en elle qu’un ersatz de Brigitte Bardot, la seule, la vraie, l’unique! Leur film suivant « Et Mourir de Plaisir » sombre dans les oubliettes de l’indifférence générale! Le couple Vadim est bien plus passionnant à la ville qu’à l’écran. D’autant que Vadim se pique au jeu et s’emprisonne lui-même dans le rôle qu’il s’est créé, sorte de pygmalion charismatique à la recherche d’un éternel féminin blond parmi ses épouses et ses conquêtes!

u2oxex38a0gra8ge

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Les Liaisons Dangereuses » furent pourtant à l’origine d’un fantastique scandale qui aurait dû suffire à remplir les caisses des cinémas! A la fin du film on voyait Annette intégralement nue, alanguie sur un divan et le film frôla l’interdiction! Il fallut plaider pour que le film puisse sortir et c’est un jeune avocat nommé François Mitterrand qui plaida pour que le monde puisse profiter de la nudité d’Annette! Il plaida et gagna ce qui reste la seule plaidoirie de sa vie.

Les choses n’étant pas résolues pour autant, le film finit par être projeté à l’Elysée afin d’obtenir l’accord du général de Gaulle en personne!

Paradoxalement, tous ceux qui ont connu Vadim et l’ont approché d’un peu près s’accordent dans une belle unanimité à dire que la femme idéale selon Vadim, c’était bien Annette Stroyberg et personne d’autre.

tumblr_m8trvrgEb51qf4rspo1_500

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une petite Nathalie viendra couronner leur union mais malgré cela, le mariage sera de courte durée. Arès l’échec de leur second film, le couple se sépare et divorce dès 1960.

Vadim jettera bientôt son dévolu sur Catherine Deneuve, Annette quant à elle quitte la France pour l’Italie où elle est réclamée à corps et à cri par le plus puissant des producteurs nationaux du moment: Dino de Laurentis qui jure au monde entier faire d’Annette la plus grande, la plus fabuleuse star du monde! J’ignore ce qu’en pensait madame de Laurentis, à savoir Silvana Mangano! Annette profitera surtout de sa période méditerranéenne pour devenir la compagne discrète de Vittorio Gassman. Le couple s’était rencontré à …Saint Tropez, Gassman avait arraché Annette des bras de Jean-Noël Grinda. Ses liaisons avec Warren Beatty, Omar Sharif et Alain Delon avaient été plus médiatisées!

Gassman se fendit d’une mise au point au début de l’été 1961. Alors qu’il bataillait depuis 14 ans pour obtenir l’annulation de son mariage avec Nora Ricci, il déclara à la presse  » Oui, je suis profondément amoureux d’Annette mais le mariage ne fait pas partie de mes plans! D’ailleurs nous sommes tous les deux tellement différents qu’il vaut mieux ne pas y penser, mais je reconnais qu’Annette ets la femme que j’épouserais sans hésiter si j’étais vraiment obligé de me marier! » De l’avis unanime sa liaison avec la belle Annette lui faisait le plus grand bien car on ne l’avait jamais vu aussi épanoui! Il fut élu « L’acteur le plus sympathique de la saison » et c’est Annette qui fut choisie pour lui remettre ce trophée de ses blanches mains.

annette stroyberg

L’acteur épanoui remercia vivement tout le monde et s’en retourna tromper Annette avec Nadja Tiller sur le plateau de l’ultime film de Roberto Rossellini, « Âme Noire », film dont ils font tous les trois partie!

En réalité, la belle histoire prenait l’eau depuis l’automne 1961 où Annette après une dispute aussi soudaine qu’éclatante planta son Vittorio au beau milieu d’une auberge de Roccaraso dans les Abruzzes et avait filé se faire consoler par Vadim en France, s’installant même tout bonnement dans son appartement parisien. Une semaine plus tard, la belle Danoise faisait volte-face et revenait se nicher dans les bras de son Vittorio.

L’épisode suivant ponctua la Saint Sylvestre 1961. La presse faisait grand cas de la pièce de Pirandello que montait Vittorio Gassman à Rome et où il prévoyait un rôle pour la belle Annette. Mais quelques jours avant la nuit du réveillon il annonça officiellement sans plus d’explication qu’elle ne ferait pas partie de sa distribution. Son rôle irait à la comédienne Renata Mauro. Le 31 décembre un peu avant minuit, Gassman déclara au milieu des serpentins qu’il était fatigué et qu’il voulait rentrer chez lui! Lorsqu’il fut dans ses pantoufles, Annette ressortit seule pour fêter dignement l’année nouvelle dans tous les bars de la via Veneto.

54

Une petite anicroche comme il y en avait déjà eu tant d’autres. A ceci près que dès le lendemain matin, Luisa Gassman, la mère de Vittorio fit sa réapparition très officielle aux répétitions du Pirandello. Or, madame Gassman mère avait détesté Annette au premier regard et avait fait une sortie haute époque claquant aussi fort que la porte » Tant que tu resteras avec cette traînée, tu ne reverras plus ta mère! » Cette fois les gazettes en furent certaines! Si la sainte mère réapparaissait, le règne de la Danoise était terminé!

En Février, Annette ayant fait part de son envie d’aller à New-York voir une de ses sœurs, Vittorio l’emmena à l’aéroport et lui offrit le voyage. De New-York elle ne rentra pas en Italie retrouver Vittorio mais se rendit en France rejoindre sa fille Nathalie qui passait ses vacances de Noël chez son père.

Elle ne reverra Vittorio qu’à la première de sa pièce de Pirandello où, très dame, elle viendra le féliciter avant de tourner les talons à jamais.

L’épisode italien, pourtant n’apportera pas la gloire escomptée par de Laurentis. Le battage fait autour d’Annette Vadim a fini par lasser les curieux les plus assidus. Je me souviens parfaitement bien d’une première page de gazette où l’on voyait sur un quai de gare Annette portant une jolie robe rayée et flanquée de Sacha Distel rencontrer Brigitte flanquée de je ne sais plus qui et tout ce petit monde devisant aimablement sur le quai sans rien demander à personne. Pourtant un paparazzo avait immortalisé cet instant d’une importance stratégique pour le devenir du monde. L’image aussitôt faisait la UNE avec un titre gigantesque « ASSEZ »! (Alors si c’en était assez, pourquoi plotographier, publier et commenter comme si ces quatre là monopolisaient volontairement les médias en empêchant les journalistes de faire leur méter? l’intelligence humaine a parfois des logiques qui laisseraient pantois un manche de brosse!)

0310-212x300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il faut dire, pour plus de précisions, que Vadim avait trompé Annette le soir même de leur mariage, ce qui avait déplu à la blonde danoise. Elle avait alors jeté son dévolu sur Sacha Distel, fraîchement émoulu d’une liaison ultra-médiatisée avec Brigitte! Sacha et Annette s’étaient bourgeoisement installés dans un appartement du dix-huitième arrondissement jusqu’à ce que Vadim éploré revienne supplier Annette et entame sa reconquête en lui offrant un tour du monde! Une réconcilliation aussi sincère…qu’éphémère.

Une chose est sûre, Annette Stroyberg méritait mieux que ces sottes manchettes de presse et Roberto Rossellini ne s’y trompa pas en faisant deux fois appel à ses charmes et à ses talents. un comble si on songe qu’en France, on la rappelait pour jouer dans « Les Don Juans de la Côte d’Azur » dont le but ultime était de montrer à l’écran la transsexuelle Coccinelle qui triomphait à l’Olympia avec son tour de chant.

annette stroyberg

Dès 1965, Annette Stroyberg renonçait au cinéma, ou du moins face caméra car elle fera ensuite une jolie carrière d’assistante de production et travaillera même sur les films de Jackie Chan!

Elle se fit d’une discrétion rare, il faut dire qu’elle avait été à la « une » pour plusieurs vies en cinq années de carrière! Elle vivra longtemps en Californie puis au Maroc avant de revenir à son cher Danemark. Annette Stroyberg s’était encore remariée en dehors du monde du cinéma et avait eu deux autres enfants.

Annette Vadim était restée très attachée à son Danemark natal, elle y allait pour un oui ou un non et même pour rien. C’est là qu’elle avait souhaité mettre sa fille au monde, c’est là qu’elle décède après une longue lutte contre le cancer le 12 Décembre 2005. 5 Jours après avoir fêté son 69ème anniversaire.

annette stroyberg

Le 11 Février 2000, Roger Vadim précédait Annette dans la tombe. Il avait souhaité reposer dans le petit cimetière de Saint Tropez, Celui-là même où il avait tourné quelques scènes de « Et Dieu Créa la Femme ». Brigitte Bardot, sa première épouse restée son éternelle amie invita aux funérailles ses ex épouses et sa veuve Marie-Christine Barrault

Toujours bourgeoise, Brigitte ne convia pas Catherine Deneuve qu’elle n’apprécie d’ailleurs que fort peu, car elle n’avait jamais été légitimement madame Vadim. Brigitte accompagnera son vieux compagnon à sa dernière demeure au bras de Jane Fonda et d’Annette Stroyberg qui affichait pour l’occasion une beauté toujours radieuse malgré sa maladie. Avec Vadim c’est toute une époque qui mourait, l’époque des blondes de Saint Tropez, bronzées, les cheveux choucroutés et dansant le twist pieds nus.

Catherine avait rendu son dernier hommage au père de son fils Christian lors de la cérémonie religieuse à Saint Germain des Près

Celine Colassin.

tumblr_lmwusqny7Q1qa83tpo1_250

 

 

 

 

 

 

 

 

QUE VOIR?

1960: Les Liaisons Dangereuses: Avec Gérard Philipe, Jeanne Moreau, Simone Renant et Jeanne Valérie

1960: Et Mourir de Plaisir: Avec Mel Ferrer, Elsa Martinelli et Serge Marquand

1960: Le Testament d’Orphée ou Ne Me Demandez Pas Pourquoi: De et avec Jean Cocteau

1962: Âme Noire: Avec Vittorio Gassman, Nadja Tiller et Yvonne Sanson

1962: Les Don Juans de la Côte d’Azur: Avec Martine Carol, Curd Jurgens, Coccinelle, Capucine et Agnès Spaak

1963: La Smania Addosso: Avec Gérard Blain, Vittorio Gassman et Nino Castelnuovo

 

545: SENTA BERGER

 

Senta BERGER, Portrait

Avec la fabuleusement belle Senta Berger, faisons un retour sur une affreuse maldone dont Hollywood et Cinecitta sont les grandes coupables.

L’actrice, certes très belle mais aussi doté d’un talent de comédienne de grande classe est réputée comme une des meilleures actrices de langue germanique par ses pairs.

Mais elle fut vendue à vil prix par Hollywood comme une Raquel Welch de substitution dans des films souvent coûteux mais bâclés. Une Raquel Welch du pauvre qui connut elle aussi, succession oblige les affres du bikini préhistorique en fourrure dans un film dont le titre très classieux n’est autre que « Quand les femmes avaient une Queue »! On a rarement fait plus distingué, reconnaissons-le! Et si le film était italien, c’est bien Hollywood qui avait donné de Senta Berger une image un peu veule aux antipodes de ce que l’actrcie était et surtout…méritait!

545: SENTA BERGER tumblr_m9y51mf5pp1qh0yodo1_500-219x300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 13 Mai 1941, Senta Berger naît à Vienne. Et malgré l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne hitlérienne, c’est le printemps, les oiseaux chantent, les filles dansent, Vienne sera toujours Vienne, et d’ailleurs papa Josef est musicien.

Dès son plus jeune âge, la petite Senta voudra danser, danser et encore danser. Ses parents n’ont rien contre et très vite elle suivra des cours de danse classique, rêvant d’intégrer au plus vite un corps de ballet quelconque.

Mais si Senta naît en 1941, dans les années 50 elle devient une jeune fille. C’est la grande époque du cinéma Allemand. Le pays tente d’effacer le souvenir de ses outrances guerrières derrière les flonflons d’une floppée de comédies musicales aux budgets colossaux.

senta-berger

C’est un cinéma plein de princesses, de lilas embaumant les décors de bals. Les intrigues sont particulièrement profondes et subtiles: Le muguet ne sera pas fleuri pour le premier mai, la princesse déguisée en soubrette a raté son autobus! chantons dansons, l’heure est grave!

C’est aussi la grande époque des « journaux de cinéma »; Ciné-revue, cinémonde, ciné-miroir, ciné-révélation, Bravo. Senta les dévore tous et se sent peu à peu, elle aussi, gagnée par la picudonesque flèche du cinéma!

senta berger

Heureusement sa sagesse personnelle et sa rigueur de danseuse la firent s’inscrire à la très sérieuse école d’art dramatique Max Reinhardt. Elle savait que l’art est un travail et que l’on ne devient pas une star en retroussant ses jupes (ou si on n’est pas la fille de Magda Schneider). Son apprentissage d’actrice en la prestigieuse maison ne durera que peu de temps: Comme Ingrid Bergman avant elle, Senta accepte un rôle au cinéma sans l’autorisation de l’école. Comme Ingrid elle claqua la porte!

elke sommer et senta

Elke Sommer et Senta

En 1955 déjà, Senta Berger pointe son frais minois dans un film! « Du bist die Richtige ». Une figuration, certes, mais qui lui permet de voir « en vrai » l’incontestable numero un du cinéma Allemand Curd Jurgens qui se prépare d’ailleurs à gagner Saint Tropez pour y entrer dans la légende avec la Brigitte Bardot dans  »Et Dieu Créa la Femme ».

Senta_Berger_

Senta n’avait pas grand’chose à faire dans le film à part être là où on lui disait d’être! Elle en profita pour mettre son nez partout en essayant de tout voir et surtout, tout comprendre. une habitude qui ne cessera que lorsqu’elle en saurant autant sinon plus que toute l’équipe technique du film réunie et qui en ces temps où l’équipe technique en question était 100% masculine en a exaspéré plus d’un.

Senta avait déjà fait une figuration dans un film, déjà dans l’ombre de la très à la mode Antje Weisgerber. Elle était alors une petite fille, elle n’avait que neuf ans et n’en avait pas gardé un souvenir inouï.

senta berger

Senta va aligner quelques tournages où elle s’instruit de tout mais où ses rôles n’ont que peu d’intérêt et consistent soit à valser en crinoline parmi les invités anonymes d’un bal quelconque soit de dire quelques lignes vite fait bien fait. Mais elle est quand même une starlette qui monte.

Même si les films où elle se produit ne valent guère mieux que ceux de Romy Schneider à la même époque, Senta fait son petit bonhomme de chemin, d’ailleurs sans doute mieux qu’il n’y paraît.

3014387067_1_5_tdtxlomP

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1959, une production américaine débarque en Autriche. Pour donner la réplique à la star Richard Widmark, l’actrice Sonia Ziemann est déjà choisie mais il reste d’autres rôles à distribuer dont celui de la jeune Elsa.

Dieu sait comment, Widmark a vu des images de Senta Berger et la veut pour le rôle. Le célébrissime acteur se déplacera jusque chez elle pour discuter avec ses parents car Senta est encore mineure et son contrat finira par se signer sur la table de la cuisine familiale.

Evidemment, après l’épisode du film américain, même s’il s’était tourné en Autriche, la cote de Senta Berger explosa et elle croula sous les propositions de film, toutes venues d’Allemagne où le cinéma était bien plus prolifique qu’en Autriche.

Toute à sa joie au demeurant fort compréhensible, la jeune fille ne vit pas tout de suite qu’on lui refilait les vieux scénarii que Romy Schneider avait piétinés avant de fuir la médiocrité nationale en France et qu’on ne voyait guère en elle qu’une Maria Perschy ou une Heidi Brühl de plus.

Dès qu’une offre lui parvint de l’étranger, elle fit comme les dites Romy Schneider et Maria Perschy avant elle, elle s’y précipita, ce fut Hollywood.

Senta-Berger-Feet-271247

Hollywood ne réussira pas particulièrement à la belle Senta. Elle qui détestait plus que tout au monde la guerre et les mauvaises manières, elle se retrouvait embarquée sur des tournages de westerns où on ne la considérait pas avec beaucoup plus de respect que l’une des vaches du troupeau dont il était question dans le film. La viennoise raffinée se retrouvait confrontée à John Wayne qui se conduisait en ville comme dans ses films. Et puis il y avait ceux qui confondaient allégrement Allemagne et Autriche, Allemande et nazie et l’insultaient comme si elle était personnellement responsable de la deuxième guerre mondiale.

o6ac5nlss976ss75

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le mal du pays était cuisant pour la belle immigrée. Heureusement pour elle, c’est dans cette période, en 1966, qu’elle devint l’épouse du réalisateur Michael Verhoeven. De nationalité Allemande, l’homme est antimilitariste convaincu. A son contact, le mépris que Senta Berger éprouvait pour la guerre du Viet-Nam se fit plus fort. Elle n’accepta plus désormais d’être jugée par des Américains comme une sorte de criminelle de guerre alors qu’eux-même massacraient sans vergogne d’autres populations!

En 1969, le monde change. L’amérique en particulier est complètement bouleversée. Les jeunes se politisent, ils se laissent pousser les cheveux, consomment du LSD alors en vente libre, pratiquent l’amour libre et foulent aux pieds les valeurs établies. L’actrice Sharon Tate est assassinée avec une violence encore jamais vue. Un monde bascule et les années 60 meurent avec Sharon

Senta Berger se sent un peu écartelée. Son instinct et ses convictions lui font partager les idées de cette génération montante mais l’escalade dans la violence et la débauche sexuelle n’est pas sa tasse de thé, et puis après tout, elle n’est pas américaine.

L’Italie lui faisait les yeux doux depuis un moment, finalement le couple Verhoeven quitte Los Angeles pour Rome. Senta était d’ailleurs déjà venue en France pour « Diaboliquement Vôtre » de Julien Duvivier avec Alain Delon et en Italie pour « Casanova, un Adolescent à Venise » de Comencini.

senta_berger_upgrade_7cMPgHD_sized

Mais en Italie, à l’aube des années 70, c’est une autre révolution qui gagne le pays et son cinéma en particulier. Là aussi la liberté sexuelle gagne mais elle ne se veut pas crue et revendicatrice, elle se veut ludique et polissonne. le seul prétexte des films est de déshabiller les actrices dans d’aimables satires gaudriolantes qui ne volent pas plus haut que des blagues de potaches! Le sexe est roi, le sexe est rigolo, le cinéma, à de très rares exceptions près est aussi bête que déshabillé. Le principe étant que l’acteur, laid de préférence joue les débiles profonds face à l’actrcie obligatoirement belle et obligatoirement nue! Dorénavant les stars s’appellent Ursula Andress, Marisa Mell, Barbara Bouchet ou Edwige Fenech.

senta-berger-218x300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Senta va étrangement se sentir parfaitement à l’aise dans cette Italie soudain friponne et va longtemps affoler les populations de sa somptueuse plastique.

Son film le plus emblématique de l’époque étant comme je l’ai dit le très trash « Quand les Femmes Avaient une Queue » de Fresta Campanile.

Certes la star tournera au cours de cette décennie pour Wim Wenders mais l’essentiel de son oeuvre reste cantonnée dans un cinéma « pop corn pour adultes » fait d’érotisme, d’espionnage, de gaudriole et de quelques petits films horibilo-gores sans grand intérêt.

A la fin de la décennie, le cinéma Européen qui s’était, il faut bien le dire, enlisé de manière générale dans une médiocre facilité entre en agonie. Si la France lutte, l’Italie dépose carrément les armes.

3014387067_1_11_rnOeT9ep

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Senta rentre alors chez elle: L’Autriche d’abord et l’Allemagne ensuite. Elle crée avec son mari sa propre maison de production à Munich où ils décident de défendre un cinéma d’auteur et de qualité face à la mièvrerie américaine qui maintenant déferle sur écrants géants, menée par Stallone, Willis et autres body buildés.

Elle a alors la grande surprise et la grande joie de s’apercevoir que chez elle, elle est une star de toute première grandeur. Les Allemands sont fiers du parcours de la belle Senta qu’ils ont suivie par delà tous les cinémas qu’elle a abordés.

s_rg_fsb_senta_berger

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1988 elle tourne le pilote d’une série télévisée dont elle devrait être la vedette « Gertie à plein gaz ». La série connaîtra 14 longues années d’un succès ininterrompu, de 1989 à 2003, faisant de la star Senta Berger une actrice aussi populaire pour les téléspectateurs que Veronique Genest avec sa poussive et monochrome  »Julie Lescaut »

Jeune première des années 50, vedette hollywoodienne des années 60, star italienne des années 70, diva Allemande depuis les années 80, Senta Berger, sublime de beauté a dépassé le cap de la septantaine. Elle est toujours heureusement mariée à Michael Verhoeven et leurs deux enfants Luca et Simon sont eux aussi comédiens. En 2012, Senta Berger a tourné quatre films pour le cinéma et un pour la télévision. Et si sa série fétiche s’est arrêtée en 2003, c’est qu’en 2002, elle en avait commencé une autre « Unter Verdacht » qui s’est arrêtée en 2011. Elle n’était plus chauffeur de taxi mais médecin.

Que dire encore d’autre que « waouw! » après tout cela?

Celine Colassin.

bt2xfbnmio8vbfmt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

QUE VOIR?

1950:Das doppelte Lottchen: Avec Antje Weisgerber et Peter Mosbacher

1955: Du bist die Richtige: Ance Antje Weisgerber et Curd Jurgens

1957: Die Lindenwirtin vom Donaustrand: Avec Marianne Hold

1960: Ich heirate Herrn Direktor: Avec Heidelinde Weis

1961: Adieu, Lebewohl, Goodbye: Avec Bibi Johns

1961: The Secret Way: Avec Sonia Ziemann et Richard Widmark

1961: Eine hübscher als die andere: Avec Heidi Bruhl

1961: Das Wunder des Malachias: Avec Christiane Nielsen

1961: Es muß nicht immer Kaviar sein: Avec O.W. Fischer et Eva Bartok

1961: Diesmal muß es Kaviar sein: Avec O.W. Fischer et Eva Bartok

1962: Das Testament des Dr. Mabuse: Avec Gert Fröbe

1963: Kali Yug et le Mystère du Temple Indou: Avec Lex Barker , Claudine Auger et Paul Guers

1963: Kali Yug, la dea della vendetta: Avec Paul Guers et Lex Barker

1964: …E la Donna Creo l’Uomo: Avec Alexandra Stewart, Gino Cervi et Thomas Fritsch

1965: Major Dundee: Avec Charlton Heston et Richard Harris

1965: Schüsse im Dreivierteltakt: Avec Daliah lavi, Terrence Hill et Pierre Brice

1966: Operazione San Gennaro: Avec Nino Manfredi, Toto et Claudine Auger

1966:Poppies Are Also Flowers: Avec Stephen Boyd, Nadja Tiller, Angie Dickinson et Yul Brynner

1967: Diaboliquement Vôtre: Avec Alain Delon

1969: Mardi? C’est donc la Belgique: Avec suzanne Pleshette et Mildred Natwick

1969: Infanzia, vocazione e prime esperienze di Giacomo Casanova, veneziano: Avec Leonard Withing

1969: de Sade: Avec Keir Dullea et Sonja Ziemann

1971: Wer im Glashaus liebt… Avec: Hartmut Becker

1971: Roma Bene: Avec Virna Lisi et Michèle Mercier

1972: Quando le donne persero la coda: Avec Frank Wolff

1973: Reigen: Avec Helmut Berger, Maria Schneider et Sydne Rome

1973: Bistouri, la Mafia Bianca: Avec Gabriele Ferzetti

1974: Di mamma non ce n’è una sola: Avec Lino Capolicchio et Lionel Stander

1976: Brogliaccio d’amore: Avec Enrico Maria Salerno

1976: The Swiss Conspiracy: Avec John Ierland, Ray Milland, Elke Sommer et John Saxon

1977: Cross of Iron: Avec James Coburn et James Mason

1984: Fatto su misura: Avec Ricky Tognazzi , Ugo Tognazzi et Laura Wendel

1987: Animali metropolitani: Avec Donald Pleasence

1998: Bin ich schön? Avec Marie Zielcke

2009: Ob ihr wollt oder nicht! Avec Katharina M Schubert

2012: Zettl: Avec ichael Herbig

 

 

539: ORCHIDEA DE SANTIS

539: ORCHIDEA DE SANTIS orchidea05

Parce qu’elle fut une des reines d’un cinéma qui n’existe plus, celui de la comédie érotique italienne des années 70, et parce qu’elle fut tout du long de sa carrière d’une discrétion absolue à propos d’elle-même; il n’y a pas grand chose à dire à propos de la belle Orchidéa de Santis! La belle se tait, ses films ne sont plus visibles aujourd’hui, ils ne l’ont d’ailleurs souvent été qu’entre ses frontières natales, tout cela serait bien triste si Orchidéa n’était pas aujourd’hui une femme heureuse, une productrice respectée et ma foi, toujours aussi fabuleusement belle!

Orchidea naît le 20 Décembre 1948 à Bari dans les Pouilles, une des plus belles régions de l’extrême sud de l’Italie.

Pour cette ravissante enfant, les choses vont aller très vite! la toute jeune télévision italienne, la RAI cherche de ravissants bambins pour agrémenter les décors de ses émissions enfantines et notre future reine des tenues légères est choisie pour montrer son juvénile minois. Dès l’âge de 14 ans, la jeune fille souhaite tenter sa « vraie chance » et débute au cinéma dès 1963 dans « Queste pazze pazze donne » un film à sketches dont la charmante vedette est la française France Anglade ainsi que Mischa Auer dans un rôle de psychiâtre déjanté.

orchidea02

Orchidéa aborde le cinéma à un âge ou elle ne peut déjà plus prétendre aux lauriers d’une Shirley Temple car elle est trop âgée mais elle n’est pas encore une femme. Elle est une adolescente, l’âge ingrat par excellence pour les actrices lorsqu’on ne s’appelle pas Natalie Wood ou Romy Schneider.

En 1967 elle a 19 ans et soudain le monde entier change et l’Italie en particulier.

C’est l’aube de la libération sexuelle qui explose littéralement en 1969 pour faire de la décennie suivante la décennie miraculeuse de la liberté sexuelle et féminine; La nudité n’est plus choquante, les esprits s ‘ouvrent en même temps que les vêtements tombent. L’époque est légère, on veut vivre, s’aimer et ne plus faire ni la guerre ni carrière. l’épanouissement personnel passe avant tout, il est défendu de se prendre au sérieux et de porter un soutien gorge.

orchidea03

Le cinéma s’engouffre dans cette brèche, le cinéma italien est le véritable fer de lance de cette nouvelle tendance laissant loin derrière lui le cinéma américain resté pudibond!

Les reines des années 70 seront les reines du cinéma italien,des reines souvent d’adoption comme Marisa Mell et Senta Berger les autrichiennes, Sylvia Koscina la croate, Barbara Bouchet et Karin Schubert les allemandes, Ursula Andress la suissesse, Florinda Bolkan la bréslienne ou Carrol Baker l’américaine. Orchidéa fait partie du bataillon national avec Agostina Belli, Dalila di Lazzaro, Ottavia Piccolo, Stefania Sandrelli , Ornella Muti et quelques autres incontournables beautés de la décennie.

orchidea-de-santis-intervista-L-CfuAF-

En 1980, les premiers happy few montrent leurs faces vénales et leurs vêtements BCBG, aidés en leur prise de pouvoir par l’avènement du sida qui à nouveau punit le sexe alors même que les dernières maladies vénériennes étaient à peine éradiquées.

Ces dames vont se rhabiller et endosser des tailleurs structurés dissimulant les courbes féminines mieux que des armures et aux aux épaules démesurées par Claude Montana et Thierry Mugler.

C’est l’année où un accident grave éloigne Orchidea de Santis des écrans.

Elle avait déjà derrière elle une carrière impressionnante, elle avait tourné cinq films en 1970, dix en 1972 et avait soutenu un rythme effrené durant toute la décennie. Si elle a tenu essentiellement des seconds rôles dans des comédies érotiques un rien boufonnes, elle a également été dirigée par de grands metteurs en scène dans des oeuvres majeures et passait même les Dolomintes pour venir donner la réplique à Gérard Depardieu sous la direction de Jacques Ruffio dans « René la Canne » en 1977.

Remise de ses blessures, Orchidéa de Santis raccroche définitivement ses froufrous de scandaleuse des écrans et ne réapparaîtra que dans deux films.

Ses passions et ses intérêts sont désormais ailleurs, dans la production et surtout dans la défense des animaux, domaine ou sa pugnacité n’a rien à envier à celle d’une Brigitte Bardot ou d’une Doris Day!

orchidea01

QUE VOIR?

1963: Queste pazze pazze donne: Avec France Anglade et Mischa Auer

1964: Gli invincibili tre: Avec Lisa Gastoni

1966: Come imparai ad amare le donne: Avec Michèle Mercier, Anita Ekberg et Nadja Tiller

1966: La Battaglia dei Mods: Avec Elga Andersen et Joachim Fuchsberger

1969: Togli le gambe dal parabrezza: Avec Carole André et Gaby André

1969: The Labyrinth of Sex: Avec Susy Andersen

1970: Concerto per pistola solista: Avec Anna Moffo

1970: Una macchia rosa: Avec Delia Boccardo et Valeria Moriconi

1972: Un dólar de recompensa: Avec Peter Lee Lawrence

1972: Anche se volessi lavorare, che faccio?: Avec Adriana Asti et Enzo Cerusico

1972: Amore e morte nel giardino degli dei: Avec Erika Blank et Peter Lee Lawrence

1972: Ettore lo fusto: Avec Rossana Schiaffino et Vittorio de Sica

1973: Paolo il Caldo: Avec Rossana Podesta, Ornella Muti, Barbara Bach et Giancarlo Giannini

1974: Scusi, si potrebbe evitare il servizio militare?… No! Avec Gianni Dei

1975: Il vizio di famiglia: Avec Edwige Fenech et Juliette Mayniel

1975: Charlys Nichten: Avec Elke Boltenhagen et Eva Gross

1975: Attenti… arrivano le collegiali!: Avec Toni Ucci

1976: Prostituzione: Avec Maria Fiore

1977: René la Canne: Avec Sylvia Kristel et Gérard Depardieu

1978: Tanta Va la Gatta al Lardo: Avec Valentina Cortèse et Walter Chiari

1978: Ridendo e scherzando: Avec Walter Chiari et Macha Meril

12

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream