found 8 matching posts pour 'nathalie delon'


CATHERINE ALLEGRET

CATHERINE  allegret

Ce n’est pas une mince affaire que d’évoquer Catherine Allégret dans ce florilège d’étoiles filantes. Comme chacun le sait, Catherine Allégret née le 14 Avril 1946 à Neuilly sur Seine est la file du réalisateur Yves Allégret et de son épouse Simone Signoret.

Yves Allégret a donné à Simone Signoret deux rôles sublimes qui ont fait d’elle une des plus illustres actrices du cinéma français: « Dédée d’Anvers » et « Manège ». Leur parcours personnel n’ a pas manqué de piquant. Ils se sont rencontrés en 1943, Catherine est née en 1946 et ils se sont résolus à se marier en 1948. Cette étrange chronologie étant due au fait qu’Yves Allégret était toujours marié à Renée Naville lorsqu’il a rencontré Simone Signoret et que Catherine est venue au monde. Mais sa belle Simone, son égérie dont il a fait une star va tomber follement, irrésistiblement amoureuse du jeune acteur Yves Montand. Le couple se sépare, divorce. Catherine a quatre ans. Simone Signoret et Yves Montand vont se marier à Saint Paul de Vence le 22 Décembre 1951, Catherine a cinq ans.

La petite Catherine Allégret dans les bras de sa mère sous les yeux de son père

La petite Catherine Allégret dans les bras de sa mère sous les yeux de son père

Le jour du mariage, deux colombes entreront dans la salle du banquet et viendront se poser sur l’épaule de Simone qui prendra cela comme un message du ciel, une promesse de bonheur. Les photos de Simone avec ses colombes feront le tour du monde. Mais je n’ai pas vu les photos de la petite Catherine au mariage de sa maman. Y assiste-elle, je l’ignore. Si les colombes tiendront leur promesse, Catherine restera toujours un peu « en dehors de la photo ».

Simone quittera Saint Paul de Vence la première, pour aller tourner un autre chef d’œuvre « Casque d’Or ». Le couple s’achètera un appartement place Dauphine qu’ils surnommeront « La Roulotte ». On y croisera tous les intellectuels de Paris et la mère de Montand qui s’installe à demeure. Yves Montand et Simone Signoret c’est le couple phare du cinéma français et seul le couple Michèle Morgan-Henri Vidal peut lui être comparé. Le public ne déteste pas oublier que Simone avait déjà été mariée et qu’elle avait une fille. On préférait oublier que Montand sortait du lit encore tiède d’Edith Piaf. On préférait faire comme s’ils étaient Roméo et Juliette, pourquoi pas? On était sorti de la guerre depuis à peine six ans, on comptabilisait encore les morts, les déportés, il y avait encore des procès, des ruines, des pénuries et des restrictions, on pouvait bien rêver un peu, non?

catherine allegret

Catherine vit avec ce couple emblématique et tumultueux. Elle voit peu son père Yves Allégret. Il est remarié avec l’actrice Michèle Cordoue et surtout il a été très éprouvé par la mort de son fils Gilles qui s’est tué en voiture en 1955 à l’âge de 19 ans.

Lorsque Catherine sera devenue adolescente et qu’elle rêvera au cinéma, elle fera ses débuts sous la direction d’Henri George Clouzot qui avait dirigé sa mère dans un autre chef d’œuvre  » Les Diaboliques ». La tâche est rude pour la jeune fille. Sa mère a déjà reçu l’Oscar à Hollywood, son beau-père a déjà plaqué Marilyn Monroe. Leur prestige est immense, leur empreinte est partout.

Imagine-on la place que peut bien tenir au sein de sa famille une petite fille de 14 ans, Catherine Allégret en 1960? Sa mère est à Hollywood pour y recevoir un Oscar, la récompense suprême pour un acteur de cinéma. Son beau-père y est également, il a signé un contrat pour trois films avec la Century Fox et il a commencé le tournage de « Let’s Make Love » avec Marilyn Monroe! Catherine admire de loin. Elle, elle va à l’école et ne se trouve pas jolie. Ensuite Simone quitte Hollywood mais elle ne rentre pas à la roulotte, elle part tourner en Grèce avec Anthony Quinn. Montand a une liaison avec Marilyn, Catherine est seule sa famille au loin vacille. Simone Signoret laisse le film qu’elle tournait en plan. Elle ne peut décemment pas tenir le rôle de la vieille maquerelle Bouboulina et rivaliser avec Marilyn Monroe! Est-ce vraiment le moment de sortir du placard cette adolescente en plein âge ingrat? Même si Montand considère Catherine comme sa fille, elle ne l’est pas. Simone Signoret a fait deux fausses couches depuis leur rencontre et ne pourra pas lui donner les enfants dont il rêve et qu’elle rêve de lui donner. Elle n’aura qu’une enfant, Catherine, la fille d’un autre.

Catherine ALLEGRET

Sur l’échiquier des amours et des carrières, Catherine Allégret est un pion mal placé.

Elle tourne pour Clouzot, il a dirigé sa mère, elle tourne avec Serge Reggiani, il s’est fait décapiter pour ses beaux yeux dans « Casque d’Or ». Dans ces conditions comment pourra-on empêcher la presse de dire qu’elle a des rôles grâce à Yves, grâce à Simone? Personne ne verra Catherine Allégret dans « L’Enfer ». Clouzot meurt avant la fin du tournage, le film reste inachevé. Catherine Allégret est brouillée avec la chance. Il faudra attendre « Compartiment Tueurs » de Sébastien Japrisot pour enfin pouvoir apprécier un peu Catherine Allégret à l’écran.  Même si elles n’ont pas de scène ensemble, Simone Signoret fait partie de la distribution du film. Qui osera dire que ce n’est pas grâce à la mère que la fille travaille?

Pour la découvrir au cinéma. On voudrait qu’elle soit plus belle encore que la Simone Signoret de « Casque d’Or », meilleure actrice aussi, n’est-elle pas sa fille? N’a-elle pas été élevée par deux des plus grands acteurs de leur temps? La tâche n’est pas dure, elle est impossible.

On sera conciliants avec Catherine Allégret, après tout c’est la fille de Simone, mais c’est tout.

On s’attendrira un peu à l’heure des premières amours avec Jean-Pierre Bonnefous, alors danseur étoile de l’opéra de Paris avec qui elle s’est installée à Saint Germain des Près. Ils s’aiment, se chamaillent, se séparent, se réconcilient, c’est de leur âge, c’est charmant.

Mais le cinéma reste chiche. On a l’impression que les cinéastes n’osent pas lui confier de grands rôles qui forceraient la comparaison avec sa mère. Alors on l’engage quand même. Après tout c’est Catherine Allégret. Mais si les cinéastes ont du talent comme Michel Drach ou Claude Lelouch, les rôles ne prêtent pas à conséquence. On ne confiera jamais de rôles à Catherine Allégret qui obligeront à la comparaison obligatoire avec sa mère. Catherine n’aura ni si sa Dédée ni sa Casque d’Or ni son Macadam.

En 1971 on la voit à peine dans « L’Aventure c’est l’Aventure » où elle milite pour le statut des prostituées, sa mère trouble Alain Delon soi-même dans « La Veuve Couderc.

roger hanin-catherine allégret

Le cinéma français a un rapport très étrange avec les enfants de ses très grandes stars. Alors que les distributions foisonnent de » filles et fils de ». Ils restent étrangement cantonnés à des rôle de second plan. Comme si leur nom au générique apportait du prestige mais leur présence à l’écran n’apportait rien.

Mike Marshall, fils de Michèle Morgan, Giulia Salvatori, fille d’Annie Girardot, Anthony Delon fils d’Alain Delon,, Sarah Biasini, fille de Romy Schneider, Laura Smet, fille de Nathalie Baye seront logés à la même étrange enseigne que Catherine Allégret. Même Tonie Marshall, la fille de Micheline Presle passera derrière la caméra après avoir un peu piétiné devant. Parfois certains noms se détachent ou ont plus de chance comme Chiara Mastroianni, Charlotte Gainsbourg, Arthur Jugnot ou Lou Doillon. Mais qui trouverait leurs carrières comparables à celles de leurs parents?

Catherine se mariera avec le comédien Jean-Pierre Castaldi qui lui aussi peine un peu à trouver sa place dans le cinéma. Le couple aura un fils, Benjamin qui deviendra présentateur de télévision. Le couple divorcera, Catherine vivra ensuite avec le comédien Maurice Vaudaux, père de sa fille Clémentine.

Aujourd’hui Simone Signoret et Yves Montand ne sont plus. Catherine avait vu sa mère décliner inexorablement dans la maladie et l’alcool. Elle avait vu sans rien pouvoir y faire Casque d’Or devenir Madame Rosa. Effarée que sa mère si glorieuse et autrefois si belle ose se montrer dans un tel état, dans un tel personnage à l’écran. Ce sera un dernier triomphe, un César. Comme si il était dit que Simone Signoret serait toujours la grande, toujours celle qui aurait le dernier mot.

Simone Signoret s’éteint le 30 Septembre 1985. Yves Montand lui survivra six ans. Six ans durant lesquels il se remariera, aura enfin l’enfant dont il rêvait avant de rejoindre Simone Signoret au Père Lachaise. Montand s’éteint le 9 Novembre 1991.

Une pluie d’hommage va s’abattre sur l’homme à un point tel que Marlène Dietrich va s’en offusquer depuis sa retraite de l’avenue Montaigne: « Mais qu’a donc fait ce Montand pour la France? »

Et puis il y aura le bal des vautours comme pour chaque nouvelle dépouille intéressante. Les langues se délient, des enfants cachés surgissent. On exhume quelques ossements pour des test ADN. Catherine se tait. Elle a tourna la page, toutes les pages. Elle a pardonné certaines choses, en a oublié d’autres, elle ne veut garder que le bon souvenir d’êtres fabuleux qui auront été ses parents.

Le cinéma n’a toujours pas daigné lui donner sa grande chance, son rôle éclatant. Elle vieillit et la ressemblance physique avec sa mère commence à se dessiner un peu plus encore. Elle reçoit parfois des rôles plus intéressants comme celui de la grand’mère tenancière de bordel d’Edith Piaf dans « La Môme ». Des rôles ou aux réunions de castings on a dû se dire « Il aurait fallu une Signoret » ce à quoi on a répondu « Prenons sa fille! »

Heureusement, la télévision aura été plus clémente avec elle et lui aura donné à la fois plus de travail et plus de matière à défendre. C’est sur le tournage de « Navarro », la série menée par Roger Hanin qui dura de 1989 à 2007 qu’elle a rencontré son compagnon Maurice Vaudaux.

Mais il était dit que le couple Signoret Montand resterait vivant dans l’ombre de la comédienne. Son fils Benjamin écrit un livre où il dévoile les rapports très tendancieux qu’entretenait Montand avec sa belle-fille. L’auteur ne s’étant pas appesanti sur les détails pratiques, la presse fit de Catherine Allégret la  »Maîtresse de Montand » . C’était faux et obscène. Catherine Allégret devra plonger dans la tourmente médiatique, expliquer, justifier. « Cette vérité là, c’est à moi de la dire ».

Etant bien d’accord sur ca, Je me contenterai de clore cet article en souhaitant qu’enfin le cinéma donne à Catherine Allégret le rôle qu’elle mérite infiniment et qu’a nos yeux enfin elle brille de son propre éclat et non de celui de la « Fille de… »

Celine Colassin

catherine allegret

QUE VOIR?

1964: L’Enfer: Avec Romy Schneider et Dany Carrel (Inachevé)

1965: Lady L: Avec Sophia Loren, Paul Newman et David Niven

1965: Compartiment Tueurs: Avec Francis Perrin et…Simone Signoret.

1966: Carré de Dames pour un As: Avec Sylva Koscina et Roger Hanin

1968: A Tout Casser:  Avec Annabella Incontrera, Johnny Hallyday et Eddie Constantine

1969: Le Temps de Vivre: Avec Marina Vlady et Frédéric de Pasquale

1970: Le Champignon: Avec Mylène Demongeot et Alida Valli

1970: Elise ou la Vraie Vie: Avec Marie-José Nat

1971: L’Aventure c’est l’Aventure: Avec Nicole Courcel et Lino Ventura

1971: Smic, Smac,  Smoc: Avec Amidou et Charles Gérard

1971: Ca N’arrive qu’aux Autres: Avec Catherine Deneuve et Marcello Mastroianni

1972: Le Dernier Tango à Paris: Avec Maria Schneider et Marlon Brando

1972: Sex Shop: Avec Béatrice Romand, Jean-Pierre Marielle et Claude Pieplu

1972: Beau Masque: Avec Dominique Labourier et Gaby Sylvia

1973: Les Volets Clos: Avec Marie Bell et Catherine Rouvel

1973: Les Granges Brûlées: Avec Simone Signoret, Miou-Miou et Alain Delon

1974: Vincent, François, Paul et les Autres: Avec Yves Montand, Marie Dubois et Antonella Lualdi

1974: Paul and Michelle: Avec Anicée Alvina et Sean Bury

1974: Le Hasard et la Violence: Avec Katharine Ross et Yves Montand

1975: La Course à l’Echalote: Avec Jane Birkin et Pierre Richard

1976: Mord pas, On T’aime! Avec Bernard Fresson

1979: Clair de Femme: Avec Romy Schneider et Yves Montand

1981: Une Robe Noire pour un Tueur: Avec Annie Girardot et Claude Brasseur

1981: Chanel Solitaire: Avec Marie-France Pisier et Timothy Dalton

1982: Josepha: Avec Miou-Miou et Claude Brasseur

1983: Le Braconnier de Dieu: Avec Annie Cordy, Pierre Mondy et Jean Lefèvre

1989: L’Orchestre Rouge: Avec Dominique Labourier et Claude Brasseur

2004: Mariages! Avec Miou-Miou, Jean Dujardin et Lio

2007: La Môme: Avec Marion Cotillard, Jean Paul Rouve et Emmanuelle Seigner

2010: La Rafle: Avec Mélanie Laurent et Jean Reno

2010: Fatal : Avec Michael Youn

 

KATIA CHRISTINE

katia-christine

La belle Katia Christine, dite parfois Katia Christina symbolise magnifiquement le principe même de ce blog. Elle est la parfaite étoile éphémère du cinéma. Etrange destin de fille sublime soudain découverte et admirée sans conditions. L’univers du cinéma peut respirer. La star que l’on attendait est là. Nouvelle vedette, Nouvelle star, nouvelle icône, nouvel idéal de féminité et de sensualité. Beaucoup d’espoir, beaucoup de blondeur, beaucoup de minijupes…Qui se souvient aujourd’hui de vous, belle, si belle Katia Christine?

La belle enfant, c’est le cas de le dire puisqu’elle sera couronnée « plus beau nourrisson de Hollande » voit le jour en 1946 en Hollande comme on l’aura compris, sous le patronyme de Katia Christine van Kranenburg. Née dans les faubourgs d’Amsterdam, la vedette des nourrissons locaux rêve depuis cette glorieuse consécration de faire du cinéma.

Elle a vingt ans lorsqu’enfin ses rêves de gloire commencent à se concrétiser. Sachant bien évidemment qu’Amsterdam n’est pas Hollywood ni même Cinecitta, l’avisée Katia s’installe à Paris dès ses dix-huit ans sans parler le moindre mot de français. Elle partage alors son temps entre les cours du soir et les photos de mode avant de courir les castings  que l’on appelle encore « auditions ».

katia christine

Les propositions vont affluer, presque en même temps de France et d’Italie! Katia tourne quatre films en un an et s’engouffre littéralement à la télévision française! C’est un joli petit délire autour de sa gracieuse personne. Alors qu’elle tourne pour l’ORTF dans « Michel Vaillant », l’inimitable Peter Ustinov lui propose d’être la tête d’affiche de sa prochaine pièce qu’il va produire au théâtre des Ambassadeurs. Réponse de la belle Katia: « Il faut demander à monsieur Carlo Ponti qui vient de me prendre sous contrat! » Carlo Ponti! Un de plus puissants producteurs du monde et accessoirement monsieur Sophia Loren a en effet choisi Katia parmi toutes les débutantes de la planète pour en faire la superstar de demain. Un contrat qui précise en toutes lettres qu’il lui est interdit de se marier!

Sage précaution d’un autre temps puisqu’en 1967 plus personne ne songe à se marier sous peine de passer pour de vieux ringards réactionnaires férus de rites d’un autre temps! Monsieur Ponti aurait peut-être mieux fait de lui interdire de tourner « Du Mou dans la Gâchette », un des films les plus absolument ratés de toute l’histoire de l’univers! Il faut dire que la pauvre Katia avait débuté en 1964 dans « Les Gorilles » avec Darry Cowl, Michel Galabru et Francis Blanche. La vedette du film étant Patricia Viterbo. On le voit on n’est pas chez Fellini!

katia-christine

Peut-on survivre et être prise au sérieux si après avoir tourné « Du Mou dans la Gâchette » on file en Italie tourner « La più grande rapina del West » un western spaghetti de trentième zone avec un certain George Hilton dans les santiags de Clint Eastwood?

La France l’avait maintenue dans une certaine médiocrité et même si elle est à l’affiche d’un film de Gabin, non seulement elle n’a aucune scène avec lui mais il faut bien admettre que « Du Rififi à Paname » ne restera pas connu comme un must dans la carrière de l’acteur. L’Italie ne lui sera guère plus salutaire et on ne trouve guère de titres grandioses à mettre à son actif. Son manque de chance est d’autant plus flagrant que les quelques films de prestige de sa carrière en trouveront pas leur public comme l’ambitieux « The Adventurers » qui réunissait pourtant Candice Bergen et Olivia de Havilland ou « Histoires Extraordinaires » avec Brigitte Bardot et Jane Fonda.

Forte de son contrat avec Carlo Ponti, la belle Katia, plus blonde que jamais s’attaque au cinéma italien où elle trouve enfin quelques premiers rôles dès 1970. Mais hélas la décennie marque le déclin irréversible de Cinecitta. L’ère est aux comédies érotiques, à l’humour trouffion et aux films d’horreurs vite bâclés entre deux westerns sans intérêt. Katia Christine va lutter toute une décennie mais ne réussira pas à devenir une plus grande star par delà les Dolomites qu’au pied de la tour Eiffel.

katia christine

Elle tentera une ultime fois sa chance, cette fois en Amérique où elle restera cantonnée a rôle de séduisante curiosité exotique pour séries télévisées ce qui lui permet quand même de tourner dans « Chips », « K2000″ ou « L’Homme qui Tombe à Pic ». C’est en 1984, après un ultime épisode de cette série que Katia Christine choisit de se volatiliser sans que cela ne bouleverse grand monde!

Bien malin aujourd’hui qui pourra dire ce que cette si jolie blonde a bien pu devenir.

A part un joli souvenir des années mini-jupes!

Celine Colassin

katia-christine

QUE VOIR?

1964: Les Gorilles: Avec Patricia Viterbo, Darry Cowl et Francis Blanche

1964: De l’Amour: Avec Anna Karina et Elsa Martinelli

1965: La Grosse Caisse: Avec Françoise Deldick, Bourvil et Paul Meurisse

1966: Du Rififi à Paname: Avec Mireille Darc et Jean Gabin

1966: Le Saint Prend l’Affût: Avec Danièle Evenou, Jean Marais et Jean Yanne

1966: Martin Soldat: Avec Veronique Vendell et Robert Hirsch

1967: Du Mou dans la Gâchette: Avec Corinne Marchand, Bernard Blier et Jean Lefèbvre

1967: La più grande rapina del West: Avec George Hilton.

1968: Histoires Extraordinaires: Avec Brigitte Bardot et Alain Delon

1968: La Leçon Particulière: Avec Nathalie Delon, Renaud Verley et Robert Hossein

1970: Pussycat, Pussycat I Love You: Avec Joyce van Patten, Beba Loncar et John Gavin

1970: I due Maggiolini più Matti del Mondo: Avec Franco Franchi

1970: La prima Notte del Dottor Danieli, Industriale col Complesso del… Giocattolo: Avec Lando Buzzanca et Françoise Prévost

1970: Principe Coronato Cercasi per Ricca Ereditiera: Avec Renato Baldini et Ciccio Ingrassia

1970: The Adventurers: Avec Candice Bergen et Charles Aznavour

1971: La Vittima Designata: Avec Pierre Clémenti et Thomas Milian

1974: Le Amanti del Mostro: Avec Klaus Kinski

1974: Prigione di Donne: Avec Marilu Tolo et Martine Brochard

1976: 3 Way Split: Avec Robert Vaughn

1977: Treize Femmes pour Casanova: Avec Marisa Berenson, Britt Ekland et Tony Curtis

1977: La Banda del Trucido: Avec Luc Meranda

 

 

 

MARIA SCHNEIDER

maria-schneider

Si quelqu’un devait illustrer le fait que derrière le miroir aux alouettes et l’apparence d’esprit de famille que donne le cinéma existe un monde qui est loin d’être pavé d’or et semé de roses baccara longues tiges, c’est bien l’infortunée Maria Schneider. Dès que la jeune demoiselle fut suffisamment connue pour obtenir une première interview, le monde sembla se liguer contre elle. La pauvre en fut pour ses frais. Elle avait déclaré, ce qui était la stricte vérité qu’elle était la fille naturelle de l’acteur infiniment respecté et populaire qu’était encore Daniel Gélin au début des années 70. Tout le monde avait alors crié à l’imposture voire à la diffamation!

Et le premier à faire hurler les loups fut Daniel Gélin en personne qui vert de rage répondit aux journalistes qui lui parlaient de « l’affaire Maria Schneider » : »Elle commence à m’énerver cette petite peste! Je n’ai qu’une seule fille et c’est Fiona née en 1962, tout le reste n’est qu’invention de cette fille qui grâce à ses mensonges réussit à faire parler d’elle et a même obtenu des petits rôles au cinéma! » Une autre gazette titrera « La fausse fille de Daniel Gélin se déclare très fière du père qu’elle s’est attribué mais n’a pas poussé l’affront jusqu’à se faire appeler Maria Gélin! »

Maria Gélin est pourtant la fille de Daniel Gélin, née le 27 Mars 1952 de des amours illégitimes de l’acteur avec Marie-Christine Schneider très beau mannequin d’origine roumaine qui enchante alors les défilés haute couture. Daniel Gélin ne reconnaîtra jamais Maria Schneider. L’acteur est alors marié à l’actrice Danièle Delorme avec qui il forme un couple phare pour toute une génération dans le cinéma français. Les Gélin ont un fils, Xavier, né le 21 Juin 1946. Après son divorce en 1955 il aura encore deux autres enfants: Manuel et Fiona.

Daniel Gélin, grand séducteur des années 50 ne s’est pas caché de ses aventures avec Martine Carol ou Ursula Andress mais les années 70 venues, il joue maintenant les honnêtes bourgeois, à la ville comme à l’écran, cultivant ses fleurs, aimant les poètes et maniant les pinceaux. La soudaine apparition de Maria Schneider fait quand même un peu tache sur l’image d’Epinal qu’offre alors Daniel Gélin.

maria schneider

La jeune fille vit à Paris, dans la même ville que ce père célèbre qu’elle a fini par idéaliser. Lorsqu’adolescente elle entre en conflit avec sa mère elle ne cherche pas à se réfugier chez son père mais essaie de se débrouiller toute seule. Elle vit comme des milliers de jeunes filles d’alors de petits boulots. Elle a quinze ans, c’est la bohème, elle va poser pour la mode « teenager », illustrer des menus de restaurants, faire de la figuration pour le cinéma. Tout pour conserver sa liberté et ne pas rentrer chez maman. C’est que voyez-vous, la jeune Maria s’est rendue compte qu’elle préférait les demoiselles aux garçons et ça n’a pas plu.

Le destin de Maria Schneider va prendre alors une direction tout à fait inattendue et d’une manière plus inattendue encore. Sur le tournage du film « Les Femmes » de Jean Aurel où elle est figurante, la plus grande star de l’époque, Brigitte Bardot, repère cette jeune fille qui a l’air complètement perdue et déjà abîmée par la vie. Emue, touchée, Bardot réaliste très vite que cette jeune fille est en pleine dérive. Et puis elle connaît bien Daniel Gélin, il a été un de ses premiers partenaires et se vante même de « l’avoir faite débuter » ce qui a bien dû surprendre Bourvil, partenaire de Brigitte dans son premier film. Ce que raconte Maria, Brigitte le croit et ça ne l’étonne même pas. Elle fait de Maria son amie, le tournage terminé, elle la garde avec elle, la prend sous son aile, l’emmène à la Madrague où Maria a désormais sa chambre. Elle contacte son plus fidèle ami, Alain Delon et lui demande d’aider Maria à son tour. Alain Delon est alors le compagnon de Mireille Darc et celle-ci  peaufine le scénario de « Madly » qu’elle écrit pour Alain. Elle se dépêche d’y ajouter un petit quelque chose, un petit rôle pour Maria.

Brigitte Bardot est littéralement sous le charme de Maria Schneider et le couple Delon-Darc est à son tour séduit. Si Maria Schneider est en conflit avec sa mère et reniée par son père, elle s’est créé une nouvelle famille, une famille de cinéma et non des moindres ! Bardot, Darc, Delon!

maria schneider

Maria Schneider tourne « Madly » en 1970. C’est une nouvelle décennie et dans le cinéma, certains changements s’amorcent. On n’est plus à la recherche d’actrices aux physiques époustouflants qui ont fait se pâmer les générations précédentes. On cherche des physiques plus « vrais ». La voir royale s’ouvre pour des actrices comme Isabelle Huppert, Miou-Miou ou Marlène Jobert qui n’ont rien à voir, reconnaissons-le avec Gina Lollobrigida. La simplicité et la dégaine à la va comme je te pousse de Maria Schneider tombe au bon moment. Tous les espoirs lui sont permis, on oublie même cette histoire de Daniel Gélin, après tout, on s’en fout!

Il finira d’ailleurs par admettre Maria dans son cercle de famille sans jamais toutefois la reconnaître officiellement. Mais par contre, elle vivra une relation très fusionnelle avec ses demi frères et sa demi sœur Fiona.

Mais en 1972, ce que Maria croit être sa grande chance de cinéma va virer au cauchemar et être pour elle la clé des enfers. Bernardo Bertolucci se prépare à tourner à Paris « Le Dernier Tango à Paris ». Ses acteurs idéaux: Jane Fonda et Jean-Louis Trintignant. Bertolucci est alors un des cinéastes européens les plus prestigieux, on ne refuse pas un rôle dans un film de Bertolucci. Sauf Jean-Louis Trintignant! Il refuse le rôle, poliment mais fermement, argumentant qu’il n’est pas à l’aise avec la nudité. Bertolucci ignore encore que Jane Fonda à son tour va littéralement lui faire bouffer son scénario! En fait, personne ne veut faire son film! Delon décline, Belmondo lui rit au nez, Deneuve s’épouvante, Natalie Wood ne lui répond même pas!

maria schneider

C’est finalement un des producteurs qui à deux doigts d’abandonner le film songe à Marlon Brando. Pourquoi Brando? Comment? Mystère.

L’acteur mythique des années 50 est alors au fond du trou. Plus personne n’en veut à Hollywood, même pour beurrer les sandwiches. On parie sur son reste de réputation aux yeux des européens. On lui propose le rôle, il accepte. Très vite Brando débarque à Paris, les chose s’accélèrent et Bertolucci n’a toujours pas son actrice. Ce sera Maria Schneider, 19 ans, libre de suite. Elle accepte, elle est flattée. Brando-Bertolucci, je l’ai dit, ca ne se refuse pas. Mais très vite l’expérience vire au cauchemar. Le tournage échappe à tout le monde et à Bertolucci en particulier. Brando se mêle de tout, du script, de la mise en scène. Maria comme elle le dira plus tard est complètement perdue au milieu de ce qui est devenu un tumulte baroque.

Le film sort et fait un scandale colossal. On retient surtout une scène de relation sexuelle brutale et non consentie où Brando utilise une plaquette de beurre pour faciliter une petite séance de sodomie. Maria clamera toujours ne pas avoir été avertie de ce qui allait se tourner, Bertolucci finira par confirmer ses dires…40 ans plus tard. Evidemment on ne parle que du film et surtout de Maria Schneider et de son beurre . l’actrice est humiliée, mortifiée. Elle ne résiste ni au tapage ni au scandale. On lui propose une foule de rôles tous dans la même veine, elle les refuse. Jusqu’à la fin de sa vie, elle ne pourra plus s ‘asseoir dans un restaurant sans qu’un serveur rigolard vienne poser près d’elle un peu de beurre avec un regard salace et complice.

Maria Schneider

La jeune actrice fuit, elle s’exile. l’Allemagne, l’Italie, l’Amérique. partout le scandale la poursuit. Maria Schneider c’est la salope du cinéma. Brando est unanimement fêté pour le film. Son blason est redoré pour des années. Maria Schneider est pointée du doigt. A bout de nerfs et de force, l’actrice se réfugie dans l’alcool. Très vite c’est la spirale des drogues dures. Le public qui la confond définitivement avec son personnage trouve ca normal, comme une suite logique, inévitable, programmée.

Bunuel qui l’avait engagée pour « Cet obscur objet du désir » la congédie après 10 jours de tournage et s’en vante. Joseph Losey annule son option pour « Les routes du sud » et la remplace par Miou-Miou. Elle tourne, pourtant. Elle tourne malgré tout. Elle est même la partenaire de Jack Nicholson dans « Profession Reporter ».

Mais lorsque la France la retrouve dans un second rôle, une rôle de prostituée dans « La Dérobade », on est tout étonnés dans la presse de la voir en bonne santé et pour tout dire encore de ce monde. le film vaut un César à Miou-Miou, on demande à Maria si le beurre c’est vraiment efficace et si elle le préfère sans sel. L’actrice ne s’en sortira jamais. Même ceux qui n’ont pas vu le film et ils sont nombreux, connaissent très bien cette histoire de beurre!

Le temps a beau passer, Maria Schneider  a beau tourner de beaux rôles dans de bons films, rien n’y fait.

Maria Schneider

Elle est en 1981 la vedette d’un film franco-yougoslave « Sezona mira u Parizu ». Un film très engagé qui reçoit le grand prix du cinéma au festival du film de Moscou. Cerise pour le moins inattendue, Daniel Gélin prend part au film flanqué de sa vielle copine Pascale Petit. Le nom du père étant à l’affiche bien en dessus de celui de la fille. Un petit moment de satisfaction dans une vie en plein tumulte.

Même si elle réussit à vaincre ses démons, faire la paix avec sa famille et trouver un équilibre avec sa compagne dans sa vie sentimentale, elle reste l’actrice du « Dernier Tango à Paris », l’actrice à la plaquette de beurre. Le grand prix du film à Moscou, à Paris tout le monde s’en fout! Elle fuira pour le reste de sa vie les journalistes et les interviews avec obstination, puisque de toute façon on ne lui parle que d’une seule chose, d’une seule scène dans un seul film. Alors à quoi bon?

Après « Cliente » de Josiane Balasko qu’elle tourne en 2008, Maria Schneider rendra publique sa lutte contre le cancer. Les journalistes , peu impressionnés lui répondre « Oui, c’est très bien, mais alors, ce beurre? Ca vous a excitée? »

Maria Schneider s’éteint le 3 Février 2011 des suites de sa maladie. Elle avait 58 ans. Sa fin fit les gros titres « L’Actrice du Dernier Tango à Paris est morte » ou « Maria Schneider entrée dans l’histoire du cinéma avec Marlon Brando et une plaquette de beurre s’est éteinte ».

Brigitte Bardot et Alain Delon assisteront le cœur déchiré à ses obsèques ainsi que Fiona et Manuel Gélin.

Daniel Gélin s’était éteint en 2002 sans donner son nom à Maria et son fils Xavier l’avait précédé dans la mort en 1999 fauché lui aussi par le cancer à 53 ans.

Celine Colassin

schneider maria

 

QUE VOIR?

1969: L’Arbre de Noël: Avec Virna Lisi, William Holden et Bourvil

1969: Les Femmes: Avec Brigitte Bardot et Maurice Ronet

1970: Madly: Avec Mireille Darc et Alain Delon

1971: Les Jambes en l’Air: Avec Sylva Koscina et Georges Gérert

1972: La Vieille Fille: Avec Annie Girardot et Philippe Noiret

1972: Hellé: Avec Maria Mauban,  Didier Haudepin, Bruno Pradal et Robert Hossein.

1972: What a Flash! Avec Kavi Alexander

1972: Le Dernier Tango à Paris: Avec Marlon Brando

1973: Reigen: Avec Sydne Rome, Helmut Berger et Senta Berger

1975: Profession Reporter: Avec Jack Nicholson

1975: La Baby Sitter: Avec Vic Morrow, Sydne Rome et Nadja Tiller

1977: Violanta: Avec Lucia Bosé

1978: Io Sona Mia: Avec Stefania Sandrelli

1979: La Dérobade: Avec Miou-Miou

1979: Merry Go Round: Avec Joe Dallesandro

1979: Une fille comme Eve: Avec Monique van de Ven

1980: Haine: Avec Klaus Kinski

1980: Mama Dracula: Avec Louise Fletcher

1981: Sezona mira u Parizu: Avec Alain Noury, Alida Valli, Daniel Gélin et Pascale Petit

1987: Résidence Surveillée: Avec Jacques Bonnaffé

1992: Au Pays des Juliets: Avec Laure Duthilleul et Claire Nebout

1992: Les Nuits Fauves: Avec Romane Bohringer et Cyril Collard

1996: Jane Eyre: Avec Charlotte Gainsbourg et William Hurt

2002: La Repentie: Avec Isabelle Adjani et Sami Frey

2006: Quale Amore: Avec Vanessa Incontrada

2007: La Clef: Avec Vanessa Paradis, Marie Gillain et Guillaume Canet

2007: La Vie d’Artiste: Avec Sandrine Kimberlain et Emile Dequenne

2008: Cliente: Avec Nathalie Baye et Josiane Balasko

 

GENEVIEVE FONTANEL

 

Genevieve-Fontanel

Ah! Geneviève Fontanel! Une actrice que j’adore et qui fait partie de cette catégorie d’actrices au talent évident et à la popularité certaine mais qui ne trouvèrent jamais au cinéma d’aussi prestigieuses occasions de nous émerveiller comme elles le faisaient au théâtre et à la télévision. D’autres actrices et non des moindres partagent cet étrange statut français dont Monique Mélinand, Sylvia Monfort, Suzanne Flon, Ludmilla Michaël, Martine Sarcey, Nicole Courcel, Claire Maurier ou Pascale Roberts. Heureusement,  François Truffaut lui offrit le rôle qui la rendit immortelle aux yeux des cinéphiles. Celui de la marchande de frivolités, un rien « cougar » trouvant Charles Denner trop vieux pour elle dans le magnifique « L’Homme qui aimait les Femmes ». Mais heureusement encore, il n’y a pas eu que ca.

Geneviève Fontanel naît à Bordeaux, le 27 Juin 1936 mais n’en est pas bordelaise pour autant! Ses parents sont alors en partance pour le Maroc où ils comptent s’installer. Geneviève n’a que quatre mois lorsque la famille quitte la France pour la grande aventure Nord Africaine. C’est là qu’elle grandira avec le bassin méditerranéen comme berceau et le soleil comme compagnon de jeux. Elle a également une terrible passion chevillée au corps et au coeur: le théâtre. Le théâtre et encore le théâtre! D’autres petites françaises grandies comme elle sous le soleil de l’exil grandiront en ne pensant qu’à ça. Elles ont pour nom Françoise Arnoul, Françoise Fabian ou Pascale Audret.

Les parents de Geneviève prendront la décision la plus difficile de leur vie: Laisser leur fille regagner la France à dix-huit ans pour s’inscrire aux cours de la rue Blanche. C’est là qu’elle va rencontrer le premier amour qui sera l’homme de sa vie, un jeune étudiant de sa promotion: Jacques Destoop. Ils jouaient « Electre » de Giraudoux lorsqu’ils s’embrassèrent pour la première fois et le trou de mémoire qui s’en suivit les faisait encore rire 60 ans plus tard!

genevieve fontanel

Tous les deux remportent les premiers prix de comédie moderne et classique et entrent ensemble, le 3 Juillet 1958 à la comédie française qui comme on le sait ouvre ses portes aux premiers prix. La maison de Molière a déjà accueilli Jeanne Moreau, Suzanne Flon et Annie Girardot pour les mêmes nobles et prestigieuses raisons. Mais ces dames ne sont pas restées, se sentant gênées aux entournures par le « carcan » de la vénérable  maison, Geneviève fera pareil. Après quatre ans de bons et loyaux services, elle quitte la comédie française et prend son envol de « vedette ». Durant ces quatre années au français, Jacques et Geneviève se sont mariés en 1960 et leur petite Isabelle est venue couronner cette bienheureuse union en 1961.

Mais en cette année 1960, « madame Geneviève Fontanel de la comédie française » n’a pas fait que se marier. Elle est apparue pour la première fois à la télévision dans ce que l’on appelait alors une « dramatique »: « La Méprise » d’après Marivaux, ce qui doit avoir incité Geneviève Fontanel à tenter l’aventure! Elle partage le générique avec Jacques Toja qu’elle retrouvera plus tard sur le plateau de « Angélique Marquise est Anges » puisqu’il y jouait Louis XIV.

genevieve fontanel

Les débuts au cinéma, c’est pour l’année suivante. Elle est dans « Quai Notre Dame » avec Anouk Aimée et Jacque Dacqmine. L’année suivante encore, elle entre définitivement dans la cour des grands puisque Verneuil la choisit pour être la boniche du couple Jean Gabin-Suzanne Flon dans « Un Singe en Hiver ». On pourrait alors espérer à juste titre que le cinéma français ait recruté un de ces nouveaux noms qui fait que sa qualité perdure mais hélas, il faudra encore dix ans à Geneviève Fontanel pour trouver des rôles dignes de son grand talent au cinéma.

Après avoir retrouvé Gabin dont elle est la belle-fille dans « L’Affaire Dominici », ce sera « La Rivale », « Cours Après-moi que je t’attrappe » et quelques joyeuses comédies un rien franchouillardes comme « La Zizanie » où elle joue face à Louis de Funès et Annie Girardot. Nonobstant le fait que l’une chante et l’autre pas, Geneviève Fontanel a, au cinéma, une carrière qui évoque furieusement celle de Suzy Delair! Elle ne fait partie d’aucune chapelle, elle ne sera pas de la bande à Gabin, de la bande à Blier, d’Audiard ou de la bande à Lautner. Plus tard elle ne sera pas du groupuscule « nouvelle vague ». Et toutes les deux, Suzy et Geneviève clameront la même chose à quelques années d’intervalle : »Le cinéma ne m’emploie pas! Qu’est-ce que j’y peut? » Geneviève Fontanel à d’autres choses bien plus intéressantes à faire que de deviser sur les derniers articles des « Cahiers du Cinéma ». Elle a son couple, sa fille, sa famille au Maroc, la télévision qui l’accapare et bien sûr son cher théâtre où elle a la chance de souvent donner la réplique à « son homme »!

genevieve fontanel

Mais dans le cinéma français, sans « clan » et sans « étiquette », les choses ne sont pas simples. D’autant que la grande prêtresse des classiques du répertoire n’aime rien tant à l’écran que la joyeuse comédie sans prétention destinée à amuser le public sans lui plomber son dimanche soir avec des non-questions existentielles à la Jean-Luc Godard qui n’intéressent que celui qui se les pose et ne valent pas le prix d’un billet de cinéma.

Résultat des courses, on ne l’appelle pas, ou peu. Ajoutant à celà le fait qu’elle ne vit jamais le moindre intérêt à se déverser en confidences ou en photos légères pour la presse people, Geneviève Fontanel finit par échapper un peu à tout le monde, sauf à elle-même et à sa famille! Tout ceci ne l’empêcha pas de mener à la télévision une des carrières les plus prestigieuses d’entre toutes! Dès 1964 elle entre dans le mythique « La Caméra explore le Temps », elle poursuit entre de très nombreux autres avec « Vidocq », « Les Evasions Célèbres », « Les Cinq Dernières Minutes », « Au Théâtre ce Soir », « L’Heure Simenon », « Le Vent des Moissons », « Maigret », « Marie Pervenche » et même « Maguy » où elle joue Christine Babar; « Docteur Sylvestre », « Navarro » « Central Nuit », « Faites comme chez Vous » et en 2011 elle était encore la mère de Clémentine Célarié dans « J’ai Peur d’oublier »

Geneviève Fontanel a aligné plus de cent tournages pour la télévision , elle n’a tourné qu’une trentaine de films en plus de cinquante ans de carrière pour le cinéma.

Le couple Destoop vécut toujours parfaitement heureux entre théâtre et télévision, entre leur appartement du parc Montsouris et leur maison dans l’Oise. Jacques Destoop avait lui aussi fini par quitter la comédie française, mais il y sera resté vingt six ans!

La famille de Geneviève est restée au Maroc et l’heureux couple devint un heureux couple de grands parents!

La mort a emporté Geneviève Fontanel le 18 mars 2018. une journée froide et triste sur laquelle tombait une neige tardive et glaciale.

Celine Colassin

genevieve fontanel

QUE VOIR?

1961: Quai Notre Dame: Avec Anouk Aimée et Jacques Dacquemine

1962: Un Singe en Hiver: Avec Jean Gabin et Jean-Paul Belmondo

1964: Angélique Marquise des Anges: Avec Michèle Mercier , Robert Hossein et Jean Rochefort

1964: Un Monsieur de Compagnie: Avec Catherine Deneuve, Annie Girardot et Jean-Pierre Cassel

1969: Trois Hommes sur un Cheval: Avec Colette Brosset, Robert Hery et Jean Poiret

1973: La Femme en Bleu: Avec Léa Massari, Michel Piccoli, Simone Simon et Michel Aumont

1973: L’Affaire Dominici: Avec Jean Gabin et Gérard Depardieu

1974: Femmes au Soleil: Avec Juliette Mayniel et Nathalie Chantrel

1974: La Rivale: Avec Jean Piat et Bibi Anderson

1974: Dis-Moi que tu m’aimes: Avec Mireille Darc et Marie José Nat

1976: Cours Après moi que Je t’attrappe: Avec Annie Girardot et Jean-Pierre Marielle

1977: L’Homme qui Aimait les Femmes: Avec Charles Denner

1977: La Vie Devant Soi: Avec Simone Signoret

1978: La Zizanie: Avec Annie Girardot et Louis de Funès

1978: les Ringards: Avec Mireille Darc et Aldo Maccione

1980: Cocktail Molotov: Avec François Cluzet, Elise Caron et Henri Garcin

1980: Chère Inconnue: Avec Simone Signoret, Jean Rochefort , Delphine Seyrig et Madeleine Ozeray

1980: Rodriguez au Pays des Merguez: Avec Philippe Clair et Evelyne Séléna

1982: Transit: Avec Richard Bohringer

1982: Tête à Claques: Avec Fanny Cottençon et Francis Perrin

1984: Notre Histoire: Avec Nathalie Baye et Alain Delon

1990: Un Jeu d’enfant: Avec Dominique Lavanant, Laura Morante et Jean Carmet.

1991: La Reine Blanche: Avec Catherine Deneuve et Bernard Giraudeau

1994: Montparnasse-Pondichéry: Avec Miou-Miou, Yves Robert et André Dussolier

1999: Une pour Toutes: Avec Anne Parillaud et Jean-Pierre Marielle

 

NATHALIE DELON

nathalie delon

Il y a longtemps que je voulais « croquer » Nathalie Delon dans ces pages, mais les informations sur elle étant aussi contradictoires qu’elle n’est discrète, j’ai dû attendre de pouvoir recouper plusieurs interviews sérieuses et divers articles rédigés à la première personne avant de me lancer sur les traces de l’éclectique Nathalie… Voilà qui est fait.

Francine Canovas, la future Nathalie Delon naît au Maroc, à Oujda, d’une maman française et d’un papa « pied noir » le 1 août 1941. Les parents de la petite Francine sont très jeunes et la petite fille n’a encore que huit mois lorsque sa maman regagne la France. Seule.

Francine Canovas mettra d’ailleurs beaucoup de soins dans ce qui s’appelle en langage psychanalytique  »une reproduction de schéma parental ». Encore adolescente, au cours d’un voyage au Maroc elle tombe follement amoureuse d’un jeune garçon. Il a dix-sept ans, elle en a seize, il ambitionne une carrière dans les assurances comme son père. Ils se marient et Nathalie met au monde une petite…Nathalie.  Nathalie mère qualifie elle-même ce mariage d’erreur de jeunesse dont elle n’a plus rien à dire ni penser et comme sa mère dix-huit ans plus tôt, elle reprend le bateau vers la France. Seule. Seule sans sa petite fille car la famille paternelle a consenti au divorce à condition que l’enfant reste chez eux à la garde de son père.

nathalie-delon

Nathalie accepte cette proposition que ses futurs détracteurs qualifieront d’égoïste. Elle l’accepte pour le bien de sa petite fille. Elle préfère la savoir au coeur d’une famille aimante soudée et protectrice sous le beau soleil nord africain plutôt que trimballée dans Paris  dans les bras d’une « fille mère ». Une « fille-mère » sans moyens, sans grand avenir ni même ambition. Nathalie veut être photographe, mais c’est un choix presque arbitraire, comme elle aurait choisi d’être scaphandrier. Pourquoi photographe? Parce que pourquoi pas! Telle pourrait être la devise de son ambition.

En attendant Nathalie a eu vingt ans, les années 60 sont là, un vent de liberté souffle sur le monde et sur Paris en particulier. Marilyn Monroe n’est plus et Johnny épouse Sylvie Vartan. L’époque est charnière et depuis la libération, la jeunesse parisienne vit la nuit entre les cabarets de la rive gauche et les boîtes à la mode. On twiste, on saint Tropeze l’été, on est yéyé.

nathalie delon

Un soir, Nathalie croise un jeune homme très beau dans une boîte de nuit, il est entouré d’une véritable petite cour et Nathalie est probablement la seule jeune fille de l’établissement à ne pas reconnaître Alain Delon au premier coup d’oeil. Elle, la seule chose qu’elle voit c’est qu’il est assis sur son sac à main. Elle veut récupérer son bien, l’acteur, ivre toise cette jeune fille en jupe écossaise et l’envoie balader vertement. Plus tard il vomira sur sa jupe écossaise et ce sera le début d’une grande histoire d’amour.

alain et nathalie delon

Dans le coeur du public, le jeune loup du cinéma français est l’éternel fiancé de Romy Schneider, alors ex Sissi en perte de popularité dont le cinéma français ne sait que faire. Alors elle fait une apparition dans « Plein Soleil » dans l’ombre d’Alain et s’habille chez Chanel pour tromper l’ennui. Romy sera aussi stupéfiée que le reste du monde lorsqu’elle apprendra le mariage ultra rapide d’Alain avec une parfaite inconnue, Nathalie Barthélémy. Barthélémy étant le patronyme du premier mari de Nathalie et non, comme on le claironne à tort son nom de jeune fille. Alain avait eu la délicatesse de prévenir Romy de leur rupture avec des roses et une lettre. Mais que cette Nathalie épouse Alain et très vite annonce sa prochaine maternité, c’est tout ce dont rêvait Romy depuis plusieurs années, cinq ans. C’est comme si toute sa vie et tous ses rêves lui étaient arrachés au profit d’une autre.

alain-delon-nathalie-delon

Toutes leurs relations, tous leurs amis connaissaient l’infidélité quasi chronique d’Alain Delon et les scènes épiques qui s’en suivaient. Mais qu’il épouse une autre jeune femme que Romy et qu’il décide de fonder une famille avec elle surprit quand même les plus blasés d’entre eux. Nathalie questionnée sur  « Le chagrin qu’elle avait causé à Romy Schneider » aura cette réponse: « Que voulez-vous que je vous dise? Je ne connais pas Romy Schneider! » Elle va porter durant des années le « poids » supposé d’avoir été celle qui a brisé la belle histoire d’amour des « éternels fiancés du cinéma français ». Il semble que la vérité ait été bien plus prosaïque et que Nathalie n’ait rien eu à y voir.

nathalie et alain delon

Romy Schneider détestait les chiens d’Alain Delon. Si ce n’est pas ce qui a causé la rupture, c’est ce qui a causé la remise en question. Alain Delon est un homme qui a toujours fait passer ses chiens avant lui-même. Or, quand Romy est là, les chiens doivent être attachés, voire encagés. Pour Delon c’est un supplice intolérable. Il semble que pour Alain Delon les choses étaient déjà claires depuis un bon moment. Alors qu’il assiste au festival de Cannes avec Romy Schneider, il demande l’actrice brésilienne Norma Bengell en mariage alors même que Romy focalise sa jalousie sur Sophia Loren!

ALAIN DELON AVEC NATHALIE ET ANTHONY

L’opinion publique ne fut guère aimable avec la « briseuse de cœurs » mais bientôt on se désintéressa de Nathalie. On se passionna pour les prochaines conquêtes d’Alain qui ne manqueraient pas de rendre à cette Nathalie la monnaie de sa pièce espérait-on en secret. Ensuite on attendit la naissance de leur enfant comme si c’était le divin messie.

Alain voulait Hollywood, il était le nouveau dieu du cinéma, Nathalie vivait dans son ombre et pouponnait leur fils Anthony né à Los Angeles le 30 Septembre 1964. Mais bientôt Nathalie s’ennuie et c’est Alain Delon qui lui propose de débuter à ses côtés dans son prochain film « Le Samouraï » de Jean-Pierre Melville en 1967.

alain et nathalie delon

Nathalie accepte, choisit de s’appeler Nathalie Sand par affection pour George Sand puis renonce à employer un pseudonyme, elle est déjà bien trop célèbre en tant que Nathalie Delon.

Etrangement, alors que c’est lui qui a proposé le rôle à son épouse, Alain Delon change complètement d’attitude envers Nathalie au cours du tournage comme si finalement, le fait d’avoir sa femme dans son film ne lui convenait plus du tout. Il devient littéralement odieux avec elle. Un jour c’en est trop elle gifle le numero un du cinéma français à toute volée devant tout le monde et part.

Le film de Melville sera un énorme succès et Nathalie une jolie surprise. Elle est magnifiquement belle, se débrouille pas mal et puis surtout, la presse parle tellement d’elle sans arrêt depuis plusieurs années qu’elle est déjà une star sans jamais avoir rien tourné!  Pour les producteurs, que Nathalie Delon fasse du cinéma est une véritable aubaine! Très vite les propositions vont affluer et Nathalie va devenir une actrice aussi sollicitée que Catherine Deneuve, Mireille Darc ou Jane Birkin.

nathalie-delon

La vie avec Alain a repris, un peu fantasque un peu bohème, bientôt le scandale va frapper.

Le 1 Octobre 1968, un corps en décomposition est retrouvé dans une décharge publique des Yvelines; C’est celui de Stephan Markovic, garde du corps et ami proche du couple Delon depuis trois ans. Très vite une lettre circule, une lettre signée Markovic qui se termine par ces mots « Si je suis assassiné ce sera par la faute d’Alain Delon et de lui seul, à 100% » .

Alain Delon et Nathalie seront interrogés séparément et durant quatorze longues heures. La presse apprend alors incrédule que Stephan Markovic est l’amant de Nathalie Delon. La vie débridée du couple qui vit sans conventions ni tabous dans une maison au va et vient incessant s’étale à la une des journaux. Bientôt on parle de photos accablantes, des photos de soirées échangistes où l’on reconnaîtrait entre autre madame Claude Pompidou, future première dame de France.  Même Coluche sera inquiété.

nathalie delon

Et on est alors sûrs d’une chose, une seule mais de taille, c’en est fini de la carrière d’Alain Delon. « Delon aux Assises » peut-on lire en première page « Delon-Markovic la sale affaire » et j’en passe. un film sera directement inspiré de l’affaire Markovic: « Il n’y a pas de fumée sans feu »  avec Annie Girardot. On ne se souvient plus aujourd’hui du tollé de cette affaire. Mais à l’époque le pouvoir en été si ébranlé que lorsque Cayatte mit son film en chantier, du jour au lendemain les banques lui retirèrent leur appui financier et il n’obtint aucune autorisation de tournage d’aucune région française pour ses extérieurs. Il faudra le pouvoir populaire de Mireille Darc et Annie Girardot pour venir à bout de cette censure.

Nathalie, Alain et les autres seront finalement disculpés et l’affaire Markovic ne sera jamais élucidée.

Bientôt Alain Delon dont le prestige ne fut pas éclaboussé aux yeux du public va rencontrer Mireille Darc sur le tournage de « Jeff » alors qu’il vit depuis longtemps une nouvelle histoire avec la jolie métisse Madly que l’on peut déjà voir dans ses bras dans la séquence de fête de « La Piscine » de Jacques Deray. Nathalie va jeter son dévolu sur un autre acteur , le jeune et très beau Marc Porel de huit ans son cadet et qu’Alain Delon considère comme son fils spirituel et son futur digne successeur dans le rôle de jeune premier numero un du cinéma français.

 nathalie delon

Hélas on le sait, Marc Porel va plonger dans l’enfer de la drogue, Nathalie va plonger avec lui. Accro à l’héroïne elle réussira à se sauver de la spirale infernale. Et faire un petit tour dans la vie de Jacques Dutronc au grand dam de Françoise Hardy. Nathalie Delon va choisir l’exil et gagne les Etats-Unis où elle vivra vingt ans loin du tumulte médiatique français très « rock ans roll » qui l’entoure. Elle devient la compagne du producteur de Bob Marley. Marc Porel aura moins de chance. Marié en 1977 avec Barbara Magnolfi et papa de deux filles, il meurt à Casablanca au Maroc le 15 Août 1983 à seulement 34 ans. Sa fille Bérangère décèdera en 1991 à l’âge de 23 ans.

Son arrivée américaine avait été précédée d’un scandale assez croquignolet . En 1974 elle est une des huit femmes de Barbe Bleue qu’incarne Richard Burton. Le tournage se déroule à Budapest et Nathalie partage l’affiche avec Raquel Welche, Marilu Tolo, Virna Lisi et Joey Heatherton. Liz n’accompagne pas son Richard, elle-même débute le tournage de « Night Watch ». La presse a déjà fait grand cas de Burton au milieu de ce cheptel d’actrices affolantes et sans la surveillance de Liz. Mais la star aux yeux violets déclare , un peu vite qu’elle a tout confiance en son Richard. En réalité sa confiance se place surtout dans l’alcoolisme de l’acteur. Lorsqu’il arrive sur le tournage, il a déjà ingurgité un demi litre de Vodka et il faut deux assistants pour le sortir de sa Rolls. Pourtant, un soir, alors qu’il tourne une scène raccord avec Nathalie, une scène sans intérêt où le couple marche dans une rue et disparaît en tournant le coin, ils disparaissent pour de bon. La Rolls de Richard attendait derrière le coin en question et les deux tourtereaux se sont volatilisés en costume d’époque!

Evidemment, Liz fut immédiatement informée par de « bonnes copines » et elle fit un scandale qui ébranla tous les murs de Budapest. Richard plaida ses dépendances et lui offrit un énorme saphir pour la calmer un peu. Des mois durant elle fera admirer sa bague en disant « vous avez vu? C’est ma bague Nathalie ». Mais le plus drôle étant, si je peux dire, que Liz Taylor pour ne pas faire de publicité à sa rivale prit garde de ne pas mentionner son nom à la presse. On savait seulement que c’était « une blondasse » Et tout le monde en déduisit qu’il s’agissait de la pauvre Joey Heatherton.

Après le tournage du film « Le temps des vacances » où elle tient un role de mère d’adolescente qu’elle décide de s’éloigner. J’ai 35 ans, il était temps que l’on me propose des rôles de mères, c’est ce que je suis dans la vie et non pas une de ces femmes fatales et sophistiquées qu’on me fait jouer sans arrêt. Il faut tourner les pages de sa vie comme de sa carrière. Là je vais quitter la France pour les USA. On me propose une série TV mais ce n’est pas pour ça que je pars, d’ailleurs je ne sais pas si je ferai cette série. Je pars à l’aventure, je vais pousser de nouvelles portes, voir les têtes qui sont derrière!

Avec le temps et l’exil, l’oubli ne se fit pas sur le nom de Nathalie Delon mais sur le tumulte de sa vie.

nathalie delon

Elle avait fait ses preuves de comédienne, elle fit ses preuves de metteur en scène,. Elle resta proche d’Alain et bientôt c’est leur fils Anthony qui en digne héritier allait défrayer la chronique plus qu’à son tour.

Nathalie avait eu la surprise de voir surgir son père dans sa vie à la fin des années 60, ils ne trouvèrent rien à se dire et il s’en alla comme il était venu. Elle ne réussit jamais à tisser de véritables liens avec sa fille Nathalie qui avait grandi loin d’elle. Ses traits on vieilli, bien sûr, ils se sont un peu durcis mais elle est restée si belle, elle est reste Nathalie Delon. Une Nathalie Delon apaisée loin de tout, loin du tumulte, proche d’Alain. Le 21 janvier 2021, c’est son fils Anthony qui annonce la nouvelle de son décès. Nathalie Delon s’est éteinte à 76 ans, emportée par un cancer foudroyant. Elle complète une série noire qui a emporté en quelques semaines Jean-Pierre Marielle, Guy Bedos, Robert Hossein, Caroline Cellier, Claude Brasseur et Jean-Pierre Bacri. Sombre casting.

Celine Colassin

nathalie delon

QUE VOIR?

1967: Le Samouraï: Avec Alain Delon, François Périer et Cathy Rozier

1968: La Leçon Particulière: Avec Renaud Verley et Robert Hossein

1969: L’Armée des Ombres: Avec Simone Signoret, Lino Ventura, Jean-Pierre Cassel et Paul Meurisse.

1969: Les deux soeurs: Avec Susan Strasberg, Bruce Dern et Massimo Girotti

1971: Doucement les Basses: Avec Alain Delon et Paul Meurisse

1972: Bluebeard’s: Avec Richard Burton

1972: Sex Shop: Avec Juliet Berto et Jean-Pierre Marielle

1972: Absences Répétées: Avec Danièle Delorme et Patrick Penn

1972: Le Moine: Avec Franco Nero

1973: Profession Aventuriers: Avec Curd Jurgens, André Pousse et Charles Southwood

1973: L’Histoire très Bonne et très Joyeuse de Colinot Trousse Chemise: Avec Francis Huster

1974: Vous Intéressez-vous à la Chose?: Avec Muriel Catala et Didier Haudepin

1975: Docteur Justice: Avec John Philip Law

1975: The Romantic English Women: Avec Glenda Jackson, Helmut Berger et Michael Caine

1976: Une Femme Fidèle: Avec Sylvia Kristel et Jon Finch

1978: Der Mann im Schilf: Avec Jean Sorel

1979: Gli ultimi angeli: Avec Philippe Leroy

1979: Le Temps des Vacances: Avec François Eric Gendron, Eléonore Klarwein et Daniel Ceccaldi

1980: La Bande du Rex: Avec Charlotte Kid

1982: Ils Appellent ça un Accident: Avec Gilles Segal et Patrick Norbert

1983: Pair-Impair (court métrage) Avec Jean-Pierre Leclerc

2008: Nuit de Chien: Avec Amira Casar, Bulle Ogier et Pascal Greggory

 

JOEY HEATHERTON

joey-heatherton-2a2-4972-b6d6-64f75176995-resize-750

En 1973, même si c’est le nom de Raquel Welch qui brille en haut de l’affiche de « Barbe Bleue » au côté de Richard Burton, c’est pourtant bel et bien la charmante Joey Heatherton qui a le premier rôle féminin du film devant dame Raquel, Virna Lisi, Marilu Tolo, Karin Schubert , Agostina Belli et Sybil Danning.

Davenie Johanna Heatherton naît à New-York le 14 Septembre 1944. Elle est la précieuse fille d’Heatherton Ray qui connaît la gloire à Broadway en qualité d’acteur, chanteur et danseur. Sa réputation fort flatteuse aurait pu s’étendre au cinéma si Hollywood ne lui avait pas préféré le plus rentable Mickey Rooney pour tenir à l’écran le rôle qu’Heatherton avait porté au triomphe sur les planches dans « Babe in Arms ».

Joey_Heatherton

Malgré de sévères études dans de très catholiques collèges, la petite Davenie, surnommée Joey depuis toujours, ne pouvait pas échapper éternellement aux feux de la rampe, à quinze ans elle est une habituée des plateaux où son statut est un peu particulier et plutôt privilégié. Si on devait jouer au jeu des comparaisons, on pourrait dire alors qu’elle est une Lolita à mi chemin entre Liza Minnelli et Goldie Hawn

joey heatherton

Les stars de Broadway sont en cette fin des années 50 très présentes à la télévision, Joey y a fait son entrée dans le sillage de son illustre père. Ravissante, chantant juste et bien, elle est régulièrement invitée dans les « shows » des plus prestigieux crooneurs américains, histoire d’interpeller un public de teenagers, les plus grands consommateurs de disques du marché américain. C’est ainsi que Joey grandit en chantant avec Perry Como et s’épanouit avec Dean Martin et Frank Sinatra, sa présence sur le petit écran sera régulière jusqu’au milieu des années 70, soit une solide quinzaine d’années.

Joey Heatherton

Elle est aussi un des fers de lance des tournées USO avec Bob Hope. Ce sont des spectacles proposés aux troupes américaines en mission. De Marlène Dietrich à Marilyn Monroe, de Marilyn à Jayne Mansfield et de Jayne Mansfield à Raquel Welch, les tournées USO sont un must dans la carrière d’un sex symbol hollywoodien. Mais Joey Heatherton s’y collera toute une décennie car plus, bien plus qu’un sex symbol, elle est une bête de scène de première force.

joey heatherton

Bien sûr elle apparaît dans une multitude des séries, et inévitablement le cinéma allait se pencher sur son cas. Elle sera particulièrement remarquée en 1964, jouant la fille meurtrière de Susan Hayward alors que l’on sait parfaitement que « Where Love Has Gone? » retrace « l’affaire Cheryl Crane », la fille meurtrière de Lana Turner. Joey est Cheryl, Susan Hayward est Lana.

joey heatherton

En 1969; Joey est devenue pour l’état civil madame Lance Rentzel, joueur de football américain aussi célèbre que ne le fut Joe Di Maggio au base ball ou…Eddy Merckx au cyclisme! Le joli mariage tournera court lorsque l’heureux mari footballeur sera arrêté pour exhibitionnisme face à des petites filles! Joey apprendra que son cher mari est un ardent récidiviste et encourt maintenant une peine de dix ans de prison ferme. Il y échappera contre la promesse de suivre un traitement psychiatrique mais entretemps Joey aura pris la fuite et demandé le divorce. C’est au cours de cette période troublée que Joey accepte « Barbe Bleue », essentiellement parce que le film se tourne en Europe, à Budapest, et l’éloigne de la bouillie médiatisée qu’est devenue sa vie.

joey heatherton

Joey est tout simplement excellente dans le film mais dieu sait pourquoi les propositions qu’elle était en droit d’attendre ne suivront pas.

Un petit scandale ayant émaillé le tournage, la presse se régala et curieusement, Joey qui n’y était strictement pour rien. A l’heure dudit tournage, Monsieur Barbe-bleue Burton est l’époux très aviné de la très enrobée Liz Taylor. Alors évidemment, la presse se régale d’avance à l’idée du monsieur lâché au beau milieu de ses huit femmes de cinéma toutes plus séduisantes, plus jeunes et plus minces que Liz. Celle-ci lève à peine un faux-cil d’un air dédaigneux pour affirmer qu’elle ne craint personne. Son Richard elle l’a bien en mains. A peine quelques jours plus tard, on apprenait que sous son aspect matrimonialement débonnaire, la tigresse Liz était toujours bien là. Et qu’à ce titre, elle avait fracassé une chaise sur la tête d’une de ces dames! Liz éructait à propos de « cette petite blondasse de starlette minable! Pour qui se prenait-elle? Richard était à elle, il était son bien, sa chose et gare à qui y touche. Liz, pour ne pas faire de publicité à sa rivale du jour, se garda bien de mentionner son nom. Et aucune fracture du crâne n’ayant été mentionnée dans les hôpitaux environnants, on en déduisit que, Raquel Welch étant brune, c’était donc Joey Heatherton, cette blonde allumeuse à cervelle de moineau.

joey heatherton

En réalité, Liz n’était pas dans les environs. Elle commençait ailleurs le tournage de « Night Watch ». Et bien qu’à l’époque elle boive autant que Burton, elle est bien plus résistante. On n’a jamais vu Liz Taylor tituber. Au comble de la soulographie, elle rit pour un rien, bredouille un peu et s’exprime avec une vois haut perchée qui la fait rire elle-même. A Budapest, Burton est tellement imbibé d’alcool qui n’est plus jamais à jeun. Lorsqu’il arrive sur le tournage il a déjà avalé un demi litre de vodka et il faut deux assistants pour l’extirper de sa Rolls. Il ne peut tourner qu’une heure ou deux par jour. Liz le sait et c’est pour ça qu’elle n’est pas inquiète outre mesure. Son Richard n’est pas en état de satisfaire à la bagatelle. Un soir où il tourne une simple scène de raccord avec une de ses blondes partenaires, une scène où ils marchent dans une rue et disparaissent en tournant le coin, ils ne réapparaissent pas. La Rolls de Richard attendait derrière le coin en question et le duo s’engouffra dedans en costume d’époque.

Mais la blonde n’était pas Joey Heatherton. C’était…Nathalie Delon.

Richard offrira un énorme saphir à Liz pour se faire pardonner et elle le montrera à tout le monde en disant « Regardez, c’est ma bague Nathalie! »

joey heatherton

Or, ce n’était pas Joey.

Ce scandale aujourd’hui bien oublié a t’il à l’époque à ce point entaché l’image de la belle Joey? Je l’ignore. Si c’est le cas c’est un comble puisqu’elle n’y était pour rien.

On la croisera encore à la télévision et même dans Play-Boy mais peu à peu l’étoile de Joey Heatherton faiblit avant de s’effacer complètement.

joey-heatherton

C’est très dommage, Joey Heatherton était vraiment sensationnelle.

Je pourrais m’étendre sur les démêlées judiciaires qui ont entaché sa jeune retraite, mais elle n’a jamais été condamnée et les charges ont toujours été levées ou abandonnées, alors à quoi bon? Est-ce vraiment important de savoir si elle avait vraiment séjourné dans cet hôtel qui lui envoyait une facture alors qu’elle était certaine de n’y avoir jamais mis les pieds? Oui elle avait mis des claques à un employé de bureau mais qui n’en a jamais eu envie? Les seuls faits avérés sont une dispute qu’elle avait eue avec son compagnon de vie. la chose ayant éclaté dans la cuisine, excédée, Joey lui avait fichu un coup de couteau à steak. Puis effarée de voir à quel point le couteau à steak était une arme efficace elle avait appelé les secours. Lors de sa déposition à la police, ces messieurs ne voulaient pas croire qu’ils avaient devant eux la star Joey Heatherton. Alors Joey excédée leur a lancé son sac à main à la figure pour qu’ils vérifient ses papiers. La charmante avait oublié que son sac contenait également sa petite provision de cocaïne. Là aussi l’affaire restera sans suite.

Son père s’éteindra en 1997.

Celine Colassin

joey-heatherton

QUE VOIR?

1963: Twilight of Honor: Avec Richard Chamberlain et Claude Rains

1964: Where Love Has Gone? Avec Susan Hayward, Bette Davis et Jane Greer

1973: Barbe Bleue: Avec Richard Burton

1986: The perlis of P.K. Avec Nora Hayden et Kaye Ballard

 

 

PAULETTE DUBOST

 paulette dubost

Lorsque Paulette Dubost s’éteignit le 21 Septembre 2011, la presse dans son émotion pleura la doyenne du cinéma morte à 101 ans.

L’information était erronée, Paulette, certes était bien morte, mais elle aurait eu 101 le 8 Octobre. Quant à être la doyenne du cinéma on oubliait un peu vite Yvette Lebon son aînée de trois mois et toujours fraîche comme un gardon! Mais au fond qu’importent ces détails et autres petites mises au point. Le cinéma du XXème siècle voyait s’effacer d’un coup une large part de son histoire, Tout un chapitre contenant 50 ans d’un cinéma français populaire et bon enfant. Un cinéma dont Paulette fut un pilier avant d’en être un symbole et finalement l’alerte vétérane. Et quand je dis « alerte vétérane », c’est peu dire! pour ses 100 ans, elle avait souhaité faire un tour de circuit en formule 1.  Comme passagère, je vous rassure, et en était ressortie toute ragaillardie!

paulette dubost

 Paulette Marie Emma Deplanque naît à Paris le 8 octobre 1910 des amours passionnées entre un ingénieur de la compagnie du gaz et de Suzanne Dubost, chanteuse à l’Opera comique. Ses parents que tout aurait dû opposer à la verticale s’entendent merveilleusement semble-il à l’horizontale puisque Paulette est leur onzième enfant. Mais une telle quantité de marmaille n’ a pas détourné maman Suzanne de sa vocation. L’artiste, toujours fringante fera même un petit tour devant les caméras de cinéma en 1916, histoire de voir « l’effet que ca fait »!

paulette dubost

J’ignore comment les 10 frères et soeurs de Paulette ressentaient la carrière maternelle mais Paulette en tout cas était absolument fascinée, enchantée, émerveillée des roucoulades au piano de sa maman adorée. Bien entendu elle ne songea strictement jamais à embrasser une autre carrière que celle de sa maman. Paulette descendit de son berceau pour danser avant de marcher et à huit ans, elle était non sans fierté un petit rat de l’opéra de Paris. Elle adore danser. Mais si elle est fille d’artiste renommée elle est aussi la fille de « papa qui travaille au gaz »! La première fois qu’elle verra sa photo dans le journal c’est parce qu’elle aura gagné un concours de cuisiniers amateurs organisé par une marque de cuisinières à gaz. Ce n’est pas Odette Joyeux, sa copine à l’opéra qui serait allée se fourvoyer là dedans. Ayons d’ailleurs une pensée pour cette petite bande de copines qui en dehors de leur tutu ne songe qu’à s’amuser et que sont Paulette, Odette et Josette Day!

 En 1927 elle entre au conservatoire. En 1929 elle décrète qu’elle préfère le chant et la comédie à la danse. Son choix est probablement sincère mais aussi dicté par une contrainte. Paulette a déjà et aura toujours une petite tendance à l’embonpoint. Et un cygne voletant au bord d’un lac imaginaire, ce n’est pas rond, c’est diaphane! Un tutu sur une bille ca ne fait pas rêver, ca fait glousser. Et puis surtout, on lui propose un engagement aux Bouffes parisiens dans une opérette. « L’aventure du Roi Pausole » Que peuvent les chorégraphies pour volatiles de Tchaïkovski contre un engagement aux Bouffes? Rien!

paulette dubost

Paulette Dubost débute au cinéma en 1931. Elle est déjà un peu ronde, certes mais elle est surtout parfaite dans les personnages de petites allumeuses plus dévergondées que coquines. Dans « un chien qui rapporte » elle est au service d’une Arletty vivant de ses charmes pour s’offrir ses ensembles Chanel. Dès que « madame » sort de l’appartement, Paulette  se vautre dans les coussins en montrant bien ses jarretelles et se trémousse au son du phono tout en sifflant le porto! Elle restera spécialisée longtemps dans les rôles de soubrettes et si elle ne se laisse pas trousser dans les coins noirs c’est que ces messieurs n’ont pas sauté sur l’occasion ou ne l’ont pas poussée assez fort.

paulette dubost

En 1936, son prestige est assez fort pour que la Fox s’intéresse à elle mais Paulette décline. C’est que voyez-vous, mademoiselle Dubost est amoureuse. Follement!

Le 15 Décembre 1936, Paulette Dubost épouse l’élu de son cœur à Antibes, elle devient madame André Ostertag.

Hélas, il y a un hic. Monsieur Ostertag vit et travaille au Maroc. Paulette le suit, s’éloigne du cinéma. Et il lui faut plus qu’un 35ème rôle de soubrette pour la ramener à Paris et sur les plateaux du studio de Joinville le Pont. Il n’y aura guère que le rôle de Bécassine pour la sortir de l’emploi et la convaincre de délaisser un temps ses folles amours. Ce rôle de godiche en sabots lui allait comme un gant. Paulette joue les idiote de la cambrousses mieux que personne, mais hélas le film n’eut aucun succès.

fernandel et dubost-paulette

La guerre la surprend sur un film de Jean Renoir et elle la passera entre le Maroc et la France, voyageant souvent au plus total mépris du danger et en profitant pour mettre sa petite fille au monde. Christiane naît en 1942. Malheureusement, les belles amours au soleil du bled finirent par se faner. En 1950, Paulette déjà séparée est divorcée.

 paulette dubost

Elle fait partie maintenant de cette famille d’acteurs, de seconds rôles ultra populaires qui sont la signature du cinéma français des années 50. Raymond Buissières et Annette Poivre, bien sûr mais aussi Jane Marken, Robert Dalban, Louis de Funès, Pauline Carton, Jeanne Fusier Gir, Gabrielle Fontan, Pierre Mondy, Marguerite Pierry et tant d’autres encore.

Le public les adore et a un véritable rendez-vous avec eux de film en film. Chacun a son « emploi ». Paulette est toujours une femme des quartiers populaires. concierge, commerçante, domestique ou femme au foyer. Elle est toujours gentille, toujours en tablier et toujours un peu dépassée par les évènements. La particularité de ces fameux seconds couteaux, tous des comédiens sensationnels, est qu’on les sollicite pour les films les plus nigauds comme » Taxi Roulotte et Corridas » où Paulette est la femme de Louis de Funès ou des chef d’œuvres sublimes du septième art comme « Lola Montés » de Max Ophuls où elle est la gouvernante de Martine Carol. 

paulette dubost

Son emploi est si clairement défini dans l’esprit et le cœur du public français que lorsqu’elle participe à un concours d’élégance automobile en 1950, alors que ces dames se montrent en Aston Martin ou en Ferrari, Paulette présente avec sa petite Christiane une voiture pliable, la Reyonna du plus parfait comique! En tout cas avec elle dedans!

 Au fil du temps et d’une carrière qui finit par être d’une longueur exemplaire, Paulette Dubost travaillera avec et pour les plus grands!

paulette dubost

Et pour ceux qui douteraient de son talent d’actrice, il leur suffit de voir sa performance dans « Maigret tend un Piège » où elle est une bouchère confrontée à un tueur en série. Elle supplie pour sa vie, quitte à lui faire quelques petites avances au passage et finit par tomber raide sans qu’il n’ait eu à la toucher. Sa scène vaut bien toute la carrière d’une Isabelle Adjani des grands jours mais elle n’en tirer pas vanité. Elle dira simplement « Là dedans je jouais une bouchère qui craignait pour sa viande » habile boutade que seuls ceux qui avaient vu le film pouvaient comprendre.

 Mais Paulette Dubost c’est aussi l’épouse volage de Bernard Blier dans « Hôtel du Nord ». C’est l’épouse, fidèle cette fois, de Jean Gabin dans « L’Age Ingrat », c’est celle de Bourvil dans « Le Chemin des Ecoliers ». Ces films faisant d’elle la mère de Marie Dubois puis d’Alain Delon. Paulette  c’est la maman de Romy Schneider dans « Mademoiselle Ange » c’est une artiste de cirque ambulant dans Viva Maria » avec Brigitte Bardot dont elle se fera une amie pour la vie.

paulette dubost

Arletty, Darrieux, Morlay, Gabin, Bardot, Moreau, Delon, Cassel, de Funès, Schneider, Deneuve, Depardieu,  Bourvil, Fernandel, Martine Carol,  Charles Boyer, Louis Jouvet, Michel Simon, Dany Robin, Jean Marais, Yvonne Printemps, Pierre Fresnay, Annie Girardot, Philippe Noiret, Pierre Richard, Marlène Jobert. Avec quels grands de son temps n’a-elle pas travaillé? Elle a même tourné avec Buster Keaton!

 Quant à ses réalisateurs qui peut aligner dans sa filmographie Victor Tourjansky, Jean de Limur, Jean Delannoy, Marcel l’Herbier, Carne, Cayatte,  Verneuil, Joffé, Duvivier, Renoir, Lautner, Pierre Chenal, André Hunebelle, Max Ophuls, Louis Malle, Gilles Grangier, Remo Forlani , Truffaut, Mizrahi et tant d’autres dont la postérité a un peu oublié les noms.

 Car quand on tourne beaucoup, on tourne « Lola Montés » et on tourne aussi « Ploum-Ploum Tralala » , « Le Dolmen Tragique », « Ma Tante d’Honfleur, « Le Bal des Pompiers » et « Tire au Flanc »

paulette dubost

Paulette est une véritable incontournable, un pilier du cinéma avec un personnage qui ne changera plus après l’époque des petites boniches effrontées et affriolantes. Paulette aura toujours de petits métiers, souvent concierges plus souvent encore mère au foyer en tablier à fleurs. Elle est simple, gentille et naïve, prête à croire les plus invraisemblables baratins parce qu’elle a rarement voyagé plus loin que le bout se sa rue. Elle n’exerce jamais d’autorité même si elle préfère ne pas choquer les voisins. Elle fait de petites merveilles de tendresse les répliques les plus  banales du monde. C’est la reine du  » N’oublies pas ta petite laine », « Qu’est-ce que les gens vont dire? », « Passe-moi le sel au lieu de dire des bêtises! », « Calme toi mon chéri pense à ton cœur! »

 Paulette Dubost,actress.

Au Milieu des années 50, Paulette s’incruste à la télévision et découvre même le cinéma teuton, en vedette s’il vous plaît! Par contre le théâtre ne sera jamais « son truc ». « Quelle barbe de répéter la même chose tous les soirs! »

Pourtant, au milieu des années 60, Paulette Dubost, après trois collaborations avec Gabin dont deux « Maigret » se consacre de plus en plus au petit écran dont elle devient une des reines les plus populaires et se fait rare au cinéma.

 Elle ne revient que pour des « gros films » comme « Le Dernier Metro » de Truffaut ou pour faire plaisir aux copines comme Annie Girardot. Ou alors, ce qui avait fini par devenir son péché mignon, parce qu’au fond c’est le genre qui lui avait le mieux réussi: La bonne grosse gaudriole sans autre ambition que de faire se taper sur les cuisses comme « Le Retour des Bidasses » ou « Augustin roi du Kung-Fu »!

 Paulette fête à la fois ses 80 ans et l’an 2000 sur le plateau d’un film belge, et pourquoi pas?

Paulette-Dubost-La-Grossesse-De-Madame-Bracht-Jean-Roger

Elle prend alors la décision de se retirer et d’écrire ses mémoires. Elle reviendra encore tourner trois fois, pour « aider des petits jeunes » puisque ses anciens copains sont mort pour la plupart hormis quelques survivants à la retraite et donne son baroud d’honneur en 1987.

Paulette vivra encore 13 ans d’une retraite très entourée d’amis et d’admirateurs qui ont souvent le quart de son âge avant de s’éteindre un mois seulement avant de souffler 101 bougies.

Celine Colassin

 paulette dubost

QUE VOIR?

1931: Le Bal: Avec Danielle Darrieux

1931: Un Chien qui rapporte: Avec Arletty

1932:À moi le jour, à toi la nuit: Avec Kate de Nagy et Fernand Gravey

1932: Vous Serez ma Femme: Avec Alice Field et Roger Tréville

1932: Un Coup de Téléphone: Avec Colette Darfeuil, Jean Veber et Jeanne Boitel

1933: L’ordonnance: Avec Marcelle Chantal et Fernandel

1933: Le Martyre de l’obèse: Avec Suzet Maïs et André Berley

1934: Le Roi des Champs-Élysées: Avec Buster Keaton

1935: Studio à Louer: Court métrage avec Marcel Charvey

1935: Le Bonheur: Avec Gaby Morlay et Charles Boyer

1935: La Caserne en Folie: Avec Colette Darfeuil et Raymond Cordy

1936: La Brigade en Jupons: Avec Raymond Cordy

1936: Le Prince des Six Jours: Avec Adrien Lamy

1938: Barnabé: Avec Fernandel et Marguerite Moreno

1938: Titin des Martigues: Avec Alibert

1938: Hôtel du Nord: Avec Arletty, Louis Jouvet, Annabella et Bernard Blier

1939: La Règle du Jeu: Avec Mila Parely, Nora Gregor et Marcel Dalio

1940: Bécassine: Avec Max Dearly

1942: Opéra-musette: Avec René Lefèvre et Saturnin Fabre

1943: Je Suis Avec Toi: Avec Yvonne Printemps et Pierre Fresnay

1943: Adrien: Avec Fernandel

1946: Roger la Honte: Avec Maria Casarès et Lucien Coëdel

1946: La Revanche de Roger la Honte: Avec Maria Casarès et Lucien Coëdel

1947: Six Heures à Perdre: Avec Denise Grey et André Luguet

1947: La Dernière Chevauchée: Avec Mireille Balin et Jacques Dumesnil

1947: Plume la Poule: Avec Geneviève Guitry

1948: Blanc Comme Neige: Avec Bourvil et Mona Goya

1949: Le Bal des Pompiers: Avec Claude Dauphin

1950: Le 84 prend des Vacances: Avec Yves Deniaud

1950: La Petite Chocolatière: Avec Giselle Pascal et Claude Dauphin

1950: Le Roi Pandore: Avec Mathilde Casadesus et Bourvil

1950: Uniformes et grandes manœuvres: Avec Ginette Baudin, Andrex et Fernandel

1951: Chéri de sa Concierge: Avec Lili Bontemps et Jean Paradès

1951: Quatre dans une Jeep: Avec Viveca Lindfors

1952: La Fête à Henriette: Avec Dany Robin et Michel Auclair

1952: Le Plaisir: Avec Madeleine Renaud

1953: Mon Frangin du Sénégal: Avec Raymond Buissières et Annette Poivre

1954:Le Mouton à Cinq Pattes: Avec Françoise Arnoul et Fernandel

1955: Les Carnets du Major Thompson: Avec Martine Carol

1955: Lola Montés: Avec Martine Carol

1956: La Joyeuse Prison: Avec Michel Simon

1956: Ces sacrées vacances: Avec Sophie Desmarets et Danielle Godet

1957: Der 10. Mai: Avec Willy Ackermann

1958: Sans Famille: Avec Gino Cervi et Simone Renant

1958: Maigret Tend un Piège: Avec Jean Gabin et Jean Desailly

1958: Taxi, Roulotte et Corrida: Avec Louis de Funès

1958: Mädchen in Uniform: Avec Romy Schneider

1959: Ein Engel auf Erden: Avec Romy Schneider

1959: Le Bossu: Avec Bourvil et Jean Marais

1959: Le Chemin des Ecoliers: Avec Bourvil et Alain Delon

1959: Le Déjeuner sur l’Herbe: Avec Paul Meurisse

1959: Soupe au lait: Avec Geneviève Kervine et Jean Bretonnière

1960: La Main Chaude: Avec Macha Méril et Jacques Charrier

1960: Tendre et violente Elizabeth: Avec Lucile Saint Simon et Christian Marquand 

1960: La Française et l’Amour: Avec Darry Cowl et Micheline Dax

1961: Arrêtez les Tambours: Avec Bernard Blier et Lucie Saint Simon

1961: La Récréation: Avec Jean Seberg

1962: Jeanne et Jacques: Court métrage avec Serge Rousseau

1962: Les Sept Péchés Capitaux: Avec Dany Saval

1962: Les Mystères de Paris: Avec Dany Robin et Jean Marais

1962: Peau de Banane: Avec Jeanne Moreau, Alain Cuny et Jean-Paul Belmondo

1963: Germinal: Avec Jean Sorel et Claude Brasseur

1963: Seul…a corps perdu: Avec Gisèle Pascal et Yves Massard

1963: Maigret voit Rouge: Avec Jean Gabin et Françoise Fabian

1964: L’Âge Ingrat: Avec Marie Dubois, Jean Gabin et Fernandel

1964: L’Assassin Viendra ce Soir: Avec Renée Cosima

1964: La Chance et l’Amour: Avec Stefania Sandrelli et Dani

1965: Viva Maria: Avec Brigitte Bardot et Jeanne Moreau

1981: La Vie Continue: Avec Annie Girardot et Jean-Pierre Cassel

1974: Juliette et Juliette: Avec Annie Girardot, Marlène Jobert et Pierre Richard

1977: Tendre Poulet: Avec Annie Girardot et Philippe Noiret

1978: Vas-y maman: Avec Annie Girardot

1978: La Barricade du Point du Jour: Avec Anicée Alvina, Philippe Noiret et Jean Luc Bideau

1979: La Gueule de l’Autre: Avec Michel Serrault

1980: On a Volé la Cuisse de Jupiter: Avec Annie Girardot et Philippe Noiret

1980: Le Dernier Metro: Avec Catherine Deneuve et Gerard Depardieu

1981: La Vie Continue: Avec Annie Girardot et Jean-Pierre Cassel

1983: Le Retour des Bidasses en Folie: Avec les Charlots

1984: Charlots Connection: Avec les Charlots

1986: Cent Francs d’Amour: Avec Valerie Steffen et Richard Bohringer

1990: Milou en Mai: Avec Miou-Miou et Michel Piccoli

1992: Les Mamies: Avec Danielle Darrieux et Sophie Desmarets

1995: Le Roi de Paris: Avec Philippe Noiret

2000: Les Savates du Bon Dieu: Avec Stanislas Merhar

2005: Les Yeux Clairs: Avec Nathalie Boutefeu

 

SYLVIE VARTAN

sylvie vartan

C’est sans conteste une gageure que d’aborder la carrière de Sylvie Vartan dans ces pages. Reine du disque et record Woman mondiale du nombre de places de concerts vendues dans le monde, tout a été dit et redit sur elle. Par elle comme par d’autres. Sa vie a même fait l’objet d’une comédie musicale, Sylvie ne laissant à personne d’autre le soin de s’interpréter.

La future reine de la chanson française, Sylvie George Vartan vient au monde en Bulgarie, à Iskretz le 15 Août 1944. Elle nait dans une famille d’intellectuels francophiles. Son père Georges, bulgare d’origine arménienne est attaché de presse à l’ambassade de France en Bulgarie. Sa maman Ilona Meyer est fille d’un architecte de renom. La petite Sylvie a déjà un frère, nettement son aîné, Edouard dit « Eddie » qui s’apprête à avoir huit ans à la naissance de sa petite soeur.

La vie de la famille Vartan va être très vite bouleversée. La petite dernière n’a que quelques mois lorsque l’armée soviétique envahit la Bulgarie et au passage réquisitionne la maison Vartan. Ils se réfugieront dans la famille à Sofia.

sylvie vartan

La vie est particulièrement dure dans un pays occupé et toute petite qu’elle soit, Sylvie se souviendra toujours d’un coup de crosse que sa mère reçut dans le dos parce qu’elle n’applaudissait pas assez fort à un défilé militaire. Depuis l’invasion soviétique, le grand père que Sylvie idolâtre presse « les jeunes » de fuir le pays et gagner la France.

Dans tout ce charivari, par un étrange coup du destin jouant les père prémonitoires, Sylvie petite écolière participe au tournage d’un film. Cachet pour les enfants: Une paire de bottines neuves! Une véritable aubaine! Sylvie ne se souviendra absolument pas du tournage mais se souviendra parfaitement que ses nouvelles bottines aux pieds, sa vocation d’être un jour actrice était née et resterait inébranlable. Elle avait 6 ans.

Son autre souvenir d’enfance c’est la silhouette de son grand-père agitant son mouchoir sur le quai au départ du train qui l’emmenait avec sa famille vers la France. Elle gardera nettement le souvenir de la fragile silhouette rapetissant au fur et à mesure que le train s’éloignait. Dernière image d’un grand-père adoré qu’elle ne reverra jamais.

L’arrivée en France fut plus difficile pour les enfants que pour leurs parents même si la situation de néo arrivants dans un pays n’est jamais facile pour personne. Mais au moins Georges et Ilona parlent parfaitement le français ce qui n’est pas le cas des enfants qui ne s’expriment que dans leur bulgare natal. Ils seront en outre placés dans des collèges différents. Les parents ne voulaient pas qu’ils se referment sur eux-mêmes mais soient au contraire bien forcés de s’intégrer. Décision cruelle…mais sage. On imagine d’autant mieux leur désarroi quand on sait que la famille Vartan est arrivée à Paris quelques jours avant la Noël 1952.

sylvie vartan

La vie de Sylvie qui n’a pas renoncé à ses rêves d’actrice va être bouleversés du tout au tout en 1961. Elle a 17 ans et son frère qui se fait une petite place dans la musique l’appelle au secours. Il doit enregistrer une chanson yéyé, un duo entre Frankie Jordan et la starlette découverte par Vadim, Gillian Hills. Mais Gillian au dernier moment se rétracte. Gainsbourg aura plus de chance. C’est avec lui qu’elle chantera en 1963 « Une Petite tasse d’Anxiété ». Sylvie enregistre la chanson avec Frankie, tourne le scopitone puisqu’on ne dit pas encore « clip », très angoissée d’être serrée de si près puis embrassée par un garçon devant une caméra. Elle sera moins timorée avec un autre chanteur yéyé: Dany Logan qui sera son premier « petit fiancé » qui n’est pas sans similitude physique avec un certain Johnny Hallyday.

sylvie vartan

Elle l’ignore encore mais c’est le premier pas de la carrière fulgurante que l’on sait. C’est l’avènement des yéyé. Ou plus exactement c’est la première fois que l’adolescence est considérée comme un âge à part entière. Avec ses vêtements, sa musique, sa presse et ses films. Avant on passait de l’enfance à l’âge adulte. Maintenant on est une personne autonome. Un nouvel âge, une nouvelle mode, une génération qui s’affirme et ses cherche des repères, des icônes. Il suffit d’une chanson pour faire de vous « l’idole des jeunes » Pour Françoise Hardy ce sera « Tous les garçons et les Filles », pour Sheila « L’Ecole est Finie » et pour Sylvie « La Plus belle pour aller danser ». Elle est une idole. Comme Richard Anthony, Nancy Holloway et le jeune Johnny Hallyday, encore lui.

Pourtant il y aura un épisode plutôt « douloureux » dans cette belle « succes story ». En  1963, Sylvie et sa petite robe bleue partent en tournée à travers toute la France. Mais dans une France qui pleure Piaf, la jeune idole yéyé ne convainc pas sur scène et partout où elle passe elle se fait huer. Bientôt le public ne vient plus pour l’entendre mais pour lui balancer des tomates. Une mode qui fera fureur tout un été. La presse se régale partout où elle passe de ses photos en larmes après chaque concert et titre à l’unanimité « L’Idole est finie ». Son seul soutient: le jeune chanteur parti avec elle: Johnny Hallyday. Sylvie devient dès 1962 sa fiancée officielle à la grande surprise de sa « fiancée officielle » précédente: Catherine Deneuve succédant brièvement et un peu en alternance à Patricia Viterbo.

Et encore une fois, les choses avaient bizarrement commencé. Jean-Jacques Debout était tombé amoureux fou de la jeune Sylvie et  se lançait dans des manœuvres qu’il croit habiles pour approcher la jeune fille. Prétextant devoir rencontrer Eddie Vartan le frère de Sylvie il se rend à un gala où Sylvie se produit, sachant qu’après ils iront dîner tous ensemble. Et pour faire celui qui ne prémédite rien d’autre que de parler musique et chanson, il emmène avec lui son pote, un certain Johnny Hallyday. Lequel ne manque pas de mettre les pieds dans le plat . Il s’adresse à Eddie Vartan, ignorant qu’il est le frère de Sylvie et lui glisse à l’oreille « Dis-donc, elle est gironde le petite blondinette, là, elle m’excite même pas mal, je me la taperais bien! » Selon certaines versions, Johnny se serait pris une beigne. Mais peu importe, ce soir là, il dîne en face de la jolie Sylvie. Pour Jean-Jacques Debout, les jeux sont faits.

sylvie-vartan-photo-by-jeanloup-sieff-paris-1965

Johnny l’impose à ses côtés dans son film « D’où viens-tu Johnny » . Mais seul Johnny connaît le succès.  Sylvie Vartan ne peut pas se permettre d’être une casserole accrochée aux basques de la nouvelle idole de la jeunesse. Elle travaille presque avec acharnement pour sinon être à la hauteur de Johnny Hallyday au moins ne plus être celle qui entrave sa carrière.

Sylvie Vartan joue son va tout en acceptant un rôle dans un film médiocre dès son écriture « Cherchez l’Idole » De ce naufrage artistique, Sylvie se tire avec les honneurs. C’est dans « Cherchez l’idole » que le public entend pour la première fois ce qui restera son hymne: « La plus belle pour aller danser ». La presse qui titrait « L’idole est finie » en 1963 titre en 1964: Sylvie Vartan, la force de frappe de la chanson française ». Elle passe avec brio le test alors fatidique des émissions de télévision alors regardées par la France entière. Or elle n’est pas la chanteuse de la France entière, elle est celle des jeunes et les jeunes ne sont pas forcément devant « Télé Dimanche ».

Et puis il y aura pour Sylvie Vartan le même miracle que pour Brigitte Bardot. Alors que la France avait à peine cessé de lui balancer des tombereaux de primeurs à la figure, l’Amérique lui offre un pont d’or! Toute les chaines de télévision se l’arrachent et la presse est dithyrambique:  » Les spécialistes du box-office américain affirment que Sylvie Vartan est la française type dont les américains raffolent et qu’elle sera bientôt la Marilyn Monroe française qui éclipsera toutes les autres vedettes. C’est elle qui inspirera la nouvelle génération et que toutes les filles copieront! »  La presse française un peu sonnée titrera pour donne bonne mesure « Un an après avoir été huée, Sylvie Vartan réussit le plus extraordinaire retour de toute l’histoire du spectacle ».  Trois ans après ses débuts elle partage la scène de l’Olympia avec Les Beatles mais c’est elle que l’on vient voir! Sylvie l’idole.  Sylvie le phénomène de société.

sylvie vartan

Evidemment le cinéma, son rêve, s’intéresse à elle et met les petits plats dans les grands pour ses débuts. Je parle de ses vrais débuts de comédienne. Elle avait déjà tourné mais toujours en tant que Sylvie Vartan. Ce sera « Patate ». L’adaptation de la pièce de Marcel Achard qui venait de faire un énorme succès avec Sophie Daumier dans le rôle. Une distribution de haute volée pour encadrer les débuts de Sylvie actrice: Jean Marais, Danielle Darrieux, Anne Vernon et Pierre Dux. Le film est une réussite, Sylvie « se tient » comme on dit. Mais le film hélas ne s’adresse pas au public habituel qui idolâtre Sylvie. C’est une comédie boulevardière destinée à un autre public, celui du dimanche soir qui ne jure encore que par feue Piaf et pour qui même Greco a toujours des allure de sale gamine mal habillée. Ce public là préfèrera longtemps Mireille Mathieu ou Georgette Lemaire. Sylvie de son côté a fait une rencontres cruciale après celle de Johnny: Celle d’un jeune garçon sur le plateau de « Patate », Carlos qui servait de chauffeur à la production. Carlos deviendra son plus fidèle ami pour la vie et son secrétaire pour de nombreuses années avant qu’elle ne l’incite à chanter en 1967.

Le couple Johnny et Sylvie devient le couple phare de la chanson française et le restera durant tout leur mariage soit 16 ans. En 1966 leu fils David vient au monde et la presse titre « Le Roi David est né ».

Mais le parcours conjugal sera semé d’embûches et non des moindres. En 1968, Sylvie conduit sa petite voiture de sport, une OSI lorsqu’elle est percutée par une autre voiture, une lourde camionnette Peugeot. Sylvie est blessée mais son amie Mercedes Calmel Mendès, la marraine de David qui voyageait avec elle est tuée sur le coup. Elle avait 22 ans.

La route sera à l’origine d’un autre drame pour Sylvie. Le 20 février 1970 le couple Hallyday se rend à Belfort pour s’y produire en gala. Johnny Hallyday perd le contrôle de sa DS dans un virage verglacé. La voiture quitte la route, fait une embardée. Hallyday s’est cassé le nez sur le volant mais Sylvie a traversé le pare-brise. Elle est inconsciente et complètement défigurée. Les blessures laissées par les  éclats de pare-brise de l’époque sont la hantise des chirurgiens, les chairs sont coupées comme au scalpel. Il n’y a qu’aux USA que des spécialistes ultra performants sont susceptibles de rendre un visage à Sylvie. Ses opérations prendront six mois. Elle reviendra avec un autre visage et dorénavant portera les cheveux longs.

Mais l’exil forcé en Amérique n’ a pas été vain. Sylvie a découvert les grands shows à l’américaine et elle a fait la rencontre du professeur de danse de Barbra Streisand. Alors qu’elle a repris le travail et qu’elle est en tournée, elle découvre un soir à Tel Aviv un jeune chanteur au charme fou et à la voix fabuleuse. Elle croit en lui, elle a raison, il s’appelle Mike Brant. Elle l’invite à Paris pour qu’il vienne y tenter sa chance. Il deviendra l’idole d’une autre génération avant de se donner la mort à 28 ans, le 25 avril 1975.

sylvie vartan

Entiche de shows à grandes mises en scène, elle aborde la seconde phase de sa carrière et devient une véritable meneuse de revue. Elle chante, elle danse avec une foule de costumes, de perruques sur des mises en scènes très soignées. Elle remplit les plus grandes salles avant de remplir des stades. C’est Gene Kelly en personne qui fasciné la ramènera en Amérique et la produira au Carnegie Hall. Dorénavant, Sylvie se partagera entre Paris et Los Angeles. Par contre c’est le cinéma belge qui fera appel à cette nouvelle Sylvie pour « Maupertuis » avec Mathieu Carrière et Susan Hampshire en 1971.

Elle fait un triomphé télévisé avec une comédie musicale écrite pour elle « Dancing star » diffusée le9 octobre 1977. Le scénario « collait » à  sa propre histoire à un point tel que Sylvie déclarera l’air amusé « On a un peu bidouillé le scénario pour ne pas que ça fasse trop mégalo mais bon, tout le monde m’ bien reconnue. Le 33 tour de l’intégrale va littéralement s’arracher.

Malpertuis_sylvie vartan

Le couple Johnny et Sylvie divorcera en 1980 mais restera très proche à jamais. Sylvie se remariera en Amérique, avec le producteur Tony Scotti le 2 juin 1984. Le couple adoptera une petite orpheline bulgare, Darina, née en 1997. Le temps passant, Sylvie Vartan reviendra à des concerts plus intimistes où elle aime à revêtir la robe bleue des années 60, celle de « La Plus Belle pour aller Danser ». En 1990, elle peut enfin revoir la Bulgarie. Elle y retourne accompagnée de son fils David. Retrouve la trace de ses souvenirs d’enfant et se produit en concert. Un triomphe absolu. Celui qui l’aura le plus émue parmi tous ceux qu’elle glane depuis un demi-siècle.

Sylvie a perdu ses parents, son frère, son inséparable ami Carlos mais David l’a faite grand’mère.

sylvie vartan

Au cinéma elle aura dû attendre 1994 pour tenir enfin un rôle exigeant, celui de « L’Ange Noir » de Jean-Claude Brisseau. C’est son plus grand rôle sans conteste possible mais c’est aussi un échec public. Brisseau l’a dirigée froidement. Les manières que je qualifierai de peu scrupuleuses envers les dames de Brisseau sont connues de tous. Si Sylvie veut faire le film elle craint l’homme.  Elle fera stipuler par contrat qu’il n’aura pas le droit de poser la main sur elle de quelle manière que ce soit et qu’il n’a pas non plus le droit d’être seul dans une pièce avec elle. En fait, elle tournera le film sous surveillance!

Sylvie Vartan est une femme fidèle en tout point. En ses convictions d’abord. Elle est très chrétienne et porte une indéfectible admiration au pape, au souvenir de ses parents, à ses amis: Sheila, Françoise Hardy , Brigitte Bardot, et surtout à elle-même. Elle ne renie rien de ce qu’à fait ou de qui a été Sylvie Vartan. Ni ses amours ni ses chansons, ni ses choix. Elle sera restée fidèle des années durant au couturier Marc Bohan bien des années après qu’il ait quitté la maison Dior. Elle aura même avec une certaine crânerie, l’idée de lire en scène durant une série de concerts, quelques-unes des plus violentes critiques reçues à ses débuts et pieusement conservées dans un album.

brigitte bardot et sylvie vartan

Entourée de ceux qu’elle aime, fidèle à son image comme au reste, elle parcourt toujours le monde de galas en triomphes, chante en neuf langues et est une des plus grandes icônes de Turquie et du Japon. Elle s’est lancée, depuis peu, à plus de 70 ans, dans le théâtre. en attendant d’autres lendemains, d’autres aventures, d’autres défis.

Celine Colassin

sylvie vartan

QUE VOIR?

A ma connaissance la filmographie de Sylvie Vartan ci-dessous est complète.

1952: Pod Igoto: Le film roumain de l’enfance

1962: Un clair de lune à Maubeuge: Avec Pierre Perrin

1963: D’où viens-tu… Johnny? : Avec Johnny Halliday

1964: Patate: Avec Jean Marais, Pierre Dux et Danielle Darrieux

1964: Cherchez l’Idole: Avec Dany Saval et Johnny Halliday

1971: Malpertuis: Avec Susan Hampshire et Mathieu Carrière

1972: Absences Répétées: Avec Danièle Delorme et Nathalie Delon

1994: L’Ange Noir: Avec Michel Piccoli

2013: Des Gens qui s’embrassent: Avec Monica Bellucci et Kad Merad

2014:  Tu veux ou tu veux Pas?: Avec Sophie Marceau et Patrick Bruel

 

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream