sylvie pelayo

Je ne pourrai hélas pas vous apprendre grand-chose sur la charmante Sylvie Pelayo. C’est que voyez-vous, cette demoiselle ne palpita jamais vraiment d’amour pour le cinéma. Elle ne tourna qu’une poignée de films et même si elle fut considérée en 1951 comme « Le visage de l’amour pour l’été 1951″ Elle ne fut jamais grisée de gloriole et regardait l’air plutôt effaré s’agiter Viviane Romance ou Gina Lollobrigida comme des oiseaux tapageurs d’une espèce rare.

Sylvie est née à Paris le 20 Novembre 1930 dans un milieu d’artistes. Son père n’est autre que le peintre portugais Tomaz Pelayo.

La jeune Sylvie, passionnée par le théâtre fera ses débuts sur les planches juste après que les Allemands n’aient déserté Paris! La guerre enfin terminée et grâce à sa voix magnifiquement placée, elle trouvera sa voie à la radio et tiendra de nombreux rôles dans les « pièces radiophoniques » qui connaîtront toute une décade d’un succès populaire absolument prodigieux.

sylvie pelayo

C’est probablement parce qu’elle connaît le « tout théâtre » parisien qu’elle débute presque accidentellement au cinéma. Sylvie n’a jamais démarché aucun réalisateur. C’est Suzanne Flon qui la recommande à Maurice Cloche pour jouer une jeune délinquante dans « La Cage aux Filles ». C’est Gérard Philipe avec qui elle a déjà joué qui la recommande pour être Henriette de France, fille du roi dans « Fanfan la Tulipe ». Le cinéma voit en elle la jeune fille parfaite de l’époque. La jolie parisienne qui se faufile dans l’ombre des nouvelles venues que sont Danièle Delorme et bientôt Dany Robin.

En 1955, après s’être épouvantablement ennuyée sur le plateau du « Fils de Caroline Chérie » elle décrète que non seulement le cinéma n’est pas fait pour elle et de plus, ce milieu est de plus en plus encombré de jolies jeunes filles blondes. Sylvie n’annonce pas sa retraite cinématographique mais très sollicitée au théâtre elle ne sera plus jamais libre pour la caméra.

sylvie pelayo

Elle fut, soulignons le, la première interprète d’une pièce de théâtre télévisée avec « La Duchesse d’Algues » avec Elina Labourdette et Guy Tréjean. C’est en 1966 qu’on la voit pour la dernière fois à l’image avec « L’Amour en Papier » pour la télévision.

On apprenait sa fin le 21 novembre 2019. Elle avait 90 ans.

Celine Colassin

Sylvie Pelayo

QUE VOIR?

1949: La Cage aux Filles: Avec Danièle Delorme et Suzanne Flon

1949: Millionnaires d’un Jour: Avec Gaby Morlay et Pierre Brasseur

1951: Terreur en Oklahoma: Court métrage avec Jean Bellanger et Michel Piccoli

1951: Pas de Vacances pour Monsieur le Maire: Avec André Claveau, Louis de Funès et Grégoire Aslan

1952: Au cœur de la Casbah: Avec Viviane Romance et Claude Laydu

1952: Fanfan la Tulipe: Avec Gina Lollobrigida, Gérard Philipe et Geneviève Page

1953: Le chasseur de chez Maxim’s : Avec Yves Deniaud et Jacqueline Pierreux

1955: Le Fils de Caroline Chérie: Avec Jean-Claude Pascal et Brigitte Bardot

 

pas de réponses

Laisser un commentaire

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream