tamara geva

Il faudrait un livre pour retracer le fabuleux destin de la non moins fabuleuse Tamara Geva

Celle-ci naît en Russie le 17 mars 1907 dans une famille richissime dont le père a fait fortune dans la confection d’habits sacerdotaux et la mère est une somptueuse et oisive suédoise.

Les Gevergeyeva sont si riches que lorsqu’ils s’installeront à Saint Pétersbourg, ils s’offriront une demeure si grande qu’elle contient, entre autres merveilles son propre théâtre et son musée! De quoi titiller l’imagination de la jeune héritière qui s’imagine très bien en grande étoile, que ce soit de la danse, du théâtre ou de l’opéra. Du théâtre il ne fut pas question, l’opéra nécessitait des dons inexistants chez la petite fille, ce fut la danse puis ce fut…la révolution!

tamara-geva

Celle-ci enfin terminée, il n’était plus questions de leçons particulières sur sa scène privée. La jeune Tamara dut intégrer une école de ballets. C’est là qu’elle allait rencontrer le célèbre chorégraphe George Balanchine dont elle allait devenir l’épouse en 1921, faisant ainsi une jeune mariée de…14 ans! Ce mariage sera officiellement dissous cinq ans plus tard.

La jeune épousée devint très vite une prima ballerina célèbre, Diaghilev en personne lui propose d’intégrer les très prestigieux Ballets Russes et de partir en tournée avec la troupe. C’est à cette occasion qu’elle prendra la fuite et se réfugiera en Allemagne de l’Ouest avec son mari.

tamara geva

C’est en Allemagne, chose que l’on ignore souvent, que Tamara fit ses débuts à l’écran, brillant dans une demi douzaine de films entre 1925 et 1929. Le couple continuera ensuite son exode jusqu’à New-York, ville que Tamara adora d’emblée, qui le lui rendit bien, et où il y a déjà une forte concentration d’immigrés Russes.

Tamara qui raccourcira son patronyme pour en faire « Geva » connaîtra ses premiers triomphes américains dès 1927 en interprétant les chorégraphies conjugales sublimes que Balanchine a créées à son intention.

tamara geva

Immédiatement elle devint une star new-yorkaise parmi les plus prestigieuses de toutes. Du ballet classique, elle allait passer à la comédie musicale et des scènes elle allait passer aux écrans toujours avec un égal prestige. Tamara Geva devint une icône pour intellectuels de bon goût comme l’étaient Loïs Fuller, Isadora Duncan ou la Pavlova. Evidemment, elle n’allait pas rapporter autant d’argent que Betty Grable, mais qui se soucie de ces choses?

Elle menait bien entendu grand style et grand tapage à la ville, avait une classe folle et un abattage qu’aurait bien envié Bette Davis elle-même. Il suffit d’ailleurs pour s’en convaincre de se souvenir que son second mari, le comédien John Emery, avait été le mari de…Tallulah Bankhead!

Geva, Tamara (Manhattan Merry-Go-Round)_01S

la seconde guerre mondiale faillit bien la surprendre à Londres ou elle connaissait des triomphes sans précédents. Elle regagna alors son cher New-York, pestant contre ces hommes vulgaires, sots et belliqueux qui ne savaient plus quoi inventer pour la perturber dans son emploi du temps et son plan de carrière!

Le temps passant, Tamara Geva se fit plus rare mais se montra quand même aux écrans jusqu’au milieu des années 80. Elle avait signé à son tour de nombreuses chorégraphies et s’était mise avec ferveur à la peinture.

La star allait s’éteindre à Manhattan le mardi 9 Décembre 1997 à l’âge vénérable de 90 ans et seulement par politesse puisqu’il paraît que la mort est aussi le propre de l’homme.

Celine Colassin

tamara geva

QUE VOIR?

1925:  Ein Sommernachtstraum: Avec Charlotte Ander et Hans Albert

1929: Zwicschen Vierzehn und Siebzehn: Avec Ina Von Elben et Roland Varno

1931: The Girl Habit: Avec Charles Ruggles

1943: Night Plane fro Shungking: Avec Ellen Drew et Robert Preston

1984: Frevel: Avec Angelika Stut

 

pas de réponses

Laisser un commentaire

achacunsoncinema |
filmss |
dorian78 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carolineriche
| utopia2012
| ddlstream